Tribune – Le Brexit : une leçon pour Mme Le Pen

Le site de l’Observatoire n’a pas vocation à accueillir de tribunes politiques. Toutefois, nous avons jugé utile, dans le contexte grave de l’élection présidentielle française, de prendre position sur son issue tout en restant fidèle à l’objet de ce site scientifique. C’est pourquoi, l’opinion qui suit se fonde sur l’expertise de l’Observatoire pour souligner les risques du vote en faveur de Mme Le Pen à la lumière du Brexit.

Nombreux sont les universitaires qui se mobilisent contre le projet politique de Mme Le Pen. Alors qu’une partie non négligeable des électeurs et de la classe politique tergiversent face à l’impensable, il est du devoir des intellectuels de rappeler les dérives des populismes et des extrémismes à tous crins en proposant aux citoyens et leurs représentants un rappel utile des leçons de l’Histoire. Il leur appartient également de saisir les opportunités du temps présent pour souligner les risques de solutions en apparence simples, mais qui s’avèrent en réalité simplistes. À cet égard, le déroulement actuel du Brexit mérite d’être évoqué pour approcher le chaos que sous-tendrait l’application du programme frontiste soutenu par l’opportuniste Nicolas Dupont-Aignan.

Depuis le 26 juin 2016, date à laquelle les Britanniques ont choisi de sortir de l’Union européenne, la situation du Royaume-Uni n’est guère enviable. Outre les premiers essoufflements de l’économie constatés depuis quelques semaines, le Brexit a déstabilisé politiquement le pays et pose des difficultés juridiques majeures qui apparaissent insurmontables. Politiquement, le Brexit est loin d’avoir mis au premier plan ceux qui le soutenaient. Le UKIP est en déliquescence après le départ – ou plutôt la fuite – de son leader charismatique, M. Farage. M. Johnson, chargé des Affaires étrangères, brille par son amateurisme et son absence dans le dossier du Brexit traité par David Davis. Le Labour est dans un tel état d’affaiblissement que même Tony Blair, honni par le peuple depuis son engagement dans la guerre en Irak auprès de Georges W. Bush, envisage un retour. La longue descente aux enfers du parti travailliste semble sans fin sous l’emprise de son leader, Jeremy Corbyn, qui est toujours accroché à une idéologie ayant déjà mené les travaillistes à leur perte dans les années 1970. Finalement, les conservateurs, même divisés sur la question européenne, sont en train d’installer une hégémonie politique qui n’est pas favorable au pluralisme et renforce une Première ministre déjà peu encline à faire des concessions. Il en résulte aussi un raidissement de ses opposants, comme Nicola Sturgeon, la First Minister écossaise. L’indépendance de l’Écosse est plus que jamais une menace pour l’unité du Royaume, tout comme la réunion possible des deux Irlande qui pourrait, en application des accords du Vendredi Saint, être une issue afin de préserver la paix menacée par le « hard Brexit » prôné par Mme May.

C’est d’ailleurs sur le plan juridique que le Brexit inquiète le plus. Hormis le cas nord-irlandais, l’incertitude demeure à Gibraltar, pour les territoires ultra-marins de la Couronne ou encore les bases militaires souveraines de Chypre. Les citoyens britanniques résidant sur le Continent et, inversement, les Européens domiciliés au Royaume-Uni n’ont aucune garantie quant à leur avenir. Une période de transition est prévue. Mais en quoi va-t-elle consister ? Le Royaume-Uni est-il prêt à accepter, durant ces quelques années, la juridiction de la Cour de Justice et les obligations communautaires qui devront s’imposer jusqu’à sa sortie définitive de l’Union européenne ? Qu’en sera-t-il du reliquat budgétaire que devra le Royaume-Uni à l’UE dans la mesure où les Britanniques se sont engagés jusqu’à 2020 à participer au budget, qu’ils bénéficient de certaines actions communautaires, et que certains salariés sont rémunérés par les institutions européennes ? Comment le Gouvernement britannique compte-t-il négocier des accords commerciaux avec les États tiers alors qu’il est lié par le droit de l’Union jusqu’à ce que le Brexit soit effectif ? A priori, toute discussion juridico-commerciale parallèle tant que le retrait n’est pas acté est exclue. Ce sont des années et des années de négociations qui attendent le Royaume-Uni durant une période de transition plus ou moins longue dont il est impossible de prédire le contenu normatif précis. Cette insécurité juridique aura des conséquences politiques et économiques majeures. Jean-Claude Juncker ne prend donc pas de risque lorsqu’il prédit que le Brexit ne sera pas un succès. Et Tony Blair n’a peut-être pas tort lorsqu’il s’interroge sur la capacité des responsables britanniques d’aller au bout de la logique du Brexit.

Est-ce vraiment cela que nous souhaitons pour la France qui, de surcroît, fait partie de la zone Euro et des accords de Schengen ? Ce qui paraît presque insurmontable pour le Royaume-Uni le serait-il pour un État encore plus dépendant de l’Union européenne ? Nous ne le croyons pas et il est regrettable que les développements actuels du Brexit ne soient pas opposés plus systématiquement à Mme Le Pen pour faire échec à sa vulgate populiste.

Nous ne soutenons pas forcément tous les aspects du programme de l’opposant de Mme Le Pen, notamment quant à ses propositions contestables relatives à l’Université (et que lui-même semble à peine comprendre). Toutefois, les intérêts corporatistes même légitimes doivent s’effacer face à des enjeux plus fondamentaux. L’avenir de l’Union européenne en fait partie. Nous croyons à l’engagement perfectible, mais sincère de M. Macron sur ce sujet face aux vieilles lunes nationalistes de l’héritière Le Pen. Le vote de dimanche prochain sera aussi celui du choix entre ceux qui croient en la solidarité des peuples européens et en la réforme nécessaire de l’Union européenne et ceux qui souhaitent sa perte. Il est heureux que la construction communautaire revienne sur le devant de la scène. Saisissons cette chance pour la relancer et non pour la tuer.

Aurélien Antoine
Directeur de l’Observatoire du Brexit

Le Brexit et Emmanuel Macron

La présence de M. Macron au second tour de l’élection présidentielle française face à Mme Le Pen est une bonne nouvelle pour le débat politique, car il contribue à replacer en son cœur la question de l’avenir de l’Union européenne, tout comme ce fut le cas au Royaume-Uni avec le référendum du 23 juin 2016 ou encore aux Pays-Bas à l’occasion des dernières législatives. Il ne fait guère de doute que se tiendra le 3 mai, date de l’affrontement télévisé entre les deux postulants à la magistrature suprême, une discussion aussi importante que celles qui s’étaient tenues pour les traités de Maastricht ou établissant une Constitution pour l’Europe. La qualité des arguments ne se hissera sans doute pas au niveau de ceux qui avaient été échangés lors de la confrontation mémorable entre François Mitterrand et Philippe Séguin le 3 septembre 1992 à la Sorbonne, mais il est indéniable que la problématique du futur de l’Union ne peut plus être éludée. À cet égard, le Brexit doit être vu comme un événement annonciateur. Il semble initier une forme de recomposition politique à l’échelle de l’Europe entière. Le positionnement d’Emmanuel Macron sur le Brexit apparaît tout à fait révélateur des arguments déployés par les pro-européens contre ceux qui souhaitent un affaiblissement de l’Union européenne au profit du renforcement prétendu de l’État-Nation (comme le UKIP et une partie des conservateurs outre-Manche, Geert Wilders aux Pays-Bas, ou Marine Le Pen en France).

Lors de ses visites – fréquentes – à Londres, M. Macron a défendu une position stricte à l’encontre du Gouvernement britannique durant les négociations relatives au retrait du Royaume-Uni de l’Union européenne. Ses interviews (en octobre 2016 donnée aux journalistes de Bloomberg télévision et en février 2017 à ceux de Channel 4) permettent d’en préciser les ressorts. Pour M. Macron, il faut une Europe forte face aux exigences britanniques, c’est-à-dire qui reste intransigeante sur les libertés fondamentales des traités. Il exclut tout accord « sur-mesure » qui consisterait à autoriser l’accès au marché commun aux Britanniques sans les contraindre à respecter les autres libertés. La ligne défendue s’avère tout à fait conforme à celle des négociateurs européens ou Angela Merkel.

Si l’argumentaire de M. Macron n’est pas très original quant à la ligne de conduite à adopter lors des négociations avec les Britanniques, il est moins conventionnel en ce qui concerne sa vision de l’Europe. À contre-courant de la critique systématique de l’union politique, M. Macron soutient une orientation plus fédérale afin de surmonter les difficultés de l’Union. Loin de défendre uniquement l’Europe économique et libérale, il souhaite promouvoir une union démocratique et souveraine. En effet, lors de son interview à Bloomberg, il a rappelé que la souveraineté ne se pense pas seulement à l’échelon national. Elle doit aussi être, et avant tout, affirmée au niveau européen, le seul à même de protéger les peuples des agressions extérieures et des tentatives hégémoniques des nations américaine et russe. Pour M. Macron, l’erreur majeure qu’a commise le peuple britannique est de ne pas avoir compris ces enjeux par une vision exclusivement nationaliste de la souveraineté. De son point de vue, c’est exactement au même écueil que mènerait le vote en faveur de Mme Le Pen.

Nous noterons que, dans ses interviews, M. Macron n’hésite pas à se référer à des courants parfois bien opposés, mais dont il estime qu’ils contribuent à enrichir le débat, comme le New Labour de Tony Blair il y a quelques années, ou Podemos plus récemment. Il est vrai que la dimension sociale de l’Union européenne fait cruellement défaut. Une telle lacune, que la Commission tente opportunément de pallier par la publication de propositions sur le sujet, explique un désamour des peuples pour la construction communautaire qui les amène à céder aux sirènes du populisme.

Outre-Manche, la victoire, pour l’heure probable, de M. Macron est donc légitimement perçue comme une mauvaise nouvelle pour Mme May, même si ces deux figures politiques se retrouvent dans leur positionnement « pro-business » et pragmatique. En revanche, le succès du leader d’En Marche ! est vivement souhaité outre-Rhin, tout comme au sein des institutions de l’UE. M. Juncker a ainsi félicité l’accession de M. Macron au second tour, ce qui est assez rare au stade d’un premier tour (selon le protocole, ce type de message est plutôt délivré à l’issue définitive de l’élection). Il est vrai qu’une victoire d’un candidat dont l’avenir politique de l’Europe corrélée à la relance indispensable du couple franco-allemand est une ligne de force du programme, serait un événement majeur – et dès lors que les promesses électorales se traduiront en actions concrètes. Il sera aussi indispensable que le mouvement En Marche ! bénéficie d’une majorité ou d’un soutien parlementaire pour défendre efficacement son projet européen. Dans ce cas, le Gouvernement de Mme May sera plus que jamais isolé et aura les plus grandes peines du monde à tabler sur des dissensions au sein de l’Union. C’est sans doute la raison pour laquelle, dans le cadre de la campagne pour les élections générales du 8 juin, les pro-européens britanniques comptent jouer d’une éventuelle victoire de M. Macron pour valoriser leurs arguments en faveur d’un Brexit limité, voire pour le remettre en cause.