Un aspect pratique et fondamental pour le Brexit : « L’impact du Brexit sur les témoins experts européens et les Experts Judiciaires » (European Expertise & Expert Institute)

Nous retranscrivons ici l’intégralité de l’article de Mlle Kay Linnell, Médiatrice de la CEDR et Arbitre agréé. Ce texte paru sur le site du European Expertise & Expert Institute revient sur la situation des experts près les juridictions durant le Brexit, sujet peu évoqué jusqu’à lors et qui est pourtant riche d’enjeux. L’article est consultable à l’adresse suivante : http://www.experts-institute.eu/-Royaume-Uni,741-.html

« L’impact du Brexit sur les témoins experts européens et les Experts Judiciaires

Auteur : Mlle Kay Linnell FCA MBA CFE CEDR Médiatrice de la CEDR et Arbitre agréé

Vice-président de l’Institut Européen de l’Expertise et de l’Expert (EEEI) et vice-président de l’Expert Witness Institute (EWI) à Londres

La décision britannique de quitter l’Union Européenne (UE) le 23 juin 2016 a été exécutée le 29 mars 2017 date à laquelle l’Article 50 a été déclenché et, dans les 2 ans, les conditions de sortie doivent être négociées pour les relations futures entre les 28 pays européens, portant sur les modalités précises de coopération de tarifs, immigration, permis de travail, commerce et accords de coopération de sécurité. Une période de grande incertitude est prédite jusqu’à la finalisation de tous les termes de l’accord.

Ce sont d’excellentes nouvelles pour les avocats de toute l’Europe qui seront engagés dans le traitement des négociations et le règlement des futurs traités et accords au niveau national et individuel des entreprises. Au Royaume-Uni, cette situation est également considérée comme une bonne nouvelle pour les experts témoins car une période de litiges commerciaux devrait résulter des nouveaux contrats conclus après le Brexit et de litiges d’interprétation sur les transactions transfrontalières, ainsi que de migrations d’activités ou de licenciements suite au Brexit.

David Davis, Secrétaire d’État britannique responsable de la sortie de l’Union Européenne, a annoncé le 28 juin 2017 qu’il envisageait de mettre en place un Organe d’arbitrage en alternative à la Cour de Justice de l’Union Européenne (CJUE). Le Royaume-Uni (UK) examinait cette possibilité du fait que la CJUE n’avait pas été mentionnée par l’UE dans ses directives de négociations et que Donald Tusk, président du Conseil européen, a laissé entendre que la proposition du Royaume-Uni en matière de protection des droits des citoyens européens au Royaume-Uni après le Brexit était bien « en-dessous des attentes ». C’est le premier désaccord clairement annoncé dans les négociations du Brexit entre les négociateurs de l’UE et du Royaume-Uni dans le cadre de leur « divorce », car il est inévitable que la CJUE ne soit plus compétente pour les différends britanniques et que l’UE hésitera à accepter toute alternative à la CJUE. Les différents de presque toute nature sont potentiellement de bonnes nouvelles pour les témoins experts car il s’agit d’un domaine où des conseils techniques ou spécialisés seront requis par toute Cour traitant du différend.

Il a été suggéré qu’il y a cinq options possibles pour un autre groupe mixte d’arbitrage UK-UE : la Cour internationale de justice (CIJ) ; la Cour Permanente d’arbitrage (CPA) ; l’Organisation mondiale du commerce (OMC) ; la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) et la Cour de justice des États de l’Association de Libre-échange (AELE). Pour diverses raisons l’AELE part avec une longueur d’avance du fait qu’elle est reconnue par la CJUE, applique le droit de l’UE et suit la jurisprudence de la CJUE, mais s’adresse également aux États non-membres de l’UE et siège en dehors de l’UE. Si la Cour de l’AELE est retenue, il a été suggéré qu’avec quelques adaptations qui garantiraient les droits des citoyens de l’UE dans le cadre de l’accord Brexit, elle deviendrait alors le lieu où des accords commerciaux comme le Partenariat transatlantique de commerce et d’investissement (TTIP) et le partenariat trans-Pacifique (PTP) seront débattus et le point de contact clé en cas de besoin d’une preuve d’expert judiciaire ou d’un arbitrage.

En fait, pour les experts, le Brexit est une arme à double tranchant.

D’une part il n’y aura plus de reconnaissance mutuelle des qualifications des experts et de la libre circulation des biens et du travail comme lorsque le Royaume-Uni faisait partie de l’UE, bien que pour les témoins experts la reconnaissance des qualifications et de l’expérience semblait être secondaire dans beaucoup de cas du fait de la différence dans les systèmes juridiques sous-jacents et de la création d’une liste fiable d’experts disponibles possédant une expertise spécifique et selon que les experts étaient désignés par le pouvoir judiciaire ou par les parties.

D’autre part il est extrêmement probable qu’il y aura plus de conflits commerciaux et plus de travail pour les experts. Ces positions contrastées doivent être placées dans le contexte du changement technologique avec l’intelligence basée dans le cloud, l’énorme sécurité des données et les défis d’accès, l’augmentation des formalités administratives concernant la protection des données et la nécessité de sécuriser les pare-feu et les contrôles d’identité. Ces évolutions affectent le Brexit car elles sont des facteurs clés dans un paysage commercial volatile après une longue période de faibles taux d’intérêt, une inflation stable et des taux de change relativement stables.

Ce nouvel environnement produit automatiquement de nouvelles opportunités en particulier pour les petites entreprises gérées par leurs propriétaires, afin d’adapter les produits et services et la structure des coûts, afin d’anticiper l’avenir. Il est essentiel que les experts soient conscients du nouveau modèle d’affaires qui sera appliqué aux pays de l’UE après le Brexit, notamment en ce qui concerne les employés, les investissements et les risques. L’impact de toute nouvelle taxe sur la valeur ajoutée ou taxe sur les points de vente, droits d’importation ou d’exportation et autres prélèvements entraînera à tout le moins des retards de trésorerie, un impact sur les clients et un accroissement de la documentation, mais il s’agit là d’un domaine de prédilection des politiciens et cela devra être suivi de près.

Ces prélèvements commerciaux transfrontaliers ne devraient pas avoir d’impact direct sur les experts régulièrement mandatés par le Royaume-Uni dans d’autres pays de l’UE et vice versa. Toutefois, de tels prélèvements ou droits auront un impact sur leurs avocats et leurs clients ultimes, ce qui pourrait entraîner le renoncement aux interventions d’experts judiciaires reconnus au niveau international au profit d’experts locaux enregistrés auprès d’un tribunal régional ou d’une chambre de commerce. Je suis d’avis que ce ne sera pas un facteur important dans les cas plus importants où le « meilleur » expert serait préféré dans tous les cas.

Aucun article sur l’impact prévisionnel du Brexit sur le travail des experts dans les cours et tribunaux ne serait complet sans tenir compte des normes attendues pour fournir des preuves indépendantes fiables et techniquement indépendantes par un professionnel dûment qualifié ayant une obligation professionnelle primordiale envers la Cour ou le Tribunal plutôt qu’envers les Parties les instruisant.

Le travail considérable entrepris par l’Institut européen de l’expertise et de l’expert (EEEI) a permis d’établir qu’il n’existe pas de base commune pour la nomination d’experts ou pour le suivi ou la certification de leur niveau de performance dans l’UE, ni aucun annuaire d’experts européens certifiés sur la base d’une norme professionnelle minimale pour fournir des avis d’expert judiciaire. Le projet EUdex visant à identifier des experts avec une spécialisation appropriée pour assister une cour ou un tribunal dans n’importe quel pays de l’UE est soumis par l’EEEI en but d’un financement de l’UE mais n’a pas encore reçu le feu vert.

Un autre projet EEEI consiste à créer un organisme d’accréditation dans chacun des pays de l’UE avant la mise en œuvre du Brexit et à nommer un organisme chargé de superviser les tests et la certification des experts selon une norme nationale et transfrontalière appropriée pour une période de cinq ans, suivant en cela les recommandations du projet européen EGLE, couronné de succès. Cette démarche est certainement déjà lancée dans un ou deux États membres actuels de l’UE, y compris le Royaume-Uni, et se poursuivra après le Brexit. Un tel certificat de 5 ans aidera à surmonter les inquiétudes de ceux qui doivent désigner des experts quant à leurs compétences , par le moyen de discussions multidisciplinaires avec des juges, des avocats et des universitaires afin de promouvoir une norme de conduite minimale commune.
Ce cadre déjà établi pour les affaires civiles doit être étendu aux affaires pénales et autres travaux des tribunaux afin de garantir la qualité des experts autorisés à fournir des avis dans tout le cadre judiciaire européen et au-delà. Les menaces du terrorisme et de la criminalité internationale existent en dehors des limites de l’adhésion à l’UE et, pour la sécurité internationale, il est essentiel d’améliorer l’efficacité et la coopération des enquêtes et contrôles judiciaires transfrontaliers. Cela me semble être une autre possibilité pour les témoins experts et les enquêteurs scientifiques.

Ainsi, à la lumière de ces développements, que le Royaume-Uni soit ou non membre de l’UE ne limite pas le travail de l’expert, et il semble plus important d’établir des normes internationales pour les experts judiciaires plutôt que de les limiter simplement aux pays de l’UE.

En effet, il semblerait que des opportunités d’un recours plus important aux avis d’expert seront générées à court terme pour les experts judiciaires et à long terme pour toute équipe impliquée dans des contrats transfrontaliers. Les experts ne génèrent pas de différends, mais leur engagement précoce peut souvent être rentable pour une résolution pragmatique précoce et la capacité de toutes les parties à continuer à faire des affaires ensemble – peut-être y a-t-il ici une leçon à tirer pour les négociateurs du Brexit ? »

L’Observatoire s’exporte… au moment de débats cruciaux pour la suite du Brexit

https://www.petitfute.com/medias/photo/835_501/69/dd/217219-belfast-city-hall.jpg

L’Observatoire du Brexit annonce la tenue d’un colloque à Belfast le 18 novembre prochain sur la citoyenneté et les droits fondamentaux dans le contexte irlandais. Cette manifestation, organisée par l’Association des juristes franco-britanniques, et soutenue par l’Observatoire, verra notre directeur adjoint, Matthieu Combet, évoquer les règles du droit de l’Union européenne applicables à une problématique qui ne connaît pas d’issue pour l’instant dans le cadre des négociations sur le Brexit.

Nous indiquons également que le Directeur de l’Observatoire a commis un article pour le blog de la revue Jus Politicum sur les trois scenarii possibles du Brexit : l’absence d’accord, un mauvais accord, ou le retour en arrière, c’est-à-dire l’ineffectivité du Brexit. À ce propos, notons que David Davis a fait une déclaration à ce sujet en indiquant que, si les parlementaires pourront voter sur l’issue des négociations, ils n’auront pas la possibilité de la modifier, ni exiger la réouverture des négociations. En outre, le consentement sollicité ne portera pas sur l’accord commercial dont la discussion entre le Royaume-Uni et l’Union européenne n’interviendra que dans un second temps. Cette concessions sans substance de la part du ministre chargé du Brexit ne nous paraît pas suffisante pour éviter des débats houleux lors de la discussion en commission en chambre plénière (configuration réservée notamment aux projets de loi d’une particulière importance à la place d’une commission traditionnelle). Nous proposons à nos lecteurs de prendre connaissance des amendements déposés ces dernières semaines et qui seront examinés ce 14 novembre : EUWB Amendments. Les débats sont retransmis via la chaîne internet du Parlement : http://www.parliamentlive.tv/Commons

L’impact d’un hard Brexit : l’avertissement de l’OCDE

http://www.cyberelles.com/wp-content/uploads/2016/02/OCDE.jpg

Dans un rapport relatif à la situation économique et sociale du Royaume-Uni, l’OCDE souligne les réelles faiblesses actuelles de l’économie britannique. Bien que les premiers effets conjoncturels du Brexit ne soient pour l’instant guère violents (si la baisse de la livre sterling a augmenté le coût de la vie pour les Britanniques, elle a aussi favorisé le chiffre d’affaires des entreprises du secteur touristique), les perspectives pour les mois à venir sont bien moins positives. L’OCDE en conclut qu’un hard Brexit serait un risque majeur pour l’économie et insiste sur la nécessité de maintenir les liens les plus étroits possibles avec l’Union européenne. Les lecteurs de l’Observatoire peuvent accéder au rapport ici pour en apprécier les conclusions, par ailleurs très instructives sur les aspects sociaux. Nous retranscrivons ci-dessous le discours de présentation du rapport prononcé à Londres par Angel Gurria, devant le Chancelier de l’Échiquier notamment.

« It is a great pleasure to present the OECD’s 2017 Economic Survey of the United Kingdom

The United Kingdom is facing challenging times

When I presented our last Survey of the UK in 2015, the UK’s annual GDP growth was, at 2.3%, the strongest among G7 countries.
In April 2016, I presented our study on the economic impact of Brexit. An impact which is materialising gradually: GDP growth stood at 1.8% in 2016, and in the first half of this year annualised growth fell to only 1%, making it the weakest in the G7. Our Survey predicts a similar rate of growth in 2018.
The UK’s preparation for Brexit in 2019 is creating big uncertainties, and will continue to weigh on the economy, at least until those uncertainties are resolved.
It will be crucial that the UK and the EU maintain the closest economic relationship possible. This applies to the trade of goods and services, but also to the movement of labour, from which the UK has benefitted so much.
Despite this slowdown, the UK’s labour market has performed remarkably well. Unemployment is now lower than before the crisis, and the employment rate is the highest on record. Real wages, however, are on a downward trend.
Macroeconomic policies should continue to support the economy during this difficult period of negotiations. So far, monetary and fiscal policies have done a good job in countering headwinds.
Fiscal policy has been very flexible. Automatic stabilisers have continued to operate in full, the fiscal stance has been relaxed, and new buffers have been created to absorb future shocks. Fiscal policy should remain pro-active and the UK should implement productivity-enhancing initiatives on investment should growth weaken significantly in the run-up to Brexit.

Efforts are also needed to revive UK labour productivity

Brexit is consuming a lot of energy, but it should not distract attention from long-standing challenges faced by the UK, such as sluggish labour productivity. Labour productivity growth has underperformed across the OECD for more than a decade. But there is also a large gap in the UK relative to other countries.
Chancellor, as you pointed out in your Autumn Statement last year, I quote: “it takes a German worker 4 days to produce what we make in 5”. A similar statement could also be made about Dutch, Danish, French, or American workers, who are also more productive.
The UK faces important regional differences. The South, and in particular London, is very productive, while the North lags behind. While many people have jobs, over one quarter of them have low skills, which holds back their productivity, and in turn their wage growth.

Supporting less productive regions and workers

I am pleased that the UK government is working to develop a modern industrial strategy. This is timely, and should help tackle the North-South productivity divide that I have just described.
We need to find ways of boosting local and regional transport infrastructure, research and development, housing and skills. Devolution will also continue to play a role in tailoring policies and creating larger economic hubs, such as the Northern Powerhouse or the Midlands Engine.
Investment in education and skills is essential to help the poorest households and promote social mobility. Improving job quality is another challenge. Job security needs to be enhanced for workers on zero-hours contracts, and self-employment should be limited to truly independent entrepreneurs.

Chancellor, dear colleagues,

The UK will face challenging times ahead. But we should not lose sight of the tremendous progress that it has made in the aftermath of the world’s economic crisis. The UK economy has shown resilience and an underlying dynamism, and the UK has shown itself capable of adapting and innovating. Looking ahead, count on the OECD to continue to work with the UK, and for the UK as it designs, develops and delivers Better Policies for Better Lives.

Thank you. »

Rapports de groupes de réflexion sur le Brexit : un lien utile du Parlement européen

L’onglet « Bibliographie » du site permet aux lecteurs de l’Observatoire de consulter nombre de rapports de think tanks qui proposent des analyses pointues sur des sujets variés. Il est impossible de tous les répertoriés, certains étant de plus ou moins grand intérêt.

Le blog du service de recherche du Parlement européen met à jour une liste de ces publications par des billets réguliers (Brexit negotiations [What Think Tanks are thinking). Voici le lien vers les trois premiers.

Think tank 1

Think tank 2

Think tank 3

La leçon de rentrée de la Chambre des Lords au Gouvernement sur le projet de loi de retrait de l’Union européenne

http://www.lordspublications.parliament.uk/Images/Stock/H-206.jpg

Dans un rapport intermédiaire publié le 7 septembre (Interim report HoL) reprenant notamment les consultations de trois grands professeurs de droit britanniques (John Bell, Paul Craig et Alison Young), la Commission de la Constitution de la Chambre des Lords a révélé ses premières conclusions sur le projet de loi de retrait de l’Union européenne. Le moins que l’on puisse dire, c’est que les critiques ne manquent pas. Elles sont même parfois sévères.

Sans surprise, et conformément à ce que nous avions soutenu dans une précédente analyse, les lords s’inquiètent de l’insécurité juridique et des risques de violation du principe de rule of law qui guettent l’application de ce texte complexe. Quatre sujets de préoccupation intéressent la commission : le contrôle parlementaire du jour effectif de retrait en lien avec les statut variable des règles d’origine européenne après le Brexit ; l’étendue de la législation déléguée ; la prise en compte de la jurisprudence de la Cour de Justice ; et les implications du projet de loi sur la dévolution.

Sur chacune de ces problématiques, le rapport insiste sur les lacunes du texte et, surtout, sur l’incapacité du Gouvernement de répondre aux observations produites par la Commission dans ses précédents rapports. Sur le jour effectif du retrait (exit day), l’absence de contrôle parlementaire dans le projet est condamné. Il en va de même des définitions trop souples retenues par le projet en ce qui concerne, par exemple, la législation interne transposant le droit de l’Union européenne (EU derived domestic legislation). Loin de viser une seule catégorie d’actes, une telle dénomination est susceptible de couvrir des actes du Parlement, ceux des parlements dévolus ou de l’Exécutif (législation secondaire) qui, tout en assurant la transposition de directives, contiennent aussi des dispositions autres. Or le projet de loi de retrait ne saurait abroger dans leur intégralité de telles législations. Il apparaît, en conséquence, beaucoup trop imprécis, ce qui est de nature à renforcer la position de l’Exécutif qui aura, en vertu du projet, de larges compétences pour amender la législation interne transposant le droit de l’Union européenne. La commission exhorte le Gouvernement a être plus clair sur cette catégorie d’actes afin d’éviter au maximum l’insécurité juridique et de déterminer comment le principe de primauté continuera à s’appliquer.

Subséquemment, le rapport insiste une fois de plus – et avec raison – sur les risques majeurs que fait peser le bill sur le principe de rule of law et l’équilibre des pouvoirs en octroyant des prérogatives considérables aux ministres par le biais de la législation déléguée. Renouvelant ses recommandations afin de mieux l’encadrer (notamment sous l’angle procédural), la commission multiplie les mises en garde.

Le rapport est moins développé sur la compétence de la Cour de Justice et sur la prise en compte de sa jurisprudence par les juridictions internes. Les lords s’avèrent, toutefois, particulièrement circonspects et en appellent également à plus de rigueur de la part du Gouvernement.

Enfin, sur la dévolution, la commission prend acte du manque de progrès et du risque politique à ne pas consulter sérieusement les autorités dévolues. Actant l’absence de contrainte légale déjà consacrée par la Cour suprême dans le jugement Miller, les lords ne sont pas moins préoccupés par l’insuffisance de résultats concrets.

Le propos de Michel Barnier tenu à l’encontre des négociateurs britanniques comme quoi les avancées étaient insuffisantes s’applique tout aussi bien au niveau interne. Aucun progrès notable n’est identifiable sur les sujets clefs que sont le futur statut du droit de l’UE incorporé en droit interne, l’encadrement de la législation déléguée, la portée de la jurisprudence de la Cour de Justice et l’obtention d’un accord politique viable avec les administrations dévolues.

 

Quelques conseils documentaires pour la pause estivale

Avant que l’Observatoire ne suspende ses travaux jusqu’au 31 août, nous proposons à nos lecteurs de profiter de la plateforme You Tube de notre site pour visionner les dernières vidéos publiées, notamment un conférence du Pr Vernon Bogdanor. Il fait le bilan et l’analyse des événements qui se sont écoulés un an après le vote des Britanniques en faveur du Brexit.

Nous renvoyons également à l’interview de Me David Chijner sur la reconnaissance en France des jugements rendus par les juridictions du Royaume-Uni après le Brexit (interview du Club des Juristes).

Nous recommandons enfin, sur les conseils Mathieu Combet, l’écoute de l’émission de France Culture « Brexit : Qui va récupérer la City ? » qui revient sur la bataille discrète que se livrent les capitales financières pour concurrencer une capitale londonienne affaiblie par la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne.

Publication d’un rapport universitaire relatif au Brexit et l’alimentation

Résultat de recherche d'images pour "food brexit"

Presque chaque jour désormais un rapport d’experts souligne les dangers majeurs que fait courir le Brexit sur tel ou tel domaine d’activité. Une étude écrite par trois professeurs des universités du Sussex, de Londres et de Cardiff alerte le Gouvernement sur les « énormes implications » du Brexit sur l’alimentation, qu’il soit hard ou soft. Nous reproduisons ci-dessous la synthèse du rapport qui identifie seize problèmes majeurs et formule huit recommandations (extraits des pp. 3-5 ; l’intégralité du rapport est disponible ici) :

« This paper summarises 16 major issues on which Food Brexit has the potential to threaten UK food resilience and security:

  • Vision. What goals would any new post-EU food system have? Will these address the looming sustainability challenge which is a mix of ecosystems, social and public health challenges?
    – New food legislation will be needed. Will this be a transfer of EU legislation followed by the Secretary of State sitting with his or her ‘delete’ button?
  • Food security. The UK’s home production has been steadily declining. The UK food system ought to be improving its resilience. It isn’t. It’s like the rabbit caught in the headlights – with no goals, no leadership, and eviscerated key ministries.
  • Sourcing. The UK derives much of the food vital for health – fruit and veg – from within the EU. The pound sterling has been dropping. Food price inflation is rising.
  • Public support. Clarifying and then aligning what British consumers say they want with what is negotiated by March 2019.
  • Food quality and standards. Brexit campaigners ignored the inbuilt reliance the UK has on pan-European institutions, to which we contribute. A vast array of institutions and scientific infrastructure keeps UK food fit to eat. Brexit campaigners did not inform consumers/voters that US agribusiness is salivating at the prospect of selling foods which have weaker standards, nor that foods derived on world markets use standards which are weaker than the EU’s and those of the USA.
  • Replacing the Common Agricultural Policy and Common Fisheries Policy. The CAP and CFP are core and old EU policies. They have been much attacked in the UK, often for good reason. Leaving CAP and the CFP exposes a vast policy vacuum. The new Secretary of State has made a statement about even tearing up the CFP predecessor the London Fisheries Convention from 1964! The Coalition and subsequent Conservative Governments provided no policy vision other than a belief that Agri-technology and an export drive will suffice for farming, and that reasserting a 200-mile exclusion will resolve unsustainable fish sourcing. They will not. What’s the point of farming and fishing? How can they mix food production and ecosystems services? These are vital issues for the era of climate change and ecosystem stresses.
  • Food labour. The entire UK food system is dependent on migrant labour. UK food manufacturing is our largest manufacturing sector but one third of its workforce is migrant. UK horticulture has massive dependency on migrants to pick ‘British’ food UK consumers say they want. Technology will not replace the vast army of migrant labour who work in food service.
  • Subsidies. HM Treasury and Defra have long been ideologically opposed to subsidies for farmers yet CAP/EU subsidies provide about half of UK farm incomes. The Conservative manifesto talked of maintaining subsidies until 2022. Then what? Defra and HM Treasury are committed to cutting ‘Pillar 1’, implying that if there are to be any subsidies, the base line for them would be the existing 20% that goes to Pillar 2. The subsidy questionexposes the shameful inequalities within the UK food system. Primary growers get a tiny percentage of what consumers spend on food.
  • National and regional food policy. The UK has no food policy. Scotland and Wales have been developing their own visions; England is the problem. Seen collectively, the UK will have a dwindling mishmash of policies, once EU frameworks are removed. The UK has fairly consistently failed to contribute positively in EU debates, playing to the corporate gallery at home, arguing for cutting subsidies, rather than working hard inside for progressive policies. The world’s food system faces immense challenges. The drift in and after a Brexit is the worst policy situation imaginable. We have options. This paper explores some options mooted within and beyond government circles: a new imperialism (expecting others to feed us); reinvigorating UK food systems; commitment to sustainability; and more.
  • Relationships with neighbours. The wild talk before, during and since the Referendum ignores geography. The EU 27 member states are our neighbours. They are incredulous at the hostile, stupid talk from leading politicians. British negotiators must build bridges. Or does the UK really want hostility? This would be madness for a country which does not feed itself.
  • Divided Food Britain. The UK is a food divided country. The health gap between rich and poor is heavily associated with diet and food costs. Recent events underline how important it is to tackle these divisions. Merely promising ever cheaper prices or more food banks is not a reasoned policy response.
  • Institutions and infrastructure. The UK enters Brexit negotiations in a weak situation. The Food Standards Agency is a shadow of its former self. Defra has had years of cuts and suffers a serious staff shortage, just when the UK needs many of the best and brightest civil servants to negotiate the most important element of Europeanisation – our food. To leave the EU would sever the UK from many bodies which underpin food – from scientific advisory bodies to regulators, from research programmes to subsidies to regions. What is going to replace these? There is silence from Defra and the Government.
  • The negotiations. In 18 months or so, the most complex reconfiguration of the UK food system is to be completed. Analysts now realise that this is at best folly or at worst a recipe for chaos. Never has there been such a large body of thinking within the food system, from outside critics to inside track policy cognoscenti, that the UK ought to take a deep breath, reconsider and pursue a well-thought-out strategy.
  • The role of Big Food. The food system is already dominated by huge food companies. Brexit must not be an opportunity for further corporate capture of market power. The good news is that increasing numbers of food companies now recognise the seriousness of impending crises from health, ecosystems and social divisions. The UK public must ensure that what emerges ahead – whether the UK leaves or stays – the food.

The realities of a Food Brexit are awesome. The British public has not been informed about its implications. Many people who voted for Brexit will be hardest hit by a ‘hard’ Brexit – people on low incomes, the elderly, farmers, people in the North of England. This paper urges politicians, civil society and academics who understand the food system to speak up and speak out. Brexit is a political construct. It should not be a recipe for food insecurity.

The paper gives specific recommendations in each section, centred on how to enhance food security in the UK. Our overall view is that this will require HM Government to:

  • give a policy commitment to a modern, low-impact, health-oriented UK food system, and set out how that will be achieved, with or without Food Brexit;
  • create a new statutory framework for UK food, which we term ‘One Nation Food’;
  • link this new statutory UK food framework to the UN Sustainable Development Goals and the 2015 Paris Climate Change agreements (known as COP21);
  • set new clear targets for UK food security (food supply, quality, health and consumption) which go beyond mere quantity of supply by addressing ecosystems and social systems resilience;
  • create a new National Commission on Food and Agricultural Policy to provide oversight and review, and to be a source of advice trusted by the public;
  • to make a clear and explicit commitment to address food matters in the Brexit negotiations which (bizarrely) has not been given;
  • include in the above a continued but reconstituted, co-operative set of arrangements with the EU food agencies with regard to regulatory synergies in food trade and standards;
  • develop an approach to food policy which is politically open and socially inclusive. »

Première fournée des documents de négociations de la Commission

http://www.ariase.com/fr/news/media/commission-europeenne-300x225.jpg

Les lecteurs trouveront ci-dessous les documents publiés par la Commission résumant les positions de principe qu’elle a retenues pour mener les négociations de sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne. Sont abordés :

 

Faut-il écrire des ouvrages sur le Brexit ? Quelques remarques à propos de la rentrée littéraire et scientifique à venir

S’il est nécessaire d’écrire sur le Brexit, est-il pourtant indispensable, dès la rentrée à venir, de publier des ouvrages sur ce sujet ? La question semble provocante. Un événement aussi important ne peut que susciter la rédaction d’écrits complets pour en comprendre tous les enjeux. Les parutions les plus pertinentes sont d’ailleurs répertoriées dans l’onglet bibliographie de l’Observatoire. Elles prouvent que le Brexit ouvre un champ de recherche intellectuellement passionnant, mais aussi qu’il suscite l’émergence d’un nouveau marché dans l’économie de la production scientifique.

Intellectuellement, le Brexit est un merveilleux laboratoire pour apprécier presque au jour le jour une espèce de destruction (au moins partielle) d’un cadre institutionnel et de sa refondation politique et juridique. Sans précédent, la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne rend indispensable l’éclairage des universitaires pour la comprendre et pour guider tous ceux qui sont touchés par ce séisme. Le chercheur est aussi mobilisé pour tirer les enseignements de l’événement et questionner, notamment, l’avenir du projet européen. Le foisonnement des analyses quelques mois après le référendum du 23 juin 2016 n’est évidemment pas surprenant. Signalons également que, comme tout fait sociétal majeur, le Brexit inspire les penseurs au sens large, y compris les artistes : l’œuvre récente du street-artiste Banksy révélée le 7 mai sur la façade d’un immeuble de Douvres en est l’un des exemples les plus connus.

http://cdn.images.express.co.uk/img/dynamic/1/590x/new-banksy-european-union-brexit-news-dover-801643.jpg

Économiquement, les maisons d’édition profitent aussi de l’événement pour lancer de nouveaux ouvrages : le Brexit est légitimement devenu un marché en tant que tel. La rentrée de septembre-octobre au Royaume-Uni s’annonce particulièrement riche de ce point de vue. Peut-être trop, d’ailleurs. En effet, il nous paraît important de conserver un certain recul sur toutes ces productions. Si nombre d’entre elles sont ou seront sans doute tout à fait passionnantes quant à la manière de présenter la marche vers le Brexit, les motifs qui ont conduit le peuple britannique à ce choix, ou les conséquences tant politiques que juridiques et économiques, nous demeurons plus sceptiques en ce qui concerne leurs apports prospectifs.

Les récentes élections générales outre-Manche le démontrent : il est risqué de prédire l’issue du Brexit. Alors qu’il y a quelques semaines, le hard Brexit s’imposait à tous, une orientation plus raisonnable semble désormais se dessiner… jusqu’au prochain rebondissement. Dans ce contexte mouvant, les spécialistes du sujet ont plusieurs possibilités en fonction des impératifs qui dominent la production scientifique. Le Brexit, à cet égard, est révélateur des mutations et des contraintes de la littérature académique face à des événements imprévisibles et inédits. Quel est le média le plus adéquat et, pourrions-nous dire, le plus pertinent intellectuellement ? Il n’y a pas de réponse tranchée à cette interrogation, mais force est d’admettre que le support numérique est sans doute le plus adapté dans un premier temps, et dès lors qu’il satisfait à des exigences académiques.

Les revues et ouvrages « papier » sont souvent des vecteurs de transmission privilégiés du savoir, car le monde de la recherche leur octroie un label de qualité dès lors qu’ils sont publiés par des éditeurs reconnus par la communauté scientifique concernée. Tout intellectuel spécialisé dans un domaine acquiert une lisibilité d’abord par ce biais jugé plus prestigieux que toute autre forme de communication. Cependant, la chaine de production des éditeurs, souvent longue, conduit à des délais tout aussi longs qui créent un décalage temporel préjudiciable à une analyse satisfaisante des évolutions du Brexit. C’est ce motif qui a principalement présidé à la fondation de l’Observatoire du Brexit qui élabore un savoir « en sédimentation » au fur et à mesure que la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne se construit. C’est également ce constat qui nous amène à aborder avec prudence la prochaine rentrée « littéraire » outre-Manche.

Certains argueront que les sites internet sont propices à l’analyse à chaud, sans véritable recul. Ce risque existe et il est difficilement évitable. Toutefois, dès lors que le site est nourri par des spécialistes et qu’un contrôle rigoureux est produit sur les écrits par un comité éditorial, il n’y a pas de raison que la qualité soit moindre que pour un ouvrage qui paraît alors qu’un processus politique et juridique est en cours. Surtout, la plateforme numérique garantit une actualisation constante, une production sans réelle limite (ce qui est un luxe à une époque où les articles longs sont de moins en moins acceptés dans les revues), et la conjonction des savoirs. Le site internet est enfin un formidable outil de « décentralisation » et d' »internationalisation » des connaissances. En France, chacun sait que nombre de revues et de maisons d’édition, tout comme les médias nationaux, privilégient les enseignants-chercheurs des établissements qui leur sont proches géographiquement ou qui bénéficient d’une grande renommée. Ces réputations ne sont qu’exceptionnellement surfaites, mais elles n’aident pas les chercheurs issus d’autres structures à rentrer dans des cercles éditoriaux parfois trop fermés. Quelques sites, notamment de  think tank, ont tendance à maintenir cette tradition. Cependant, l’étendue des possibilités ouvertes aux scientifiques par Internet  permet de contourner ces pratiques au bénéfice d’une transmission plus large du savoir et du progrès de la pensée.

Par conséquent, dans un contexte comme celui du Brexit, l’acquisition des ouvrages et des revues n’est plus suffisante. La recherche d’informations éclairées sur le Net est incontournable et les textes numériques doivent être valorisés à la hauteur de leur apport qui peut surpasser celui d’articles de revues ou d’ouvrages. Un exemple tout à fait concret achève de nous en convaincre. La Cour suprême du Royaume-Uni, dans son désormais célèbre jugement Miller, a salué la production doctrinale, non pas celle qui était issue des moyens classiques de l’édition académique (encore inexistante à l’époque), mais celle de divers blogs. Si la Cour ne cite pas explicitement les sites pertinents, les échanges particulièrement nourris entre juristes sur le UKCLA Blog ont indubitablement inspiré la réflexion des juges comme ils le reconnaissent d’ailleurs au § 11 de leur décision (« We have also been much assisted by a number of illuminating articles written by academics following the handing down of the judgment of the Divisional Court. It is a tribute to those articles that they have resulted in the arguments advanced before this Court being somewhat different from, and more refined than, those before that court »). Progressivement, la hiérarchie entre les recherches diffusées sur le Net et celles qui le sont par les voies plus traditionnelles de l’édition s’estompe. Le seul critère discriminant doit être la qualité de la publication, non son vecteur.

