De la perversité du report du Brexit : quelques réflexions à propos d’un sondage alarmant (mais prévisible) publié outre-Manche

Un sondage publié par le Guardian ce week-end vient confirmer en tout point les inquiétudes que nous avions émises ces dernières semaines liées à un nouveau report du Brexit. Nous avions souligné que leur multiplication pouvait se révéler, à terme, tout aussi préoccupante qu’un no deal et que, surtout, elle favoriserait une forme de pourrissement d’une situation qui dépasserait les seules frontières britanniques.

Le sondage du 11 mai concerne les intentions de votes des citoyens britanniques aux prochaines élections au Parlement européen. Le mouvement pro hard Brexit mené par Nigel Farage réunit 34 % des intentions de vote. Le UKIP, son ancien parti, obtient 4 %. Les conservateurs, qui sont très largement en faveur du Brexit, peinent à atteindre les 11 %. Les travaillistes plafonnent à 21 %. Quels enseignements rapides tirer de ces chiffres ?

Premier constat : ce sondage révèle que les partisans d’un Brexit dur sont soutenus au moins par 40 % des électeurs en cumulant le Brexit Party, le UKIP et une faible partie des conservateurs. Il s’agit donc de l’option qui a le plus fort soutien des citoyens, dans la mesure où les membres du Labour sont majoritairement favorables à un Brexit soft (21 %) et que les listes explicitement hostiles au Brexit réunissent 27 % des intentions de vote (Libéraux démocrates, SNP, Verts, Change UK). Quant à la part des électeurs conservateurs qui appuierait l’orientation de Mme May, il est vraisemblable qu’elle se limite à 8-10 % des intentions de vote.

Deuxième constat : le parti conservateur est en complète déperdition, ce que les élections locales du début du mois de mai avaient déjà démontré. Les travaillistes, dont le leader Jeremy Corbyn, a déclaré qu’il ne ferait pas campagne sur le Brexit, peinent toujours à convaincre. En évitant ce sujet, Jeremy Corbyn espère sans doute réaliser le même coup politique que lors des élections générales de juin 2017. C’est évidemment bien moins pertinent dans la mesure où il s’agit d’élections européennes et que les hésitations des travaillistes sur la stratégie à mener sur le front du Brexit ne peuvent avoir qu’un effet direct sur les intentions de vote.

Troisième constat : le nouveau parti (Change UK) qui réunit des parlementaires travaillistes et conservateurs n’est pas en mesure de faire valoir une alternative crédible. En revanche, les libéraux démocrates profitent de la cohérence de la ligne politique qu’ils affichent depuis de nombreux mois sur le Brexit. Il faut en déduire que les formations qui sont claires et unies sur les modalités du Brexit ou sur son rejet bénéficient d’un réel engouement.

Quatrième constat : le SNP n’a guère d’influence dans ce type de scrutin de liste unique qui se déroule à l’échelon national. Sa voix pro-européenne se fait donc bien moins entendre qu’à la Chambre des Communes où il constitue la troisième force politique.

Cinquième constat : ceux qui prétendaient que le Brexit, en étant repoussé, rendait plus crédible l’idée d’un maintien du Royaume-Uni au sein de l’UE ou affaiblirait les pro-Brexit en sont une fois de plus pour leurs frais. Nous avons continuellement soutenu que le résultat du référendum de 2016 n’était pas purement conjoncturel. Il y aura toujours une frange irréductible et notable de citoyens britanniques hostiles à l’UE. Les divisions profondes de ceux qui y sont plutôt favorables empêchent l’élaboration d’un discours clair opposable à la cohérence des brexiteers. Finalement, le contexte de 2019 n’est pas si éloigné de celui de 2016.

Pour conclure, il est acquis que plus le Brexit sera long à achever, plus les partis minoritaires adoptant un discours cohérent susciteront l’adhésion des électeurs. Dans l’ambiance politique actuelle, il est évident que ce sont les brexiteers qui en profitent le plus, ce que confirme un autre sondage du Sunday Telegraph portant sur les intentions de vote en cas d’élections générales. Si, au soir du 26 mai, Nigel Farage ressort encore plus fort que lors des précédentes élections européennes, la pilule sera dure à avaler, non pas seulement pour Mme May, mais également pour les Européens. Alors que les adversaires les plus durs de l’UE ne se faisaient plus guère entendre, ils retrouveraient une place centrale dans le débat politique au Royaume-Uni comme au sein de l’UE. Cette dernière, en acceptant que les Britanniques participent aux élections au Parlement européen, risque ainsi de connaître l’un des premiers effets délétères du report : le renforcement des rangs des populistes et des europhobes. Un enseignement doit aussi être tiré pour les Européens : cesser de croire que le Brexit ne se fera pas et qu’un second référendum est l’horizon le plus crédible pour sortir de l’ornière à force de prolongements répétés. Il ne s’agit encore que d’un sondage, mais il est tout à fait plausible dans la mesure où il est difficile d’envisager un changement majeur du contexte politique d’ici le 26 mai. Le manque d’autorité dont ont fait preuve les 27, et plus particulièrement l’Allemagne, face aux Britanniques à l’occasion des négociations sur le deuxième report pourrait se solder par un nouvel affaiblissement de l’UE par elle-même. Il y a de quoi désespérer les plus europhiles d’entre nous tant tout cela aura été prévisible.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.