L’annonce surprise des élections législatives : un pari très risqué pour Rishi Sunak

Par Marie-Claire Considère-Charon, Professeure émérite des Universités en civilisation britannique.

Rishi Sunak était tenu de convoquer des élections législatives d’ici décembre 2024, afin qu’elles puissent avoir lieu un mois après. Il avait déjà exclu l’éventualité d’élections en 2025 et s’était engagé à les organiser au cours du 2e semestre 2024. L’annonce de la convocation des élections le 4 juillet prochain a surpris de nombreuses personnalités du parti conservateur, qui, à l’exception de Michael Gove[1], ont exprimé leur étonnement, leur désarroi et même leur consternation. La plupart des collaborateurs du Premier ministre jugeaient le moment tout à fait inopportun, convaincus qu’attendre octobre ou novembre donnerait le temps à l’économie de se stabiliser[2].

La cote personnelle du Premier ministre est médiocre, le parti conservateur est très impopulaire et continue à se diviser après 14 ans au pouvoir, tandis que le pays est toujours enlisé dans une crise du coût de la vie, avec des taux hypothécaires beaucoup plus élevés qu’il y a quelques années.

Sunak n’a pas été en mesure de faire évoluer les sondages en sa faveur depuis qu’il est devenu leader du parti conservateur. L’avance de 20 points, à la date du 22 mai, dont disposait dans les sondages, le parti travailliste sur les conservateurs, est la plus importante jamais enregistrée par un parti d’opposition depuis 1997. L’ampleur du défi que s’est lancé le Premier ministre est manifestement telle qu’aucun parti au pouvoir n’a réussi à rattraper un tel retard dans un délai aussi court avant les élections. Comment Sunak pourrait-il en six semaines inverser la tendance et remporter une étonnante victoire à l’arraché ?

La plupart des médias ont mis en exergue le pari que représente le scrutin, qui, pour la première fois depuis 1945, où le travailliste Clement Attlee l’avait emporté sur le conservateur Winston Churchill, se tiendra en juillet. Ils sont unanimes quant à la défaite assurée des conservateurs, les divergences ne portant que sur l’étendue de cette défaite.

L’image du Premier ministre, qui s’est exprimé devant le 10 Downing street, sous une pluie battante, sans une main secourable pour lui tendre un parapluie, a suscité divers sarcasmes et railleries. Trempé jusqu’aux os, réussirait-il à maintenir le cap contre vents et marées et même à redresser la barre, comme il s’engageait à le faire ou, à l’inverse, le déluge qui s’est abattu sur lui serait-il prémonitoire d’un naufrage à ‘Drowning street[3] ?

Un grand nombre d’hypothèses ont commencé à circuler quant aux motivations qui ont conduit le Premier ministre à défier les mauvais sondages et hâter la tenue du scrutin, une décision prise avec une poignée d’initiés[4] parmi lesquels le vice-Premier ministre Oliver Dowden.

Sunak a pu penser que le moment lui était plutôt favorable, dans un contexte de légère reprise économique et d’une baisse de l’inflation[5] qui, après avoir été dangereusement élevée, est redescendue juste au-dessus de l’objectif de 2 % fixé par la Banque d’Angleterre, ce qui donne au Premier ministre l’occasion d’affirmer que l’économie est sur la bonne voie. Il a pu également tabler sur les voix des indécis qui lui permettraient de limiter la casse à moins de 200 sièges à Westminster.

Certains experts ont également suggéré que les récentes élections locales pouvaient laisser envisager une victoire plus limitée des travaillistes que ne le prédisent les sondages, bien que ce soit très difficile d’extrapoler des prévisions à l’échelle nationale à partir de votes locaux dans seulement quelques parties du pays (nous renvoyons ici à la publication d’Aurélien Antoine à la suite de ce scrutin).

En outre, plusieurs exemples historiques récents prouvent que les sondages peuvent se tromper comme, lors des élections de 2017 où Theresa May perdit la faible majorité dont elle disposait. Tel fut aussi le cas en1992 : le scrutin s’était soldé par la quatrième victoire consécutive des Conservateurs, alors que le travailliste Niel Kinnock était bien en tête dans les sondages.

Le sort des conservateurs sous de mauvaises augures

L’annonce du Premier ministre a inauguré une campagne de six semaines. Les chefs de parti sont immédiatement partis en campagne, mais le Parlement a été officiellement dissous le 30 mai, soit 25 jours avant le jour du scrutin.

La principale priorité des responsables politiques sera de parcourir le pays pendant six semaines selon un calendrier extrêmement serré, où ils chercheront à se faire photographier en train de démarcher les électeurs et de rencontrer des membres de la société civile et du public. Une série de débats télévisés sera organisée, au cours desquels Rishi Sunak et Keir Starmer s’affronteront dans un face à face de nature quasi-présidentielle.

Le jeudi 4 juillet, les Britanniques voteront entre 7 heures et 22 heures, heure locale, et dès la fermeture des bureaux de vote, les voix seront comptabilisées. Le vainqueur est généralement déclaré aux premières heures du vendredi matin. Il est sans doute superflu de rappeler qu’au Royaume-Uni, les électeurs n’élisent pas directement le Premier ministre. Ils élisent un membre du parlement (MP) pour représenter leur circonscription. Le chef du parti qui remporte la majorité des 650 circonscriptions britanniques, soit 326 sièges, devient automatiquement Premier ministre et peut former un gouvernement. Le roi Charles III devra décider formellement la formation du nouveau gouvernement tout comme il a approuvé et décidé la décision d’organiser des élections et de dissoudre du parlement sur le conseil du Premier ministre.

