À quelques jours du Brexit, quatre analyses pour prendre du recul. 1/ L’Irlande du Nord, trop ignorée, si essentielle

Par Marie-Claire Considère-Charon

La date du 31 janvier 2020 va bientôt être inscrite dans les livres de l’histoire longue et tumultueuse de l’Europe. Le départ du Royaume-Uni de l’Union européenne deviendra réalité. Nous proposons à nos lecteurs quatre billets (dont deux publiés pour d’autres blogs) afin de faire le bilan de près de quatre ans de crise politique et souligner les enjeux à venir. Car le Brexit ne s’achèvera pas vendredi prochain. La phase de la négociation de l’accord relatif aux relations futures entre les deux parties s’annonce âpre et particulièrement technique, mais vraisemblablement sans le blocage politique que nous avons connu à Westminster lors de la première séquence.

Au risque de surprendre, nous avons décidé de commencer ce petit cycle de publications par un article sur l’Irlande du Nord. Le motif en est simple : la province septentrionale de l’île a été ignorée pendant le référendum sur le Brexit, puis a été au cœur des négociations de l’accord de sortie. Elle le sera encore lorsqu’il faudra aborder la future relation commerciale, mais aussi pour penser l’avenir d’un Royaume-Uni profondément divisé. Marie-Claire Considère-Charon revient sur l’ensemble de ces enjeux majeurs dans la publication du jour.

PS : nous avons pu constater que, ici ou là, les analyses de l’Observatoire sont reprises sans être citées. Le travail de recherche accueilli par le site est certes en accès libre, mais cela ne signifie pas que son contenu puisse être pillé ou qu’il ne soit pas mentionné lorsqu’il a manifestement servi d’inspiration à certains auteurs. Nous remercions la communauté des journalistes et des chercheurs de leur vigilance.


Où va l’Irlande du Nord à l’heure du Brexit ?

Si le Royaume-Uni sortira effectivement de l’Union européenne le 31 janvier 2020 prochain, conformément aux vœux du Premier ministre britannique, ce sera sans l’aval des Unionistes nord-irlandais, naguère alliés aux Conservateurs, mais farouchement hostiles aux nouvelles dispositions sur la frontière irlandaise, prévues par l’accord négocié par Boris Johnson avec les Européens en octobre 2019. La fin de l’alliance avec les Conservateurs britanniques[1], tout comme le mauvais score du Parti unioniste démocrate aux élections de Westminster, signifiait qu’il était urgent pour cette formation de reprendre son avenir politique en main. Le rétablissement des institutions nord-irlandaises suspendues depuis trois ans s’avérait de plus en plus nécessaire avec la persistance de l’impasse politique qui en résultait et la menace de voir tomber la province sous l’administration directe de Londres, ce qui aurait mis un terme à la dévolution dans le cadre de l’Accord du Vendredi saint.

Il y a lieu de s’interroger sur l’avenir de la province tiraillée entre deux aspirations contraires, de part et d’autre du clivage communautaire qui s’est révélé dans toute son acuité à l’occasion de la campagne référendaire sur le Brexit en 2016, les Unionistes étant majoritairement favorables au Brexit et les Nationalistes y étant résolument opposés. Le score de 55,8% de suffrages contre le Brexit a révélé qu’une majorité de Nord-Irlandais, y compris certains Unionistes, souhaitaient rester dans l’Union européenne.

La trahison du Premier ministre

L’accord négocié par Boris Johnson avait déclenché la fureur du Parti unioniste démocrate (DUP). Le revirement de Boris Johnson sur la question de la frontière irlandaise était assimilé au franchissement d’une ligne rouge sang ( blood-red line), car le nouveau dispositif consistait, d’après les unionistes du DUP, à différencier l’Irlande du Nord du Royaume-Uni par le maintien pour l’Ulster dans une relation soutenue avec l’Union européenne en alignement partiel avec le marché unique[2]. Leur présidente, Arlene Foster, considérait la création d’une nouvelle frontière entre la Grande-Bretagne et l’Irlande sans raison d’être, et contraire à l’intégrité de l’Union du Royaume. Ces dispositions préfiguraient, à ses yeux, un repositionnement constitutionnel de l’Irlande du Nord, à plus ou moins court terme, qui pouvait aboutir à un détachement de l’Union des quatre nations et un rattachement à la République. Le congrès du Parti unioniste démocrate, le 26 octobre 2019, révélait l’étendue de la colère et du ressentiment à l’égard du Premier ministre, jugé traître à son engagement. Il avait, en effet, un an auparavant à l’occasion du Congrès du parti en octobre 2019, fermement écarté toute idée de contrôle entre les deux îles, qui aurait, jugeait-il, porté atteinte au tissu de l’Union[3].

On se souvient que Theresa May avait initialement envisagé la mise en place d’une solution qui s’appliquât exclusivement à l’Irlande. Sous la pression d’Arlene Foster, vigoureusement opposée à toute mesure d’exception pour la province nord-irlandaise, le backstop finalement adopté permettait une uniformisation à l’échelle du Royaume-Uni, mais partielle. L’option de Boris Johnson est susceptible de soumettre l’Irlande du Nord à un régime encore plus différencié par la création de deux zones de libre-échange auxquelles l’Irlande appartiendrait (celle avec la République d’Irlande et celle de la Grande-Bretagne). Ce choix de Boris Johnson semblait choquant, car dans sa lettre du 19 août 2019 à Donald Tusk, un mois avant de négocier le nouvel accord, il réaffirmait son refus du backstop qu’il jugeait antidémocratique et incompatible avec la souveraineté du Royaume-Uni en tant qu’État. Or, le backstop impliquait une différence de traitement entre la Grande-Bretagne et l’Ulster beaucoup moins accusée que dans l’accord négocié par Boris Johnson qui promet un alignement substantiel sur les règles douanières européennes.

Les Unionistes prenaient ainsi conscience que la priorité de Boris Johnson n’était pas de préserver l’Union du Royaume, mais d’en finir au plus vite avec le Brexit, quitte à sacrifier les intérêts des Unionistes[4] à Westminster dont le Premier ministre espérait pouvoir bientôt se passer grâce à une nouvelle majorité issue des urnes. Ils pouvaient, dès lors, avoir motif à regretter de s’être alliés aux ultra-brexiteurs du groupe ERG (European Reform Group) et à s’être opposés à l’accord de Theresa May qui leur était beaucoup plus favorable.

Le nouvel accord de retrait serait également rejeté par le chef de file du parti de la Voix traditionnelle unioniste, Jim Allister, convaincu que les nouvelles dispositions imbriqueraient l’économie irlandaise trop étroitement dans celle de la République d’Irlande et sonneraient le glas de l’Union du Royaume. De même, pour le Parti Unioniste d’Ulster, l’ancien député européen, Jim Nicholson, se déclarait inquiet à l’idée que « l’Irlande du Nord fût offerte en sacrifice sur l’autel du Brexit ». La colère ne se cantonnait pas aux partis politiques. Elle était également très vive dans les rangs des groupes paramilitaires protestants tels que l’Association pour la Défense de l’Ulster qui se déclarait prête à mettre en place des protestations à grande échelle contre Boris Johnson, jugé coupable d’avoir dupé les loyalistes nord-irlandais.

Le verdict des urnes

Outre le sentiment d’avoir été floués, les Unionistes du DUP allaient perdre une bonne part de crédibilité auprès de leur électorat, comme l’ont révélé les résultats aux élections de Westminster du 12 décembre 2019. Pour la première fois depuis la partition, le parti de ceux qui étaient  résolument attachés au maintien sous la tutelle de la Couronne, n’arrivait qu’au deuxième rang, derrière les Nationalistes, partisans d’un rapprochement avec la République d’Irlande, voire de l’unité irlandaise à plus ou moins long terme.

Les élus nord-irlandais à Westminster en 2019

Parti

Nombre de sièges 2019

Différentiel 2017

Parti unioniste démocrate

8 soit 30,6

-2

Sinn Fein

7 soit 22,8%

 

Parti social-démocrate et travailliste

2 soit 14,9%

+2

Alliance

1 soit 16,8%

+1

Total

18

 

Comme l’indique ce tableau, les élections législatives à Westminster se sont révélées défavorables au Parti unioniste démocrate (DUP) qui perdait deux sièges ainsi que sa majorité parlementaire. L’incapacité des responsables nord-irlandais, en particulier ceux du premier parti de gouvernement, à trouver une issue à la crise a été clairement sanctionnée par l’électorat. Ce revers serait d’autant plus significatif que le gain de 60 sièges par les Conservateurs en Angleterre rendait désormais tout à fait superflu le rôle d’appoint du DUP.

Entre les élections du 8 juin 2017 et celles du 12 décembre 2019, le DUP avait profité de la faiblesse numérique des Conservateurs pour exercer une influence disproportionnée dans le processus parlementaire. Il s’était farouchement opposé au backstop tout comme à l’éventualité d’une frontière en mer d’Irlande.  Il avait rejeté irrévocablement deux accords de retrait, celui négocié par Teresa May le 17 octobre 2018 et le nouvel accord proposé par Boris Johnson un an plus tard. Mais cette politique obstructionniste, qui avait coûté son poste à Teresa May, était venue au bout de son terme.

Le recul du DUP s’est opéré au profit du Parti social-démocrate et travailliste dans la circonscription de Belfast sud conquise par Claire Hanna et du Sinn Fein à Belfast nord. La défaite de Nigel Dodds considéré comme le numéro deux du parti du DUP et la perte de la circonscription de Belfast nord, ancien bastion unioniste au profit du maire de la Belfast, John Finucane, chef de file du Sinn Fein et dont le père avait été assassiné en 1989 par un groupe paramilitaire loyaliste probritannique, prendrait une signification forte.

Alors qu’en 2017 les deux partis de gouvernement le DUP et le Sinn Fein totalisaient 17 des 18 sièges qui leur étaient impartis, cette élection a été marquée par la résurgence des petits partis comme le Parti social-démocrate et travailliste qui, avec deux élus, effectue son retour sur l’échiquier politique ainsi que le parti proeuropéen de l’Alliance (dont la vocation est de transcender les clivages confessionnels) qui gagne le siège de Down nord. Le Sinn Fein a réussi à conserver le même nombre de sièges, mais il est en baisse en nombre de voix. Il importe également d’observer que, outre sa victoire à Belfast nord, le Sinn Fein a dû céder le siège de Foyle à un candidat nationaliste modéré du Parti social-démocrate et travailliste (SDLP), Colum Eastwood. Même si le Parti unioniste démocrate demeure le premier parti d’Irlande du Nord à l’Assemblée de Stormont, son recul à Westminster laisse supposer un tournant dans l’histoire de la province, traditionnellement dominée numériquement et politiquement par la majorité unioniste.

Le rétablissement des institutions nord-irlandaises

Un mois après les élections générales, qui fournissaient au Premier ministre la majorité confortable qu’il souhaitait pour mettre en œuvre son accord sans entraves, l’annonce du rétablissement des institutions nord-irlandaises, après trois années de paralysie politique, n’a pas manqué d’être saluée comme une avancée longuement espérée.

L’Exécutif[5] et le Parlement nord-irlandais[6] avaient cessé de fonctionner trois années auparavant, en janvier 2017, à la suite de la démission[7] du Vice-premier ministre nationaliste, Martin McGuinness, privant ainsi la province nord-irlandaise de toute participation au processus de sortie de l’Union européenne. Une crise politique au sein de l’exécutif nord-irlandais opposait alors le leader issu du Sinn Féin à Arlene Foster, Première ministre et chef de file du Parti unioniste démocrate (DUP).

Outre un grave scandale politico-financier lié à un projet d’énergie renouvelable dit du cash for ash[8], leurs désaccords profonds portaient sur plusieurs dossiers comme le soutien financier à la langue gaélique, la question du mariage homosexuel et le Brexit. Les deux partis situés aux deux extrêmes du paysage politique nord-irlandais et du clivage nationaliste/unioniste[9] avaient été appelés à partager le pouvoir selon les vœux de l’électorat qui les avait désignés comme premier et second parti en nombre de suffrages.

Les discussions engagées entre les partis nord-irlandais, pour tenter de surmonter la crise, n’avaient pas abouti au cours des longs mois qui avaient précédé les élections à Westminster. Les deux principaux partis campaient sur leurs positions et refusaient toute forme de compromis tandis que la population, privée de gouvernement, souffrait des nombreuses carences des services publics et d’une crise majeure du système de santé aggravée par le blocage institutionnel. Le risque d’un retour à l’administration directe avec la reprise en main par Londres des pouvoirs dévolus à Belfast semblait se rapprocher de plus en plus.

Sous l’impulsion de divers acteurs et plus particulièrement du Vice-premier ministre irlandais, Simon Coveney et du Secrétaire d’État à l’Irlande du Nord, Julian Smith, un compromis a été enfin trouvé le 11 janvier 2020 entre les représentants des gouvernements irlandais et britannique, qui se sont entendus sur les questions les plus épineuses, celle de la langue irlandaise, celle de la viabilité d’une Assemblée réformée, de la composition de l’exécutif, ainsi que sur la représentation des partis dans l’exécutif.

Un nouveau départ

L’accord de 62 pages intitulé « Une nouvelle décennie une nouvelle approche[10] » fixe les priorités de l’exécutif nord-irlandais dans un certain nombre de domaines essentiels comme la santé, l’éducation le logement et a recueilli l’aval des cinq partis nord-irlandais[11]. Mary Lou McDonald, leader du Sinn Fein, a salué une journée historique en se félicitant d’avoir enfin obtenu la reconnaissance de la langue irlandaise tandis qu’Arlene Foster se réjouissait d’un « accord juste et équilibré » marqué par la reconnaissance de l’héritage des Écossais d’Ulster.

Le mécanisme du consentement (Northern Ireland consent mechanism) figurant dans le protocole sur l’Irlande du Nord  qui représentait le plus gros obstacle au rétablissement des institutions nord-irlandaises avait été retiré. En permettant à un groupe d’élus de l’Assemblée locale (a priori unionistes) de mettre un terme à l’alignement nord-irlandais sur le marché unique par le biais d’une simple pétition (Petition of concern) il avait été assimilé à un veto perçu par les Nationalistes comme une violation du principe de consentement inscrit dans l’Accord du Vendredi saint. L’Accord de paix suppose en effet que tout changement de statut de la province d’Irlande du Nord soit soumis à l’approbation de la majorité de ses habitants. Il est spécifié dans le nouveau document nord-irlandais qu’aucun parti ne pourrait, à lui seul, faire usage de cette prérogative.

Toutefois, si le partage du pouvoir entre les deux communautés socioconfessionnelles, qui correspond au premier volet de l’Accord du Vendredi saint, est rétabli, il y a, comme l’a souligné la vice-première ministre Michelle O’Neill, des défis majeurs que les partis nord-irlandais devront s’employer à relever.

L’économie nord-irlandaise risque fort d’être la plus affectée par le Brexit[12]. Du fait d’un certain nombre de faiblesses intrinsèques, telles qu’une faible productivité, un sous-investissement dans les infrastructures et la production, un secteur public pléthorique et des services publics dégradés, il lui sera sans doute très difficile de s’adapter au nouveau contexte économique post-Brexit. Le cessez-le-feu qui a précédé l’Accord du Vendredi saint n’a pas entraîné de progrès économiques notables et l’Irlande du Nord est restée la région la moins dynamique du Royaume avec un taux de croissance de 1,2% par an, et cela, malgré des transferts de fonds du Trésor britannique en hausse de 5% depuis 1998. L’instabilité politique quasi continuelle n’a pas permis aux élites de répondre aux multiples problèmes socio-économiques.

Après trois ans d’incurie, l’Irlande du Nord va devoir accélérer sa mutation et prendre d’urgence un certain nombre de décisions indispensables pour réorganiser ses services publics, réaménager et moderniser son système de santé, son système éducatif ainsi que son réseau de transports publics très peu utilisé. Le système de santé nord-irlandais semble au bord de l’implosion avec des délais d’attente qui ne cessent de s’allonger, et une forte pénurie de personnel en particulier dans certaines spécialités. Un plan d’action pour la santé mentale sera mis en place dans les deux mois.

De même, l’Irlande du Nord détient le taux de réussite scolaire le plus bas du Royaume, avec un nombre élevé d’élèves qui quittent l’école sans diplôme de fin d’études secondaires. Le nombre restreint de ceux qui disposent d’un diplôme du supérieur émigrent très souvent vers les États-Unis, l’Angleterre ou la République d’Irlande, privant ainsi la province d’un précieux capital humain. Quels que soient les efforts entrepris dans l’immédiat, ils ne porteront pas leurs fruits dans l’immédiat, comme l’indique l’économiste John Fitzgerald[13]. Il ne faut pas moins d’une génération pour améliorer le niveau de compétence d’une population active.

 

L’ombre du Brexit

Il demeure que le plus difficile et complexe des défis est posé par le Brexit et toute l’incertitude qu’il génère. Si la poursuite du programme européen PEACE IV n’a pas été contestée, l’arrêt des versements devrait se produire après 2020. Le gouvernement britannique a promis d’étudier diverses mesures de financement afin d’aider la province à se préparer le mieux possible aux changements profonds qu’elle devra mettre en place, pour stimuler la croissance économique et la compétitivité de la province, mais il est difficile d’envisager que le Trésor britannique puisse compenser la perte des subsides européens au cours de la décennie.

L’Accord de retrait négocié par Boris Johnson stipulait que la totalité du Royaume-Uni, y compris l’Irlande du Nord sortirait de l’Union douanière européenne, permettant ainsi la signature d’accords de libre-échange avec d’autres pays, dont bénéficierait également l’Irlande du Nord. En outre, la province britannique resterait partiellement alignée sur le marché unique européen pour ce qui concerne les marchandises y compris les produits agroalimentaires avec la création d’une seule zone de réglementation à l’échelle de l’île. Si certains y ont vu l’avantage de pouvoir bénéficier du « meilleur des deux mondes », d’autres n’ont pas manqué de souligner les difficultés à mettre en œuvre un dispositif aussi complexe et le risque de confusion voire d’accrochages qui peuvent en résulter. L’assurance du Premier ministre selon lequel la fluidité des échanges de l’Irlande du Nord à la Grande-Bretagne serait assurée à partir du 1er janvier 2021 a été formellement démentie par le négociateur européen Michel Barnier, qui a souligné que les réglementations divergentes entre l’Irlande du Nord et le Royaume-Uni nécessiteraient des contrôles. Les déclarations contradictoires sur la nécessité ou non d’opérer des contrôles pour les marchandises en provenance de Grande-Bretagne vers l’Irlande du Nord peuvent également laisser prévoir des points de friction et de désaccord entre Européens et Britanniques, malgré la volonté affichée de part et d’autre de se conformer à des règles du jeu équitables. Cette situation trouble ne fait qu’aggraver le climat de vive incertitude que subissent les sociétés et les consommateurs nord-irlandais.

Le calendrier tout comme la stratégie de Boris Johnson sont sujets à controverses. Son engagement à vouloir terminer coûte que coûte le processus de négociations sur la nouvelle relation commerciale avec l’Union européenne avant le 31 décembre 2020 n’est pas, de l’avis de tous les observateurs avisés, réalisable, d’autant que le Premier ministre est très décidé à libérer son pays de toutes les réglementations européennes pour édicter ses propres règles. Son idée de vouloir diverger, autant que faire se peut, des normes et règles européennes est en pleine contradiction avec sa volonté de conserver un accès facile au marché unique sans quotas ni tarifs. De toute évidence, il n’est pas question que l’Union européenne adhère à un accord qui permette au Royaume-Uni de bénéficier, quasiment sans contrepartie, des mêmes avantages que s’il était resté un Etat membre à part entière.

En restant dans le giron britannique, la province devra également subir les effets négatifs du Brexit avec l’accès limité au marché de l’emploi en particulier pour les travailleurs non qualifiés ainsi que de probables tensions dans les échanges de services qui auront lieu entre le nord et le sud de l’île d’Irlande. Une sous-commission consacrée au Brexit a été mise en place à Stormont qui sera représentée lors des négociations entre Européens et Britanniques.

Vers l’unité irlandaise ?

Dans ce climat de grande incertitude et d’inquiétude croissante, l’idée de l’unité irlandaise agite beaucoup les esprits au Nord comme au Sud. Le rattachement de la province à la République a été prévu par l’Accord de paix du Vendredi saint du 10 avril 1998 à la condition qu’une majorité de Nord-Irlandais s’y déclarent favorables. Avec toutes les implications politiques et économiques qui en découleraient, cette éventualité, qui paraissait encore lointaine il y a peu de temps, semble se rapprocher.  Elle permettrait à l’Irlande du Nord de rester dans l’Union européenne avec tous les avantages économiques et financiers que cela suppose.

Une majorité de 55,8% de nord irlandais s’est prononcée contre le Brexit, affichant ainsi leur volonté de rester dans l’Union européenne. Mais la question de l’unité irlandaise est profondément clivante et la hantise des Unionistes est de voir se rapprocher le spectre de la réunification, envisagée par les Nationalistes du Sinn Fein qui, forts de leur nouvelle supériorité numérique envisagent la tenue d’un referendum sur le rattachement de l’Ulster à la République d’ici cinq ans.

Le sondage[14] le plus récent sur cette question a été réalisé par Lord Ashcroft, responsable politique et homme d’affaires britannique. Il fait apparaître une petite majorité de 51% en faveur de l’unification de l’île. Ce sondage fait également apparaître un certain nombre d’indécis qui soit ne savent pas comment ils voteraient soit n’iraient pas voter. Le clivage communautaire est extrêmement visible avec au total 98% de nationalistes catholiques favorables à la réunification et seulement 2% d’unionistes. Ces résultats d’après Lord Ashcroft ne doivent pas être pris à la lettre, car il faut prendre en compte une marge d’erreur. Il ajoute qu’il importe de tenir également  compte de l’incertitude qui persiste quant à la future relation avec l’Union européenne, l’avenir de la frontière et l’impact potentiel sur la vie de la province une fois les négociations terminées. Un autre résultat intéressant de ce sondage c’est que manifestement les répondants jugent que le soutien à une Irlande unie ne fera que croître avec le temps, même au sein de l’électorat unioniste. Il faudra également trouver une solution qui soit praticable à l’échelle de toute l’Irlande.

Si l’Irlande du Nord a été majoritairement unioniste pendant longtemps, l’évolution démographique au cours des dernières décennies a révélé un rééquilibrage régulier en faveur des catholiques nationalistes qui pourraient devenir majoritaires dès 2021. Les appels à la prudence se multiplient pour mettre en garde les responsables politiques nord-irlandais contre une réunification trop hâtive avec le risque d’aliéner la communauté protestante. Selon Heather Conley, du Centre d’Études stratégiques et Internationales à Washington il est impératif de procéder avec précaution, car, selon elle, lorsqu’un des deux camps commence à se faire entendre, le risque est qu’il provoque des réactions hostiles au sein de l’autre camp et fasse ainsi monter les tensions intercommunautaires allant jusqu’au retour du conflit.

Le Professeur de l’Université de Queens à Belfast, Colin Harvey, auteur d’un rapport[15]  sur le rôle de l’Union européenne dans l’unité irlandaise,  a toutefois proposé la date du 22 mai 2023, soit 25 ans après la signature de l’Accord de paix du Vendredi saint pour la tenue d’un referendum sur l’unité irlandaise .

Conclusion

Après trois ans de paralysie politique en Irlande du Nord, le rétablissement des institutions peut laisser espérer un retour à la normalité politique et une véritable coopération entre nationalistes et unionistes. Ce qui rapproche le plus les deux camps c’est l’inquiétude ressentie par tous sur l’entrée en vigueur du Brexit et la nouvelle relation commerciale qui sortira des négociations. La province nord-irlandaise devra trouver sa place dans un contexte très particulier, à l’interface entre le Royaume-Uni et l’Union européenne.

Une des premières dispositions de l’Assemblée nord-irlandaise a été de voter à l’unanimité une motion contre l’accord de retrait du gouvernement britannique. La vice-première ministre du parti nationaliste Sinn Fein déclarait « Cette Assemblée n’a pas donné son consentement au gouvernement britannique pour légiférer en notre nom[16] » et ajoutait « Il s’agit d’un message clair et ferme pour dire que nous rejetons le Brexit et que nous suivons en cela l’Écosse[17] et je suppose que le pays de Galles votera demain aussi pour rejeter le Brexit ».

Un siècle après la partition qui répondait aux vœux de la communauté unioniste d’Ulster, la réunification de l’Irlande paraît possible et largement souhaitable sur le plan économique, mais les divergences entre les deux communautés restent vives et profondes à de multiples égards. La viabilité de la nouvelle assemblée sera un excellent indicateur des progrès réalisés sur la voie de la réconciliation.

[1] Les Unionistes nord-irlandais ont traditionnellement soutenu les gouvernements conservateurs comme en atteste le titre officiel du parti « le parti conservateur et unioniste de Grande-Bretagne et d’Irlande du nord ».  Après les élections de 2017, cette alliance s’était avérée cruciale pour permettre à Theresa May de disposer de la majorité qui lui faisait défaut. Un pacte de soutien et de confiance avait été signé entre les deux partenaires. Il supposait un soutien politique de la part des Unionistes moyennant un somme d’un milliard de livres.

[2] Une zone agro-alimentaire pan-irlandaise serait mise en place qui préserverait la fluidité des échanges entre nord et sud.

[3] “We would be damaging the fabric of the Union with regulatory checks and even customs controls between Great Britain and Northern Ireland on top of those extra regulatory checks down the Irish Sea that are already envisaged in the Withdrawal Agreement. Now I have to tell you no British Conservative government could or should sign up to any such arrangement “.

[4] Si l’on en croit un sondage de Yougov, 59% des Conservateurs souhaitaient que le Brexit ait lieu même si cela impliquait que l’Irlande du Nord quitte le Royaume-Uni.  Lorsqu’il s’agira de négocier la nouvelle relation entre le Royaume-Uni et l’Europe, Boris Johnson ne manquera pas de calculer le coût financier pour le Trésor britannique que représente la province d’Ulster dans le monde post-Brexit.

[5] L’Exécutif nord-irlandais est depuis 2003 constitué par une coalition formée par les deux partis arrivés en tête aux élections locales, en l’occurrence le Parti unioniste démocrate et les Nationalistes du Sinn Fein.

[6] En vertu de la dévolution qui lui a été consentie par l’Accord du Vendredi Saint du 10 avril 1998, le Parlement de Stormont est habilité à légiférer dans les domaines de la santé, l’éducation, l’emploi, l’agriculture, l’environnement et du logement.

[7] Cette démission avait provoqué une élection surprise ainsi que le refus du Sinn Fein de renommer un vice-Premier ministre.

[8] Le scandale, qui avait fait éclater l’Exécutif, faisait apparaitre que le coût du projet, mis en place en 2012, avait été largement sous-évalué et avait déjà couté d’énormes sommes aux finances publiques. Le Sinn Fein, deuxième parti du gouvernement, et les autres partis d’opposition avaient réclamé en vain la démission de la Première ministre, Arlene Foster, en attendant qu’une commission d’enquête rende son rapport sur ce dossier si controversé.

[9] Le modèle de type « consociatif » instauré par l’Accord du Vendredi Saint, et censé convenir à des sociétés très divisées, aurait pu mieux fonctionner si les deux partis modérés, le parti unioniste d’Ulster et le parti travailliste social-démocrate (SDLP) avaient été appelés à former le gouvernement, comme ce fut le cas jusqu’en 2003 sous le mandat de David Trimble et Seamus Mallon.

[10] https://static.rasset.ie/documents/news/2020/01/new-decade-new-approach.pdf

[11] Outre le Parti unioniste démocrate et le parti du Sinn Fein, le Parti unioniste d’Ulster dirigé par Brian Faulkner,  le Parti social-démocrate et travailliste dont le chef de file est Colum Eastwood et le parti de l’Alliance, présidé par Naomi Long, sont représentés à l’Assemblée et au gouvernement.

[12] Karine Bigand. L’IRLANDE DU NORD : UN TERRITOIRE VULNÉRABLE FACE AU BREXIT. Recherches Internationales, Association Paul Langevin, 2017, 109, pp.65 – 81. ffhalshs-01614940f

[13] https://www.irishtimes.com/business/economy/northern-ireland-s-economy-is-threatened-by-more-than-brexit-1.4009296

[14] 1542 adultes nord-irlandais ont été consultés entre le 30 aput et le 2 septembre 2019. La question posée était la suivante : S’il y avait un referendum sur l’unification irlandaise demain, quel serait le résultat d’après vous ? Et si ce referendum avait lieu dans dix ans ? https://www.thejournal.ie/lord-ashcroft-irish-unification-poll-4804372-Sep2019/

[15] Colin Harvey & Mark Bassett, « The EU and Irish Unity : Planning and Preparing for Constitutional Change in Ireland », Queen’s University Belfast, Octobre 209. https://www.guengl.eu/content/uploads/2019/10/Final-Unity-Report-Cover_compressed.pdf

[16] On peut rappeler que l’Irlande du Nord avait voté à 55,8% contre le Brexit lors du referendum du 23 juin 2016.

[17] À Édimbourg le Parlement avait rejeté le projet de loi sur le retrait par 92 voix contre 29.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.