Le point de vue d’un Nord-irlandais au seuil du terme des négociations sur les relations futures : Entretien avec Malachi O’Doherty, journaliste et écrivain à Belfast.

Propos recueillis par Marie-Claire Considère-Charon

Alors que se rapproche à grands pas l’échéance du 15 octobre fixée par Boris Johnson pour parvenir à un accord commercial avec l’Union Européenne, l’avenir de l’Irlande du Nord semble plus que jamais en suspens. Les dispositions inscrites dans le Protocole nord-irlandais, qui figure dans l’Accord de retrait signé avec l’Union Européenne le 17 octobre 2019, visaient à instaurer des règles d’échange des marchandises avec la Grande-Bretagne de part et d’autre de la mer d’Irlande. Elles ont été remises en cause par le projet de loi sur le marché intérieur que le Premier ministre a présenté aux Communes le 9 septembre 2020. Marie-Claire Considère-Charon a interviewé Malachi O’Doherty, journaliste et écrivain à Belfast, afin qu’il nous donne son éclairage sur les récents événements et l’état d’esprit des communautés en Irlande du Nord.

  • Marie-Claire Considère-Charon : On a beaucoup négligé la question de la frontière irlandaise pendant la campagne référendaire de 2016. Il semble que les Anglais se soient ralliés à l’idée du Brexit sans se soucier un seul instant de l’Irlande du Nord. Pensez-vous que la plupart d’entre eux ne se sont pas rendu compte de ce qui est en jeu en Irlande du Nord ?

Malachi O’Doherty : Oui, je pense que la plupart des Anglais ne pensent pas du tout à l’Irlande du Nord. Les nouvelles qui parvenaient d’ici pendant les Troubles étaient mornes et répétitives et on percevait même dans la voix des présentateurs de télévision comme un léger soupir quand ils disaient : « Passons à présent à l’Irlande du Nord ». Même quand la campagne pour le Brexit mettait l’accent sur la nécessité de reprendre le contrôle des frontières, il ne leur est pas venu à l’idée qu’ils ont une frontière terrestre avec l’Union Européenne et qu’elle est en Irlande. Et, dans certaines des discussions qui ont eu lieu ensuite dans les médias, on a semblé quelque peu surpris de constater que la République d’Irlande était un État souverain qui avait le droit de ne pas être d’accord avec les plans de l’Angleterre.

  • MCC : Après sa rencontre, le 10 octobre 2019, avec son homologue irlandais, Léon Varadkar, à Thornton Manor dans le nord-ouest de l’Angleterre, il a semblé y avoir une de prise de conscience, de la part de Boris Johnson : « quelque chose a changé » a déclaré Laura Kuessenberg de la BBC. A présent quelque chose a changé aussi. Diriez-vous que la décision de Johnson de revenir sur l’Accord de Retrait est une tactique pour faire pression ou la prise de conscience soudaine que les implications du Protocole irlandais vont à l’encontre de son idée du Brexit ?

MOD : La difficulté est de savoir si Johnson a un projet clair ou s’il agit de temps à autre selon ses impulsions. On ne croit plus guère, même dans la plupart des médias londoniens, qu’il soit capable d’avoir des plans intelligents qui répondraient à une stratégie. Et son comportement au Parlement, pendant les séances de questions au Premier ministre, montre qu’il n’a pas de ligne directrice claire et qu’il est mal préparé. Il avance que les changements apportés à l’Accord de Retrait sont nécessaires pour protéger l’Accord du Vendredi saint. La logique de cet argument est que cet accord dilue l’union entre l’Irlande du Nord et le reste du Royaume-Uni, mais que selon l’Accord du Vendredi saint, on ne peut mettre un terme à l’Union qu’avec le consentement de la majorité en Irlande du Nord.  Il en découle qu’il ne devrait pas y avoir non plus d’érosion de cet accord. Jusqu’à présent on s’est tellement focalisé sur l’argument qu’une frontière en Irlande porterait atteinte à l’Accord du Vendredi saint -et fait insulte  aux nationalistes, mais on peut pareillement soutenir qu’une frontière en mer d’Irlande fait insulte aux unionistes.

  • MCC : La question de la frontière irlandaise a été le problème le plus difficile à résoudre pour permettre le retrait du Royaume-Uni de l’UE. La solution trouvée en premier a été celle du backstop. Avec cette option il y aurait eu un Brexit moins dur qui aurait préservé une forme de statu quo et maintenu le Royaume-Uni dans une union douanière avec l’UE. Mais cette option, qui a été rejetée par les parlementaires conservateurs et unionistes, était  provisoire et il fallait trouver un autre arrangement. La seconde option choisie par Johnson conserve l’Irlande du Nord en alignement avec l’Union Européenne et introduit une frontière en mer d’Irlande ainsi qu’un double régime douanier qui s’avère très difficile à mettre en œuvre. Laquelle des deux options auriez-vous privilégiée ?