S’il n’y a pas de majorité absolue, les Premiers ministres issus du parti arrivé en tête du scrutin doivent chercher le soutien d’autres formations de façon à pouvoir fonctionner en tant que gouvernement minoritaire (comme l’a fait Theresa May en 2017 avec le parti unioniste démocratique (DUP)), ou former une coalition, comme l’a fait David Cameron avec les libéraux démocrates en 2010.

L’hypothèse d’un Parlement sans majorité issu des prochaines élections a été jugée la plus probable par Rishi Sunak qui s’appuyait sur un sondage donnant une avance de 12 points seulement aux travaillistes.[6] 

Après la succession de cinq Premiers ministres conservateurs aux prises avec le Brexit, cinq Chanceliers de l’Echiquier et une série de scandales parmi lesquels le “Partygate” sous le mandat de Boris Johnson, suivi du mandat chaotique de six semaines de Liz Truss, dont le programme fiscal a plongé les marchés dans la tourmente, l’image de marque du parti conservateur a été gravement écornée.

Le raz de marée des conservateurs en décembre 2019 semble loin, et les électeurs britanniques, désabusés, paraissent largement disposés à se détourner vers d’autres partis. Cela implique que des changements radicaux peuvent se produire d’une élection à l’autre, une évolution qui, selon Stephen Bush, s’apparente à un scénario à la canadienne[7].

Les sondages donnent 45% des intentions de vote pour le Labour et seulement 25% pour les Tories. Convertis en projections de sièges au Parlement, les intentions de vote peuvent, selon les pronostics, soit déboucher sur une victoire confortable des travaillistes, soit sur une victoire si écrasante qu’elle entraînerait une quasi-disparition des conservateurs.

Les tories devront se battre sur plusieurs fronts. Outre le parti travailliste, ils sont sous la menace du parti nationaliste Reform UK , crédité de 10% à 12 % d’intentions de vote, qui pourrait leur ravir des sièges clés. La percée de parti qui tente de déborder le parti conservateur sur son aile droite, en particulier sur la question de l’immigration[8] rend le part conservateur très vulnérable et lui inspire des choix stratégiques. À sa gauche, il doit aussi se garder des Libéraux-démocrates, un groupe centriste et pro-européen qui a grignoté le soutien des conservateurs dans les régions aisées du sud de l’Angleterre.

Lors de son premier déplacement de campagne, Rishi Sunak n’a cessé de marteler ses objectifs en se posant comme le responsable politique qui sait prendre des mesures audacieuses afin d’assurer la sécurité des Britanniques, à l’inverse d’un parti travailliste adepte du retour à une politique laxiste. Rishi Sunak tentera sans doute de placer la question du leadership au centre du débat, en mettant en avant, dans ses discours, la période où il était ministre des Finances lors de la pandémie.

Les premiers ratés de la campagne

À peine entamée, la campagne des conservateurs a subi quelques ratés, à commencer par l’annonce intempestive du Premier ministre, le  26 mai, d’un retour au service militaire national[9] pour les jeunes britanniques, garçons et filles, âgé de 18 ans, alors que, deux jours avant, son ministre de la Défense, Andrew Murrison, avait vigoureusement rejeté cette idée qui, selon lui, porterait lourdement atteinte au moral des armées et, de surcroît, ne s’appuyait sur aucun véritable plan pour être mise en œuvre[10]. Pourquoi annoncer un projet qui s’avère très impopulaire auprès des jeunes britanniques et qui ne tient pas compte de la dimension nord-irlandaise où il aurait inévitablement une résonnance historique très conflictuelle[11] ?

Outre le fait que l’Irlande du Nord n’a jamais été un enjeu important pour les Conservateurs, on peut supposer que la démarche du Premier ministre a obéi au souci de se concilier les électeurs les plus âgés, tentés par le Reform party et qui se sont déclarés déçus de la politique de Sunak, en particulier dans le domaine de l’immigration.

Le parti conservateur est confronté à un exode massif d’élus qui ont choisi de ne pas se représenter. Près de 80 d’entre eux ont décidé de jeter l’éponge, parmi lesquels des personnalités clefs du parti comme l’ancienne Première ministre Theresa May[12], l’ancien ministre Michael Gove, et l’ancien secrétaire d’État à la Santé, Matt Hancock.

Quant au leader travailliste, engagé à lutter contre le courant antisémite qui s’était développé au sein du Labour sous la direction de Jeremy Corbyn, il n’a pas non plus été épargné par les critiques et les controverses. Au moment où le parti devait dresser la liste des candidats à l’élection, une demi-douzaine d’anciens corbynistes ont été suspendus ou menacés de suspension[13], ce qui a conduit les détracteurs de Keir Starmer à l’accuser de procécer à des « purges ». Parmi les élus en cause, la députée de Hackney North, Diane Abbott a déclenché une controverse, il y a un an, en déclarant dans une lettre à l’Observer du 23 avril 2023 que les Juifs, les Irlandais et les gens du voyage n’étaient pas victimes de racisme, mais de préjugés[14]. Après avoir laissé entendre que ses propos étaient antisémites, et qu’elle ne pourrait pas être candidate aux prochaines élections, Keir Starmer, sous la pression, a fait volte-face, et l’a réintégrée au sein du parti.

Les questions majeures au cœur de la campagne

Les deux leaders s’efforcent de valoriser et corriger l’image de leur parti en prenant le contrepied des idées reçues. Le Premier ministre qui s’est présenté comme le « candidat du changement », tente difficilement de prendre ses distances avec les années de gouvernements conservateurs, tout en affirmant que l’expérience de son parti au sein du gouvernement le rend plus apte que le parti travailliste à mettre en place un plan sûr pour l’avenir.

Depuis l’arrivée de Keir Starmer à la tête du parti travailliste, l’héritage très contesté du New labour a relativement cessé de faire débat, même si le leader actuel s’est montré initialement résolu à s’en démarquer. Il s’est au fil des ans rapproché de Tony Blair et de son groupe de réflexion le Tony Blair Institute for Global Change et entend faire apparaitre le Labour comme le parti de l’avenir[15], celui à qui on peut faire confiance en matière d’économie et de sécurité.

Parmi les questions majeures au cœur de la campagne figure l’économie en première place puis les services de santé et l’immigration.

  • L’économie et la crise du coût de la vie

Après le choc de la pandémie du Covid-19 et une crise du coût de la vie si profonde et si longue que des ménages relativement aisés se sont retrouvés dans une situation d’insécurité financière, il n’est pas étonnant que l’économie figure au premier plan des préoccupations des citoyens britanniques et constitue l’enjeu majeur des élections. Les électeurs attendent des leaders des deux partis de gouvernement un projet clair, qui puisse améliorer leur qualité de vie et leur pouvoir d’achat.

À la suite des perturbations provoquées par le mini budget de Liz Truss, il est difficile pour le parti conservateur de s’ériger en parti fiable et artisan de l’équilibre budgétaire. Sunak a, toutefois, fait de la stabilité économique un objectif majeur. Il a promis le retour de la croissance et une inflation diminuée de moitié, deux objectifs dont il s’est sensiblement rapproché. Il tentera de convaincre les électeurs que l’économie a pris un tournant favorable et qu’un changement de gouvernance pourrait rompre un équilibre laborieusement mis en place. Selon le groupe de réflexion More in Common, 65% des électeurs continuent, cependant, à penser que les conservateurs s’adressent aux plus riches[16].

Le parti travailliste s’est efforcé de redresser son image de parti dépensier et s’est engagé à apparaitre comme l’apôtre de la prudence budgétaire et d’une politique favorable aux entreprises. L’économie sera au cœur de la campagne, a déclaré Rachel Reeves, qui est pressentie pour être la future chancelière de l’Échiquier et entend, après « les années de chaos » des gouvernements conservateurs, reconstruire le Royaume-Uni conformément à la mission que s’est donnée le Labour d’assurer la stabilité économique, des finances saines[17], le respect des règles fiscales ainsi que de lutter contre la corruption. Keir Starmer s’attaquera au problème du coût de la vie, qui a pesé lourdement sur la classe ouvrière, à la question des bas salaires à l’inflation ainsi qu’à la dette nationale qui reste à des niveaux exceptionnellement élevés depuis 1960. De récents sondages ont indiqué que le parti travailliste est le plus représentatif des familles ouvrières et le mieux à même de prendre en compte les intérêts de plus démunis[18].

Les services de santé

Les enquêtes d’opinion révèlent que, après l’économie, ce sont les services de santé qui constitueront l’enjeu majeur pour les électeurs. Le NHS (Service de santé national) est sous tension par suite des pénuries de main d’œuvre, un personnel surchargé, de longues listes d’attente pour les patients, des infrastructures vieillissantes et un manque d’investissement. Autant d’éléments qui concourent à donner l’image d’un secteur dégradé et à bout de souffle.

Les disparités en matière de soins de santé maternelle et infantile concernent essentiellement les électeurs des zones urbaines, tandis que les problèmes liés aux soins de santé en milieu rural sont apparus dans les circonscriptions traditionnelles des conservateurs, où les personnes âgées ont du mal à accéder aux services. Dans toutes les circonscriptions, les hôpitaux manquent de fonds et n’ont pas la capacité de s’adapter à l’évolution des besoins du pays en matière de soins médicaux.

Les conservateurs, qui insistent sur le financement record de près de 165 milliards de livres sterling, fournis au cours de la législature, pour aider à réduire l’arriéré en matière de soins, ont cherché à attribuer la responsabilité des longues listes d’attente à la pandémie et au long conflit salarial des jeunes médecins, qui n’ont cessé de se mettre en grève de façon intermittente depuis près d’un an. Les négociations n’ont donné aucun résultat et la British Medical Association a annoncé une nouvelle grève du 27 juin au 2 juillet, à l’avant-veille des élections, qui risque de provoquer des perturbations massives très dommageables pour l’image du gouvernement[19].

Le parti travailliste, qui souligne l’échec du gouvernement concernant la réduction des listes d’attente s’est engagé, une fois arrivé au pouvoir, à résorber, dans les cinq prochaines années, l’arriéré des patients qui attendent un traitement ou une intervention depuis plus de 18 semaines. Il a réitéré sa promesse en avril 2024 de mettre en place deux millions de rendez-vous supplémentaires grâce aux heures supplémentaires le soir et les week-ends, qui seraient financées par la suppression des niches fiscales et la répression de l’évasion fiscale[20], du statut fiscal des non domiciliés au Royaume-Uni[21]. Il promet également de doubler le nombre de scanners pour diagnostiquer les patients plus rapidement, d’utiliser les capacités disponibles dans le secteur privé sans faire payer les patients, et de créer des listes d’attente partagées afin que les hôpitaux puissent mettre leurs ressources en commun[22].

Dans l’éventualité d’une victoire des travaillistes, Wes Streeting, secrétaire d’État à la Santé du cabinet fantôme, s’est déclaré prêt à négocier sur les salaires, sans toutefois accepter la demande d’augmentation de 35 % des jeunes médecins. Les responsables des soins de santé ont toutefois averti que les projets des deux partis ne vont pas assez loin pour assurer l’avenir à long terme du NHS.

L’immigration

La question de l’immigration, qui arrive généralement en troisième position des préoccupations des citoyens britanniques, est centrale du côté du « mur rouge » du nord de l’Angleterre, (favorable au Brexit), ainsi que dans le Yorkshire ou l’Humber, où les habitants ont une vision très négative de l’immigration. Tout porte à croire qu’elle fera l‘objet d’un affrontement important au cours de la campagne entre les deux chefs de file.

Rishi Sunak a largement fondé sa mission sur le contrôle de l’immigration, et sa politique phare à l’égard du Rwanda comme destination des immigrés clandestins qui ne seront plus éligibles au droit d’asile, a fait l’objet d’une loi votée au Parlement qui continue à faire débat et peut donner lieu à de nouvelles contestations juridiques[23].

Le Premier ministre, qui a accusé le labour d’offrir l’amnistie aux immigrés clandestins, a mis en jeu une grande partie de son capital politique dans sa promesse d’empêcher les demandeurs d’asile de traverser le Royaume-Uni à bord de petits bateaux. Il n’a pas hésité à parier 1000 livres avec le journaliste Piers Morgan que des avions décolleraient pour le Rwanda avant les élections, un pari perdu récemment puisque Rishi Sunak a dû reconnaitre qu’aucun avion ne pourrait décoller pour Kigali avant le 4 juillet[24].

Force est de constater que le nombre de migrants qui ont traversé la Manche à bord de petites embarcations dépassait déjà en mai 2024 la barre des 9000[25] comme l’indique le graphique ci-dessous. De surcroît, les mois plus chauds de l’été peuvent être très propices à de nouvelles arrivées, qui pourraient largement porter atteinte à la politique migratoire du Premier Ministre et entamer une crédibilité déjà bien écornée.

L’attitude du chef de l’opposition vis-à-vis de la question migratoire se caractérise par un mélange de prudence et de fermeté. Soucieux de reconquérir l’électorat pro Brexit du mur rouge il a déclaré que les traversées devaient être réduites « matériellement » sans fixer d’objectif chiffré.[26] Il a en outre réitéré son engagement à abroger « immédiatement » la loi sur la sûreté au Rwanda[27], tout en promettant d’être intraitable avec les gangs de passeurs. Il a également promis la mise en place d’un nouvel organisme pour la sécurité des frontières, afin de réduire le nombre de traversées de la Manche. Le parti travailliste s’est également déclaré favorable à l’introduction d’un système d’immigration à points qui, selon lui, « fonctionnerait pour les travailleurs et les entreprises »[28].

Parmi les objectifs du parti travailliste[29] en matière d’emploi, figurent la volonté de réduire la dépendance à l’égard des travailleurs étrangers, celle de remédier à la pénurie d’emplois qualifiés et de garantir que le travail soit récompensé à sa juste valeur par des salaires adéquats et des conditions satisfaisantes.

Le nombre de personnes qui ont traversé la Manche à bord de petites embarcations de 2022 à 2024

La crise du logement

La crise du logement au Royaume-Uni est aussi une préoccupation majeure pour de nombreux électeurs, en particulier chez les plus jeunes qui sont confrontés à un marché locatif précaire et un accès difficile à la propriété. Au moins 1,5 million de Britanniques ont ressenti les effets négatifs du mini-budget de 2022, avec la hausse des taux d’emprunt sur leurs projets immobiliers.

Dans leur manifeste électoral de 2019, les conservateurs s’étaient engagés à construire 300 000 nouveaux logements par an d’ici le milieu des années 2020, mais ce chiffre n’a jamais été atteint et, en décembre 2022, il a été revu à la baisse après une levée de boucliers de la part des députés d’arrière-ban, inquiets des conséquences indésirables au niveau des communautés locales[30].

Le Labour a promis d’être « du côté des constructeurs et non des bloqueurs »[31] et a annoncé son ambition de créer 1,5 million de nouveaux logements grâce à la création de « villes nouvelles », affirmant que les sites seraient identifiés d’ici la fin de leur première année au pouvoir. Le leader travailliste a insisté sur le fait que la fourniture de logements abordables faisait partie intégrante de sa mission, comme en atteste son plan visant à garantir que 50 % des nouveaux logements soient accessibles aux plus défavorisés, tout en protégeant les espaces verts[32].

Le parti travailliste a soutenu les deux textes législatifs introduits par les conservateurs, la loi sur la réglementation des logements sociaux (Social Housing Regulation Act) et le projet de loi sur la réforme des propriétaires bailleurs (Renters reform bill) qui n’a pas été voté, mais il veut aller plus loin et interdire aux propriétaires les résiliations de baux sans motif légitime, une mesure qui figurait dans le manifeste électoral des conservateurs de 2019, mais qui n’a cessé d’être reportée.