Aurélien Antoine

 

Un an après : le récapitulatif de Westminster, les propositions de Mme May et la une de The Economist

Le Royaume-Uni ne forcera aucun citoyen de l'UE à quitter son territoire après la date effective du Brexit, a assuré Theresa May. (photo AFP)

Pour « commémorer » la première année du Brexit, le Parlement britannique a publié plusieurs notes qui décrivent le processus initié il y a un an en insistant sur les problématiques majeures en cause. L’intérêt de ces notes réside en particulier dans l’accès par liens hypertextes à des documents permettant de mieux appréhender le déroulement des négociations. Le contenu in extenso est disponible à ces  adresses :

Mme May a, quant à elle, communiqué ses premières solutions pour les travailleurs européens présents sur le sol du Royaume-Uni. Elle a promis que les résidents de plus de cinq ans bénéficieraient des mêmes droits après le Brexit. Ils pourront acquérir le statut de résident permanent s’ils en font la demande et qu’ils sont déjà en situation régulière (le statut serait néanmoins perdu en cas de départ de plus de deux ans, sauf démonstration de liens particulièrement fort avec le pays). En revanche, Mme May a rejeté toute compétence de la Cour de Justice pour connaître des contentieux qui pourraient naître. Elle a également exigé la réciprocité d’application de la mesure qui, néanmoins, n’a pas été encore discutée par les 27.

Du côté des médias, The Economist avait choisi de « célébrer » le Brexit par une une qui jouait sur le contraste entre la situation politique de Mme May et celle d’Emmanuel Macron qui vient de faire ses premiers pas officiels sur la scène européenne lors du Conseil européen des 22-23 juin 2017. Le célèbre hebdomadaire libéral s’interroge sur la possibilité du président de la République française de sauver l’Union européenne. Bien accueilli par la plupart de ses homologues, il a été critiqué par d’autres, notamment après les propos tenus à l’égard de quelques pays de l’Est. Victor Orban a ainsi émis de fortes réserves sur les qualités du chef de l’État français. Ce dernier ne doit, toutefois, pas trop s’inquiéter d’une telle appréciation étant donné la qualité de la personne qui l’a formulée…

https://cdn.static-economist.com/sites/default/files/print-covers/20170617_cuk400.jpg

Les propos reprochés à Emmanuel Macron sont tirés d’une interview fort instructive relative à ses ambitions pour l’Europe (entretien accordé à plusieurs journaux européens, dont Le Guardian et accessible en France via Le Figaro).

Notons, pour être tout à fait complet, que le Conseil européen s’est penché en détail sur la relocalisation des agences européennes établies sur le sol britannique (Agence européenne des médicaments et Agence bancaire européenne).

Les revues juridiques françaises à l’heure du Brexit

Un peu moins d’une année après le référendum du 23 juin 2016, deux grandes revues scientifiques françaises publient des articles de fond sur le Brexit. La Revue française de Droit administratif propose notamment dans son numéro 2 de l’année 2017, une analyse de John Bell du jugement Miller de la Cour suprême. Le grand intérêt de cet article est de comparer la démarche du juge britannique à celle qu’aurait pu être celle des juges français. John Bell est, en effet, un spécialiste incontournable de la comparaison entre nos deux « systèmes » juridiques. Son propos permet également de bien comprendre les opinions dissidentes formulées par lord Reed et et lord Carnwath, ce qui n’avait pas encore été fait en langue française. Nous noterons que sa contribution s’ajoute à celle d’Eirik Bjorge sur la qualification de la Cour suprême du Royaume-Uni de cour constitutionnelle. Un tel point de vue commence à être de plus en plus défendu outre-Manche, mais aussi en France avec les analyses d’Aurélie Duffy ou d’Aurélien Antoine

Hormis la RFDA, le numéro 2 de 2017 de la Revue du Droit public et de la science politique en France et à l’étranger consacre un dossier substantiel au Brexit sous la direction d’Aurélien Antoine. Vous pouvez accéder au sommaire de ce dossier par le lien suivant : RDP Brexit special. Les contributions réunies sont datées du début de l’année, juste avant l’intervention de la Cour suprême, mais aussi avant les nombreux événements de mars et avril. Le contenu analytique et prospectif des textes demeure cependant un outil fort utile pour comprendre le Brexit et ses enjeux. L’ensemble des réflexions réunies dans ce numéro est pour l’heure inédit par son caractère complet puisqu’il couvre les champs constitutionnels, européens et administratifs tout en donnant la parole aux collègues des Facultés de Droit britanniques.

Bonne lecture à tous.

Une bonne synthèse du jugement Miller (en anglais)

20 Essex StreetNotre collègue Duncan Fairgrieve, professeur associé à l’Université Paris-Dauphine et Senior Research Fellow en droit comparé, Directeur du « Tort Law Centre » au British Institute of International and Camparative Law (BIICL), nous fait part d’un article dans le Bulletin du 20 Essex Street (l’un des grands groupements d’avocats à Londres) revenant sur le jugement Miller de la Cour suprême. Il s’agit d’une excellente synthèse qui a le mérite de revenir clairement sur les opinions dissidentes :

Miller analysis 20 Essex Street

Bonne lecture

Suivre le Brexit avec la chaîne de la BBC Radio 4

Notre collègue et contributeur à l’Observatoire, Christian Auer, nous fait part de l’excellente et très didactique série d’émissions de la BBC Radio 4 consacrée au Brexit, « Brexit: A Guide for the Perplexed ». Ces analyses rapides d’une durée de 15 minutes environ permettent de saisir rapidement certains enjeux liés à la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne. Pour y accéder, voici l’adresse du site : http://www.bbc.co.uk/programmes/b08ffww9/episodes/guide.

Bonne écoute à tous

Rapports d’organismes indépendants

https://11217-presscdn-0-50-pagely.netdna-ssl.com/wp-content/uploads/2013/11/thinktank.jpg

Analyse d’ensemble

Le Brexit, six mois après (synthèse du groupe de recherche The UK in a Changing Europe) : brexit-six-months-on

Rapport sur les aspects politiques et institutionnels des négociations du think tank du Parlement européen : EP Think TankNegociations

Rapport et guide  de l’Institut sur les affaires internationales et européennes sur les négociations : IIAE ; Guide

Rapport sur l’avenir de l’Europe du think tank Chatham House sur l’avenir de l’Europe : The Future of Europe – elite and public views

Rapport sur le soft-power britannique du think tank Res Publica : Soft Power RP

Économie et finances

Rapport du Centre for Business Research de l’Université de Cambridge (analyse macroéconomique) : the-macro-economic-impact-of-brexit

Rapport du Global Counsel (synthèse sur l’économie britannique) : global-counsel_impact_of_brexit

Rapport du think tank Bruegel sur la finance européenne après le Brexit : Finance et Finance 2

Rapport du Institute of Directors du Royaume-Uni sur les priorités des chefs d’entreprise après le Brexit et les politiques à adopter : Navigating_Brexit_Priorities_for_business_options_for_government

Rapport de l’Institut Jacques Delors de Berlin relatif aux conséquences du Brexit sur le budget européen : Budget européen et Brexit

Rapport du think tank du Parlement Européen : EP Think Tank eco issues

Rapport du think tank Bruegel sur le solde de tout compte britannique : Brexit bill (facture)

Rapport du think tank Bruegel sur l’avenir des politiques sectorielles : Industrie, Recherche, Energie

Rapport du think tank IEA sur la politique commerciale du Royaume-Uni post-Brexit : A-Trade-Policy-for-a-Brexited-Britain-D2

Rapport sur l’impact du Brexit dans le domaine des services financiers européens : European Financial Systems

Environnement et Alimentation

Rapport produit par le parti Vert britannique : Safe Guarding Environment after Brexit

Rapport du think tank Policy Exchange : Going-Round-in-Circles-FULL-REPORT

Rapport des universités de Londres, Cardiff et du Sussex sur l’alimentation : FoodBrexitReport

Droit

Rapport du Centre Bingham pour la rule of law : bingham-centre-for-the-rule-of-law

Rapport du Judicial Power Project (Pr. John Finnis) : finnis-2016-brexit-and-the-balance-of-our-constitution2

Rapport du think tank du Parlement européen sur la notification de retrait et les futurs accords potentiels : EP Think Tank Art. 50 and future

Rapport sur l’Espace économique européen, Université de Sheffield : EEA as a workable framework

Rapport du Haut Comité Juridique de la Place financière de Paris sur les implications du Brexit dans le domaine de la coopération judiciaire en matière civile et commerciale : Rapport HCJP

Rapport du Center for European Reform sur l’exemple suisse : Exemple suisse

Rapport du Center for European Studies sur la période de transition : Transitional period

Politique

Rapport sur les relations entre l’Irlande du Nord et l’Irlande après le Brexit par les universités de Durham et Newcastle : policy-paper_brexit-ireland-and-northern-ireland-june-2016-1

Rapport détaillé de sociologie politique sur « Qui a voté pour le Brexit ? » : who-voted-for-brexit

Les conséquences du Brexit sur le Civil Service évaluées par l’Institute for Government : whitehall-monitor-17

Rapport du think tank belge Bruegel sur l’avenir du Parlement européen à la suite du Brexit : Euro-Parl

Rapport du think tank Center for European Union Change sur la politique de Theresa May : Centre For EU change

Rapport du think tank du Parlement européen sur l’Irlande du Nord : EP Think Tank Northern Ireland

Rapport du Center for European Reform sur l’Irlande du Nord : Northern Ireland

Rapport du Center for European Reform sur le rôle des institutions européennes : Institutions européennes.pdf

Bibliographie mise à jour en continu (articles parus dans les revues scientifiques en français principalement)

Bibliographie établie par Aurélien Antoine, directeur de l’Observatoire, Marie Tillmann, et Georges Tirel, doctorants au sein de l’Équipe de Droit international, européen et comparé de Lyon III (EDIEC). Les rubriques comprennent également une sélection d’articles en ligne. Les articles de l’Observatoire ne sont pas répertoriés, de même que les articles sur le Blog Jus Politicum dans la mesure où nous informons systématiquement nos lecteurs de leur parution (Blog de la Revue Jus Politicum, onglet « Brexit »).

I – Articles de revues juridiques.

ALEXANDRE-COLLIER A., « L’euroscepticisme au sein des partis politiques britanniques : une obsession national(ist)e », Rev. UE, n° 602, décembre 2016, p. 527.

AKYUREK O., PHILIBERT C., « Brexit et exéquatur », Petites affiches, n°1, 2 janvier 2017, p. 7.

ANTOLINOS A., « Conséquences du Brexit sur la vente de spectacles », Juris art etc., n°42, janvier 2017, p. 30.

ANTOINE A., « So What ? », Recueil Dalloz, 2016, p. 1939.

ANTOINE A., « Le Monde d’Hier », Recueil Dalloz, 2016, p. 1361.

ANTOINE A., « Le Brexit et la dictature élective », Recueil Dalloz, 2017, p. 519.

ANTOINE A., « Le Brexit et le droit constitutionnel britannique », RDP 2017, p. 261.

ARRONEY N., « R (Miller) v Secretary of State for Exiting the European », MLR, 2017, n° 80(4), p. 725 (cet article est une reprise d’une conférence donnée à l’institut Michel Villey, temporairement accessible via le blog de la revue Jus Politicum).

Union: Three Competing Syllogisms

BARBÉ V., « Les enjeux constitutionnels du référendum sur la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne », Constitutions, n°3, décembre 2016, p. 418.

BARBÉ V., « Le rôle du Parlement britannique dans la décision de retrait du Royaume-Uni de l’Union européenne. À propos des décisions de la High Court du 3 novembre 2016 et de la Cour suprême du 24 janvier 2017″, Constitutions 2017, p. 44.

BELL J., « La Cour suprême du Royaume-Uni et le Brexit« , RFDA 2017, p. 220.

BENHAMOU Y., RENOLD A., « Brexit et droit public en matière d’art et de biens culturels », Juris art etc., n° 42, janvier 2017, p. 27.

BENLOLO CARABO M., « Brexit et citoyenneté européenne », Rev. Aff. Eur., 2016/4, p. 607.

BENREDOUANE N., « Les modalités du droit de retrait d’un Etat membre de l’Union européenne : qualification et régime contentieux de l’accord de retrait », Revue du Droit de l’Union européenne, n° 3-4/2016, p. 609.

BERLIN D., « Brexit et politiques de l’Union européenne », Rev. Aff. Eur., 2016/4, p. 595.

BERTONCINI Y., « Le Brexit entre europhobie britannique et euroscepticismes continentaux », Rev. UE, n° 602, décembre 2016, p. 524.

BJORGE E., « La Cour suprême du Royaume-Uni, une cour constitutionnelle digne de ce nom », RFDA 2017, p. 213.

BLIN O., « Did Brexit break it ? En substance : le Brexit a-t-il cassé l’Union européenne ? », Recueil Dalloz, 2016, p. 1440.

BLUMANN C., « Brexit : coup de tonnerre dans un ciel chargé », La Semaine Juridique Edition Générale n° 41, 10 octobre 2016, doctr. 1085.

BLUMANN C., Brexit et marché intérieur, Rev. Aff. Eur., 2016/4, p. 581.

BLUMANN C., 3 questions à Claude Blumann sur les relations entre le Royaume-Uni et l’Union Européenne à l’heure du Brexit, Le Club des juristes, http://www.leclubdesjuristes.com, 31 mars 2017.

BOICHE A., « Brexit et European Law », AJ Famille, n°9, septembre 2016, p. 355.

BOMPOINT D.,  » Quelles conséquences du Brexit sur les marchés financiers français ? « , BJS 1er juill. 2017, p. 501.

BRENET B., « L’UE, une quasi-fédération à reconfigurer ? », Petites affiches, n° 210, 20 octobre 2016, p. 7.

BUENO DE MIRANDA S. J., « Brexit, a stress test for State aid control? », European State Aids Quarterly, September 2016, p. 331.

BURGSTALLER M., ZAROWNA, « Possible Ramifications of the UK’s EU Referendum on Intra and Extra-EU BITs », Journal of international arbitration, September 1, 2016, 33-Sl, p. 565.

CATHIARD C.,  » Le devenir des personnes morales européennes au prisme du Brexit « , BJS 1er juill. 2017, p. 492.

CHALTIEL F., « Le Brexit, le droit et le temps », Petites affiches, n° 155, 4 août 2016, p. 6.

CHALTIEL F., « Les perspectives du Brexit », Rev. UE, décembre 2016, p. 513.

CHALTIEL F., « Ré(e)former l’Union européenne », Rev. UE, janvier 2017, p. 1.

CHALTIEL F., « Le Brexit, la souveraineté du peuple et le parlementarisme britannique », Rev. UE, mars 2017, p. 129.

CHALTIEL, « Le parlement européen et le Brexit« , Rev. UE, mai 2017, p. 253.

CHIJNER D. « Brexit. Quid de la reconnaissance en France des jugements rendus par les juridictions du Royaume-Uni ?« , JCP G n° 30-35, 25 juill. 2017, doctr. 876.

CHOPIN T., JAMET J-F., « Après le Brexit : redéfinir les relations entre les « deux Europe », Rev. UE, n° 602, décembre 2016, p. 567.

COIGNAC A., « Conséquence du Brexit : la naturalisation des citoyens Britanniques en France », Dalloz actualité, n° 28, 28 juillet 2016.

CONSTANTINESCO V., « Du référendum et de la démocratie représentative à travers le Brexit », Rev. UE, n° 602, décembre 2016, p. 530.

COUTRON L., DUBOS O., « Le Royaume-Uni et l’Union européenne après le Brexit : une fâcheuse inconséquence », RDP 2017, p. 281.

CRAIG P. P., BIRKINSHAW P., ANTHONY G., ANTOINE A. (trad.), « Le Brexit vu des Facultés de Droit britanniques », RDP 2017, p. 251.

DAUGREILH S., « Témoignage : « To Brex or not Brex » », Juris art etc., n° 42, p. 33.

DELCHER E., « L’Espace économique européen : un futur pour le Royaume-Uni ? Regard à travers l’arrêt E-28/15 Yankuba Jabbi de la Cour AELE, Revue du Droit de l’Union européenne, n° 3/2017, p. 151.

EWING K., « Brexit and Parliamentary Sovereignty, » MLR, 2017, n° 80(4), p. 711 (Ewing-2017-The_Modern_Law_Review)

FERRARI-BREEUR C., « Brexit : tout est fini, rien n’a commencé », Juris art etc., n° 42, janvier 2017, p. 19.

FIDEL E. N., « Commercial Contracts Post-Brexit », Business Law Today, October 2016.

FLEURY B., « Le Brexit sous l’angle de la négociation : de l’inévitable échec à l’indispensable accord « , BJS 1er juill. 2017, p. 483.

FONTAINE N., « L’après Brexit et l’avenir de l’UE », Rev. UE, décembre 2016, p. 518.

GABAYET N., « Les mutations du droit administratif anglais sous l’influence du droit de l’Union européenne », RDP 2017, p. 295.

GAUDIN H., Brexit et système institutionnel, Rev. Aff. Eur., 2016/4, p. 573.

GERKRATH J., « L’exercice du droit de retrait au regard des droits constitutionnels britannique et européen », Rev. UE, décembre 2016, p. 541.

GOULARD S., « Brexit, pour la défense de la souveraineté européenne », Rev. UE, décembre 2016, p. 520.

GUILLARD C., « L’accord relatif au Brexit », Rev. UE, décembre 2016, p. 573.

GUILLUY Th., « Les juges britanniques face au Brexit. Une revanche posthume du droit de l’Union européenne ?, Jus Politicum n°18, 2017, p. 311 (JP Book 18).

