Le Brexit dans les programmes électoraux des partis britanniques (suite)

https://s3-eu-central-1.amazonaws.com/centaur-wp/marketingweek/prod/content/uploads/2016/07/11114828/iStock_35882616_LARGE.jpg

Après avoir analysé les manifestos des conservateurs, des travaillistes et des libéraux-démocrates, nous présentons ceux des nationalistes écossais et du UKIP.

1/ Le Scottish National Party

Le programme du SNP est particulièrement clair et fidèle à sa ligne politique : une position pro-européenne et une orientation démocrate-sociale dans la lignée des pratiques des pays nordiques. Il en résulte une hostilité claire à l’égard des choix du gouvernement conservateur et une volonté de maintenir l’Écosse dans le marché commun. Ces divergences majeures, y compris d’ailleurs avec les travaillistes quant aux relations avec l’Union européenne, expliquent la profonde défiance d’Édimbourg vis-à-vis de Londres. Le chapitre consacré au futur de l’Écosse rapproche le projet d’indépendance et le souhait du maintien dans l’Union européenne. Nicola Sturgeon insiste sur le changement de circonstances que constitue le Brexit pour justifier la tenue d’un nouveau référendum, promesse qui est conforme au mandat donné au SNP lors de son triomphe aux élections au Parlement écossais en 2016. Avant qu’une telle consultation se déroule, l’Écosse compte bien peser dans les négociations afin d’obtenir un statut spécifique relatif à l’accès au marché commun et à la protection des droits et libertés des citoyens. Le SNP compte également bénéficier du maintien des compétences exercées par les autorités dévolues en application du droit de l’UE et un approfondissement plus général de la dévolution par l’attribution de nouvelles prérogatives au Parlement et au Gouvernement écossais.

2/ Le UK Independence Party

Le UKIP se pose, quant à lui, en « chien de garde » du Brexit. En effet, il propose dans son programme un test en six points afin de vérifier que la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne est bien effective : un test juridique (souveraineté parlementaire complètement rétablie, exclusion totale de la compétence de la Cour de Justice), un test migratoire (contrôle complet des flux, de la politique d’asile et des frontières, exclusion de la liberté de circulation), un test maritime (rétablissement de la souveraineté maritime et de la zone économique exclusive), un test commercial (reprise du siège à l’OMC, liberté d’établissement des droits de douane, retrait effectif du marché unique et de l’union douanière), un test financier (refus de payer une facture à l’UE) et un test chronologique (retrait effectif en 2019, dernier délai). Les propositions sont parfois très anecdotiques, comme le désir de voir le drapeau européen ne plus flotter sur les bâtiments publics ou consacrer le 23 juin comme fête nationale… Au-delà des modalités de suivi Brexit et les prétendues marges budgétaires qui en résulteraient, le UKIP est bien en mal de fournir une quelconque stratégie de négociation. Notons pour conclure que  ce manifesto envisage également la possibilité d’un retrait du système européen de protection des droits de l’Homme pour rendre sa totale liberté au Royaume-Uni.

Le Brexit et Emmanuel Macron

La présence de M. Macron au second tour de l’élection présidentielle française face à Mme Le Pen est une bonne nouvelle pour le débat politique, car il contribue à replacer en son cœur la question de l’avenir de l’Union européenne, tout comme ce fut le cas au Royaume-Uni avec le référendum du 23 juin 2016 ou encore aux Pays-Bas à l’occasion des dernières législatives. Il ne fait guère de doute que se tiendra le 3 mai, date de l’affrontement télévisé entre les deux postulants à la magistrature suprême, une discussion aussi importante que celles qui s’étaient tenues pour les traités de Maastricht ou établissant une Constitution pour l’Europe. La qualité des arguments ne se hissera sans doute pas au niveau de ceux qui avaient été échangés lors de la confrontation mémorable entre François Mitterrand et Philippe Séguin le 3 septembre 1992 à la Sorbonne, mais il est indéniable que la problématique du futur de l’Union ne peut plus être éludée. À cet égard, le Brexit doit être vu comme un événement annonciateur. Il semble initier une forme de recomposition politique à l’échelle de l’Europe entière. Le positionnement d’Emmanuel Macron sur le Brexit apparaît tout à fait révélateur des arguments déployés par les pro-européens contre ceux qui souhaitent un affaiblissement de l’Union européenne au profit du renforcement prétendu de l’État-Nation (comme le UKIP et une partie des conservateurs outre-Manche, Geert Wilders aux Pays-Bas, ou Marine Le Pen en France).

Lors de ses visites – fréquentes – à Londres, M. Macron a défendu une position stricte à l’encontre du Gouvernement britannique durant les négociations relatives au retrait du Royaume-Uni de l’Union européenne. Ses interviews (en octobre 2016 donnée aux journalistes de Bloomberg télévision et en février 2017 à ceux de Channel 4) permettent d’en préciser les ressorts. Pour M. Macron, il faut une Europe forte face aux exigences britanniques, c’est-à-dire qui reste intransigeante sur les libertés fondamentales des traités. Il exclut tout accord « sur-mesure » qui consisterait à autoriser l’accès au marché commun aux Britanniques sans les contraindre à respecter les autres libertés. La ligne défendue s’avère tout à fait conforme à celle des négociateurs européens ou Angela Merkel.

Si l’argumentaire de M. Macron n’est pas très original quant à la ligne de conduite à adopter lors des négociations avec les Britanniques, il est moins conventionnel en ce qui concerne sa vision de l’Europe. À contre-courant de la critique systématique de l’union politique, M. Macron soutient une orientation plus fédérale afin de surmonter les difficultés de l’Union. Loin de défendre uniquement l’Europe économique et libérale, il souhaite promouvoir une union démocratique et souveraine. En effet, lors de son interview à Bloomberg, il a rappelé que la souveraineté ne se pense pas seulement à l’échelon national. Elle doit aussi être, et avant tout, affirmée au niveau européen, le seul à même de protéger les peuples des agressions extérieures et des tentatives hégémoniques des nations américaine et russe. Pour M. Macron, l’erreur majeure qu’a commise le peuple britannique est de ne pas avoir compris ces enjeux par une vision exclusivement nationaliste de la souveraineté. De son point de vue, c’est exactement au même écueil que mènerait le vote en faveur de Mme Le Pen.

Nous noterons que, dans ses interviews, M. Macron n’hésite pas à se référer à des courants parfois bien opposés, mais dont il estime qu’ils contribuent à enrichir le débat, comme le New Labour de Tony Blair il y a quelques années, ou Podemos plus récemment. Il est vrai que la dimension sociale de l’Union européenne fait cruellement défaut. Une telle lacune, que la Commission tente opportunément de pallier par la publication de propositions sur le sujet, explique un désamour des peuples pour la construction communautaire qui les amène à céder aux sirènes du populisme.

Outre-Manche, la victoire, pour l’heure probable, de M. Macron est donc légitimement perçue comme une mauvaise nouvelle pour Mme May, même si ces deux figures politiques se retrouvent dans leur positionnement « pro-business » et pragmatique. En revanche, le succès du leader d’En Marche ! est vivement souhaité outre-Rhin, tout comme au sein des institutions de l’UE. M. Juncker a ainsi félicité l’accession de M. Macron au second tour, ce qui est assez rare au stade d’un premier tour (selon le protocole, ce type de message est plutôt délivré à l’issue définitive de l’élection). Il est vrai qu’une victoire d’un candidat dont l’avenir politique de l’Europe corrélée à la relance indispensable du couple franco-allemand est une ligne de force du programme, serait un événement majeur – et dès lors que les promesses électorales se traduiront en actions concrètes. Il sera aussi indispensable que le mouvement En Marche ! bénéficie d’une majorité ou d’un soutien parlementaire pour défendre efficacement son projet européen. Dans ce cas, le Gouvernement de Mme May sera plus que jamais isolé et aura les plus grandes peines du monde à tabler sur des dissensions au sein de l’Union. C’est sans doute la raison pour laquelle, dans le cadre de la campagne pour les élections générales du 8 juin, les pro-européens britanniques comptent jouer d’une éventuelle victoire de M. Macron pour valoriser leurs arguments en faveur d’un Brexit limité, voire pour le remettre en cause.

Quelques précisions sur l’éventualité d’un nouveau référendum en Écosse

Résultat de recherche d'images pour "scottish flag"

Résultat de recherche d'images pour "theresa may laughs"

Prévisible, l’annonce de Nicola Sturgeon souhaitant solliciter le Parlement écossais pour lancer une nouvelle consultation sur l’indépendance de l’Écosse nous renvoie quelques années en arrière. Il y a près de trois ans, la nation calédonienne se prononçait en défaveur de la rupture avec le reste du Royaume-Uni (sur cet événement, vous pouvez écouter le séminaire que l’Institut Michel Villey lui avait consacré avec O. Beaud, J.-M Denquin, Th. Poole, Th. Guilluy et moi-même ici). Plusieurs médias ont insisté sur la nécessité d’obtenir l’accord de Westminster avant que tout référendum soit de nouveau possible. En 2014, cette formalité n’avait pas suscité l’intérêt des rédactions européennes. Ceci nous amène à rappeler les aspects procéduraux préalables à la tenue d’un nouveau scrutin sur l’indépendance de l’Écosse. Nous reprenons un passage d’un article que nous avions écrit un an avant le référendum de 2014. Il présente le choix juridique qui a été fait à l’époque et qui semble, pour l’instant, celui qui a les faveurs des gouvernements britannique et écossais (L’avenir de l’écosse : dévolution, État fédéré ou État indépendant ?, in E. Cherrier, S. Guérard (dir.), La régionalisation en Europe, Bruylant, 2014, p. 265).

« S’il est prévu que le Parlement écossais adopte le texte qui sera soumis à référendum, il a été convenu que Londres intervienne en amont pour que Holyrood ait la compétence de consulter le peuple sur une question constitutionnelle fondamentale qui entrainerait la disparition du Royaume-Uni dans sa forme actuelle. La question demeurait de savoir s’il fallait recourir à une loi du Parlement pour modifier formellement le Scotland Act 1998 ou utiliser la voie de la Section 30 du Scotland Act 1998 autorisant le Privy Council à prendre une ordonnance pour la tenue d’un référendum avant la fin de l’année 2014. Le choix s’est porté sur la seconde solution jugée plus souple. En effet, elle permet au gouvernement britannique d’élaborer l’acte qu’il souhaite tout en poursuivant les négociations avec son homologue écossais. (…) »

À l’époque, un projet d’ordonnance fut proposé. Whitehall avait rédigé un texte le 22 octobre 2012 pour qu’il fasse l’objet, selon la procédure de droit commun, d’une approbation par les parlements de Westminster et de Holyrood. Le gouvernement écossais avait ensuite rendu publics les résultats de son enquête consultative auprès des citoyens. Le Privy Council approuva définitivement l’ordonnance en février 2013. Le gouvernement écossais avait enfin saisi le Parlement de Holyrood du projet de loi qui, après adoption et promulgation par la Reine, fut présenté au peuple.

On l’aura compris, le rôle de Westminster est, en réalité, plutôt limité. Tout part d’un accord entre les deux gouvernements. En 2012-2014, David Cameron avait fait preuve d’une précipitation étonnante que nous condamnions, celui-ci n’envisageant pas une minute que le résultat d’un référendum (qui, encore plus que toute autre élection, n’est jamais acquis) lui soit défavorable. Il est d’ailleurs possible de faire le parallèle entre sa naïveté de l’époque et celle qu’il manifesta pour le Brexit. Quoi qu’il en soit, la procédure juridique est accessoire par rapport à l’initiative et les négociations politiques. Westminster ne déjugera certainement pas Whitehall en cas d’accord sur un nouveau référendum avec Bute House, la résidence officielle du Premier ministre écossais.

Le bras de fer engagé par Nicola Sturgeon vient confirmer la conclusion que nous avions retenue en 2013, bien qu’à l’époque nous défendions le maintien de l’unité du royaume britannique. Mais c’était avant le Brexit et le changement de circonstances qu’il a indubitablement produit :

« Il est temps que le Royaume-Uni s’engage clairement vers le chemin de l’État régional ou de l’État fédéral (au profit de l’Écosse au moins). Dans la situation inverse, il y a un risque à laisser sans réponse les désirs d’une plus grande autonomie de peuples qui, par une overdose de promesses non tenues, pourraient être tentés par les sirènes indépendantistes. Ainsi, le cas écossais n’est que l’illustration de l’incapacité de Londres à choisir un véritable avenir constitutionnel pour le Royaume-Uni en proie aux tendances centrifuges. En ces temps troublés, les différents gouvernements qui se succèdent seraient bien inspirés de reprendre à leur compte la maxime d’Henry Ford citée par Lord Maclennan of Rogart le 11 octobre dernier : « Coming together is a beginning. Keeping together is progress. Working together is success » (Lords debates on alternatives to UK devolution, préc., Column 117).

La situation actuelle confirme notre point de vue : soit Theresa May accorde plus d’autonomie à l’Écosse, notamment dans sa relation avec l’Union européenne, soit elle s’arc-boute sur sa position intransigeante et met en péril l’union. Ses déclarations à la Chambre des Communes le 14 mars (à 12 h 36) traduisent manifestement un raidissement. Un nouveau front de négociations s’ouvre donc en plus de celui avec Bruxelles. Il est étonnant que Theresa May ait été incapable de surmonter ce risque en amont, reniant même les déclarations qu’elle avait faites à la presse en juillet 2016 et qu’Alex Salmond, l’ancien Premier ministre écossais, a eu le loisir de lui rappeler avec une certaine délectation (à 13 h 06). Elle proclamait alors qu’elle n’actionnerait l’article 50 qu’à partir du moment où il existera une approche et des objectifs britanniques du Brexit, signifiant par là qu’elle s’assurerait du soutien de l’ensemble des nations celtes dans le processus. La navigation a vue continue pour le premier ministre britannique… ce qui n’est manifestement pas le cas de son homologue écossaise.

 

Un nouveau référendum se profile en Écosse sur l’indépendance

Prenant acte de l’intransigeance de Theresa May sur la possibilité d’un statut spécial de l’Écosse à l’égard de l’Union européenne, Nicola Sturgeon a annoncé qu’elle demanderait la semaine prochaine au Parlement écossais l’autorisation d’organiser un nouveau référendum sur l’indépendance. Un projet avait déjà été lancé en ce sens et l’issue était prévisible. Le Gouvernement May n’est pas opposé à une telle consultation sur le principe, dès lors qu’elle serait postérieure à l’issue des négociations avec l’Union européenne. Nicola Sturgeon voudrait aller plus vite en organisant le référendum entre l’automne 2018 et le printemps 2019. Les derniers sondages révèlent que le oui et le non sont au coude à coude. Une victoire du oui est loin d’être acquise, tout autant que l’autorisation du Parlement écossais (le Scottish National Party n’y est pas majoritaire), mais plusieurs mois avant le référendum de 2014, l’indépendance n’était soutenue que par 30 % de la population. À l’issue du scrutin, 45 % des suffrages exprimés y étaient favorables. Autant dire que tous les espoirs sont donc permis pour les nationalistes écossais.

Le durcissement de la position de la Première ministre écossaise est compréhensible. Dans son discours, elle condamne l’attitude de Theresa May qui se préoccupe plus de l’avenir de secteurs économiques comme la finance et l’automobile que la préservation de l’unité du Royaume. Sur ce point, comme sur d’autres, il est difficile de donner tort à Nicola Sturgeon. Après Thatcher qui aura miné le système social britannique, Theresa May pourrait donc être le fossoyeur de l’unité britannique au terme d’un processus mortifère que nous devons aux échecs de son prédécesseur, David Cameron. Voilà un bilan du parti conservateur qui laisse songeur…

Le Brexit, signe d’une « renationalisation » du droit ? L’analyse (engagée) de Boris Barraud

Résultat de recherche d'images pour "nationalisation du droit"

Nous publions en cette fin de semaine une article de fond de Boris Barraud, docteur en Droit de l’Université d’Aix-Marseille. Adoptant un point de vue très critique à l’égard de la mode juridique qui ne voit l’avenir du droit que par le « réseau », le « droit global », voire la disparition de la figure étatique dans un cadre post-moderniste, cette analyse ne manquera pas de susciter des réactions et des débats. N’hésitez pas à commenter cet article à l’issue de votre lecture.

Lire la suite