Pour le Reform party, qui a fondé sa stratégie sur les conséquences sociales des flux migratoires, l’impact des niveaux actuels de migration nette rendent le logement inabordable pour les citoyens britanniques,[33] tout comme ils compromettent le bon fonctionnement et la qualité des services de santé. L’ancienne députée conservatrice Ann Widdecombe, qui fait désormais campagne pour Reform UK, a déclaré que son parti donnerait la priorité à la construction de nouveaux logements sur des friches industrielles.

La crise climatique

Si l’environnement préoccupe une grande majorité d’électeurs, sur la totalité de l’échiquier politique, la question ne serait une priorité politique que pour un électeur sur cinq. En 2023, l’organisme de surveillance du changement climatique, a qualifié de « lenteur inquiétante » les efforts déployés pour intensifier l’action en faveur du climat, les décisions du gouvernement allant à l’encontre du rôle de pionnier assumé par le Royaume-Uni en la matière.

La cause environnementale a été l’une des principales divergences entre les deux principaux partis. L’hostilité de Sunak à l’égard de l’objectif zéro émissions de carbone était contraire à l’approche du parti travailliste qui a fait valoir que la lutte contre la crise du coût de la vie et la campagne contre l’impact du réchauffement climatique étaient indissociables.

Malgré les quelques progrès réalisés au Royaume-Uni en matière de réduction des émissions, les conservateurs ont irrité de nombreux écologistes en accordant de nouvelles licences pour l’exploitation du pétrole et du gaz[34].

Le parti travailliste qui entend relever les défis dans le domaine de l’environnement, insiste sur le fait que les politiques qui réduisent les émissions de gaz à effet de serre, telles que l’isolation des maisons et la promotion des énergies renouvelables, font également baisser les factures d’énergie. La croissance verte attire en outre les investissements et les nouveaux emplois. Mais la décision de Keir Starmer, en février 2024, de réduire son plan de prospérité verte, de 28 à 15 milliards de livres par an, a été fortement critiquée par les groupes de défense de l’environnement ainsi que par les syndicats[35].

D’autres questions seront vraisemblablement abordées au cours de la campagne telles que l’éducation, le leadership et les « guerres culturelles ». L’offre gouvernementale de places en structures d’accueil des jeunes enfants est très inférieure aux besoins des familles, qui se trouvent souvent dans l’obligation d’adapter leurs horaires de travail pour pouvoir s’occuper de leurs enfants.

Le Premier ministre a annoncé son intention de créer 100 000 postes d’apprentis par an d’ici à la fin de la prochaine législature, en mettant fin à ce qu’il appelle les « diplômes bradés ». Il a été en outre vivement critiqué pour ne pas avoir procédé à un bilan en matière d’éducation, au moment où que les taux d’analphabétisation augmentent en Angleterre.

Quant aux « guerres culturelles » le mandat de Rishi Sunak a été dominé par les polémiques sur les questions des droits des transgenres, la santé mentale[36] et les universités dites woke. Ces polémiques ont été entretenues par un certain nombre de députés conservateurs, soucieux de se concilier les voix des électeurs traditionnels de ce qu’on a appelé le « mur bleu ».

Les quatre régions emblématiques ciblées par les travaillistes

Keir Starmer devance Rishi Sunak dans les sondages sur la question de savoir qui ferait un meilleur Premier ministre, mais son avance est bien plus faible que l’écart de voix entre les partis. Les résultats des élections seront vraisemblablement déterminants dans quatre régions emblématiques où les travaillistes entendent lancer leur reconquête : l’ancien mur rouge, l’Écosse, les West Midlands et le sud-ouest.

1. La reconstruction du mur rouge

L’objectif crucial de Starmer est de reconstruire le mur rouge qui désigne les anciens bastions travaillistes situés pour beaucoup sur un axe est-ouest reliant Leeds à Liverpool.

Lors de l’élection de 2019 Boris Johnson s’était emparé de ces fiefs travaillistes en promettant de faire aboutir le Brexit (get Brexit done). Les électeurs de ces régions qui se sont très largement exprimés en faveur du Brexit, ont rejeté la perspective de gauche proposée par Jeremy Corbyn, alors leader du parti travailliste[37]. Le succès retentissant de la stratégie de Boris Johnson, qui a donné aux conservateurs une « inclinaison nordique » reposait également sur la promesse de niveler par le haut (levelling up) les circonscriptions les plus déshéritées, principalement dans le nord de l’Angleterre, mais son vaste projet ne s’est pas matérialisé. Désenchantés par les conservateurs, certains déplorent l’éviction de M. Johnson de son poste de Premier ministre. Une des premières mesures de Rishi Sunak de la campagne électorale a été de transférer 1,5 milliard de livres aux zones défavorisées pour financer le service militaire obligatoire.

Les travaillistes espèrent récupérer une quarantaine de sièges du mur rouge, dont beaucoup sont situés à proximité de l’autoroute M62, le principal axe est-ouest. Des villes comme Leigh, Warrington, Bury, Dewsbury et Burnley figurent en bonne place sur la liste de Keir Starmer. Redfield et Wilton Strategies ont réalisé des sondages dans 40 circonscriptions du mur rouge et ont constaté en avril 2024 que les travaillistes devançaient les conservateurs de 20 points[38].

2. L’Écosse

À l’occasion de sa visite à Glasgow[39], le 24 mai 2024, Keir Starmer a souligné : « Il n’y a pas de changement sans l’Écosse, il n’y a pas de parti travailliste sans l’Écosse, l’Écosse est au cœur de la mission du prochain gouvernement travailliste ». L’Écosse[40] était naguère le socle de toute majorité travailliste à Westminster.  Cependant, le Parti national écossais  est parvenu à bouleverser le paysage politique écossais lors des dernières élections britanniques. En misant sur l’ appel à l’indépendance, il a emporté le recul du soutien au Labour, à qui on a pu reprocher d’avoir pris son rôle de premier parti en Écosse pour acquis depuis fort longtemps.

La mission de Keir Starmer est de mettre fin à la domination du Parti national écossais (SNP), en profitant d’une période difficile dans l’histoire récente du parti, qui a vu la démission de deux de ses dirigeants, Nicola Sturgeon et Humza Yousaf, en à peine plus d’un an. Le leader travailliste estime que les récents scandales et crises au sommet du SNP, conjugués avec les faibles perspectives d’un vote précoce en faveur de l’indépendance, peuvent lui donner l’occasion de remporter 30 sièges sur un total de 57.

Il devra affronter le nouveau chef du SNP et Premier ministre écossais, John Swinney, qui a déclaré au premier jour de sa campagne que « nous avons eu 14 ans d’austérité avec les Conservateurs …le parti travailliste ne propose pas la fin de l’austérité ».[41]

3. Les circonscriptions des West-Midlands

Les Midlands de l’Ouest, centrés autour de Birmingham où Johnson a fait de grandes percées lors des élections de 2019, seront l’une des régions les plus disputées du pays. Nichée entre le pays de Galles et les East Midlands, la région est très diverse et comprend des villes post-industrielles pauvres, des banlieues tantôt prospères, tantôt édifiées à l’intersection de plusieurs autoroutes, reflétant les diverses facettes du Royaume-Uni contemporain.

Lorsque Marcus Jones, député conservateur de Nuneaton, a conservé son siège en 2015, l’ancien Premier ministre David Cameron a su qu’il avait gagné les élections législatives. Comme d’autres villes des Midlands, elle était considérée comme le baromètre de l’opinion du pays[42].

Lors des dernières élections de 2019, le parti de Boris Johnson a remporté 44 sièges dans la région, contre 15 pour le parti travailliste, en réalisant des gains importants dans les villes du Black Country[43]. Lors de la victoire de Tony Blair en 1997, ces chiffres étaient largement inversés.

l y a 57 sièges à pourvoir dans la région géographique des West Midlands et le parti travailliste espère en regagner plusieurs dizaines pour accéder au pouvoir. Le 3 mai, Andy Street, maire conservateur des West Midlands, a été battu de justesse par les travaillistes à l’issue d’un recomptage des voix, ce qui laisse présager une lutte acharnée au prochain scrutin du 4 juillet.

4. Le Sud-Ouest

Le Sud-Ouest est une région, qui recèle un lot de sièges généralement prospères, principalement ruraux ou suburbains, est le cœur du soutien traditionnel aux conservateurs. La carte électorale actuelle révèle que la majeure partie du sud, en dehors de Londres, apparait comme une vaste zone en bleu.

Si les travaillistes espèrent gagner des sièges dans toute la région, ils sont en rivalité avec les libéraux-démocrates, qui ont leurs propres traditions dans le Sud-Ouest. Ce parti pro-européen, pour qui le sud-ouest sera déterminant, n’a remporté que 11 sièges lors des élections de 2019, mais, en 2024 son dirigeant, Sir Ed Davey, espère remporter au moins 30 sièges si le vote conservateur s’effondre.

Les sièges ciblés par Ed Davey s’étendent de la banlieue sud-ouest de Londres, à des endroits comme Esher et Wimbledon, et des villes de banlieue comme Wokingham et Godalming, cette dernière étant le siège du chancelier Jeremy Hunt.

Les récents succès aux élections locales dans le Somerset et le Dorset ont également montré une résurgence des libéraux-démocrates plus à l’ouest, soutenue par l’arrivée de membres des professions libérales, en provenance de Londres, chassés de la capitale par les prix élevés et qui peuvent assurer leur activité en télétravail.  

En juillet 2023, après la victoire des libéraux-démocrates aux élections partielles de Somerton et Frome, Sir Ed.Davey a déclaré : « Cette victoire éclatante montre que les libéraux-démocrates sont fermement de retour dans le pays de l’Ouest »[44]. S’ils ambitionnent de gagner davantage de sièges plus à l’ouest, dans le Devon et dans les Cornouailles, ce parti pro-européen aura sans doute plus de difficultés à convaincre un électorat qui a très largement voté pour le Brexit[45].

Conclusion

Alors que la campagne présidentielle américaine s’étale sur près de dix mois, la campagne des législatives britanniques peut paraitre extrêmement courte. Elle n’en sera pas moins très polémique et éventuellement chaotique. Il est manifeste que les performances individuelles de Rishi Sunak et de Keir Starmer au cours de la campagne électorale seront cruciales.  

L’aspiration au changement est très forte et Il sera sans doute bien difficile pour les conservateurs d’affirmer que la situation politique et économique pourrait être pire avec le retour des travaillistes. Les rares succès que les tories peuvent revendiquer sont d’avoir su gérer le plan de vaccination contre le covid 19 et d’avoir ramené l’inflation à 2,3% .

En revanche, « la faillite morale du parti conservateur »[46] est profonde. Elle s’est illustrée par la tentative illégitime de prorogation du Parlement par Boris Johnson et, sous le mandat de Rishi SunaK par la loi inique d’expulsion des immigrés clandestins vers le Rwanda, pays jugé sûr en dépit des décisions de justice et des avis contraires des experts.

Il ne fait pas de doute que l’issue du scrutin déterminera l’avenir du parti conservateur. Depuis deux décennies les tories ont tenté d’enrayer la menace que représente pour eux le parti du Brexit devenu le Reform party qui a réussi à grignoter leur aile droite. L’évolution factieuse du parti conservateur, noyauté par les éléments les plus intransigeants et sectaires, a donné lieu à des dérives extrêmement dommageables pour son image et sa cohésion. Le risque d’éclatement est réel et personne ne saurait prévoir ce qui en découlera.

Au terme des huit dernières années où l’impact négatif du Brexit s’est fait ressentir sur de multiples domaines, y compris la recherche universitaire, le développement scientifique et l’enseignement supérieur, il faut espérer que le prochain chef du gouvernement rapproche le Royaume-Uni de ses proches voisins européens et restaure la coopération dans un grand nombre de domaines, dans l’intérêt des Britanniques comme des Européens.


[1] Lorsqu’après de longues semaines de tergiversations, le Premier ministre a annoncé à son cabinet, qu’il organiserait des élections générales le 4 juillet, il a obtenu le soutien enthousiaste de son ministre du logement, Michael Gove, convaincu que la fortune sourit aux audacieux. Ce dernier n’a pas hésité à se référer à la devise de l’unité d’élite de l’armée de l’air britannique (SAS) selon laquelle « Qui ose gagne ». Outre qu’il ait été un des Brexiters les plus acharnés, Michael Gove s’est toujours exprimé contre l’Accord du Vendredi Saint qui n’était selon lui qu’« un referendum truqué ». Auteur d’un pamphlet en 2000 intitulé Irlande du Nord : le prix de la paix, il compare l’accord de Belfast à la politique britannique d’apaisement à l’égard des nazis dans les années 1930. Voir P. Geoghan, « Michael Gove a “fanatic” who would damage peace process », The Irish Times, 5 July 2016.Il convient de rappeler que Michael Gove a décidé de ne pas se représenter aux élections de 2024.

[2] L’ancienne Ministre d’État au Logement et à la Planification, Esther McVey, a observé que le Premier ministre aurait dû attendre plus longtemps pour laisser les fruits de la reprise économique se répercuter sur les électeurs.

[3] Parmi les gros titres des journaux on pouvait lire ‘’Drowning street » (City A.M.) « Drown and out » (DailyMirror), « For how long will he rain over us over us » (The Northern Echo), ou encore « Himalayan mountain to climb » (Telegraph). Après avoir fait son annonce Rishi Sunak s’est rendu à Belfast où il a visité la grande exposition sur le Titanic à Belfast, de quoi filer la métaphore du naufrage.

[4] La grande majorité des membres du Cabinet étaient favorables à une date en automne, autour de la fête d’Halloween.

[5] Voir M.C. Considère-Charon, « Le Brexit quatre ans après : un bilan qui fait débat », Observatoire du Brexit’, mai 2024.

[6] P. Whiteley,  . Rishi Sunak claims the UK is heading for a hung parliament-let’s check his maths », The Conversation, 7 May 2024.

[7] Au Canada les conservateurs sont passés de la victoire en 1988 à l’extinction en 1993, et les libéraux de la troisième à la première place entre 2011 et 2015. Dans l’hypothèse où les conservateurs sauveraient moins de 200 sièges et que le parti travailliste se verrait crédité d’une majorité de 350 à 400 élus, on pourrait alors conclure que la messe est dite pour les tories.

[8] Le parti de la Réforme pourra compter sur la participation de son président honoraire Nigel Farage, dont l’éloquence a naguère fait recette, mais n’a pas suffi pour lui assurer une élection à Westminster. En revanche, il a été député européen de 1999 à 2020.

[9] Le service militaire national a été définitivement aboli au Royaume-Uni en 1960.

[10] N. Simmons, « Just three days ago a tory defence minister slammed the idea of National Service », Huffpost, 26 May 2024.

[11] Le leader du parti social- démocrate et travailliste a qualifié de complètement fou l’idée de réintroduire un service national obligatoire au Royaume-Uni en ajoutant que, « si on essayait de le mettre en œuvre en Irlande du Nord, ce serait le chaos ». « Chaos to bring UK mandatory service plan to NI – Eastwood », RTE, 27 May 2024.

[12] En annonçant sa décision, Theresa May a observé avec humour qu’être membre du Parlement était le plus beau métier du monde, malgré les frustrations, en particulier lorsque vous êtes à la Chambre et que les gens de votre camp ne votent pas pour votre législation, trois fois de suite (O. Bentley, « Is it 1997 all over again as Tory MPs head for the exit? », BBC news, 24 May 2024).

[13] Un certain nombre d’entre eux siègent déjà aux Communes en tant qu’indépendants et d’autres ont l’intention de le faire au cas où ils seraient exclus du parti.

[14] Cette lettre était en fait une réaction à un article du journaliste Nigérien Tomiwa Olowade, qui, en se fondant sur un rapport concernant la discrimination et les insultes raciales, avait affirmé que le racisme en Grande-Bretagne n’était pas qu’une question de blancs et de noirs et que les Irlandais, les Juifs et les gens du voyage étaient les premières victimes de la discrimination et du racisme en Grande-Bretagne.

[15] « After struggling with its past, is the labour party looking to the future? », The Conversation, 1 May 2024.

[16] « Economy, health, migration : key battlegrounds in the UK election », More in Common, 23 May 2024.

[17] Les conservateurs ont cherché à entretenir la crainte que les projets de gouvernement des travaillistes n’aient pas été comptabilisés et qu’ils nécessiteraient un recours accru à l’emprunt et des hausses d’impôts probables. « Rachel Reeves speech to business leaders at Rolls Royce », 28 May 2024, labour.org.uk.

[18] K. Neame, « Revealed: Poll finds most managers back Labour’s New Deal for Working People », Labour list, https://labourlist.org/2024/04/labour-new-deal-working-people-what-policies-mean-manifesto/

[19] A. Gregory, R. Mason, J. Elgot, « Junior doctors’ strike could delay care for 100,000 NHS patients in England », The Guardian, 29 May 2024.

[20] Labour will deliver two million more NHS appointments a year, as waiting lists hit record levels under Rishi Sunak. Labour.org.uk

[21] Le terme « non-dom » fait référence aux résidents britanniques qui ont choisi d’établir leur domicile fiscal en-dehors du Royaume -Uni. Ils ne paient l’impôt que sur les revenus perçus au Royaume-Uni. Parmi eux, l’épouse du Premier ministre, Askhata Murty, qui après que son statut fiscal a été révélé, s’est engagée à payer l’impôt sur la totalité de ses revenus.

[22] « Build an NHS fit for the future. 5 missions for a better Britain », labour.org.uk.

[23]  Safety of Rwanda Act (Asylum and Immigration) 2024

[24] Voir C. Bordère, So what ?, mars 2024, n°26, Observatoire du Brexit.

[25] International migration research, progress update, Office for national statistics, May 2024, ons.gov.uk.

[26] « Starmer will not set small boats target but pledges hostile territory for gangs », The Irish News, 10 May 2024.

[27] A. Singh, « Labour plans to scrap Channel migrants deportation law in first 100 days in power », inews, 25 April 2024.

[28] Why Keir Starmer wants a points-based immigration system, Open Democracy, 22 November 2022.

[29] « How we’ll create a fair system and stop the small boats crossings. Labour’s plan for immigration », labour.org.uk

[30] Les autorités locales jouent un rôle clé dans la fourniture de logements, par le biais du système de planification et en facilitant leur développement. Mais l’état critique des finances de certains conseils, parmi lesquels certains se sont déjà déclarés en faillite, ont eu un impact très négatif sur la politique du logement. Les plans de dépenses actuels du gouvernement, auxquels le parti travailliste a déclaré qu’il s’en tiendrait dans une large mesure s’il formait un gouvernement, indiquent que le financement des collectivités locales continuera d’être limité, tout comme celui d’autres services publics clés tels que les prisons et le système de justice pénale.

[31] S. Jenkins, « Labour’s plan for the builders not the blockers is a capitulation to developers », The Guardian, 10 October 2024.

[32] Rayner says Labour will deliver « biggest boost to affordable housing for a generation », 7 October 2023, Labour.org.uk

[33] Les chiffres de l’ONS publiés jeudi montrent que l’immigration nette a diminué de 10 %, mais qu’elle s’élève toujours à plus de 600 000 personnes par an. Dans le même temps, le Royaume-Uni n’a construit qu’un peu plus de 20 000 logements au cours du premier trimestre 2024.

[34] « Hundreds of new North sea oil and gas licences to boost British energy », Prime minister’s office, department of Energy and Secuity and Net zero, 21 July 2023, Gov.UK

[35] « The Observer view: Labour’s green U-turn has threatened its plan for growth », The Guardian, 10 February 2024.

[36] Dans un discours au Centre de Justice Sociale le 19 avril 2024, Rishi Sunak a déclaré qu’il envisageait de supprimer une aide financière au profit des personnes souffrant de problèmes de santé mentale et de la remplacer par des traitements. R. Mason, P. Butler, « Sunak accused of making mental illness another front in the culture wars », The Guardian, 19 April 2024.

[37] D. Wainwright, « General Election 2019: How labour’s red wall turned blue », BBC, 13 December 2019

[38] « Latest Red Wall Voting Intention (13-14 April 2024) », Redfield and Wilton Strategies, 17 April 2024. redfieldandwiltonstrategies.com.

[39] K. Scott, « Scotland central to Labour mission for government – Starmer », BBC Scotland News, 24 May 2024.

[40] Le syndicaliste écossais Keir Hardie, dont Starmer porte le prénom, a été l’un des fondateurs du parti travailliste, qui a de profondes racines au nord de la frontière.

[41] L. Garcia, « John Swinney warns of austerity on steroids from Labour », The National Scot, 31st May 2024.

[42] T. Bale, P. Webb, « The Conservatives: Theie sweetest victory », Parliamentary Affairs; vol. 68, Issue suppl 1, 2015, p.41.

[43] Il s’agit entre autres des circonscriptions de Wolverhampton South-West, Dudley North et West Bromwich East.

[44] S. Gecsoyler, P. Walker, « Ed Davey: byelection win shows Lib Dems are firmly back in south-west England », The Guardian, 21 July 2023.

[45] E. Davey, « Voters in south-west England know tha-it’s the Lib Dems who can get the tories out », The Guardian, 21 July 2023.

[46] A. Antoine, « La faillite morale du parti conservateur », Observatoire du Brexit, https://brexit.hypotheses.org/7071


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Aurélien Antoine (4 juin 2024). L’annonce surprise des élections législatives : un pari très risqué pour Rishi Sunak. OBSERVATOIRE DU BREXIT. Consulté le 23 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/11rgy


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.