Retour sur les pourparlers entre le gouvernement britannique et l’opposition : un échec programmé?

https://s14-eu5.startpage.com/cgi-bin/serveimage?url=https%3A%2F%2Fg8fip1kplyr33r3krz5b97d1-wpengine.netdna-ssl.com%2Fwp-content%2Fuploads%2F2019%2F05%2FGettyImages-1134583205-1160x792.jpg&sp=55caaef02fd4a979a89a74dfb431ac15

Alors que Mme May démissionne ce vendredi 7 juin, Marie-Claire Considère revient sur l’échec des pourparlers avec le leader travailliste, Jeremy Corbyn. Nous avons longtemps soutenu que si Mme May avait envisagé de tels échanges bien avant les échecs répétés aux Communes qui ont considérablement affaibli sa légitimité et son autorité, une alternative à l’alliance parlementaire avec le DUP aurait été plus crédible. Insuffisamment étudiées, les relations entre les partis dans le contexte du Brexit demeurent en réalité le coeur des blocages politiques actuels. L’article de Marie-Claire Considère permet de le comprendre et de bien avoir en tête les profondes divisions qui ébranlent les deux grands partis (avec les résultats que l’on sait lors des élections au Parlement européen).

Si l’on pouvait s’attendre à un échec des pourparlers entre le gouvernement et l’opposition, l’annonce de la décision d’y mettre un terme a résonné comme une frustration de plus dans un processus grippé.

Une négociation s’était engagée dans l’urgence le 3 avril 2019 entre les deux équipes d’interlocuteurs pour tenter de trouver une issue à l’impasse politique qui paralyse le processus de sortie du Royaume-Uni de l’Union Européenne. Elle faisait suite au vote des parlementaires en faveur d’un report du Brexit, une fois passée l’échéance du 29 mars qui devait marquer la sortie des Britanniques.

L’objectif était de proposer un projet commun, une forme de plan B, qui puisse se substituer à l’accord global négocié par Theresa May – rejeté par trois fois par les Parlementaires – et être accepté par Bruxelles où la Première ministre devait se rendre la semaine du 8 avril afin de le soumettre. Seul un projet clair et cohérent pouvait justifier l’obtention d’un second report de la sortie. Dans la mesure où les responsables européens avaient maintes fois répété qu’il était hors de question de renégocier l’accord, la seule ouverture qui paraissait possible concernait la relation commerciale à mettre en place après la sortie. Contrairement à l’accord de retrait, la déclaration politique, qui jette les bases de cette future relation, n’est pas juridiquement contraignante. Ce document de 36 pages, délibérément vague, esquisse une relation fondée sur un accord de libre-échange proche de celui signé par le l’UE avec le Canada.  Son rôle est essentiel, car il renferme la clé de la solution pérenne au problème de la frontière irlandaise qui devrait remplacer le backstop

Il incombait également aux négociateurs d’identifier le type de compromis qui puisse avoir l’aval d’une majorité de députés et de mettre en place, à cet effet, l’arithmétique parlementaire requise en additionnant les voix des deux partis.

Les conditions de la réussite

Un certain nombre de conditions devaient être réunies pour que les pourparlers puissent avoir une chance d’aboutir. Un accord consiste en la rencontre de deux volontés déterminées à franchir les étapes pour aboutir à une entente qui doit se fonder sur des concessions mutuelles. La première étape consistait à établir un programme de travail entre les deux équipes de négociateurs fondé sur le désir mutuel de tout mettre en œuvre pour parvenir à un compromis. Les négociateurs semblaient disposés à faire preuve de souplesse dans un contexte d’incertitude où le risque d’une sortie sans accord paraissait très élevé. La situation critique semblait en effet les inciter à reconnaître le principe et la nécessité de s’entendre par-delà les divergences et les querelles partisanes.

Il est également indispensable que chacune des parties soit convenue au préalable d’une stratégie cohérente et raisonnable qui remportât l’adhésion de ceux qu’ils représentent.

Enfin, pour que les pourparlers soient concluants il faut un minimum de bonne foi qui suppose que, sans qu’il y ait nécessairement une transparence totale, les parties soient sincères et s’efforcent de reléguer au second plan leurs arrière-pensées et calculs partisans.

Pour conduire les négociations le gouvernement avait dépêché des dirigeants du parti tels que David Liddington, ministre d’État au cabinet du Premier ministre, Steve Barclay, secrétaire d’État au Brexit, Greg Clark, secrétaire d’État au commerce et enfin Gavin Barwell,  chef de cabinet. L’équipe travailliste était constituée de Sir Keir Stammer en charge du Brexit pour l’opposition ainsi que la secrétaire d’État fantôme au commerce, Rebecca Long-Bailey.

Quelques convergences

A priori on pouvait supposer que les positions des deux parties ne fussent pas si éloignées l’une de l’autre. Il y avait un large consensus sur les droits des citoyens, le règlement de la facture et la période de transition. Les deux responsables avaient exprimé leurs réserves vis-à-vis du backstop et s’étaient déclarés favorables à son remplacement par des dispositions conformes à leur projet de future relation commerciale.

Aucune des deux équipes ne souhaitait, dans l’immédiat du moins, la tenue d’un second referendum et l’idée que le résultat de celui du 23 juin 2016 était clair et qu’il appelait le Royaume-Uni à quitter l’Union Européenne semblait partagée. Les deux équipes ne voulaient pas non plus d’une rupture brutale et dramatique, mais privilégiaient une sortie aménagée selon un processus convenu au préalable qui puisse permettre au pays de se préparer à son avenir post-Brexit.

Mais c’est bien dans la déclaration politique, où le discours peut se prêter à plusieurs interprétations, que surgiraient de nettes divergences d’opinion.

La déclaration politique reconnaît l’ambition du Royaume-Uni de se doter d’une politique commerciale indépendante tout en proposant de s’appuyer sur un territoire douanier unique grâce aux dispositions concernant le backstop. Elle fait référence à l’idée que le Royaume-Uni puisse s’aligner sur les règles européennes dans certains domaines et permet d’entrevoir toute une gamme de différentes possibilités en matière de dispositions administratives et de contrôles. Elle paraît envisager clairement la perspective d’un brexit dur avec des rappels à l’autonomie “régulatoire” et la fin de la liberté de mouvement entre le Royaume-Uni et l’Union Européenne, ce qui laisse supposer qu’on s’achemine vers un accord commercial de type canadien. Pour les travaillistes qui, dans l’ensemble, préfèrent un brexit doux, cela soulèverait des problèmes à coup sûr. La direction du parti avait en effet fixé trois conditions à toute forme de projet : la protection des droits des travailleurs et le respect des règles environnementales, une union douanière permanente et globale et un accès garanti au marché unique. Les points clés dont il faudrait débattre concernaient avant tout le type de régime douanier et la future relation commerciale.

Les points d’achoppement et les sujets sensibles

Le principal point d’achoppement a porté sur la perspective d’une union douanière avec l’Union Européenne. Le parti travailliste est favorable au principe d’une nouvelle union douanière permanente. Il souhaite également que le pays puisse participer (sous une forme qui reste à définir) à la prise de décision de l’Union dans le cadre de futurs contrats de libre-échange avec des pays tiers. L’attitude de Theresa May, à ce sujet, a manqué de cohérence. Après avoir, à plusieurs reprises, rejeté l’idée de maintenir le Royaume-Uni dans l’union douanière et en faire une de ses lignes rouges, elle en a, semble-t-il, accepté le principe jusqu’en 2022, laissant aux travaillistes la possibilité de le pérenniser s’ils remportaient les élections générales prévues à cette date. Ces derniers ont rejeté sa proposition, et exigé que cette disposition prenne la forme d’un engagement immédiat.  Pour les conservateurs, l’union douanière représenterait un inconvénient majeur, celui d’empêcher le Royaume-Uni de négocier en toute liberté ses propres accords de libre-échange sur les marchandises avec d’autres pays tels que les États-Unis.

Ill y a également désaccord sur le marché unique qui exige de ses membres qu’ils se soumettent aux règles et aux standards européens de façon à permettre aux flux commerciaux de circuler librement. Il est fondé sur les quatre libertés de circulation des marchandises, des services, des capitaux et des personnes. Il permet ainsi aux citoyens de l’Union Européenne de s’établir et de travailler au Royaume-Uni tout comme aux citoyens britanniques de le faire dans tous les autres pays européens. Lorsque Theresa May a fixé ses objectifs, elle a déclaré que ne pas quitter le marché unique reviendrait à tous égards à ne pas quitter l’Union Européenne. Le maintien dans le marché unique signifierait en effet l’obligation pour le Royaume-Uni de continuer à contribuer au budget européen et à observer les règles européennes comme la liberté de mouvement pour les personnes, ce qui irait à l’encontre d’un des objectifs majeurs, celui de reprendre le contrôle de ses frontières. L’idée de Theresa May de garder exclusivement la liberté des marchandises, comme le préconisait son projet de Chequers, a provoqué le refus catégorique des responsables européens qui ont dénoncé un Brexit à la carte (cherry-picking).  Il est en effet inconcevable, à leurs yeux, que le Royaume-Uni décide de choisir les aspects du marché unique en fonction de ses intérêts. Le choix du parti travailliste, en revanche, serait de rester en alignement étroit avec le marché unique.

Concernant l’immigration, Theresa May, qui a été secrétaire d’État à l’Intérieur de 2010 à 2016, a toujours été ferme dans ce domaine et juge qu’il est nécessaire de mettre un terme à la liberté de mouvement. Dans son manifeste électoral de 2017, elle a dressé les grandes lignes d’un système d’immigration destiné à réduire et à contrôler le nombre de personnes qui arrivent au Royaume-Uni en provenance de l’Union Européenne et elle n’a jamais varié sur ce point. En cas d’un accord avec Bruxelles de nouvelles règles seraient appliquées, à partir de décembre 2020, qui mettraient fin à la libre circulation des citoyens européens et donneraient priorité d’accès aux travailleurs qualifiés.

On a pu reprocher au chef de l’opposition de ne pas avoir observé une attitude logique ni conforme à ses principes.  Le 28 janvier 2019 lorsqu’il s’est agi de voter le projet de loi sur l’immigration, qui mettrait un terme à la liberté de mouvement, Jeremy Corbyn qui a toujours prôné une politique d’ouverture et d’accueil, a d’abord encouragé ses députés à s’abstenir puis, suite au tollé qui s’ensuivit, leur a fait transmettre tardivement la consigne, non contraignante (one-line whip), de voter contre. L’absence de 76 députés travaillistes a permis le passage du projet de loi avec une majorité de 63 voix. La grande question est de savoir si le choix fait par les travaillistes d’un alignement étroit avec le marché unique ne risquerait pas de restreindre les capacités du Royaume-Uni à mettre en œuvre sa politique d’ouverture. Le secrétaire d’État fantôme au Brexit, Sir Keir Stammer, a déclaré que son parti serait disposé à accepter certains travailleurs européens, mais avec des restrictions.

Theresa May a rappelé qu’il avait été bien précisé dans la déclaration politique qu’elle ne reviendrait pas en arrière sur les droits des travailleurs.Toutefois elle n’a pris aucun engagement au nom du Royaume-Uni concernant de nouvelles dispositions juridiques prises au niveau européen. Jeremy Corbyn, qui reconnaît que de nombreuses avancées ont eu lieu à l’échelle européenne, souhaite se baser sur les standards européens, y compris après le Brexit, pour aller plus loin dans la protection des travailleurs.

Des difficultés internes

Les obstacles au bon déroulé des négociations et à leur chance d’aboutir se sont avérés multiples, divers et complexes et malgré les bonnes intentions affichées et les sourires de convenance la politique politicienne a vite repris le dessus. Au fur et à mesure que les semaines s’écoulaient, les représentants du gouvernement affirmaient que les discussions avaient été “utiles et constructives” tandis que la délégation travailliste regrettait que, par la faute du gouvernement qui s’en tenait à ses lignes rouges, il n’y ait aucun progrès à signaler.

Depuis plusieurs années les deux chefs de parti étaient aux prises avec des difficultés internes quasi insurmontables. Ils ont dû constamment faire face aux réserves voire à l’hostilité de leurs membres à l’égard de tout compromis transpartisan quel qu’il soit. Les directions des deux partis ont ainsi été soumises à des pressions constantes pour qu’ils renoncent à la poursuite des pourparlers.

Sur le dossier épineux du second referendum il n’y a pas de position homogène chez les travaillistes. Alors que la grande majorité des membres du parti y sont favorables, l’équipe dirigeante, hormis quelques exceptions comme le Président du groupe au Parlement Tom Watson ou encore Sir Keir Starmer, se montre sceptique ou rejette catégoriquement l’idée d’un nouveau referendum. Le rapprochement de Jeremy Corbyn du parti conservateur ne pouvait que gravement mécontenter de très nombreux  remainers, estimés à 70% selon un sondage publié en avril 2019.  Partisans convaincus d’un second référendum, ils croient qu’une nouvelle consultation populaire aurait des chances de mettre en échec la démarche même du Brexit et d’aboutir au maintien du Royaume-Uni dans l’Union Européenne. Ils redoutaient par ailleurs qu’un compromis avec Theresa May signifiât la fin de leurs espoirs. Le 6 avril, dans une lettre à Jeremy Corbyn , 80 élus, parmi lesquels deux membres du cabinet fantôme, demandaient à obtenir la garantie que tout accord de retrait soit suivi d’un vote confirmatoire de l’électorat. A l’inverse, Ian Lavery, nommé par Jeremy Corbyn à la présidence du parti et député d’une circonscription du nord-est de l’Angleterre très favorable au Brexit, et Andrew Gwynne, secrétaire d’Etat aux communités et gouvernement local , tous deux élus de circonscriptions ayant voté très majoritairement pour le Brexit, restent convaincus que le parti travailliste paierait le prix fort au plan électoral s’il ne s’engageait pas à respecter le referendum de 2016. Ian Lavery aurait enfreint les consignes à deux reprises en ne soutenant pas le vote au Parlement en faveur d’un referendum. Il aurait proposé sa démission à chaque fois.

Pour tenter d’apaiser les tensions internes et permettre au parti d’afficher un semblant d’unité, une formulation a été élaborée, fin avril, selon laquelle un second referendum pourrait avoir lieu au cas où le gouvernement modifierait son accord ou s’il y avait de nouvelles élections.

Chez les Conservateurs il y avait une vive désapprobation à l’égard de la recherche d’un éventuel compromis avec le parti travailliste qui pouvait faire basculer le Brexit dans une direction dont ils ne voulaient absolument pas. Les responsables du parti conservateur ont écrit à Theresa May pour l’enjoindre de ne pas conclure de compromis avec Jeremy Corbyn. Pour ceux qui sont favorables à un Brexit dur, il n’est pas question en effet de revenir sur les lignes rouges tracées par la Première ministre qui consistent à vouloir quitter l’Union douanière et le marché unique. Ils s’inquiètent que le parti travailliste n’entraine les tories à souscrire à des engagements qui soient contraires à l’intérêt de leur parti. Si les discussions avaient pu aboutir, le compromis atteint aurait risqué de leur paraître encore moins satisfaisant que l’accord de Theresa May.

Stratégies et stratagèmes

Il y a tout lieu de croire que la stratégie des deux partis n’ait jamais été clairement arrêtée et le moins que l’on puisse dire est que l’un et l’autre ont manqué de clarté et de cohérence dans la dialectique de leurs relations avec l’Union Européenne. Les deux responsables ont fait tièdement campagne contre le Brexit lors du referendum du 23 juin 2016, comme s’ils étaient à moitié convaincus de leur choix. Une fois les résultats connus, Theresa May s’est investie pleinement dans la cause d’un Brexit dur qui signifie une rupture franche avec l’UE sans union douanière ni marché unique. Malgré cela, elle a dû affronter le groupe ERG de députés europhobes emmenés par Jacob Ress-Mogg opposés à toute concession vis-à-vis de Bruxelles et disposés à accepter une sortie sans accord plutôt qu’un mauvais accord.

Jeremy Corbyn est manifestement un eurosceptique qui, en 1975, avait voté contre le referendum destiné à confirmer l’adhésion au Marché commun.  Depuis son élection à la tête du parti en 2015 il incarne la gauche dite “dure” (hard left) anti-blairiste héritée du courant bennite (Tony Benn) très critique de l’Union Européenne qu’elle a tendance à considérer comme un club de capitalistes soupçonné de vouloir entraver la bonne marche du socialisme. Le succès des travaillistes aux élections de 2017 avec un programme nettement marqué à gauche a, contre toute attente, privé Theresa May de majorité et l’obliger à rechercher une alliance contestable avec le Parti unioniste démocratique d’Irlande du Nord.

Jeremy Corbyn doit composer avec des courants divergents au sein de son parti et un électorat qui n’est pas toujours en adéquation avec ses élus.  Si le parti travailliste au Parlement est largement pro-européen, son électorat en particulier celui du nord de l’Angleterre et des Midlands a voté massivement pour le Brexit. Celui que souhaite cette gauche ou lexit, comme on l’appelle souvent, se fonde sur le rejet d’une Europe perçue comme ultralibérale, élitiste, technocratique et tyrannique. Comment dans un tel contexte rester en phase avec son idéologie, préserver la cohésion du parti tout en ménageant l’électorat dont dépend la survie politique?  Les atermoiements et ambiguïtés de Jeremy Corbyn témoignent de la difficulté à choisir une ligne politique cohérente et convaincante.

Il est tout autant difficile de comprendre les agissements de Theresa May, son obstination qui tourne à l’entêtement et ses multiples recours aux manœuvres, tactiques et stratagèmes pour emporter l’adhésion de son camp, qui n’ont toutefois fait que l’affaiblir et l’isoler davantage.  

Fin de partie

Le 13 mai le chef du parti travailliste décidait de rompre les pourparlers avec le gouvernement.

Il est apparu à l’heure du bilan que les négociations n’avaient pas dépassé la phase exploratoire au cours de laquelle les deux partis échangent leurs points de vue. Dans une lettre adressée à la Première ministre britannique Jeremy Corbyn prenait acte de l’absence de résultat et déclarait que les discussions étaient “allées aussi loin que possible” du fait de “la faiblesse et de l’instabilité croissantes” du gouvernement conservateur. Il faisait état de propositions faites lors des pourparlers par leurs interlocuteurs qui étaient régulièrement démenties par d’autres membres du cabinet. Il donnait également pour raison à son geste la décision, annoncée le 9 mai par Theresa May, de fixer à début juin le calendrier de l’élection d’un nouveau chef du parti conservateur, et donc de son départ, dans la foulée d’un quatrième vote du Parlement sur l’accord de Brexit.

Sommée de préparer son départ imminent, Theresa May a fait une ultime tentative pour sauver son accord, en l’habillant sous une autre forme, mais n’a suscité que colère et dérision. La déroute électorale des Conservateurs aux élections européennes qui semble probable pourrait bien porter le coup fatal à une Première ministre assaillie de toutes parts et sans aucune autorité sur son parti. Ce psychodrame est révélateur d’une faillite grave du pouvoir et ébranle un système politique de type “adversarial” où les rôles étaient naguère clairement répartis entre un gouvernement qui propose et une opposition qui oppose une alternative. Si nombreux étaient ceux qui souhaitaient le départ de Theresa May, il n’en demeure pas moins qu’il est encore plus difficile à présent d’envisager une issue au problème de la sortie du Royaume-Uni de l’Union Européenne sous la conduite d’un nouveau chef de gouvernement dont on peut redouter les méthodes et les motivations.


2 réflexions sur « Retour sur les pourparlers entre le gouvernement britannique et l’opposition : un échec programmé? »

  1. le guardian de ce jour 11 juin indique que l’équipe de négociateurs pour le brexit a été dissoute;… qu’en est il ?
    merci et bon vent pour votre site qui risque d’avoir une longue vie devant lui !!!
    bien cordialement

    • Merci pour votre commentaire et vos retours positifs. Effectivement, l’équipe a été dissoute. C’est évidemment un signe important à prendre en considération, notamment du côté britannique !
      Bien à vos,
      L’équipe de l’Observatoire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.