Tour d’horizon de la presse française sur le Brexit (13-18 février 2017)

Périodiquement, l’Observatoire renverra à certains articles de la presse française pour révéler ce que nos journalistes ont retenu des événements relatifs au Brexit. Tous les articles cités sont accessibles gratuitement. Une fois n’est pas coutume, des références à la Lettre d’information de l’Observatoire sont faites dans la mesure où le premier numéro vient de paraître (cette brève newsletter est accessible par inscription).

« Le Royaume-Uni a franchi une étape clef dans la mise en œuvre du Brexit» (Libération)

En janvier, la Cour suprême du Royaume-Uni jugeait qu’« une loi votée par le Parlement serait indispensable pour autoriser le gouvernement à notifier la décision du Royaume-Uni de se retirer de l’Union européenne ». Outre le « changement fondamental dans le dispositif constitutionnel », cette décision s’appuyait sur les effets incertains qu’allait provoquer cette sortie sur les droits des citoyens Britanniques résidant dans les états membres de l’UE (Le Monde).

Le premier cap a été franchi le mercredi 8 février 2017. Les députés de la Chambre des Communes ont approuvé le projet de loi autorisant le Gouvernement à notifier à l’Union Européenne le retrait du Royaume-Uni (article 50 TFUE), à une majorité de 494 voix contre 122 (Libération). Nombreux l’ont fait avec « le sentiment de commettre une erreur historique », puisqu’ils avaient été plus de deux tiers à voter pour le maintien dans l’Union Européenne, lors du référendum de juin 2016 (L’Express). Face à ce choix cornélien, la plupart des MPs ont pourtant tranché à l’encontre de leurs convictions en estimant qu’il est «  difficile de s’opposer à la volonté des électeurs qui se sont prononcés à 52% pour une sortie de l’UE ». Pour convaincre les récalcitrants de la majorité conservatrice, Theresa May a d’ailleurs promis « que le Parlement se prononcerait sur les termes du Brexit avant le résultat final des négociations entre Londres et Bruxelles » sans que cela remette en cause le principe de sortie de l’UE (Libération). Si les discussions ont été fournies lors de ces « plusieurs jours de débats consacrés à l’étude de quelque 140 pages d’amendements » (Libération), « le Parlement n’aura toutefois pas saisi l’occasion pour imposer des garde-fous et obtenir des précisions satisfaisantes de la part du Gouvernement » (So What ?, Lettre d’information de l’Observatoire du Brexit).

« La déliquescence inéluctable de l’utopie européenne ? » (So What ?, Lettre d’information de l’Observatoire du Brexit)

Les incertitudes portent notamment sur « les frontières entre les deux Irlande » mais encore sur « le traitement du cas écossais et les modalités de participation des entités dévolues au futur accord avec l’Union européenne » (So What ?, Lettre d’information de l’Observatoire du Brexit). Ainsi, pour que l’Écosse obtienne sa voix au chapitre des négociations de sortie, le Parlement local a symboliquement désapprouvé le projet de loi à 90 voix contre et 34 pour. Mais ce vote « n’a aucun poids à Londres » (Le Monde), la Cour Suprême ayant jugé que seule la consultation du Parlement de Westminster était requise pour entériner la décision du peuple Britannique de se retirer de l’Union Européenne (Le Monde).

C’est maintenant à la Chambre des Lords qu’il revient d’examiner le texte. Dans l’hypothèse, quasi-inévitable, où le projet serait approuvé, la Première ministre Britannique pourrait annoncer officiellement aux États membres qu’elle déclenche la procédure de sortie de l’UE courant du mois mars. « Ironie de l’Histoire » le Traité de Rome fêtera alors son 60e anniversaire (Les Echos). Voilà « une bien triste façon de célébrer le projet communautaire à l’égard duquel Jean-Claude Juncker ne dissimule pas son pessimisme » (So What ?, Lettre d’information de l’Observatoire du Brexit). Le président de la Commission Européenne exprime effectivement ses « craintes de voir la Grande-Bretagne tenter de diviser l’Union européenne » et ajoute que « l’heure est venue de serrer les rangs et de marcher d’un même pas », non sans un certain scepticisme (Challenges). Pour ne pas que ce sombre scenario ne devienne réalité, l’Union est invitée à « réagir à la hauteur de l’événement par un accord sur un nouveau projet politique fondé sur l’exercice de compétences dites « régaliennes » (So What ?, Lettre d’information de l’Observatoire du Brexit).

Alice Lassale

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *