Archives de catégorie : Éditorial

Éditorial : Le Brexit, 5 ans après, un anniversaire sans tambour ni trompette

Par Aurélien Antoine

Ce 23 juin 2021, cinq années ont passé depuis que les Britanniques (ou plutôt les Anglais et les Gallois) ont choisi de sortir de l’Union européenne. Un rapide examen des unes de la presse européenne (aussi bien dans ses formats papier que numériques) démontre que l’événement historique ne tient plus une place de choix dans l’actualité. Parmi les quotidiens nationaux français, seul le journal La Croix a choisi d’en faire sa une et Les Échos une analyse véritablement détaillée. L’Opinion y consacre son éditorial. Le Monde lui préfère les élections régionales, reléguant l’événement en information secondaire. Libération se concentre sur les droits des citoyens à la marge d’une édition consacrée principalement à la politique nationale. Le Figaro ne fait que l’évoquer dans la 28e page de son édition du jour anniversaire. Chez nos voisins d’outre-Manche, le Guardian se contente de quelques articles dans les pages intérieures. The Scotsman n’en fait par le coeur de l’actualité du 23 juin.

L’ensemble des analystes s’accordent pour considérer que le Brexit n’est pas un succès. Bien souvent, les propos n’ont rien de vraiment original, tant les difficultés liées au Brexit étaient prévisibles : réduction des échanges entre le Royaume-Uni et l’UE, augmentation des lourdeurs administratives et des formalités douanières, complexité de la mise en oeuvre du protocole nord-irlandais, raidissement des relations entre l’Angleterre et l’Écosse, nouvelles contraintes pesant sur les citoyens européens et britanniques, tensions dans le secteur de la pêche, volonté de l’Union de ne pas faire cadeaux à la City, etc.

Plusieurs médias relayent, par ailleurs, les résultats de sondages qui montrent que la population britannique reste partagée sur le Brexit. Comme le révèle Les Échos, 80 % des Britanniques voteraient à l’identique si un nouveau référendum était organisé sur le sujet.

L’ensemble des informations diffusées par les médias européens est souvent enrichissant. Toutefois, un aspect est peu, voire jamais évoqué : celui des enseignements que l’Union européenne aurait tiré du Brexit. Il est naturel que les réflexions portent d’abord sur l’État qui a décidé de sortir, en particulier lorsque les personnalités politiques qui ont soutenu ce projet ont avancé que ce serait un triomphe et que, finalement, les ambitions affichées sont loin d’avoir été atteintes. Cette approche ne saurait être suffisante pour révéler les tenants et les aboutissants du Brexit, d’autant qu’au lendemain du référendum du 23 juin, une partie non négligeable des éditorialistes avait souligné que la sortie du Royaume-Uni de l’UE était aussi un échec pour l’UE. Michel Barnier n’a eu de cesse de le rappeler, y compris dans son récent ouvrage, La Grande Illusion. Mais, à l’instar de ce que l’ancien négociateur en chef de la task force produit dans son opus, les questionnements sur l’Union européenne après le 23 juin restent rhétoriques et n’ont pas encore aboutit à une réflexion en profondeur sur son évolution politique et ses modalités de fonctionnement qui devraient aujourd’hui dominer l’agenda européen.

Il a souvent été affirmé que l’UE progressait sous l’effet des crises. Si le Brexit en fut une pour le Royaume-Uni, il n’est pas évident que, cinq ans après, tel soit la conviction des dirigeants de l’UE et des États membres en ce qui les concerne. De façon générale, les négociations du Brexit ont entraîné des propos très positifs et laudatifs à l’égard de l’UE avec trois arguments dont il est difficile de nier la pertinence : unité des États membres, travail remarquable de la task force et de son chef, et rigueur juridique face à la légèreté parfois affichée par les négociateurs britanniques. Sur le fond, l’Union européenne a su faire preuve d’inventivité afin de préserver son marché grâce aux conditions d’une concurrence équitable (level playing field), standard qui pourrait être mobilisé à l’avenir dans les relations commerciales avec les États tiers. En outre, et malgré les concessions faites à Boris Johnson à l’automne 2019, le frontstop irlandais qui s’est substitué au filet de sécurité (backstop) pour préserver l’accord du Vendredi saint a bien évité le rétablissement d’une frontière entre le nord et le sud de l’île, même s’il suscite encore bien des problèmes et n’a pas empêché que des tensions inquiétantes émergent à nouveau en Irlande du Nord. Il faut également saluer le positionnement strict de l’UE sur l’octroi d’équivalences dans la finance qui, contrairement à ce que certains dirigeants de la City ont pu penser de façon quelque peu arrogante en raison de leur leadership dans ce secteur économique, ne saurait être considéré comme un dû.

Au terme de ces cinq années, si le Brexit est une mauvaise nouvelle pour l’Union européenne, sa gestion serait un succès à tel point qu’il n’a entraîné aucune tension entre les États membres. Dans ces circonstances, il ne serait  pas pertinent d’évoquer une quelconque crise susceptible de la faire évoluer. C’est regrettable, et ce, pour trois raisons. Tout d’abord, le fait que la qualité des négociations ait finalement pris le pas sur ce que dit de l’UE l’événement d’un Brexit souvent présenté comme un problème exclusivement britannique, révèle que le bon fonctionnement technocratique de la gouvernance de l’UE suffit à éclipser la faiblesse d’un projet politique qui peine à relever les défis sociétaux contemporains.

Ensuite, la bonne gestion du Brexit par l’Union dans un premier temps ne doit pas occulter la prudence qui doit être de mise afin d’apprécier les apports des deux traités du Brexit sur les moyen et long termes. Les deux textes montrent déjà leurs limites. Conformément à ce que nous avions écrit il y a plusieurs mois, le traité de commerce et de coopération n’est qu’une base qui a d’abord eu pour finalité de rassurer les milieux économiques. Bien des aspects doivent encore être précisés et éclaircis. La logique gagnant/perdant qui a eu tendance à s’imposer dans les semaines qui ont suivi l’entrée en vigueur provisoire du TCC (avant qu’elle ne devienne définitive le 1er mai)  n’est d’aucune pertinence. Les médias ne sont pas toujours d’une grande lucidité sur ce sujet. C’est ainsi que les conséquences du retrait du Royaume-Uni sur le budget européen ont été peu évoquées depuis le 1er janvier, tout comme celles portant sur la défense, la sécurité et, plus largement, sur le soft power européen. Les économistes conviennent également qu’il est ardu d’affirmer que le Brexit a été une catastrophe économique. La crise de la Covid-19 est pour beaucoup dans l’impossibilité statistique devant laquelle les chercheurs se trouvent actuellement pour évaluer avec certitude l’étendue des effets du Brexit, même s’ils sont, pour l’heure, indubitablement négatifs. 

Enfin, la rigueur européenne sur certains dossiers (Irlande du Nord, pêche, etc.) n’est pas toujours de bon aloi. Il est évidemment dans l’intérêt de l’Union de faire en sorte que le Brexit soit durablement un problème afin d’en faire un exemple à ne pas suivre pour d’autres États membres qui auraient des velléités de départ. Pourtant, à trop jouer le rigorisme juridique contre la souplesse politique, l’Union européenne prête le flanc à la critique. L’engagement de procédures contre le Royaume-Uni pour le non-respect des traités organisant le Brexit est certes justifié en droit. Cependant, outre le fait que l’effet concret de ses actions doit être relativisé du fait de leur longueur, le refus catégorique d’accepter des délais supplémentaires au Royaume-Uni pour qu’il s’adapte à de nouvelles règles, notamment en vue d’assurer la viabilité du protocole sur l’Irlande du Nord, sont discutables. Le gouvernement britannique est fautif par son impréparation, parfois son incompétence et sa volonté d’assouplir des règles auxquelles il a souscrit il y a quelques mois, tout en excluant l’extension d’une période transitoire. Il n’en demeure pas moins qu’un terrain d’entente doit être trouvé, ce qui n’est possible qu’en vertu de concessions réciproques. C’est d’ailleurs ce qui s’est régulièrement passé dans les négociations des traités de retrait, puis de commerce et de coopération. Le rapport de force doit donc progressivement laisser la place à plus de bonne foi et de bonne volonté de part et d’autre, sans considérer que les blocages seraient systématiquement imputables aux Britanniques. Le tropisme punitif de l’UE à l’égard du Royaume-Uni peut d’ailleurs surprendre, tant elle peut parfois faire preuve de souplesse sur d’autres sujets, notamment le respect de l’État de droit. En outre, la rigueur et l’unité dont elle est créditée dans le cadre du Brexit ne sont pas, loin s’en faut, généralisées. La gestion de la crise sanitaire et des stocks de vaccins au début de l’année l’a montré. Au-delà de ces circonstances, l’UE n’est toujours pas convaincante dans les champs sociaux et environnementaux. Les idées économiques orthodoxes continuent de dominer sa doctrine et celle des États membres. Or le Brexit est aussi le produit du rejet, par les classes populaires, d’une évolution de l’UE qui ne leur est plus guère favorable.

En somme, tout comme le projet de Global Britain ou le mantra « Take back control » qui découleraient du Brexit sont des faux-semblants du côté britannique, l’appel au sursaut politique de l’Union européenne après les résultats inattendus du 23 juin 2016 n’a pas été entendu. Cette ambition légitime a cédé à la facilité d’une critique systématique du choix des Britanniques. Le Brexit serait-il alors l’histoire d’une occasion manquée pour l’Union européenne ?


Pour poursuivre les réflexions, nous renvoyons à deux éditoriaux qui reviennent sur cet « anniversaire », de qualité et accessibles en ligne :

 
Dans le Guardian :

 

Par ailleurs, nous attirons l’attention de nos lecteurs sur la défaite conservatrice lors de l’élection partielle Chesham et Amersham. Bastion du parti tory, le candidat du Lib-dem a pourtant remporté cette circonscription. Alors que les conservateurs sont parvenus à faire tomber le mur rouge du nord de l’Angleterre sur fond d’un Brexit que les électeurs de cette région soutenaient, la récente défaite électorale suscite l’inquiétude du côté des tories. Ce serait le signe avant-coureur d’un sud de l’Angleterre, à l’électorat plutôt riche, diplômé et europhile, qui prendrait ses distances avec les conservateurs. Le mur bleu se fissurerait-il à son tour ?

Dans la droite ligne de ce qui précède, le week-end passé a aussi été marqué par la défection de l’ancien Speaker, John Bercow, du parti conservateur au profit d’un rapprochement vers les travaillistes. Ceux qui connaissent bien le personnage ne seront pas étonnés. Outre le fait qu’il s’est frontalement opposé au gouvernement actuel à l’occasion des débats sur l’accord de retrait, John Bercow souligne dans une interview à The Observer son attachement à l’égalité, la justice sociale et l’internationalisme que son ancien parti ne promouvrait plus. Ses détracteurs y voient l’influence de sa compagne, proche du Labour, et une vengeance après que le Premier ministre a refusé de demander à la reine de le faire Lord (en rupture avec les conventions qui veulent que tout ancien Speaker termine sa carrière politique à la chambre haute du Parlement britannique). Nul ne sait, pour l’heure, quelles sont les ambitions de John Bercow et quelle place les travaillistes voudront bien lui faire.

 

Éditorial : des relations post-Brexit envenimées par la crise de la Covid-19

Par Aurélien Antoine

Progressivement, le Royaume-Uni compte s’extirper de la torpeur liée à la mise en oeuvre difficile des accords du Brexit (de retrait, comprenant le désormais célèbre Protocole sur l’Irlande du Nord ; et de commerce et de coopération, entré provisoirement en vigueur le 1er janvier 2021). La publication le 16 mars d’une stratégie de défense, de sécurité, de développement et des relations internationales ouvre sans nul doute une page importante de l’ère post-Brexit. L’Observatoire reviendra dans les semaines à venir sur ce document important. Ces nouvelles perspectives qui étaient attendues pour donner de la matière au concept de « Global Britain » et à l’objectif d’ouverture vers la zone Indo-Pacifique, restent toutefois dépendantes d’une relation normalisée avec l’Union européenne. Or, si les frictions sont inévitables dans les premiers mois d’application d’un accord international qui modifie profondément les rapports juridiques entre les deux parties, les tensions politiques s’avèrent plus fortes que prévu. Au-delà du prolongement de celles qui avaient perclus les négociations du Brexit depuis quatre ans, le contexte de la crise sanitaire les a accentuées dans des proportions quelque peu inquiétantes.

La saga « politico-juridico-sanitaire » du vaccin AstraZneca qui a commencé à la fin janvier et que nous avons évoquée dans un précédent billet a incontestablement influencé le raidissement des positions de part et d’autre de la Manche dans l’application du Protocole relatif à l’Irlande du Nord. Du côté britannique, et malgré l’optimisme mensonger de la fin de l’année 2020, il ne fait plus aucun doute que ces infrastructures ne seront pas prêtes au terme de la période de grâce qui avait été convenue entre les deux parties et fixée initialement au 1er avril. L’impréparation de l’administration douanière rend cet horizon temporel utopique. En conséquence, la raison veut que ce délai soit prorogé. La question reste de savoir dans quelles conditions et selon quel calendrier. Faute d’avoir trouvé un terrain d’entente après la « mini-crise » du 29 janvier, le gouvernement britannique a annoncé un prolongement unilatéral de la période de grâce, au moins jusqu’en octobre prochain. Cette infraction au Protocole a entraîné l’engagement de deux procédures de nature diplomatique et juridique à l’encontre du Royaume-Uni par l’UE. En moins d’un mois, les deux parties auront violé le Protocole et auront pris des décisions qui sèment le doute quant à leur intention de coopérer efficacement en vue d’ériger rapidement les structures et les procédures douanières en mer d’Irlande.

Quels enseignements tirer de cette séquence qui, il faut l’espérer, devra trouver une résolution à brève échéance ?

D’un point de vue purement pragmatique, le souhait des Britanniques de reporter de six mois l’entrée en vigueur des contrôles prévus par les traités est légitime. L’UE devrait, à un moment ou à un autre, acter l’impossibilité matérielle de mettre en place avant le 1er avril ces dispositifs. Toutefois, cette réalité concrète ne saurait exonérer le gouvernement britannique de ses obligations internationales, d’autant qu’il restait quelques semaines avant la fin mars pour discuter l’extension d’une phase de transition qui ne dit pas son nom. La façon de procéder de l’équipe de Boris Johnson pourrait laisser penser qu’elle souhaite convaincre de l’inadaptation du Protocole. Une autre hypothèse consiste à y voir une tactique pernicieuse de ne pas soumettre l’Irlande du Nord aux règles de l’UE. Le gouvernement britannique s’est sans doute rendu compte que l’appartenance de l’Irlande du Nord à la zone de libre-échange de l’UE pourrait impliquer sur le long terme un alignement normatif de la zone de libre-échange britannique, ce qui serait la meilleure garantie contre toute friction dans les échanges. Or cette perspective ruinerait l’ambition de Londres de retrouver une pleine souveraineté.

Le gouvernement britannique doit également veiller à ne pas complétement hypothéquer ses chances d’obtenir des équivalences avantageuses pour ses services financiers en refusant d’engager des échanges sérieux avec la Commission sur la question irlandaise. C’est sans doute la raison pour laquelle le Royaume-Uni avait fait preuve, dès novembre 2020, de souplesse en attribuant pour sa part des équivalences au secteur financier européen. Autre signe d’une forme de bonne foi des Britanniques : le 11 mars, ils ont étendu le délai d’introduction des contrôles douaniers pour les importations venues de l’UE au 1er janvier 2022. Notons en dernier lieu que Whitehall a accepté que la ratification du traité de commerce et de coopération par le Parlement européen soit repoussée. Sur ce sujet d’ailleurs, l’institution a décidé de ne plus fixer de date, inquiète par la tournure que prend l’imbroglio nord-irlandais. La commission de l’Union européenne de la Chambre des Lords, qui n’a plus que quelques semaines d’existence devant elle, se dit préoccupée par cette décision qui refait naître le spectre d’un no-deal. Les lords ont donc adressé deux lettres à David Frost (membre de la vénérable assemblée et ministre du Cabinet en charge des relations post-Brexit) pour qu’il apporte des précisions sur un très grand nombre d’interrogations qui se concentrent sur les intentions véritables du gouvernement vis-à-vis du Protocole. Les réponses sont attendues pour le début du mois d’avril.

L’avenir dira si les Britanniques sont de bonne volonté ou s’ils tentent de remettre réellement en cause ce qu’ils ont signé en décembre. Nous connaissons toutefois leur méthode : beaucoup de menaces et de coups de semonce qui n’ont finalement pas empêché que deux traités soient conclus en quatre ans. Les inquiétudes de l’Administration américaine dirigée par un président qui n’a pas oublié ses racines irlandaises ont également de quoi faire réfléchir les Britanniques. Il n’en demeure pas moins que la répétition de ces passes d’armes laisse penser aux détracteurs du Brexit ou du Protocole que tout ce qui a été négocié jusque-là serait voué à l’échec. Les pro-UE commencent à attaquer frontalement l’accord du 24 décembre et soutiennent à nouveau la nécessité de s’aligner sur le « modèle » norvégien. Quant aux unionistes nord-irlandais, ils profitent des mésententes actuelles pour affirmer qu’ils avaient raison en rejetant le Protocole sur les deux Irlande.

L’Union européenne doit aussi assumer ses responsabilités pour que la crise trouve rapidement une issue. Elle ne saurait se contenter de répondre sèchement aux postures, même provocantes, du gouvernement de Boris Johnson. Bien que les recours juridiques initiés le 15 mars sont justifiés sur le fond, ils ne sont pas une solution aux problèmes, réels, auxquels doivent faire face les Britanniques. D’aucuns diront que tout cela est bien mérité, car ce sont eux qui ont voulu le Brexit. Cependant, l’intérêt supérieur de la paix entre les deux Irlande ne concerne pas que les Britanniques. Le raté du 29 janvier de la Commission tend à confirmer que Londres n’est pas la seule capitale à parfois oublier l’Irlande du Nord. Les nouvelles menaces de la présidente de la Commission ce samedi 20 mars sur les conditions d’exportation des vaccins AstraZeneca n’ont rien de rassurant (alors même que les Britanniques connaissent aussi des soucis d’acheminement, notamment de la part de Pfizer). De surcroît, les précédentes procédures engagées contre le Royaume-Uni (l’une en 2019 pour non-respect de l’obligation de nommer un commissaire britannique à la suite des reports du Brexit ; l’autre à la fin de l’année 2020 du fait du dépôt du projet de loi sur le marché intérieur britannique qui enfreignait déjà le Protocole) ont eu une utilité politique toute relative. En dernier lieu, le contexte n’est pas le même que lors des négociations des traités. L’Union est actuellement affaiblie par la gestion pour le moins chaotique de la distribution des vaccins contre la Covid-19 (et quand bien même la société AstraZeneca y contribue). Certains citoyens européens n’hésitent plus à prendre la plume pour critiquer vertement l’Union, comme en témoigne l’éditorial du 19 mars du correspondant en Espagne de The Guardian, quotidien pourtant pro-UE. Pire encore, le succès des Britanniques dans leur campagne vaccinale (à un point tel que même Le Monde, porteur d’une ligne éditoriale parfois proche du British bashing, salue les prouesses du NHS et des scientifiques anglais) a de quoi vexer les Européens. Ce serait faire preuve de mauvais esprit que de penser que l’intransigeance de l’UE dans le dossier du Brexit serait un effet collatéral de la pandémie ; ou de croire que Bruxelles se refuserait à tout adoucissement de sa position pour continuer de prouver (et faire en sorte) que la sortie de l’UE ne peut que mal se passer. Pour reprendre le mantra de Theresa May, « Brexit means Brexit » et le Royaume-Uni doit en payer le prix.

Les rapports entre le Royaume-Uni et l’UE depuis le 1er janvier 2020 ressemblent à s’y méprendre à ceux qui ont caractérisés les négociations des deux phases du Brexit : impréparation et provocation côté britannique ; rigorisme et orgueil côté européen.

 

 

Éditorial : Le Brexit et le Coronavirus

John Martin, The Pandemonium, 1841, Paris, Musée du Louvre
Inspiré du Paradise Lost de John Milton

C’était le 10 mars dernier. Nous donnions une ultime conférence sur le Brexit à l’antenne de Science-Po Paris à Dijon. Nous concluions notre propos devant l’auditoire en soutenant que l’avenir des négociations sur les relations futures entre l’Union européenne et le Royaume-Uni pourrait bien être bouleversé par l’épidémie du Covid-19. Encore à l’époque, nombre de gouvernements européens pensaient qu’ils allaient la surmonter en quelques semaines. La France organisa son premier tour des élections municipales, tandis que le Premier ministre britannique serrait les mains de personnes infectées, considérant sans doute que le seul flegme britannique viendrait à bout d’un virus inconnu.

Un mois après, les dirigeants du monde occidental ont une fois de plus montré leur capacité à nier l’inéluctable dans une espèce d’esprit de Munich sanitaire dont il faudra tirer les conséquences lorsque le confinement sera passé et que la violence du choc économique sera absorbé (ou pas). Au Royaume-Uni, Boris Johnson n’a évidemment pas fait mieux (ni pire) que ses homologues. En revanche, il est désormais atteint personnellement par le Coronavirus au point qu’il a dû laisser les rênes du gouvernement à Dominic Raab, le First Secretary of State. S’il n’existe pas de règles tout à fait précises relatives à l’empêchement du Premier ministre (qui n’est cependant pas une première), il est acquis que Dominic Raab n’a pas le pouvoir de prendre des décisions majeures au nom du Premier ministre. S’il doit le faire, ce doit être en accord avec le Cabinet. Dit autrement, son rôle revient principalement à traiter des affaires courantes qui, en l’espèce, se résument à la gestion des plus complexes de la pandémie.

Quid alors du Brexit ? Le 18 mars, deux jours après que le président de la République française avait pris la parole pour annoncer le confinement, Bruxelles publiait officiellement son projet d’accord sur la relation future. Évidemment, le texte est passé inaperçu en France. Nous en ferons une synthèse dans un prochain billet, mais précisons d’emblée qu’il n’est pas de nature à satisfaire les attentes des Britanniques. Parangon de la méthode et de la rigueur communautaires, le draft agreement démontre que la task force toujours dirigée par Michel Barnier reproduit la même stratégie que lors de la première phase ayant abouti à la conclusion de l’accord de sortie. Il n’est pas certain que l’application et la productivité textuelle européennes soient des moyens complètement efficaces afin d’effacer les lignes rouges tracées par Boris Johnson. Quoi qu’il en soit, ce dernier, avant qu’il ne se retrouve en soins intensifs à l’hôpital Saint Thomas du quartier de Westminster, a réaffirmé qu’un accord serait trouvé avant la fin de l’année, Covid-19 ou pas. Alors que Michel Barnier et David Frost ont aussi été touchés par le virus, le confinement de plusieurs diplomates et l’aggravation de la santé du Premier ministre posent légitimement la question de savoir si la conclusion d’un traité sur les relations futures avant la fin de l’année est bien réaliste. Avant même le mois de mars, les juristes et les politologues avaient déjà exprimé leur scepticisme quant à la pertinence d’une telle éventualité. La survenance d’un fait qui constitue incontestablement un cas de force majeure libère Boris Johnson de sa promesse. Pourtant, son gouvernement continue de soutenir que l’objectif est inchangé. Les négociations ne sont d’ailleurs pas interrompues.

Il n’en demeure pas moins que Whitehall n’a toujours pas réagi formellement et concrètement à la diffusion du projet du 18 mars. Nous attendons encore les propositions de l’administration britannique en ce qui concerne la mise en musique du backstop. Le rythme des propositions et des échanges a donc diminué, n’en déplaise à Boris Johnson.

Les Britanniques sont désormais durement atteints par la pandémie. Plusieurs études soutiennent que leur pays sera, avec l’Italie et l’Espagne, le plus touché en Europe. Cette tragédie s’ajoute à la gestion d’un Brexit qui, bien que secondaire, est un défi qui reste tout entier à relever. Rarement le Royaume-Uni ne fut aussi meurtri qu’en ce printemps 2020. À l’image de son Premier ministre malade, son avenir suscite la plus grande inquiétude. Seul phare dans cette obscurité des temps présents, la reine Élisabeth est venue rassurer son peuple dans une allocution pleine de dignité et pétrie d’un espoir que son ensemble vert symbolisait. Son intervention ne sera évidemment pas suffisante. Nous ne pouvons que souhaiter que nos voisins d’outre-Manche et son Premier ministre trouvent les ressources pour faire face, comme nous tous, à une crise sanitaire dont les conséquences funestes n’en sont qu’à leurs prémices.

