L’Observatoire du Brexit évolue !

Chères Lectrices,

Chers Lecteurs,

Avant toute chose, le comité éditorial, les contributeurs et moi-même vous remercions de l’intérêt que vous portez à l’Observatoire du Brexit et de votre fidélité. En cinq années, nous avons atteint environ 200 000 connexions par an, ce qui n’est pas négligeable pour une plateforme académique qui porte sur un sujet, certes d’actualité, mais aussi particulièrement complexe.

Les débats sur le Brexit, qu’ils soient politiques, sociaux, économiques ou juridiques ont montré que les continentaux n’avaient pas forcément une connaissance très précise des us et coutumes de nos voisins britanniques. L’Observatoire du Brexit a d’abord eu pour ambition de mobiliser des experts du Royaume-Uni pour mieux comprendre un choix qui, même s’il fut motivé par de nombreux facteurs conjoncturels, trouve également des explications structurelles. Le suivi semaine par semaine des négociations entre l’UE et le Royaume-Uni pour organiser son retrait puis les relations futures entre les deux partenaires ont ainsi bénéficié d’éclairages précis et parfois uniques en langue française. Plus largement, l’ambition de l’Observatoire fut de rendre accessibles au plus grand nombre un savoir de qualité à titre gratuit et sans subir les délais particulièrement longs des publications scientifiques.

Cette ambition, nous souhaitons la poursuivre en tenant compte de l’évolution du sujet que nous traitons. Le Brexit fut d’abord un processus politique, diplomatique et juridique en deux phases. La première, entre 2017 et le 31 janvier 2021, a consisté à organiser le retrait. La seconde, plus brève, s’est étalée sur un peu moins d’un an pour s’achever avec l’entrée en vigueur (d’abord provisoire le 1er janvier 2021) des accords sur les relations futures dont le plus important est l’accord de commerce et de coopération (ACC). Depuis lors, nous sommes entrés dans une ère post-Brexit qui, sans rompre avec les phases précédentes, s’en distingue néanmoins dans la façon dont le chercheur l’aborde.

En premier lieu, la nature des faits à analyser n’est souvent plus la même : il s’agit désormais d’étudier en priorité la mise en œuvre de la nouvelle relation à partir de textes qui ne constituent que des bases devant être enrichies. L’approche scientifique ne peut être similaire à l’appréhension d’événements ponctuels, inscrits dans un temps relativement court. La période 2016-2021 a été marquée par le traitement de sujets variés et souvent inattendus en fonction des difficultés des négociations ou, entre 2016 et 2019, des soubresauts de la crise politique inédite que le Royaume-Uni a connu. Avec la relation future fondée sur des traités, les problématiques et les principaux écueils sont bien connus et s’inscrivent dans un temps beaucoup plus long. Pour ne citer que deux exemples qui ont marqué les premiers mois d’application de l’ACC, la pêche et la situation de l’Irlande du Nord ont très rapidement été identifiés comme des dossiers difficiles. Ils le resteront durant plusieurs années, malgré les dispositifs juridiques qui ont été pensés dans les traités. Les chercheurs ont encore de la matière à discuter d’une actualité sans doute plus technique et plus juridique.

En second lieu, les champs scientifiques liés au Brexit concernent désormais moins un processus en tant que tel que ses conséquences structurelles. L’Observatoire a toujours insisté sur ce double aspect, mais alors que l’actualité imposait de prioriser l’analyse du processus, la nouvelle relation UE/Royaume-Uni justifie d’inverser l’équilibre au profit d’un contenu qui s’attarde plus sur les répercussions du Brexit, directes, mais aussi indirectes.

Le nouveau comité éditorial (composé de la professeure Marie-Claire Considère Charon, Alexandre Guigue, Thibaud Harrois, Loïc Robert et moi-même) vous annonce donc une évolution de l’Observatoire du Brexit qui devient « Observatoire du Brexit. Groupe de recherche sur le Royaume-Uni et l’Union européenne post-Brexit ».

Sur la forme, l’Observatoire accueillera deux nouvelles rubriques : les éditoriaux et les billets d’actualité. Ce type d’exercice a été largement pratiqué durant ces cinq dernières années, mais il s’agit ici de les isoler plus clairement des analyses de fond. Par ailleurs, l’objectif à court terme est de recourir aux nouveaux moyens qu’offre notre hébergeur en diffusant plus de contenus multimédias.

Sur le fond, l’Observatoire privilégiera quatre thématiques :

  • l’application des accords de Brexit ;
  • les divergences normatives et politiques entre l’UE et le Royaume-Uni ;
  • l’impact du départ des Britanniques sur l’UE, en particulier dans sa stratégie commerciale avec les États tiers ;
  • les défis structurels qui s’imposent au Royaume-Uni, souvent antérieurs au Brexit, mais que ce dernier a rendu plus difficiles à surmonter. L’Observatoire a ainsi vocation à accueillir des analyses sur les évolutions légales, institutionnelles et politiques du Royaume-Uni post-Brexit, sur l’avenir de l’Union britannique, et sur le projet de Global Britain (relations internationales et défense).

L’Observatoire du Brexit est ouvert à toute publication en français ou en anglais de chercheur qui travaille sur ces sujets, quelle que soit sa discipline académique. Les articles proposés feront tous l’objet d’une relecture par l’un des membres du comité éditorial.

Bonne lecture !


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.