HESTERMEYER H., « How Brexit Will Happen: A Brief Primer on European Union Law and Constitutional Law Questions Raised by Brexit », Journal of international arbitration, September 2016, 33-Sl, p.. 429.

HILLION C., « Le retrait de l’Union européenne (Une analyse juridique), RTD eur., n° 4, 2016, p. 719.

HORDIES J.-P., « Le Brexit au Royaume désuni », Revues des Juristes de Sciences Po, n° 12, décembre 2016, 126.

JACQUE J.-P., « Brexit (Une analyse factuelle) », RTD eur, n°4, 2016, p. 689.

JAY S., PEARSON C., FARMER N., « Some reflections on Brexit and the UK DATA protection regime », Intellectual Property and Technology Law Journal, December 28, 2016, No. 12, L.J.

JODEAU M., « Survival of the fittest », Rev. UE, n° 602, décembre 2016, p. 551.

KAHN S., « Les crises de l’Europe : un panorama », Revues des Juristes de Sciences Po, n° 12, décembre 2016, 134.

KAMINA P., « Brexit, copyright et harmonisation du droit d’auteur », Juris art etc., n°42, p. 21.

KHUSHAL MURKENS J.E., « Mixed Messages in Bottles: the European Union, Devolution, and the Future of the Constitution », MLR, 2017, n° 80(4), p. 685.

KREINDLER R., GILBERT P., ZIMBRON R., « Impact of Brexit on UK Competition Litigation and Arbitration », Journal of international arbitration, September 1, 2016, 33-Sl, p. 521.

LAMASSOURE A., « Vers une Europe à géographie variée », Rev. UE, n° 604, janvier 2017, p. 4.

LAURIN Y., Le Brexit au coeur de la procédure, Recueil Dalloz, 2017, p. 521.

LAZOWSKI A., WESSEL R. A., « The external dimension of withdraxal from European Union, Rev. Aff. Eur., 2016/4, p. 623.

LE STANC C., « Du brouillard sur la Manche : Brexit et propriété intellectuelle », Propriété industrielle, n° 9, septembre 2016, repère 8

LE POURHIET A-M.(organisatrice), « Débat sur le référendum avec Jean-Pierre Chevènement, Jean-Marie Denquin et Massimo Luciani », Constitutions, n° 3, décembre 2016, p. 385.

LIGNIERES P., « Le Brexit, l’Europe et le protectionnisme », Droit Administratif, n° 10, octobre 2016, repère 9.

MAISTO G., MALHERBE J., « Les conséquences fiscales du Brexit », Droit fiscal, n° 29, 21 juillet 2016, act. 458.

MAROLLE P., MIGNON H., « Paquet brevet – « To ratify or not to ratify » : le brevet européen à effet unitaire et la juridiction unifiée du brevet à l’épreuve du Brexit », Propriété industrielle, n° 2, février 2017, étude 4.

MARTI G., « Brexit à l’aune de la citoyenneté européenne », Rev. UE, n° 602, décembre 2016, p. 533.

MARTI G., « Le Brexit : déclin ou renouveau du projet européen ? », Rev. Aff. Eur., 2016/4, p. 563.

MARTUCCI F., « Les conséquences paradoxales du Brexit pour la régulation financière : étude de l’état du droit à la date du retrait », Rev. Aff. Eur., 2016/4, p. 651.

MARTUCCI F., PLATON S., « « My tailor is rich ». Quels habits pour le Royaume-Uni ? », RTD eur, n° 4, 2016, p. 735.

MASTERS S., McRAE B., « What Does Brexit Mean for the Brussels Regime? », Journal of international arbitration, September 1, 2016, 33-Sl, p. 484.

MASTRULLO T., « Les effets du Brexit sur le droit d’établissement des sociétés », BJS 1er juill. 2017, p. 487.

MAUBERNARD C., « Une histoire à plusieurs voix », Rev. UE, n° 602, décembre 2016, p. 573.

M. MCLLWRATH, « An Unamicable Separation: Brexit Consequences for London as a Premier Seat of International Dispute Resolution in Europe », Journal of international arbitration, September 1, 2016, 33-Sl, p. 451.

MINET-LETALLE C., « Brexit et tourisme », Juris tourisme, n° 189, septembre 2016, p. 3.

MONJAL P-Y., « Une désunion sans cesse plus grande, Rev. UE, n° 602, décembre 2016, p. 545.

PATAUT E., « Brexit (Concl. du Conseil européen des 18 et 19 févr. 2016, EUCO 1/16) », RTD eur, n°3, novembre 2016, p. 637.

PERETZ G., « A star is torn: Brexit and State aid », European State Aids Quarterly, September 2016, p. 334.

PIERRE-CAPS S., « L’Écosse face au « Brexit », Rev. UE, n° 602, décembre 2016, p. 548.

PRIETO C., « You can lead a horse to water, but you can’t make him drink », RTD eur., n°3, novembre 2016, p. 487.

PECH L., « Questions à… », RTD eur, n°4, 2016, p. 711.

PECH L., PLATON S., « Le Peuple, le(s) Parlement(s) et le Juge : l’arrêt Miller de la Cour suprême, une valse constitutionnelle à trois temps », RTD eur., N° 2, 2017, p. 201.

POOLE T. « Devotion to the Legalism ; On the Brexit case », MLR, 2017, n° 80(4), p. 696.

PONZANO (P), « Que devrait faire l’Union européenne après le Brexit ? », Revue du Droit de l’Union européenneI, n° 3/2017, p. 5.

POTTEAU A., « Les aspects financiers et budgétaires du Brexit », Rev. Aff. Eur., 2016/4, p. 639.

ROSITANO C., « Le gouvernement un outil d’analyse de l’Union européenne », Rev. UE, n°604, janvier 2017, p. 8.

ROUSSEAU D., « Le Brexit ou le moment constituant européen », Rev. UE, n° 602, décembre 2016, p. 564.

RUSSO G., « Brexit et mécénat », Juris art etc., n° 42, janvier 2017, p. 34.

SAULNIER-CASSIA E., Les difficultés constitutionnelles britanniques relatives à la notification de l’intention du retrait de l’Union européenne : Parliamentary sovereignty et Rule of law versus Royal prerogative, RTDEur. 2017/1, p. 114.

SAVOURE B., « Brexit », La revue fiscale du patrimoine, n° 9, septembre 2016, repère 8.

SCARAMOZZINO E., « Brexit : conséquences sur la régulation audiovisuelle et le financement des films », Juris art etc., n° 42, janvier 2017, p. 24.

SIMON D., « Brexit : En marche pour une longue marche », Europe n° 6, juin 2017, repère 6.

SIMON D., RIGAUX A., « Brexit : So what ? Réactions à chaud ou what an afflicting show », Europe n° 7, Juillet 2016, repère 7.

SMITH A., MCWILLIAMS M., YARNELL P., « Does every cloud have a silver lining? : Brexit, repeal of the Human Rights Act and the Northern Ireland Bill of Rights », Fordham International Law Journal, November 2016, 40 L.J. 79.

TALANI L., « Brexit and the City », Revues des Juristes de Sciences Po, n° 12, Décembre 2016, 127.

TORCOL S., MAUBERNARD C., « Le Brexit ou l’Europe politique à la croisée des chemins », Rev. UE, n° 602, décembre 2016, p. 516.

TORCOL S., « Après le Brexit : faut-il plus ou moins d’Europe ? », Rev. UE, n° 602, décembre 2016, p. 570.

TUSSEAU G., 3 questions à Guillaume Tusseau sur la demande d’un nouveau référendum sur l’indépendance de l’Ecosse par le Parlement Ecossais, Le Club des juristes, http://www.leclubdesjuristes.com, 30 mars 2017.

VAN MIDDELAAR L., « Sept thèses sur le Brexit », RTD eur, n°4, 2016, p. 705.

VAYR J., « La présidente du Land de Sarre défend sa vision d’une Europe transfrontalière », Petites affiches, n° 145, 21 juillet 2016, p. 4.

VERGANO P. R., DOLLE T., « The Trade Law Consequences of “Brexit », European journal of Risk Regulation, 2016, 7, p. 795.

VERNEJOULE N.,  » Brexit : quelles incidences fiscales peut-on anticiper ? « , BJS 1er juill. 2017, p. 497.

VERNIER G., « Quelques considérations sur les répercussions internationales du Brexit », Rev. UE, n° 602, décembre 2016, p. 560.

VIVANT M., « Passeport pour Pimlico », Recueil Dalloz, 2016, p. 1489.

YUKINS C. R., BOWSHER M., « Brexit and the Trump Election: Finding a Way Forward for Transnational Procurement. The Year That Changed Almost Everything », European Procurement & Public Private Partnership Law Review, 2016, 11, p. 258.

II – Analyses politiques

APPLEBAUM A., “A transformed political Landscape”, Journal of Democracy, January 2017, vol. 28, p. 53.

ASTIE P., BREILLAT D., LAGEOT C., « Repères étrangers. (1er avril – 30 juin 2016) », Pouvoirs, n° 159, 2016/4, p. 137.

BAILONI M. « Comprendre le vote pour le Brexit : de l’utilité d’une analyse territoriale », Hérodote, 2017/1, p. 43.

BOURLANGES J.-L., « Un Brexit, deux histoires », Commentaire, n° 155, 2016/3, p. 484.

BRZENCZEK J., « Le Brexit et les incertitudes de Gibraltar », Civitas Europa, n° 37, 2016/2, p. 373.

CAMP-PIETRAIN E., « Une Écosse en marge du Royaume-Uni ? », Outre-Terre, 2016/4, p. 139.

CHARLOT C., « Paradoxe gallois », Outre-Terre, 2016/4, p. 122.

CHOPIN T., JAMET J.-F., « Comment répondre aux attentes des Européens ? », Commentaire, n° 155, 2016/3, p. 503.

CRESSEY D., « Brexit offers rare chance to make Britain greener », Nature, January 12, 2017, vol. 541.

DEFRAIGNE J.-C, « Stratégie Singapour : la chimère des brexiters », Outre-Terre, 2016/4, p. 47.

DALINGWATER L., « Désinvestissement social après le Brexit : le cas des services publics », Outre-Terre, 2016/4, p. 84.

DELLEDONNE G., MARTINICO G., « Le fédéralisme européen », Politique européenne, n° 53, 2016/3, p. 14.

DEMARIGNY F., « Après le Brexit, quelle union pour l’Europe ? », Esprit, 2017/2 (février), p. 23.

DUCLOS M., « Que faire après ? », Commentaire, n° 155, 2016/3, p. 491.

DU LAU D’ALLEMANS A., ROZES S., « Le Brexit et la crise de l’Union », Études, 2016/9 (septembre), p. 9.

DUMONT G.-F., «  Brexit : quelles conséquences démographiques ? », Population & Avenir, n° 729, 201/4, p. 3.

« Éditorial. Brexit : les incertitudes de la mondialisation libérale », Esprit, 2016/11 (novembre), p. 3.

ESPOSITO M.-C., La leçon britannique, Outre-Terre, 2016/4, p. 18.

ESPOSITO M.-C., « La City de Londres en attendant le Brexit », Outre-Terre, 2016/4, p. 77.

FORD R., GOODWIN M., « A nation divided », Journal of Democracy, January 2017, vol. 28, p. 17.

GARTON ASH T., « La plus grande défaite de ma vie politique », Commentaire, n° 155, 2016/3, p. 663.

GALLAGHER T., « Resistance from Scotland », Journal of Democracy, January 2017, vol. 28, p. 31.

GAUTIER L., « Le salut par les armes ? Défense européenne et relance de l’Union », Politique étrangère, 2016/4, p. 111.

GUELKE A, “The Risk to Northern Ireland”, Journal of Democracy, January 2017, vol. 28, p. 42

HAMON F., « Le référendum n’est-il qu’une caricature de la démocratie ? », Le Débat, n° 193, 2017/1, p. 141.

HARRIS J., “From the people who brought you Brexit: the bluster and blunder that birthed a new political era”, New Statesman, November 18, 2016, vol. 145, p. 48.

HOWORTH J., « Brexit : Que s’est-il passé ? Que va-t-il se passe ? », Politique étrangère, 2016/4, p. 123.

HUTCHINSON W., « La dimension irlandaise », Outre-Terre, 2016/4, p. 154.

JALLOT C., « UK Independence Party : campagne de sortie », Outre-Terre, 2016/4, p. 217.

JALLOT C., « Nigel Farage, Outre-Terre, 2016/4, p. 246.

JONQUIÈRES (G. de), « Geste intrépide de la liberté ou chute libre dans l’abîme ? », Outre-Terre, 2016/4, p. 31.

KORINMAN M., « La (re)découverte de l’Angleterre », Outre-Terre, 2016/4, p. 9.

LAFARGE F., NEFRAMI E., MANGENOT M., « Chronique de l’administration européenne* », Revue française d’administration publique, n° 159, 2016/3, p. 931.

LAMASSOURE A., « Pour une Europe 4.00 », Commentaire, n° 155, 2016/3, p. 495.

LAMY P., Entretien mené par PNEL J.-P., « L’unité dans la diversité. La devise européenne est une erreur anthropolitique », Connexions, n° 106, 2016/2, p. 11.

LANGLOIS L., « Le Parti conservateur et l’adhésion à la Communauté européenne : coulisses d’un vote historique », Outre-Terre, 2016/4, p. 179.

LATOUR V., « Le modèle d’immigration et d’intégration britannique à l’épreuve », Outre-Terre, 2016/4, p. 223.

MATTHIJS M., « Europe After Brexit », Foreign Affairs, 2017, vol. 96, p. 85.

MOÏSI D.,  « Repenser l’Europe », Politique étrangère,  2016/3 (Automne), p. 83.

MONGRENIER J.-S., « Du « British Exit » à l’« American Brexit » : les perspectives incertaines d’une défense européenne autonome », Hérodote 2017/1, p. 179.

MOUGEL F.-CH., « Les élites britanniques à la croisée du chemin », Outre-Terre, 2016/4, p. 169.

MOULIER BOUTANG Y, « Brexit : une sortie qui vient de loin », Multitudes, n° 64, 2016/3, p. 9.

PORION S., « Maggie May : Faites volte-face si vous voulez, la Dame est déterminée à ne pas le faire, elle veut un ‘Brexit’ de fer », Outre-Terre, 2016/4, p. 191.

SCHNAPPER P., « Le référendum britannique sur la sortie de l’Union européenne et ses conséquences », Hérodote 2017/1, p. 65.

STERGIOU A., « Brexit et Grexit », Outre-Terre, 2016/4, p. 263.

STREECK W., Trad., DAUZAT P.-E., « L’Allemagne et l’Europe », Le Débat, n° 192, 2016/5, p. 67.

TOMBS R., trad., DAUZAT P.-E., « La révolte anglaise. Brexit, euroscepticisme et avenir du Royaume-Uni », Le Débat, n° 193, 2017/1, p. 129. (original : New Statesman, July 22, 2016, vol. 145, p. 22).

TURNER E., « Le Parti travailliste et l’Europe : une relation agitée », Outre-Terre, 2016/4, p. 204.

VERLUISE p., L’Union européenne post-Brexit : quelles perspectives géopolitiques ?, diploweb.com, 10 mars 2017.

VERHOFSTADT G., « Europe : Back to the Future », Politique étrangère, 2016/3 (automne), p. 75.

WALLACE H.,  trad., HAUSSER I., « Vers la sortie. Les difficiles relations du Royaume-Uni avec l’Union européenne », Commentaire, n° 156, 2016/4, p. 791.

WHILLANS-WELDRAKE A.-G., « After Brexit, how can we build resilience? », New Statesman, January 6, 2017, vol. 146, p. 32.

WHITTON T., « Boris Johnson », Outre-Terre, 2016/4, p. 243.

ZIMA A., « Sommet de l’OTAN à Varsovie : un bilan », Politique étrangère, 2016/4, p. 153.

III – Aspects économiques

BRODERSEN H., « La conjoncture allemande face au BREXIT », Allemagne d’aujourd’hui, n° 217, 2016/3, p. 7.

CHAMPROUX (N.), « Un gouvernement averti en vaut deux : aux origines du Brexit monétaire », Outre-Terre, 2016/4, p. 59.

DEPARTEMENT ANALYSE ET PREVISION, « Exit la croissance ? Perspectives 2016-2018 pour l’économie mondiale et la zone euro », Revue de l’OFCE, n° 148, 2016/4, p. 13.

DEPARTEMENT ANALYSE ET PREVISION, « France : croissance malmenée. Perspectives 2016-2018 pour l’économie française », Revue de l’OFCE, n° 148, 2016/4, p. 131.

MARTY F., « Eléments d’analyse économique du Brexit », Rev. UE, n° 602, décembre 2016, p. 554.

MARTY F., « Le Brexit et les politiques de concurrence britannique et européenne », Rev. UE, n° 602, décembre 2016, p. 557.

MOULIET BOUTANG Y., « L’Euro, la souveraineté monétaire en question », Multitudes, n° 62, 2016/1, p. 175.

PEIHANI M., « Brexit and financial services: a tentative analysis of possible exit scenarios, Journal of Business Law 2017/5, p. 357.

PEISSE M., « Immobilier et Brexit… La crise s’annonce ? », Gazette du Palais, n°28, 26 juillet 2016, p. 45.

SAINT-SEINE (S. de), « La Banque d’Angleterre face au Brexit : une campagne houleuse », Outre-Terre, 2016/4, p. 68.