L’inquiétude sur le projet européen

http://www.francetvinfo.fr/image/759r5jcgy-dba4/1200/450/9410137.jpg

Le pessimisme règne dans les rédactions des principaux journaux français. À l’occasion de la réélection de Donald Tusk à la tête du Conseil européen et à quelques jours de la célébration des 60 ans du Traité de Rome, les tensions et les incertitudes au sein de l’Union européenne ne se sont pas apaisées. Outre les reproches formulés par la Pologne à l’encontre de l’Allemagne qui aurait imposé sa préférence pour la présidence, la stratégie post-Brexit reste encore bien floue. Courrier international titre sur « Qui veut la peau de l’Europe ? » (numéro du 9 mars), tandis qu’Alternatives économiques parle de « fatigue européenne » (numéro de mars). Quant au Figaro, il souligne que l’Europe est « impuissante à surmonter le Brexit » (édition du 9 mars). Libération, dans son édition du 1er mars, trouve également faibles les propositions de M. Juncker pour relancer le projet européen, avis que nous partageons au regard des cinq pistes d’avenir qu’un bon étudiant de master 1 sans beaucoup d’imagination aurait pu présenter (livre blanc disponible dans l’onglet bibliographie puis rapports officiels). L’attentisme lié aux élections françaises, allemandes et aux Pays-Bas ne favorise guère les prises de position audacieuses. De l’autre côté de la Manche, le choc du Brexit semble, d’un point de vue économique et politique, surmonté pour l’instant. Il ne faudrait pas que la situation perdure d’une Union européenne paralysée et d’un Royaume-Uni qui, coûte que coûte, se maintient à flot. En effet, le contraste avantage les fossoyeurs de l’Union européenne,. Quant aux pro-européens, ils ne peuvent que se désoler de l’incapacité des États membres à repenser le projet communautaire et de l’inaptitude de l’UE à adopter des positions fermes à l’égard de responsables politiques qui violent sans vergogne ses valeurs les plus fondamentales. Neuf mois après le Brexit, le Royaume-Uni plie, mais ne rompt pas. L’Union européenne persévère dans son attentisme au point que nous pouvons nous demander si elle ne croira le mal que lorsqu’il sera venu…


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *