Retour sur la lettre de Theresa May à Donald Tusk

Christian Auer, professeur émérite en langues et littératures anglaises et anglo-saxonnes à l’Université de Strasbourg, nous donne une analyse de la lettre de Theresa May dont le journaliste Alain Frachon a pu dire qu’elle était une « lettre d’amour » à l’Europe. Christian Auer, spécialiste de civilisation britannique et en particulier de la culture politique écossaise, revient sur cette missive en formulant un point de vue plus nuancé que celui de l’éditorialiste du Monde.

Point de vue sur la lettre de Theresa May adressée au Président du Conseil européen

La lettre du Premier ministre britannique Theresa May du 29 mars 2017 adressée au Président du Conseil européen Donald Tusk a plusieurs objectifs : elle entend tout d’abord définir la nature de la future collaboration entre le Royaume-Uni et l’Union européenne, elle propose ensuite une vision pour l’Europe et tente de fixer les règles qui vont servir de cadre de réflexion aux futures négociations entre les deux parties. Theresa May admet que la tâche sera d’une complexité sans pareille et reconnaît que le défi qui se pose au Royaume-Uni et à ses partenaires européens est immense (6)[1], surtout si l’on prend en compte la période très courte (deux ans) à l’issue de laquelle un accord devra être conclu.

La première phrase de la lettre rappelle explicitement que, le 23 juin, les citoyens britanniques ont voté pour sortir de l’Union européenne. Cette phrase, d’une remarquable simplicité et concision, énonce un état de fait qui ne souffre d’aucune contestation: il n’y a pas de retour en arrière possible. On remarquera qu’une telle formulation tend à faire croire que la nation britannique est unie dans ce choix, ce qui est loin d’être le cas dans la mesure où 48 pour cent des citoyens britanniques, lors du référendum du 23 juin 2016, manifestèrent leur volonté de rester dans l’Union européenne. Theresa May s’empresse, d’ailleurs, de préciser que la décision des citoyens britanniques a obtenu l’aval de la chambre des Communes et de la chambre des Lords, qui ont approuvé la décision de sortir de l’Union européenne avec des « majorités claires et convaincantes » (1). L’aval des deux chambres du Parlement renforce la légitimité de Theresa May à s’exprimer au nom de la nation britannique dans son ensemble.

Même si Theresa May s’exprime au nom de tous les citoyens britanniques, elle reconnaît que les futures négociations devront prendre en compte les particularités et spécificités des différentes nations qui composent le Royaume-Uni (3) et espère que le résultat de ces négociations permettra d’accroître les pouvoirs décisionnaires des différentes composantes de la nation. Elle mentionne, à titre d’exemple, la question essentielle des rapports entre le Royaume-Uni et la république d’Irlande (5). Theresa May entend tout mettre en œuvre pour éviter que la frontière soit rétablie entre les deux pays et fait part de sa volonté de ne pas mettre en péril le processus de paix en Irlande du Nord.

L’un des éléments les plus significatifs de cette lettre consiste en la détermination affichée par Theresa May. Bien que le Premier ministre déclare comprendre que l’Union européenne considère que les quatre libertés du marché européen sont indivisibles et bien qu’elle reconnaisse que le Royaume-Uni perdra inévitablement de son influence sur les règlements qui servent de cadre de référence à l’Union européenne, l’omniprésence du verbe « vouloir » (utilisé à quatorze reprises dans la lettre) ne laisse guère de doute quant à la fermeté des positions que va défendre le Royaume-Uni.

Comme cela est affirmé en page 4, les futures discussions doivent accorder la priorité aux intérêts des citoyens. On peut, cependant, s’interroger sur la sincérité de cette prise de position car il semble que la lettre, au contraire, accorde bien plus d’importance aux questions économiques et commerciales qu’à la façon dont doivent être traités les citoyens britanniques en Europe ou les citoyens européens au Royaume-Uni. C’est donc clairement la politique de libre échange des biens qui se situe au cœur des préoccupations britanniques. Le libre échange est, d’ailleurs, perçu comme une des valeurs essentielles partagées par l’Union européenne et le Royaume-Uni. Dès le début de la lettre, Theresa May tient à préciser que la décision du peuple britannique ne doit en aucun cas être considérée comme un rejet de ces valeurs, définies en page 5 : libérales et démocratiques.

L’autre point qui mérite d’être mis en avant est le fait que Theresa May établit une distinction entre l’Union européenne et l’Europe. La différence fondamentale entre les deux entités est clairement exprimée dès le début de la lettre quand Theresa May écrit que le Royaume-Uni « quitte l’Union européenne mais ne quitte pas l’Europe » : d’un côté une entité politique et institutionnelle, l’Union européenne, dont les Britanniques ne veulent plus faire partie et de l’autre une entité géographique, le continent européen, à laquelle ils souhaitent continuer à appartenir. Les Britanniques entendent bien assurer un rôle en Europe mais pas dans l’Union européenne. Cette différence est absolument fondamentale : Theresa May souhaite que l’Europe (2) reste forte et prospère (c’est bien de l’Europe qu’il s’agit et non pas de l’Union européenne) et que le Royaume-Uni participe pleinement à la défense et à la protection des valeurs sur le continent européen.

Theresa May souhaite parvenir à la conclusion d’un accord de partenariat entre le Royaume-Uni et l’Union européenne, partenariat qu’elle qualifie de profond et de spécial : peut être pense-t-elle au type de relation qui unit depuis longtemps le Royaume-Uni et les Etats Unis, cette fameuse relation spéciale à laquelle Winston Churchill accordait tant d’importance. La lettre de Theresa May insiste sur le fait qu’il s’agit de concevoir une nouvelle forme de partenariat (2), la relation actuelle n’étant pas satisfaisante et ne correspondant plus aux attentes du peuple britannique. Theresa May estime qu’il est nécessaire de mettre un terme au cadre institutionnel existant et de réfléchir aux contours d’une nouvelle coopération construite sur des critères permettant de préserver les intérêts des deux parties, ce qui a priori semble être une mission bien difficile si l’on prend en compte les visions si différentes des deux futurs partenaires. Theresa May souligne que cet accord de partenariat doit être conclu dans les plus brefs délais afin de limiter le climat d’incertitude et de rassurer les entreprises et les investisseurs qui souhaitent travailler avec le Royaume-Uni. Pour Theresa May, il est impensable que les deux parties ne parviennent pas à s’entendre sur les modalités de cet accord. Elle ajoute qu’en cas d’échec des négociations, la coopération en matière de lutte contre le terrorisme et la criminalité s’en trouverait affaiblie (3). Il n’est peut-être pas interdit de voir dans cette affirmation une menace à peine voilée de la part des autorités britanniques envers les autorités européennes.

Dernière remarque d’importance : Theresa May souhaite ne pas dissocier les négociations sur la sortie de l’Europe de celles sur l’état du futur partenariat entre les deux entités. Ce souhait est rappelé à plusieurs reprises et notamment dans la conclusion de la lettre : « Il est nécessaire de se mettre d’accord sur les modalités de notre futur partenariat en même temps que sur celles de notre retrait de l’Union européenne ». Ce point fera sans aucun doute l’objet d’âpres discussions, d’autant plus que le Parlement européen vient d’approuver une résolution (en date du 5 avril) qui dissocie clairement les négociations sur la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne de celles sur le futur partenariat entre les deux parties.

En conclusion je dirais que la lettre de Theresa May affirme la détermination des Britanniques à construire un nouveau partenariat entre le Royaume-Uni et l’Union européenne en rappelant leur profond attachement aux valeurs libérales et démocratiques d’une Europe géographique mais non politique.

 

Christian Auer

Professeur des Universités émérite

Université de Strasbourg

[1] Les numéros entre parenthèses renvoient aux pages de la lettre.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *