Éditorial : Le Brexit et le Coronavirus

John Martin, The Pandemonium, 1841, Paris, Musée du Louvre
Inspiré du Paradise Lost de John Milton

C’était le 10 mars dernier. Nous donnions une ultime conférence sur le Brexit à l’antenne de Science-Po Paris à Dijon. Nous concluions notre propos devant l’auditoire en soutenant que l’avenir des négociations sur les relations futures entre l’Union européenne et le Royaume-Uni pourrait bien être bouleversé par l’épidémie du Covid-19. Encore à l’époque, nombre de gouvernements européens pensaient qu’ils allaient la surmonter en quelques semaines. La France organisa son premier tour des élections municipales, tandis que le Premier ministre britannique serrait les mains de personnes infectées, considérant sans doute que le seul flegme britannique viendrait à bout d’un virus inconnu.

Un mois après, les dirigeants du monde occidental ont une fois de plus montré leur capacité à nier l’inéluctable dans une espèce d’esprit de Munich sanitaire dont il faudra tirer les conséquences lorsque le confinement sera passé et que la violence du choc économique sera absorbé (ou pas). Au Royaume-Uni, Boris Johnson n’a évidemment pas fait mieux (ni pire) que ses homologues. En revanche, il est désormais atteint personnellement par le Coronavirus au point qu’il a dû laisser les rênes du gouvernement à Dominic Raab, le First Secretary of State. S’il n’existe pas de règles tout à fait précises relatives à l’empêchement du Premier ministre (qui n’est cependant pas une première), il est acquis que Dominic Raab n’a pas le pouvoir de prendre des décisions majeures au nom du Premier ministre. S’il doit le faire, ce doit être en accord avec le Cabinet. Dit autrement, son rôle revient principalement à traiter des affaires courantes qui, en l’espèce, se résument à la gestion des plus complexes de la pandémie.

Quid alors du Brexit ? Le 18 mars, deux jours après que le président de la République française avait pris la parole pour annoncer le confinement, Bruxelles publiait officiellement son projet d’accord sur la relation future. Évidemment, le texte est passé inaperçu en France. Nous en ferons une synthèse dans un prochain billet, mais précisons d’emblée qu’il n’est pas de nature à satisfaire les attentes des Britanniques. Parangon de la méthode et de la rigueur communautaires, le draft agreement démontre que la task force toujours dirigée par Michel Barnier reproduit la même stratégie que lors de la première phase ayant abouti à la conclusion de l’accord de sortie. Il n’est pas certain que l’application et la productivité textuelle européennes soient des moyens complètement efficaces afin d’effacer les lignes rouges tracées par Boris Johnson. Quoi qu’il en soit, ce dernier, avant qu’il ne se retrouve en soins intensifs à l’hôpital Saint Thomas du quartier de Westminster, a réaffirmé qu’un accord serait trouvé avant la fin de l’année, Covid-19 ou pas. Alors que Michel Barnier et David Frost ont aussi été touchés par le virus, le confinement de plusieurs diplomates et l’aggravation de la santé du Premier ministre posent légitimement la question de savoir si la conclusion d’un traité sur les relations futures avant la fin de l’année est bien réaliste. Avant même le mois de mars, les juristes et les politologues avaient déjà exprimé leur scepticisme quant à la pertinence d’une telle éventualité. La survenance d’un fait qui constitue incontestablement un cas de force majeure libère Boris Johnson de sa promesse. Pourtant, son gouvernement continue de soutenir que l’objectif est inchangé. Les négociations ne sont d’ailleurs pas interrompues.

Il n’en demeure pas moins que Whitehall n’a toujours pas réagi formellement et concrètement à la diffusion du projet du 18 mars. Nous attendons encore les propositions de l’administration britannique en ce qui concerne la mise en musique du backstop. Le rythme des propositions et des échanges a donc diminué, n’en déplaise à Boris Johnson.

Les Britanniques sont désormais durement atteints par la pandémie. Plusieurs études soutiennent que leur pays sera, avec l’Italie et l’Espagne, le plus touché en Europe. Cette tragédie s’ajoute à la gestion d’un Brexit qui, bien que secondaire, est un défi qui reste tout entier à relever. Rarement le Royaume-Uni ne fut aussi meurtri qu’en ce printemps 2020. À l’image de son Premier ministre malade, son avenir suscite la plus grande inquiétude. Seul phare dans cette obscurité des temps présents, la reine Élisabeth est venue rassurer son peuple dans une allocution pleine de dignité et pétrie d’un espoir que son ensemble vert symbolisait. Son intervention ne sera évidemment pas suffisante. Nous ne pouvons que souhaiter que nos voisins d’outre-Manche et son Premier ministre trouvent les ressources pour faire face, comme nous tous, à une crise sanitaire dont les conséquences funestes n’en sont qu’à leurs prémices.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.