Boris Johnson et l’exception britannique : du Brexit à la crise sanitaire, par Marie-Claire Considère-Charon

Marie-Claire Considère-Charon revient sur les dernières actualités au Royaume-Uni qui, bien que liées au Coronavirus, impactent les négociations de la phase 2 du Brexit. La gestion de la crise par Boris Johnson, très critiquée, mais finalement assez similaire à celles des autres États de l’Europe occidentale (sur ce point, nous ne partageons pas totalement l’opinion de notre collègue), obscurcit l’horizon de la conclusion d’un accord sur les relations futures avant le 31 décembre 2020.

L’exceptionnalisme britannique renvoie à l’idée que le Royaume-Uni se soit développé, au fil de son histoire, de façon distincte de celle des pays du continent. Si son insularité et sa périphéralité, en quelque sorte détachée de l’Europe, ont pu contribuer à des choix bien spécifiques, son évolution, qu’elle soit politique, juridique, ou commerciale aurait été dictée par le caractère et les valeurs du peuple britannique. Ce sentiment d’exception, qui s’appuie sur la fierté d’avoir pu construire un puissant empire ainsi qu’un modèle de système parlementaire, source d’inspiration pour de nombreux pays, notamment ceux du Commonwealth, est devenu  un argument pour les partisans du Brexit. Il a nourri une rhétorique fondée sur la revendication des valeurs de liberté, d’indépendance et aussi d’adaptabilité qui caractériseraient un peuple au destin privilégié.

Dans son livre, « Comment nous avons inventé la liberté », paru en 2013[1], l’ultra brexiteur et ancien député européen, Daniel Hannan, est revenu sur l’idée que les Anglo-saxons, épris de liberté, incarneraient l’exception parmi les peuples européens, caractérisés par un comportement servile, pour démontrer que le Brexit était un impératif pour les Britanniques. La sortie de l’Union européenne ouvrirait une nouvelle ère qui permettrait de libérer le potentiel du pays, comme l’affirmait, à son tour, Boris Johnson le 31 janvier 2020, le jour qui marquait la fin de son histoire communautaire. Il insistait dans son discours sur la spécificité de la Grande-Bretagne, à la fois une grande puissance européenne et une puissance véritablement globale par son champ d’influence et ses ambitions[2].

Un mois plus tard dans son discours de Greenwich du 3 février 2020 que l’Observatoire du Brexit a analysé en détail[3], le Premier ministre s’employait à redéfinir la nouvelle mission de son pays après la sortie de l’Union européenne. Il formulait à cet égard le grand projet d’élargir le rayonnement de l’anglosphère, et de se rapprocher, à des fins commerciales, du Commonwealth, du Japon et des autres pays de l’accord de Partenariat transpacifique, ainsi que de ses « vieux amis et partenaires », Australie, Nouvelle-Zélande, Canada et États-Unis. En se faisant le chantre du libre-échange, il attestait la capacité de son pays à devancer les autres dans de nombreux domaines, y compris sanitaire et social[4].

Mais la crise sanitaire due à l’épidémie du coronavirus allait briser l’élan du Premier ministre vers la perspective d’un avenir radieux et bouleverser le calendrier des négociations entre Européens et Britanniques sur leur future relation commerciale post-Brexit. Après un premier round de discussions, qui laissait apparaître de « graves divergences[5] », les négociations étaient suspendues suite à la contamination par le virus des négociateurs en chef, Michel Barnier et David Frost.

Dans un premier temps, Boris Johnson avait pris parti pour une stratégie de lutte contre l’épidémie, qui le plaçait à contre-courant de ses homologues européens[6].  Malgré les mises en garde de nombreux experts, le Premier ministre décidait de faire cavalier seul en optant pour le principe de l’« immunité du troupeau »  (herd immunity), qui impliquait une libre circulation du virus, au risque d’une contamination rapide de 60 % de la population[7].

Cette stratégie, visant à préserver l’économie, a été rejetée par nombre d’épidémiologistes, de chercheurs et de responsables politiques comme extrêmement funeste pour les plus vulnérables. L’épidémiologiste britannique William Hanage s’en est indigné en expliquant que c’était comme si vous refusiez d’éteindre l’incendie, qui consumerait votre maison, avec la conviction qu’il finirait par s’éteindre de lui-même.

Dans sa résolution à ne pas vouloir se ranger aux côtés des pays du continent européen dans le traitement de la crise, Boris Johnson écartait les mesures drastiques de confinement de la population prises par la grande majorité des chefs de gouvernement, car, selon lui, l’idée de réprimer la liberté des Britanniques d’aller et venir à leur gré ne pouvait être envisagée, quelles que fussent les circonstances.

Il importe de souligner que cette stratégie occultait le fait que le système de santé n’était pas une abstraction, mais une réalité complexe et que les ressources du NHS en moyens et en personnel avaient déjà montré leurs limites et leurs défaillances. L’idée qu’un pourcentage d’au moins 20% puissent développer des formes graves de la maladie, et de ce fait nécessiter des soins hospitaliers intensifs, représentait une lourde menace pour un système hospitalier qui fonctionnait déjà à flux tendus.

Lors de sa conférence de presse du 19 mars accompagné du Directeur de la santé, Chris Whitty et de son principal conseiller scientifique, Patrick Vallance, Boris Johnson affichait une assurance déroutante en déclarant qu’un vaccin était à l’étude et que le problème serait résolu d’ici 12 semaines, grâce à des tests quotidiens au rythme de de 2500 000 par jour. Cette posture, qui a gravement retardé la mise en place de mesures visant à contenir l’épidémie a fait dire à certains qu’il se livrait à une expérimentation darwinienne pour la survie des plus forts.

Ce n’est que dans un deuxième temps, sous la pression des faits et des mises en garde, que Boris Johnson se rangeait aux mesures prises par la grande majorité des États frappés par la pandémie. Le vendredi 20 mars, il décidait la fermeture des pubs, des clubs et des restaurants en soulignant toutefois que c’était une atteinte au « droit ancien et inaliénable des Britanniques, nés libres au Royaume-Uni de se rendre au pub » et ajoutait qu’il savait combien c’était difficile d’aller à l’encontre de leur « amour instinctif de la liberté[8] ». Puis le lundi 23 mars, il ordonnait un confinement très strict avec l’interdiction de tout rassemblement important et des déplacements non essentiels.

S’il a été accusé de vouloir jouer avec la santé des citoyens, pour avoir tardé à prendre conscience de la réalité de la menace,  et à prendre les bonnes décisions, son insistance à vouloir continuer à serrer les mains a démontré qu’il avait délibérément mis la sienne en péril. Le 27 mars il éprouvait les premiers symptômes du coronavirus et s’isolait au 11 Downing street.

Le lundi 6 avril, il était admis à l’unité de soins intensifs de Saint -Thomas pour difficultés respiratoires. L’hospitalisation de Boris Johnson allait amener le rédacteur en chef du Spectator,  Toby Young,  à publier un article intitulé « La Grande-Bretagne a besoin de Boris, l’homme extraordinaire que je connais depuis 35 ans » . Il évoquait une sorte de croyance mystique dans la grandeur de la Grande-Bretagne et sa capacité à produire des individus hors du commun comme Winston Churchill (auquel Johnson a certainement été tenté de s’identifier) qui pouvaient servir leur pays à des moments critiques. Il déclarait : « J’ai toujours pensé que Boris était l’un de ceux-là – ce n’était pas juste une intuition, mais j’en étais persuadé au plus profond de moi ».Pour l’auteur, il ne faisait donc aucun doute que Boris Johnson saurait se hisser à la hauteur des circonstances pour triompher du virus et sauver son pays.

Avant l’hospitalisation du Premier ministre, le gouvernement s’était vu proposer la participation à un projet, à l’échelle européenne, de mutualisation des achats d’équipements, en particulier de respirateurs artificiels, pour lutter contre la pandémie.  Le 27 mars, le gouvernement britannique expliquait qu’en raison d’un problème de messagerie il n’avait pu répondre à la proposition des Européens[9]. Mais la veille, le porte-parole du Premier ministre déclarait que le Royaume-Uni ne participait pas parce qu’il n’était plus membre et que le pays faisait ses propres efforts. La Commission européenne insistait toutefois sur le fait que le Royaume-Uni  était encore habilité à participer aux projets européens jusqu’à la fin de la période de transition, le 31 décembre[10]. Cette confusion donna lieu à de vives criques et le gouvernement fut accusé de placer le Brexit avant la santé des citoyens britanniques.

* * *

À son arrivée au pouvoir, le Premier ministre s’est engagé à en finir avec le Brexit pour pouvoir se consacrer aux problèmes qui sont prioritaires pour les Britanniques et en particulier celui de la santé. La crise sanitaire a montré à quel point il était urgent de restaurer un système qui se révélait dramatiquement insuffisant pour faire face à la pandémie.

Le refus de s’aligner sur les mesures prises par le continent a motivé les premières réactions du Premier ministre à la crise du coronavirus tout comme elle a inspiré la démarche du Brexit qui manifestement était relégué au second plan. Le 15 avril, on apprenait toutefois que les négociateurs britanniques et européens étaient convenus de reprendre les négociations post Brexit par visioconférence la semaine suivante, avec la volonté apparemment partagée de progresser rapidement. Il y aurait trois séries de discussions d’une semaine chacune, jusqu’en juin. Une réunion cruciale aura lieu à l’issue des pourparlers pour évaluer les progrès réalisés qui puissent garantir un accord d’ici la fin de l’année 2020. Nombre de responsables politiques se sont déclarés très sceptiques quant à la faisabilité d’un tel projet dans de si courts délais, sachant que des centaines d’accords doivent se substituer à tous ceux qui ont été négociés au titre de l’Union européenne. Le Royaume-Uni peut demander une prolongation des pourparlers, mais Boris Johnson continue à exclure cette éventualité. Au cas où il maintiendrait sa position, la menace d’un no deal serait de retour. Dans le contexte d’urgence sanitaire qui préfigure une grave crise économique et sociale,  il est difficile d’envisager que le Royaume-Uni, qui a déjà dépensé en amont du Brexit 4 milliards de livres,  selon le Contrôleur des comptes publics,  prenne le risque de se placer sous les règles de l’OMC.

[1] Daniel Hannan, How we invented freedom and why it matters, Head of Zeus, novembre 2013, 416 p.

[2] “We want this to be the beginning of a new era of friendly cooperation between the EU and an energetic Britain, a Britain that is simultaneously a great European power and truly global in our range and ambitions”.Discours de Boris Johnson le 31 janvier 2020. https://www.gov.uk/government/speeches/pm-address-to-the-nation-31-january-2020

[3] Discours de Greenwich, 3 février 2020. https://www.gov.uk/government/speeches/pm-speech-in-greenwich-3-february-2020

[4] Voir l’article très éclairant d’Aurélien Antoine dans l’Observatoire du brexit, « Le début des négociations sur la relation future : l’affirmation d’une doctrine politique et d’une stratégie de négociation par les Britanniques », 10 mars 2020.

[5] C’est avec ces mots que Michel Barnier s’exprimait le jeudi 5 à l’issue d’une première série de discussions sur le cadre des futures relations entre le Royaume-Uni et l’Union Européenne.

[6] Cette première approche a également été retenue temporairement par les Pays-Bas et la Suède.

[7] Si cette approche a pu être retenue par le passé c’est parce qu’elle s’est appuyée sur des campagnes massives de vaccination contre des maladies telles que les oreillons ou la rubéole.  Mais chacun sait qu’il faudra attendre de longs mois avant qu’un vaccin contre le Covid 19 ne soit mis au point.

[8] Ces propos ont été diversement interprétés. Si certains y ont vu une décision prise à contrecœur qui serait en réalité contre nature ,  d’autres l’ont perçue comme un droit qui serait l’apanage anglo-saxon du peuple des Anglais de souche non pas les Britanniques  qui les distinguerait de ceux qui ne sont pas nés sur le sol britannique, un droit qui serait donc un marqueur de l’identité ethnique.

[9] Entre-temps, le gouvernement du Royaume-Uni est en pourparlers avec des fabricants pour acquérir 8 000 ventilateurs, dans le but de doubler le nombre disponible pour le National Health Service du Royaume-Uni.

[10] Trois programmes en cours permettront aux Etats membres d’acheter conjointement des ventilateurs, des équipements de protection et des équipements de test – avec l’idée que les commandes groupées signifieraient que les pays pourraient acheter des équipements à un prix inférieur.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.