 

Quelques précisions bien utiles pour prendre du recul sur la décision de proroger le Parlement

https://s14-eu5.startpage.com/cgi-bin/serveimage?url=https%3A%2F%2Fencrypted-tbn0.gstatic.com%2Fimages%3Fq%3Dtbn%3AANd9GcTn30-Orf7TV5OK6Z7xcTnEglvhoRxPDGbDeaKBN_LwmT3taIx8&sp=e2900170fe1e234977ce9fd10e38a93a&anticache=929495

Comme nos fidèles lecteurs l’ont constaté, nous avons été largement sollicités par les journaux pour apporter notre analyse sur la décision de Boris Johnson (Libération, Le Figaro, La Croix). Nous republierons sur le site in extenso notre analyse publiée dans le Figaro. Nous nous contentons pour l’instant de revenir dans ce post sur quelques exagérations et incompréhensions que nos réflexions ont suscitées :

  1. Notre article du Figaro a été intitulé par le journaliste qui l’a publié « Suspension du Parlement : le coup de maître de Boris Johnson. » Nous aurions aimé un point d’interrogation à la fin de la phrase dans la mesure où seul l’avenir dira si BoJo a réussi son coup.
  2. Est-ce un « coup » grossier, comme l’a considéré Pierre Haski sur France Inter au matin du 29 août ? Certainement pas. La décision du Premier ministre est plutôt fine sous l’angle juridique, car elle lui permet d’éviter une redite des débats stériles de l’hiver et du printemps 2019 au Parlement, tout en préservant les droits du Parlement (même s’ils ne pourront être actionnés que dans un temps très limité). Mûrement réfléchie et loin des coups de sang à la Trump, cette prorogation a mobilisé de nombreux experts juristes, au Royaume-Uni comme en France. Depuis plusieurs semaines, nous avons été nombreux à nous interroger sur la conformité à la Constitution de la prorogation. En outre, les juridictions sont saisies et il est très difficile d’affirmer avec certitude ce qu’elles jugeront. Si la manœuvre de Boris Johnson était si grossière, y aurait-il eu autant de débats et serions si indéterminés quant à l’issue des contentieux engagés ?
  3. S’agit-il d’un coup d’État ? L’ensemble de la classe politique et des médias se sont légitimement offusqués contre la décision de Boris Johnson. Il ne s’agit pas pour autant d’un coup d’État au sens du droit constitutionnel. Le Premier ministre a mobilisé une prérogative royale de façon tout à fait constitutionnelle a priori. Surtout, le Gouvernement a laissé au Parlement du temps pour agir. Là où l’Exécutif a été malin, c’est que, tout en préservant une fenêtre de tir pour les députés, il l’a fortement réduite. Il préserve en apparence le droit du Parlement tout en lui laissant très peu de marge de manœuvre. Nous ajoutons que le fait que des juridictions soient saisies et que les opposants de Boris Johnson ont encore la possibilité de le renverser témoignent que nous sommes encore loin d’une dictature.
  4. Boris Johnson porte-t-il atteinte à la Constitution ? Ce sera justement aux juridictions de le dire et c’est tant mieux. Quand les règles sont en conflit et que les institutions ne parviennent pas à s’accorder sur leur interprétation, le seul moyen de trancher le litige est de saisir un juge indépendant et impartial. C’est un mécanisme fondamental des sociétés démocratiques contemporaines. Dans nos analyses reprises par les médias, nous considérons que la décision de Boris Johnson est à la limite de la constitutionnalité, mais il paraît difficile de l’invalider. Nous soutenons cet argument depuis que l’idée a été mise sur la table, tout comme l’opinion selon laquelle, en revanche, Boris Johnson a agi contre l’esprit de la Constitution britannique. L’avenir nous dira si cette attitude peut être considérée comme une faute juridique que le juge voudra sanctionner. Il ferait alors preuve de beaucoup d’audace.
  5. En violant l’esprit de la Constitution britannique, Boris Johnson s’expose à des réactions politiques qui pourraient le faire tomber. Dans nos articles des derniers jours, nous nous contentions de faire une analyse principalement juridique. Si le coup constitutionnel du Premier ministre est loin d’être mal pensé sous cet angle d’analyse, il est très risqué politiquement. Nous souhaitons vivement que les parlementaires se mettent d’accord pour que, dans les quelques jours dont ils disposent jusqu’au 9-12 septembre, ils forment une équipe gouvernementale de transition qui obtiendra le soutien du Parlement après avoir réussi à voter la défiance contre Boris Johnson. Là encore, cela fait maintenant plusieurs mois que nous soutenons que la solution est la formation d’un Gouvernement de coalition de personnes un tant soit peu censées.

La Constitution britannique recèle encore tous les moyens nécessaires pour faire échouer la stratégie de Boris Johnson. Il est temps que les MPs assument jusqu’au bout leur responsabilité pour maîtriser l’issue du Brexit. Ils ont échoué à le faire après des débats passionnants et démocratiques du début de l’année 2019. Néanmoins, à force de dire « non » à tout, ils ont participé à la cristallisation de la crise et ont laissé à l’Exécutif la possibilité de reprendre le dessus. Dans cette crise politique, les responsabilités sont partagées. Les parlementaires doivent en tirer toutes les conséquences s’ils souhaitent sortir vainqueurs de leur bras de fer avec Boris Johnson[1].

[1] Jeremy Corbyn l’a promis, mais il est difficile de lui faire confiance. Sa volonté de s’en remettre à la Reine montre que les actions potentiellement inconstitutionnelles ne sont pas l’apanage du Premier ministre…

Les risques d’un « no Brexit », les probabilités croissantes d’un « no deal »

https://s14-eu5.startpage.com/cgi-bin/serveimage?url=http%3A%2F%2Feu-rope.ideasoneurope.eu%2Ffiles%2F2019%2F01%2Flinked-in-the-choice-630x354.png&sp=bdf9a89ebc2ce17577a9efc27deda563&anticache=963474

L’arrivée de Boris Johnson à la tête du gouvernement britannique a suscité de façon quasi unanime la suspicion et les craintes. Les analyses le décrédibilisant, notamment par la comparaison (trop) systématique avec Donald Trump, se sont multipliées. Le nouveau locataire du 10 Downing Street a de quoi provoquer la défiance dans un monde politique occidental de plus en plus contaminé par le populisme. Quant au mantra du nouveau Premier ministre, « le Brexit : do-or-die », il a de quoi effrayer, car il induit que la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne se fera, y compris en l’absence d’un accord entre les deux parties. Tout comme le personnage qui la tient, la feuille de route est jugée brouillonne et dangereuse. Les observateurs et les experts reprennent donc la plume pour expliquer, avec raison, que le Brexit sans accord serait une catastrophe. Une question en découle : vaut-il mieux un Brexit sans accord ou pas de Brexit du tout ? Pour la majorité de ceux qui s’intéressent au sujet, la seconde branche de l’alternative doit l’emporter. Il est inutile de revenir sur les motifs politiques, économiques et sociaux difficilement contestables qui justifient cette approche. Sans remettre en cause le bien-fondé, une mise en garde nous paraît indispensable à l’heure où la musique du retour en arrière se fait de plus en plus entendre en parallèle de la cacophonie annoncée d’un no deal.

Empêcher le Brexit serait un processus qui s’inscrirait dans la longue lignée de ceux qui ont eu pour but, depuis 2005 et avec des arguments tout à fait convaincants, de contourner l’avis des peuples. Il ne s’agit pas ici de discuter de la pertinence du recours au référendum ou des motifs qui ont mené l’électorat à rejeter les projets qui leur ont été soumis. Il s’agit simplement de reconnaître que, dès lors que le corps politique a choisi de s’engager dans une voie démocratique, il doit en respecter l’issue, quel qu’en soit le coût. C’est le prix de la démocratie. Alors que l’on s’interroge sur les conséquences du Brexit (avec ou sans traité de sortie) pour l’éviter, peu de voix se font entendre afin d’insister sur les dangers d’un « no Brexit » qui reviendrait à annihiler les résultats d’un vote populaire.

L’Union européenne est jugée technocratique et peu démocratique par les citoyens. Ce ressenti, qui mériterait d’être discuté, recèle néanmoins une part de vérité. La ratification du traité de Lisbonne en 2007 a été perçue comme une trahison des peuples par l’élite après que les Français et les Néerlandais avaient rejeté un traité tout à fait similaire à celui de 2005 (le traité établissant une Constitution pour l’Europe). En 2008, le refus des Irlandais de modifier leur Constitution permettant la ratification le traité de Lisbonne est renversé par l’organisation d’une seconde votation seulement un an et demi après. Au Royaume-Uni, alors même que le parti travailliste au pouvoir avait promis un référendum sur le texte de 2005, le Premier ministre Gordon Brown l’écarte pour le traité de Lisbonne. Ayant du mal à assumer sa décision, il sera d’ailleurs le seul chef de Gouvernement à ne pas signer l’accord, préférant dépêcher son ministre des Affaires étrangères, David Miliband, pour le faire. En 2015, c’est au tour des Grecs de s’exprimer massivement contre le plan néolibéral de la « troïka » visant à assainir les finances de leur pays pour que ce dernier puisse se maintenir dans la zone euro. Alexis Tsipras à l’origine de cette consultation est contraint par l’Union européenne d’en ignorer l’issue. Ces reniements successifs n’ont fait que distendre une relation de confiance déjà sérieusement abimée entre les gouvernants et les citoyens. Les populismes n’ont pu que prospérer sur un tel terrain, tout comme les postures ouvertement autoritaristes. À quoi bon se prétendre démocrates alors que ceux qui considèrent en être sont les premiers à mépriser les implications d’une procédure démocratique ?

Si, dans quelques mois, le Brexit ne parvient pas à son terme, les Nigel Farage, Marine Le Pen, Jean-Luc Mélenchon, Victor Orban ou Matteo Salvini pourront claironner avec une audience toujours plus large que la volonté des dirigeants politiques et la logique économique dominante ont encore triomphé de l’expression démocratique du peuple. Bien qu’elle n’ait pas souvent été d’une grande lucidité, Theresa May avait parfaitement conscience du danger de la remise en cause du Brexit, y compris par le recours opportuniste et risqué à un second référendum. Elle n’a cessé d’affirmer qu’il s’agirait d’une « trahison de la démocratie » et une atteinte « à la cohésion sociale » déjà sérieusement entamée outre-Manche. Le Brexit est le symptôme d’une crise globale des sociétés occidentales et l’aggravera sans doute. Pourtant, il n’en est pas à l’origine. Ce n’est pas en le contournant que les problèmes du Royaume-Uni ou de l’Union européenne seront résolus, mais bien en révisant un logiciel politique et une organisation économique qui, non seulement n’ont pas permis la réduction des fractures sociétales et territoriales contemporaines, mais ne semblent pas être adaptés à de nouveaux enjeux, tel l’environnement. Le Brexit est un défi qu’il faut surmonter et non pas renier pour que l’Union européenne progresse politiquement. Boris Johnson et les Brexiteers ne sauraient avoir le monopole de la rhétorique du succès.


Le second risque qui est évoqué avec constance dans les discussions relatives au Brexit, c’est évidemment le no deal. Désormais, et conformément à ce que nous avions expliqué dans le billet du lendemain de la démission de Theresa May, le seul moyen de le prévenir efficacement pour le Parlement est de provoquer la démission du Gouvernement par l’adoption de la défiance. Si elle était votée par une majorité de membres des Communes, deux possibilités se présentent : la constitution d’un nouveau gouvernement viable, sans doute de coalition « anti no deal », soit provoquer une dissolution.

Dans un précédent post, nous avions expliqué les conditions pour que la responsabilité du gouvernement soit engagée, ainsi que ses conséquences. Le vote de la défiance n’entraîne pas automatiquement la dissolution. Un certain délai est prévu pour parvenir à la formation d’un nouveau gouvernement (14 jours). Ce n’est que lorsque ce laps de temps est épuisé que la dissolution est actée. La date des élections est ensuite fixée par le Premier ministre qui doit prendre en compte la règle selon laquelle le Parlement est automatiquement dissout 25 jours avant le déroulement du scrutin. Par conséquent, plus les semaines passent, moins la perspective d’élections anticipées est de nature à empêcher un no deal. Selon nos calculs fondés sur le Fixed-Term Parliaments Act de 2011, il faudrait que la défiance soit votée tout début septembre pour que le processus permette au nouveau Parlement de se réunir et empêcher le no deal (et si tant est qu’une majorité soit constituée autour de cet objectif). De surcroît, Boris Johnson peut proposer à la reine une date d’élection postérieure au 31 octobre, empêchant ainsi la réunion du Parlement avant la date fatidique. Cette manipulation serait grave d’un point de vue politique et contraire à l’esprit de la Constitution, car elle reviendrait à mépriser la position du Parlement sur le Brexit. Boris Johnson juge néanmoins que l’avis du peuple prime celui des MPs, ce qui revient à considérer qu’il dispose d’un mandat directement lié à l’expression de la souveraineté populaire, et non plus de la souveraineté parlementaire. Boris Johnson pourrait avancer l’argument selon lequel la réalisation du Brexit est un engagement issu du programme électoral des tories de 2017 qui doit être respecté. Cependant, ce manifesto s’engageait pour une sortie sur le fondement d’un accord. Là encore, le no deal n’est que partiellement en conformité avec les conventions politiques britanniques.

L’arrivée de Boris Johnson coïncide donc avec le retour en force de deux questions fondamentales qui engagent le respect des processus démocratiques et des logiques constitutionnelles. Vaut-il mieux un no deal ou un no Brexit ? Faut-il écarter la souveraineté du Parlement pour faire prévaloir le résultat d’un référendum ? Au stade où nous en sommes, il convient de lever les doutes et d’avancer. Les réponses qui seront données aux deux interrogations pourraient contrarier les défenseurs du Parlement dont nous sommes. Mais la continuation de la crise n’est pas des plus bénéfiques pour Westminster. Le Parlement s’est, de surcroît, exprimé. Les MPs n’ont pas su prendre une décision claire pour fixer un cap au Gouvernement de Mme May. Nous ne voyons donc que deux issues au Brexit si Boris Johnson maintient la ligne politique actuelle : le vote de la défiance en septembre puis la constitution d’une coalition nationale ou le respect des résultats du référendum en risquant le no deal au 31octobre. La première hypothèse a notre préférence, mais elle est écartée pour l’instant par un Labour favorable à des élections dont le résultat reste aléatoire. Il faut espérer que d’ici au 3 septembre, les convictions des uns et des autres auront évolué…

Brexit : n’accusons pas trop rapidement la Constitution. À propos d’une interview d’Agnès Alexandre-Collier dans Le Monde

http://livelb.nationalarchives.gov.uk/wp-content/uploads/2017/07/2.HO42-184-f33-The-British-Constitution-1819-April-2017-1.jpg

Dans une interview donnée au Monde le 19 juin, notre collègue Agnès Alexandre-Collier soutient que les raisons de la crise que connaît actuellement le Royaume-Uni dans le sillage du Brexit seraient « d’ordre constitutionnel ». Elle justifie son point de vue en soulignant que la pratique référendaire « aboutit à une impasse » provoquant une « tension (…) entre souveraineté populaire et souveraineté parlementaire ». Elle ajoute que les interprétations des règles par le Speaker de la Chambre des Communes, John Bercow, furent « fantaisistes » pour en conclure dans la foulée que l’absence de codification des règles constitutionnelles « est une des causes majeures de la paralysie ».

Si nous adhérons aux propos d’Agnès Alexandre Collier sur la difficulté de concilier les souverainetés populaire et parlementaire au Royaume-Uni, la critique de la position du Speaker comme l’idée selon laquelle le blocage actuel pourrait être surmonté par la rédaction d’un instrument constitutionnel unique suivant l’exemple des autres démocraties occidentales doit être discutée.

Il est vrai que quelques juristes et personnalités politiques outre-Manche ont condamné les initiatives de John Bercow. Tel fut le cas lorsqu’il a donné son accord aux parlementaires pour qu’ils puissent maîtriser l’ordre du jour contre la volonté du Gouvernement. Toutefois, la règle de 1604 qu’il a exhumée du traité d’Erskine May (relative à l’impossibilité pour la Première ministre de représenter un texte identique aux membres du Parlement) est tout à fait défendable. Non seulement John Bercow avait le droit d’invoquer cette règle, mais avant qu’il ne le fasse, nombreux furent les spécialistes de la Constitution britannique qui l’ont rappelée. Au sein même de la majorité gouvernementale, des voix s’étaient élevées pour avertir des risques que Mme May prenait à tenter de s’opposer à cette contrainte multiséculaire. Hormis le fait que la position du Speaker était légitime d’un point de juridique, elle était tout à fait conforme à la culture politique britannique. Taxer l’action de John Bercow de « fantaisiste », c’est nier la spécificité d’un ordre constitutionnel qui s’est construit justement sur des crises successives suscitant l’apparition de nouvelles normes de nature à les surmonter. Souvent, ce processus a pris du temps dans des circonstances bien plus dramatiques que le Brexit. Les exemples sont multiples, mais la fonction même de Speaker (comme celle de Premier ministre ou de règles régissant les rapports entre les institutions) s’est affirmée au gré de tensions violentes dans l’Histoire entre le Parlement et le Gouvernement. Enfin, les principes de la Constitution britannique justifiaient l’attitude de John Bercow. Par son action, il a préservé le rôle du Parlement et limité le primat d’un Exécutif qui, à force d’avoir méprisé les parlementaires sur un sujet crucial, s’est exposé à une réaction institutionnelle conforme à la logique de l’équilibre des pouvoirs chère à Montesquieu. Le blocage actuel résulte bien moins de l’application de règles constitutionnelles favorables à l’expression du Parlement que de l’obstination de Mme May à ignorer durablement le corps politique dans le processus du Brexit. Alors que les assemblées ne cessent d’être fustigées dans les démocraties représentatives occidentales en raison de leur soumission à l’Exécutif, il est étonnant de leur reprocher de gêner des gouvernements qui les ont trop longtemps mises de côté. Le Brexit est avant tout une crise politique que David Cameron a initiée et que Mme May a entretenue en ne respectant pas l’équilibre des pouvoirs et la souveraineté du Parlement.

La Constitution souple britannique n’est pas en cause et ce n’est certainement pas sa codification qui permettrait de résoudre la crise politique du Brexit. Outre-Manche, cette idée refait surface à chaque crise. L’un des plus brillants politistes et historiens de la Constitution au Royaume-Uni, Vernon Bogdanor, en est le héraut. Sans entrer dans un débat trop technique, nous nous contentons de citer un exemple pour contester l’argument selon lequel la codification est un moyen de surmonter aisément les crises et de les prévenir : celui de la France. À chaque grande crise entre 1789 et 1958, la réponse a souvent été de changer de Constitution, et ce, sans succès durable. Il a fallu attendre la Constitution de la Ve République pour trouver la stabilité gouvernementale dans un cadre démocratique. L’existence d’un texte constitutionnel n’a pas empêché 24 révisions et une 25e est envisagée pour répondre notamment aux revendications des gilets jaunes. À la lumière de ces données, est-il vraiment certain que la codification des règles constitutionnelles soit un gage d’équilibre et de prévention des crises ? Dans un contexte similaire d’un retrait de la France de l’Union européenne, la Constitution de 1958 permettrait-elle de s’en sortir mieux que ne le fait le Royaume-Uni actuellement ? Nous ne le croyons pas, car notre droit constitutionnel n’apporte pas toutes les réponses aux obstacles politiques et juridiques qui se dresseraient dans une telle hypothèse. La raison en est simple : les crises graves le sont justement parce que l’organisation politique et juridique empêche de les surmonter aisément.


Nous profitons de ce dernier post pour promouvoir un appel à communication de l’Université de Franche-Comté qui organisera en juin 2020 un colloque sur le Brexit. Les appels sont disponibles ici : en français ; en anglais

De la perversité du report du Brexit : quelques réflexions à propos d’un sondage alarmant (mais prévisible) publié outre-Manche

Un sondage publié par le Guardian ce week-end vient confirmer en tout point les inquiétudes que nous avions émises ces dernières semaines liées à un nouveau report du Brexit. Nous avions souligné que leur multiplication pouvait se révéler, à terme, tout aussi préoccupante qu’un no deal et que, surtout, elle favoriserait une forme de pourrissement d’une situation qui dépasserait les seules frontières britanniques.

Le sondage du 11 mai concerne les intentions de votes des citoyens britanniques aux prochaines élections au Parlement européen. Le mouvement pro hard Brexit mené par Nigel Farage réunit 34 % des intentions de vote. Le UKIP, son ancien parti, obtient 4 %. Les conservateurs, qui sont très largement en faveur du Brexit, peinent à atteindre les 11 %. Les travaillistes plafonnent à 21 %. Quels enseignements rapides tirer de ces chiffres ?

Premier constat : ce sondage révèle que les partisans d’un Brexit dur sont soutenus au moins par 40 % des électeurs en cumulant le Brexit Party, le UKIP et une faible partie des conservateurs. Il s’agit donc de l’option qui a le plus fort soutien des citoyens, dans la mesure où les membres du Labour sont majoritairement favorables à un Brexit soft (21 %) et que les listes explicitement hostiles au Brexit réunissent 27 % des intentions de vote (Libéraux démocrates, SNP, Verts, Change UK). Quant à la part des électeurs conservateurs qui appuierait l’orientation de Mme May, il est vraisemblable qu’elle se limite à 8-10 % des intentions de vote.

Deuxième constat : le parti conservateur est en complète déperdition, ce que les élections locales du début du mois de mai avaient déjà démontré. Les travaillistes, dont le leader Jeremy Corbyn, a déclaré qu’il ne ferait pas campagne sur le Brexit, peinent toujours à convaincre. En évitant ce sujet, Jeremy Corbyn espère sans doute réaliser le même coup politique que lors des élections générales de juin 2017. C’est évidemment bien moins pertinent dans la mesure où il s’agit d’élections européennes et que les hésitations des travaillistes sur la stratégie à mener sur le front du Brexit ne peuvent avoir qu’un effet direct sur les intentions de vote.

Troisième constat : le nouveau parti (Change UK) qui réunit des parlementaires travaillistes et conservateurs n’est pas en mesure de faire valoir une alternative crédible. En revanche, les libéraux démocrates profitent de la cohérence de la ligne politique qu’ils affichent depuis de nombreux mois sur le Brexit. Il faut en déduire que les formations qui sont claires et unies sur les modalités du Brexit ou sur son rejet bénéficient d’un réel engouement.

Quatrième constat : le SNP n’a guère d’influence dans ce type de scrutin de liste unique qui se déroule à l’échelon national. Sa voix pro-européenne se fait donc bien moins entendre qu’à la Chambre des Communes où il constitue la troisième force politique.

Cinquième constat : ceux qui prétendaient que le Brexit, en étant repoussé, rendait plus crédible l’idée d’un maintien du Royaume-Uni au sein de l’UE ou affaiblirait les pro-Brexit en sont une fois de plus pour leurs frais. Nous avons continuellement soutenu que le résultat du référendum de 2016 n’était pas purement conjoncturel. Il y aura toujours une frange irréductible et notable de citoyens britanniques hostiles à l’UE. Les divisions profondes de ceux qui y sont plutôt favorables empêchent l’élaboration d’un discours clair opposable à la cohérence des brexiteers. Finalement, le contexte de 2019 n’est pas si éloigné de celui de 2016.

Pour conclure, il est acquis que plus le Brexit sera long à achever, plus les partis minoritaires adoptant un discours cohérent susciteront l’adhésion des électeurs. Dans l’ambiance politique actuelle, il est évident que ce sont les brexiteers qui en profitent le plus, ce que confirme un autre sondage du Sunday Telegraph portant sur les intentions de vote en cas d’élections générales. Si, au soir du 26 mai, Nigel Farage ressort encore plus fort que lors des précédentes élections européennes, la pilule sera dure à avaler, non pas seulement pour Mme May, mais également pour les Européens. Alors que les adversaires les plus durs de l’UE ne se faisaient plus guère entendre, ils retrouveraient une place centrale dans le débat politique au Royaume-Uni comme au sein de l’UE. Cette dernière, en acceptant que les Britanniques participent aux élections au Parlement européen, risque ainsi de connaître l’un des premiers effets délétères du report : le renforcement des rangs des populistes et des europhobes. Un enseignement doit aussi être tiré pour les Européens : cesser de croire que le Brexit ne se fera pas et qu’un second référendum est l’horizon le plus crédible pour sortir de l’ornière à force de prolongements répétés. Il ne s’agit encore que d’un sondage, mais il est tout à fait plausible dans la mesure où il est difficile d’envisager un changement majeur du contexte politique d’ici le 26 mai. Le manque d’autorité dont ont fait preuve les 27, et plus particulièrement l’Allemagne, face aux Britanniques à l’occasion des négociations sur le deuxième report pourrait se solder par un nouvel affaiblissement de l’UE par elle-même. Il y a de quoi désespérer les plus europhiles d’entre nous tant tout cela aura été prévisible.