Quand la qualification du Brexit révèle les tergiversations du Gouvernement de Mme May

https://encrypted-tbn0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcTKRP3QRHf7K9HfZsaQKipmRCEb_D3JBhim6b-pt0h3AjYbmhtRdQ

Christian Auer nous fait part de ses réflexions sur les qualificatifs qui accompagnent le mot « Brexit » dans la classe politique britannique, en particulier chez les conservateurs du Gouvernement. Une fois de plus, les mots utilisés révèlent une réalité politique instable dont l’issue est peut-être moins incertaine qu’il n’y paraît.

« Brexit means Brexit » : la célèbre tautologie de la Première ministre britannique Theresa May semble indiquer que le Brexit va de soi. Cependant, Theresa May, en ressentant le besoin d’expliquer ce que veut dire le Brexit, reconnaît implicitement que le Brexit peut donner lieu à des d’interprétations différentes, voire radicalement divergentes. Il suffit de mentionner les qualificatifs utilisés pour définir le Brexit afin de se rendre compte que ce terme peut désigner presque tout et son contraire. Open, closed, hard, brutal, soft, clean, car-crash, train-crash, no-deal ou encore sane[1] ne sont que quelques-uns des épithètes les plus significatifs qui ont récemment fait leur apparition dans la rhétorique des membres du gouvernement britannique et de ceux qui vont être amenés à prendre part aux négociations sur cet étrange et indéfinissable objet que constitue le Brexit.

Rappelons que lors de la campagne référendaire de 2016, Theresa May avait pris position en faveur du maintien du Royaume-Uni dans l’Union européenne mais depuis son arrivée au pouvoir elle est devenue la porte-parole de tous ceux qui veulent quitter l’Union (le peuple s’est prononcé, il faut respecter son choix) : elle exprime donc une position à laquelle elle n’adhère pas entièrement. Le scrutin du 8 juin 2017 a encore davantage compliqué les choses pour la Première ministre. Elle pensait renforcer sa majorité et obtenir un mandat clair en faveur d’un Brexit musclé : pari lamentablement raté puisque qu’elle a perdu sa majorité et s’est vue dans l’obligation de conclure un accord avec le Parti unioniste nord-irlandais (DUP) et de former un gouvernement des plus hétéroclites.

On y retrouve en effet les hard Brexiters (les partisans d’un Brexit dur) comme David Davis, le ministre en charge du Brexit, expert en formules creuses (« il n’y a d’accord sur rien avant qu’il n’y ait d’accord sur tout »[2]) qui, il y a peu, considérait que le programme de l’Union européenne était totalement illogique. Autre hard Brexiter de premier plan, Boris Johnson, le bouillant et imprévisible ministre des Affaires Etrangères qui, tel un fauve tapi dans l’ombre, attend son heure pour prendre la place de la très peu charismatique Theresa May et qui claironne que ce sont les Européens, accusés de vouloir saigner à blanc le Royaume-Uni, et non les Britanniques qui devraient payer la facture du Brexit. Les partisans de cette forme de Brexit souhaitent sortir du marché unique et de l’union douanière et s’affranchir de la juridiction de la Cour de justice. David Davis et Boris Johnson font partie du même gouvernement que Damian Green, ministre d’État au Bureau du Cabinet, qui, lors du référendum du 23 juin 2016, s’était clairement prononcé en faveur du maintien du Royaume-Uni au sein de l’Union européenne et Philip Hammond, le Chancelier de l’Echiquier, que Theresa May aurait bien aimé limoger, mais qu’elle fut contrainte de maintenir à son poste en raison de l’échec du parti conservateur aux élections générales du 8 juin. Les soft Brexiters (les partisans d’un Brexit plus modéré) souhaitent prendre leur temps pour négocier une sortie de l’Union paisible. Ils privilégient les questions économiques et espèrent garder des relations étroites avec l’Union européenne : pour continuer à bénéficier d’un accès privilégié au marché unique, ils sont prêts à faire des concessions sur la question très sensible des droits des citoyens européens résidant au Royaume-Uni et des citoyens britanniques vivant dans l’Union européenne.

Comment est-il possible d’imaginer qu’un gouvernement à ce point divisé sur la nature et les modalités du Brexit puisse parvenir à un consensus et à une attitude commune pour défendre les intérêts de la population britannique ?

Les multiples tergiversations et hésitations du gouvernement quant au contenu à donner au Brexit reflètent les profondes divisions qui parcourent la société britannique. Le référendum du 23 juin 2016, qui répondait avant tout à des considérations de politique interne, l’objectif étant de donner satisfaction à la frange la plus eurosceptique du Parti conservateur, a confirmé que le Royaume-Uni traverse une véritable crise existentielle, matérialisée par d’importantes lignes de fracture, géographiques, entre Londres (60% pour le Remain, les partisans du maintien dans l’Union) et les comtés du nord (entre 54 et 58% pour le Leave, les partisans d’une sortie de l’Union), nationales, entre l’Ecosse et l’Irlande du Nord (respectivement 62 et 56% en faveur du Remain) et l’Angleterre (53% pour le Leave), générationnelles (73% des 18-24 ans votant en faveur du Remain et 60% des plus de 65 ans votant pour le Leave) et sociales, entre riches et pauvres (77% en faveur du Leave dans les régions aux salaires les plus bas). Ces lignes de fracture n’ont bien évidemment pas disparu près d’un an après la tenue du référendum et on ne voit pas comment le gouvernement de Theresa May pourrait apporter des réponses à une population à ce point en perte de repères. L’histoire britannique nous enseigne que les gouvernements divisés finissent souvent par imploser et que même les leaders les plus charismatiques (on pense notamment à Margaret Thatcher, trahie par les députés conservateurs en novembre 1990) peuvent être contestés et rejetés. La seule incertitude réside dans la date à laquelle Theresa May sera contrainte de jeter l’éponge et de rejoindre la longue liste des Premiers ministres britanniques désavoués soit par les membres de leur propre parti soit par les électeurs.

Christian Auer, Professeur émérite en langues et littératures anglaises et anglo-saxonnes à l’Université de Strasbourg

[1] Ouvert, fermé, dur, doux, propre, violent (comme un accident de voiture ou un accident ferroviaire), raisonnable.

[2] « Brexit: UK caves in to EU demand to agree divorce bill before trade talks », The Guardian, 20 juin 2017.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *