23 juin 2016 – 23 juin 2017

https://images.lecho.be/view?iid=dc:31430300&context=ONLINE&ratio=16/9&width=640&imageType=JPEG&ts=1496820265000

Il y a un an, les Britanniques manifestaient leur volonté de se retirer de l’Union européenne. Nous publions ci-dessous l’éditorial du dernier numéro de So What ?, la newsletter de l’Observatoire (à laquelle vous pouvez vous abonner en envoyer un mail à l’adresse suivante : observatoirebrexit@gmail.com).

Ce jour marque le premier anniversaire du référendum sur le Brexit. Le bilan après ces douze mois est des plus contrastés.

Le flegme légendaire de nos voisins d’outre-Manche est une qualité rudement mise à l’épreuve depuis un an. L’optimisme des premiers mois affiché par Mme May a laissé place à l’inquiétude sur tous les fronts. Politiquement, la situation est plus que jamais incertaine. Le hung Parliament qui résulte des élections du 8 juin 2017 (survenues bien trop tard pour tirer toutes les conséquences institutionnelles du Brexit) affaiblit considérablement l’autorité de Mme May dont les jours semblent comptés au 10 Downing Street si elle n’amende pas ses choix. Socialement, le Royaume-Uni est de plus en plus fracturé par des mécanismes de solidarité nationale contestés du fait de leurs dysfonctionnements. Le succès relatif de Jeremy Corbyn, pourtant vivement critiqué pour des opinions passablement archaïques, découle directement de ce climat social conflictuel. Sous l’angle territorial, les tensions avec l’Écosse ne sont pas apaisées, tandis que l’avenir de l’Irlande du Nord est toujours menaçant. L’alliance entre les tories et les unionistes utlra-conservateurs nord-irlandais n’augure certainement pas d’une solution rapide à la crise que connaît cette partie du royaume. Last but not least, les perspectives économiques n’ont rien de rassurantes avec une croissance qui commence à ralentir et une inflation de moins en moins contrôlée. Ce qui laisse songeur, c’est que la plupart des Britanniques ne saisissent pas que cet état du Royaume-Uni, s’il existait avant juin 2016, a été considérablement aggravé par le Brexit. Pire encore, aucun parti ou responsable politique ne paraît capable de sortir de l’ornière dans laquelle les citoyens se sont eux-mêmes placés. En ajoutant à cela les tragédies qui se sont multipliées depuis plusieurs mois, cette année écoulée s’inscrit au panthéon des anni horribiles pour les sujets de la Reine Elizabeth II. Le contexte actuel n’est pas non plus sans rappeler les années 1970 de triste souvenir.

Ce noir tableau ne saurait complètement enténébrer les quelques éclaircies sur la scène continentale. Certes, la relance crédible d’un projet européen plus politique et plus démocratique est loin d’être acquise. Nombre de sociétés européennes sont tout aussi fracturées que le Royaume-Uni. La France, à cet égard, n’a guère de leçons à donner. Toutefois, la progression des populismes est stoppée dans plusieurs États, au moins pour un temps qu’il faut rapidement exploiter pour rétablir la confiance entre les gouvernants et les citoyens. En outre, le couple franco-allemand est plus en phase depuis l’élection d’Emmanuel Macron qui a affiché, avec Angela Merkel, une ligne ferme face à MM. Trump et Poutine. Enfin, les 27 font preuve d’une unanimité sur le Brexit qui était loin d’être acquise a priori.

S’il venait à perdurer, le contraste qui est en train de s’instaurer entre le déclin britannique et la stabilité européenne pourrait aboutir à changer au moins partiellement les exigences de Whitehall. De nouveau, les modèles norvégien et suisse de partenariat avec l’Union européenne sont évoqués, quitte à mettre de côté les promesses des conservateurs sur la libre circulation et la juridiction de la Cour de Justice. Nous n’en sommes pas encore là, mais il est indispensable de laisser la porte ouverte à toutes les options. Au regard des multiples rebondissements que nous avons connus depuis un an, bien malin sera l’analyste qui produira de justes prévisions.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *