Fin de la deuxième lecture aux Communes

Afficher l'image d'origine

Au terme de la deuxième journée de débats à la Chambre des Communes, 498 MPs ont voté pour la deuxième lecture. 114 d’entre eux s’y sont opposés.

Plus précisément, 47 travaillistes n’ont pas suivi la ligne du leader du parti, Jeremy Corbyn – dont la position ambiguë sur le Brexit a grandement contribué à la victoire du Leave. Il est intéressant de noter que, dans le cadre des discussions parlementaires sur le projet autorisant le Gouvernement à actionner l’article 50, Jeremy Corbyn a imposé la discipline la plus dure pour ses troupes, le « three-line whip » qui peut être traduit comme un contrôle à triple détente impliquant la présence aux débats, la discipline de vote et la possibilité d’exclusion du ou des récalcitrants du groupe parlementaire, voire du parti en cas de non respect de la ligne fixée par le whip en chef. Cette ligne « dure » a déjà entrainé la démission de plusieurs membres du cabinet fantôme. La crise que connaît le parti travailliste depuis le 23 juin 2016 se prolonge donc et ne cesse d’entamer sa crédibilité auprès des électeurs.

Par ailleurs, 50 nationalistes écossais, 7 libéraux-démocrates, l’élu vert et 8 membres des partis gallois et nord-irlandais ont voté contre la deuxième lecture. Kenneth Clarke (photo en une) est le seul conservateur à avoir adopté l’amendement. Grande figure du parti, progressiste et pro-européen, il avait contribué à la chute de Margaret Thatcher et fut l’un des piliers de l’équipe de John Major. Lors de sa prise de parole à la Chambre des Communes, son analyse de l’évolution de la mentalité de ses collègues Tories sur les questions européennes et migratoires a été l’un de moments mémorables du débat qui s’est achevé par des applaudissements en principe interdits aux Communes. Pour conclure, nous relèverons ce trait d’humour de ce parlementaire chevronné sur l’optimisme béat des brexiteers : « des hommes très sympathiques comme le Président Trump et le Président Edorgan sont extrêmement impatients d’abandonner leur protectionnisme pour nous donner accès à leur marché. »


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.