MOD : Personnellement j’ai le sentiment que nous imposer la nécessité de choisir l’une comme l’autre de ces options a été un acte d’hostilité de la part de l’Angleterre, mais je préfère encore une frontière en mer d’Irlande et que l’Irlande du Nord reste dans le marché unique. Il serait impossible de contrôler une frontière terrestre. Cela inviterait de plus à la contrebande et mettrait à mal la liberté de mouvement.

  • MCC : L’Accord du Vendredi saint a changé les relations entre l’Irlande du Nord et la République en rendant la frontière invisible et en suscitant une coopération transfrontalière très réussie. Diriez-vous que cette coopération est davantage menacée qu’il y a deux ans ?

MOD : Je pense qu’il y a quelques problèmes.  L’un d’eux est que les bonnes relations entre la Grande-Bretagne et l’Irlande se sont dégradées et qu’elles pourraient bien empirer si on ne trouve pas d’accord commercial acceptable. L’Accord du Vendredi saint est assis sur trois relations, celle entre le Nord et le Sud, celle entre les deux communautés au Nord et enfin celle entre la Grande-Bretagne et l’Irlande. Toutes ces relations sont à présent menacées. Quand il y a eu des crises au sein de l’exécutif de l’assemblée de Stormont, on a toujours réussi à trouver une solution en réunissant les gouvernements irlandais et britannique pour qu’ils trouvent ensemble un accord. Ce sera beaucoup plus difficile à réaliser si ces deux gouvernements s’affrontent sur la façon de mettre en place le Brexit.  

  • MCC : Comme on a pu le constater au cours des vingt dernières années, les institutions nord-irlandaises constituent un édifice complexe et fragile. Elles ont été rétablies en janvier 2020 après beaucoup de pressions. On voit mal comment elles peuvent fonctionner avec un problème aussi clivant que le Brexit qui a aggravé les tensions entre les deux camps adverses, les Unionistes et les  Nationalistes.  Quoiqu’il arrive, il y aura au bout du compte, des déceptions, des frustrations et de la colère. Pensez-vous que les institutions pourraient s’effondrer d’ici la fin d’année ?

MOD : Non je ne pense pas qu’un effondrement soit imminent et je ne pense pas non plus que la violence soit imminente. Je crains davantage une lente érosion des relations et une mauvaise gestion des nouveaux problèmes au fur et à mesure qu’ils surgiront.

  • MCC : Le projet de loi sur le marché intérieur a provoqué une réaction générale  de choc, de frustration et d’indignation en Europe. Certains à Bruxelles ont dit que « il avait détruit toute la confiance dans les négociations ». Pensez-vous que Johnson savait quelles en seraient les conséquences ?

MOD : Non. Je pense que Johnson n’est pas la hauteur de sa tâche. Peut-être est-il trop manipulé par les ultras brexiters qui ne veulent pas d’accord et qui ne se soucient pas de préserver l’union du Royaume-Uni. Je ne l’affirme pas avec certitude, mais c’est une possibilité.

  • MCC : La Commission a donné au gouvernement britannique jusqu’à la fin du mois pour revenir sur son projet. Des dizaines de députés conservateurs sont mécontents de ce projet de loi.  Pensez-vous que le Premier ministre accepte d’en retirer les dispositions contestées ou seulement de procéder à des changements mineurs ?

MOD : Il a dit qu’il fera voter le Parlement sur les changements apportés à l’Accord de retrait et qu’il tiendra  le projet en réserve pour le cas où il n’y aurait pas d’accord avec l’UE.  C’est un changement par rapport à la position qu’il a prise la semaine précédente où il a voulu faire voter ce projet immédiatement. Mais, à certains égards, cela trahit une incompétence encore plus grave, car il a perdu la confiance de l’Europe sans gagner quoi que ce soit.

  • MCC : Compte -tenu du degré d’hostilité et de défiance mutuelles (on a entendu Johnson aux Communes supposer que l’Union Européenne serait contente de voir le Royaume-Uni échouer et les représentants européens affirmer qu’avec une telle violation du droit international, on ne pouvait plus avoir confiance dans le Royaume-Uni) y a-t-il encore la moindre chance que les deux camps parviennent à un accord ?

MOD : La politique c’est la politique, l’art du possible. Les brexiters croient que l’Union veut et a besoin d’un accord et qu’elle finira par transiger. L’Union Européenne n’a pas encore quitté la table et vraisemblablement continue à croire en la possibilité d’un accord fiable avec Johnson.

  • MCC : Même si Michel Barnier et David Frost continuent à discuter de la future relation commerciale, pensez-vous que la task force se soit finalement rendu compte qu’il leur était impossible de trouver un accord avec le Royaume-Uni ? Si tel est le cas pourquoi maintiennent-ils leur calendrier ? Font-ils simplement semblant d’être ouverts et optimistes ?

MOD  : Il se peut qu’ils voient la possibilité d’ un accord et le souhaitent. Ou ils ont peut-être conclu que la partie était terminée, mais ne veulent pas prendre la responsabilité d’y mettre un terme. C’est une façon de procéder qu’on a vue avec le processus de paix : quand il ne semblait plus y avoir aucun espoir, on a tenu bon alors qu’on ne se faisait plus confiance parce que l’alternative est d’admettre qu’on n’a plus de perspectives ni d’idées. C’est très dur de déclarer la fin d’un processus.

  • MCC : Pensez-vous que l’idéologie du Brexit avec l’importance qu’elle donne à la liberté et à l’idée de reprendre le contrôle, ainsi qu’au rejet des règles et des contraintes venant de l’étranger, soit toujours aussi forte chez les Irlandais du Nord qui ont voté pour le Brexit ? Ne s’est-on pas rendu compte qu’un Brexit dur ou, pire encore, une absence d’accord serait très dommageable pour l’économie nord-irlandaise qui est tellement liée à l’économie de la République ?

MOD : Ici les gens en ont assez de tout cela et sont plus préoccupés par la Covid 19.  L’argument pour le maintien dans l’Union Européenne s’est effondré parce-que le Brexit a eu lieu. Le reste c’est du détail et c’est difficile pour la plupart des gens de les suivre.

  • MCC : On aurait pu penser que Johnson ne se souciait guère de l’Union des quatre nations et que ce qui l’intéressait c’était une Angleterre avec un parti nationaliste fort aux commandes. Sa décision de déplacer la frontière et de la mettre dans la mer d’Irlande, en dépit de l’opposition des Unionistes, semblait le confirmer. Comment expliquez-vous son intérêt soudain pour un gouvernement britannique qui remplace l’Union Européenne comme autorité qui fixe les règles? 

MOD : Son argument est que des conditions spéciales accordées à l’Irlande du Nord auraient des répercussions fâcheuses en Grande-Bretagne et c’est quelque chose qu’il n’avait pas compris quand il a signé l’Accord de Retrait. Il a dit que les règles qui l’inquiètent tout particulièrement sont celles qui portent sur les aides de l’État à l’industrie. Cela semble bizarre dans la mesure où les Conservateurs sont en général opposés à ce que l’État subventionne les entreprises privées. Il s’est mis à dos l’Écosse et le pays de Galles parce que son projet leur retire des pouvoirs. En fait cela n’a pas beaucoup de sens, à moins qu’il n’ait voulu impressionner l’UE en se faisant passer pour un négociateur coriace, en faisant le genre de choses que fait Trump, déchirer les accords. Il se peut aussi qu’il ait voulu faire échouer les négociations et que l’Union Européenne ait déjoué ses manœuvres en maintenant les pourparlers.

  • MCC : Le comité mixte dont la tâche est cruciale pour mettre en œuvre des contrôles aux frontières entre les deux îles, n’a enregistré aucun progrès notable. Il y a eu la semaine dernière une réunion d’urgence. Savez-vous ce qu’a donné cette rencontre ?

MOD : Non.

  • MCC : Si les contrôles à la frontière en mer d’Irlande ne sont pas mis en place, pensez-vous qu’il pourraient s’avérer nécessaires à la frontière terrestre irlandaise ?

Mod : Oui c’est ce que personne ne veut avouer tout haut. Mais si l’Irlande du Nord sort du marché unique alors il faut alors qu’il y ait une frontière et il reviendra alors aux Irlandais, malheureusement pour eux, de l’ériger. On peut laisser les choses évoluer progressivement au fur et à mesure que les normes du Royaume-Uni divergeront de celle du marché unique, mais s’il y a un accord commercial avec qui que ce soit, qui autorise des changements de normes alimentaires, il faudra alors qu’il y ait une frontière.

  • MCC : Beaucoup de gens s’inquiètent du retour de la violence paramilitaire à la frontière irlandaise de la part de dissidents républicains et plus récemment d’activistes loyalistes. Lequel de ces deux groupes est à votre avis le plus dangereux ?  Est-ce que les services de police nord-irlandais (le PSNI)  et la Garda Sochiana de la République se sont entendus sur des mesures pour faire face à ces menaces ?

MOD : La menace paramilitaire est faible. Le danger est que les dissidents républicains attaquent la frontière ou que les loyalistes tirent sur des fonctionnaires qui assurent le fonctionnement d’une frontière maritime. Mais on devrait pouvoir gérer ces menaces à court terme. Il est vrai cependant que cela puisse s’aggraver.

  • MCC : On n’entend pas beaucoup parler de l’opinion des Nord-irlandais sur la façon dont le processus du Brexit a évolué, si ce n’est pour l’appel passionné de la responsable du Parti Unioniste Démocrate (DUP), Arlene Foster, qui ne veut absolument pas d’un traitement spécifique pour l’Irlande du Nord. Elle n’est cependant pas représentative de la population nord-irlandaise puisque 56 % des gens ont voté pour le maintien dans l’Union Européenne. Pourquoi n’y a-t-il pas eu dans la province une voix plus crédible et plus légitime contre le Brexit ?

MOD : Un des problèmes est que le Sinn Fein refuse de siéger à Westminster et qu’il n’a joué aucun rôle dans les débats qui s’y sont déroulés, même lorsqu’il aurait pu faire basculer une étroite majorité. Depuis décembre il y a deux élus qui représentent le parti social-démocrate et travailliste et ils se font bien entendre de façon efficace. Et l’Assemblée nord-irlandaise était tombée avec le retrait du Sinn Fein si bien qu’il n’y avait là non plus aucun débat. Il y a eu beaucoup de discussions dans les médias ici, en Irlande du Nord, mais il y a eu très peu d’écho  dans les médias internationaux.

  • MCC : Le candidat démocrate à la présidence des États-Unis, Joe Biden, a déclaré récemment : « nous ne pouvons pas permettre que l’Accord du Vendredi saint fasse les frais du Brexit ». Nancy Pelosi, la présidente de la Chambre des représentants, a exprimé les mêmes inquiétudes et elle a averti qu’un accord de libre-échange entre  la Grande-Bretagne et les États-Unis était absolument exclu si le Royaume-Uni violait ses accords internationaux. Pensez-vous que leurs déclarations puissent avoir un impact sur le processus de négociations ?

MOD : Il aurait dû s’y attendre, mais je pense que Johnson a dû être très surpris.  Mais je pense aussi que la vision qu’ont les Américains de l’Accord du Vendredi saint est simpliste. C’est pour eux un traité de paix qui pourrait échouer et laisser place à la guerre. Je ne vois pas les choses de cette manière. C’est en fait une constitution pour une forme de gouvernement de dévolution en Irlande du Nord. Ces institutions ne vont pas immédiatement s’écrouler s’il y a une frontière terrestre. Mais le danger couve sous la cendre, c’est l’érosion des relations entre la Grande-Bretagne et l’Irlande et entre le Nord et le Sud et aussi entre les Nationalistes et les Unionistes quand ils prendront parti sur le plan politique, et cela se produira inévitablement, lorsqu’il y aura des dissensions entre la Grande-Bretagne et l’Irlande. De plus : regardez ce qui se passe en Écosse. L’Écosse a aussi voté pour rester dans l’Union Européenne mais à présent elle se retrouve coincée à cause des Anglais qui ont voulu le Brexit, ce qui renforce l’argument en faveur de l’indépendance de l’Écosse. Si l’Écosse quittait le Royaume-Uni, je pense que cela amplifierait en Irlande du Nord la demande de l’unité irlandaise. Si l’Angleterre est perçue comme un problème, comme un pays mal gouverné qui attend de nous qu’on soit dans leur union, mais ne nous traite pas comme un partenaire à parts égales, alors beaucoup de gens, qui n’y pensaient pas avant, commenceront à envisager une Irlande unie. Attendons aussi les résultats du recensement de la population de 2021 : ils confirmeront en toute probabilité que les catholiques sont à peu près aussi nombreux que les protestants et que (s’ils perdaient leur foi en l’Union du Royaume, le peu qu’ils en aient) ils auront aux élections assez de voix pour nous en sortir. Il faut alors se demander si cet intérêt accru pour une Irlande unie pourrait perturber les unionistes au point d’inciter les loyalistes à mener des attaques contre les catholiques ou contre Dublin.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.