Publication du Livre blanc du Gouvernement

Afficher l'image d'origine

David Davies, ministre chargé du Brexit, a présenté officiellement le livre blanc aux Communes dans lequel la stratégie gouvernementale de sortie de l’UE du Royaume-Uni est explicitée.

Plusieurs points sont confirmés ou révélés :

  • l’adoption d’une grande loi d’abrogation du texte de 1972 sur les Communautés européennes (Great Repeal Bill) qui fera l’objet d’un autre livre blanc ;
  • le maintien du droit positif après la sortie, mais seulement pendant un temps avant l' »inventaire » législatif ;
  • la fin de la juridiction de la CJUE ;
  • la mise en place, après la sorite, d’un mécanisme spécifique pour régler les conflits résiduels entre le Royaume-Uni et l’UE ;
  • la volonté de travailler avec les autorités dévolues afin de préserver les intérêts de l’Écosse, de l’Irlande du Nord et du Pays de Galles ;
  • le transfert de nouvelles compétences aux parlements nationaux en raison du retrait de l’UE ;
  • l’examen particulier de la situation juridique des dépendances de la Couronne et de Gibraltar dont le statut est spécifique en droit de l’UE ;
  • le renforcement des liens avec l’Irlande pour éviter toute tension frontalières ;
  • la prise en compte de la situation des citoyens européens sur le sol britannique et celle des citoyens britanniques présents sur le Continent ;
  • la volonté de conclure un accord de libre-échange avec l’UE et de maintenir la libre circulation pour certaines activités économiques (comme la finance) ;
  • la sortie de l’Euratom auquel devra se substituer un nouvel accord ;
  • l’impossibilité de négocier de nouveaux traités commerciaux avant la sortie effective de l’Union, mais l’engagement de poursuivre une politique résolument libre-échangiste par de futurs accords commerciaux conclus dans le cadre de l’O.M.C.
  • le maintien des coopérations spécifiques avec les États membres de l’UE, notamment en matière de recherche, d’éducation et d’industrie ;
  • la poursuite de l’engagement dans Europol, le mandat d’arrêt européen et le système d’information Schenghen ;

Finalement, le document n’apporte pas grand chose à ce qui était déjà connu. Les 76 pages, bien que didactiques, produisent plutôt une synthèse de l’acquis sur les différents sujets abordés. Le contenu demeure flou et recèle souvent des pétitions de principe sur les questions les plus épineuses. Il révèle, une fois encore, un certain pragmatisme et la conviction du Gouvernement que le Royaume-Uni pourra obtenir, in fine, un statut à la carte, notamment en matière commerciale.

L’intégralité du rapport :

the_united_kingdoms_exit_from_and_new_partnership_with_the_eu_print

Bibliographie mise à jour en continu (ouvrages)

http://ekladata.com/7-Zi6troNPRYjDnL3XIUkh_eC4Y.jpg

Bibliographie mise à jour par Aurélien Antoine et Véronique Lacroix, documentaliste du CERCRID. Sélection d’ouvrages en anglais et en français depuis juillet 2016.

Science politique et politique

N. Bordeau, D.-X. Weiss, Brexit, et après ?, Bart & Jones Publishers, 2016, 124 p.

N. Da Costa Cabral, J. R. Gonçalves, N. C. Rodrigues (ed.), After Brexit: Consequences for the European Union, Palgrave Macmillan, 2018, 456 p.

H. D. Clarke, M. Goodwin, P. Whiteley, Brexit: Why Britain Voted to Leave the European Union ?, CUP, 2017, 250 p.

M. Dougan, The UK After Brexit, Intersentia, 2017, 300 p.

I. Dunt, Brexit: What the Hell Happens Now? : The Facts About Britain’s Bitter Divorce from Europe 2016, Canbury Press, 192 p.

Fondation « Ceci n’est pas une crise », Brexit : le « Non » britannique décrypté, La Renaissance du livre, 2016, 100 p.

N. Fontaine, F. Poulet-Mathis, Brexit : Une chance ?, Auteurs Du Monde, 2016, 256 p.

Foreign Affairs, Brexit and Beyond, special issue, 19 juillet 2016.

A. Glencross, Why the UK Voted for Brexit : David Cameron’s Great Miscalculation, Palgrave MacMillan, 2016, 82 p.

D. Grisay (dir.), Brexit : Enjeux et perspectives politiques, économiques et juridiques, Larcier, 2017, 85 p.

S. Green, Brexit and the British, Haus Publishing, 2017, 60 p.

S. Haseler,Britain Alone. Brexit and the Crisis of English Identity, Forumpress, 2017, 270 p.

G. Hassan, R. Gunson, Scotland, the UK and Brexit: A Guide to the Future, Luath Press, 2017, 224 p.

F. B. Jacobs, The EU after Brexit. Institutional and Policy Implications, Palgrave Macmillan, 2018, 142 p.

R. Liddle, The Risk of Brexit: The Politics of a Referendum, 2015 (disponible à l’adresse : http://www.policy-network.net/publications_download.aspx?ID=9091).

D. Mac Giolla Chríost, M. Bonotti, Brexit, Language Policy and Linguistic Diversity, Palgrave Pivot, 2018, 84 p.

L. McGowan, Preparing for Brexit. Actors, Negociations, Palgrave Macmillan, 2018, 133 p.

D. MacShane, Brexit: How Britain Left Europe, I.B.Tauris & Co Ltd, 2016, 272 p.

B. Martill, U. Staiger, Brexit and Beyond: Rethinking the Futures of Europe, UCL Press, 312 p.

P. Mindus, European Citizenship after Brexit. Freedom of Movement and Rights of Residence, Palgrave Macmillan, 2018, 123 p.

J. Morgan, H. Patomaki, Brexit and the Political Economy of Fragmentation: Things Fall Apart (Rethinking Globalizations), Routledge, 2017, 154 p.

J. Morphet, Beyond Brexit ? How to Assess the UK’s Future, Policy Press, 2017, 128 p.

C. Oliver, Unleashing Demons : The Inside Story of Brexit, Hodder & Stoughton, 2016, 448 p.

G. Reinke, T. Levermann, Brexit: A Political Crisis for Europe: Impact Assessment and Lessons Learnt for the European Union, Gold Rush Publishing, 2017, 364 p.

J. Richardson, British Policy – Making and the Need for a Post-Brexit Policy Style, Palgrave Pivot, 2018, 83 p.

T. Shipman, All out War : The Full Story of How Brexit Sank Britain’s Political Class, William Collins, 2016, 688 p.

F. Tekin, Brexit or No Brexit? Political and Institutional Implications of an EU without the UK, Instituto Affari Internazionali (disponible à l’adresse : http://www.iai.it/sites/default/files/iaiwp1607.pdf).

T. Tudoroiu, Brexit, President Trump, and the Changing Geopolitics of Eastern Europe, Palgrave Macmillan, 2018, 291 p.

Droit

D. Allen Green, Brexit. What Everyone Needs to Know, OUP, 2017, 208 p.

A. Antoine, Droit constitutionnel britannique, LGDJ, coll. Systèmes, 2e éd., 2018, 206 p.

K. A. Armstrong, Brexit Time. Leaving the EU – Why, How and When?, CUP, 2017, 286 p.

Ch. Bahurel, E. Bernard, M. Ho-Dac, Le Brexit : Enjeux régionaux, nationaux et internationaux, Bruylant, 2017, 388 p.

P. Birkinshaw, A. Biondi (ed.), Britain Alone! The Implications and Consequences of United Kingdom exit from the EU, Wolters Kluwer, 2016, 376 p.

Dalloz, Brexit : une sortie aux issues incertaines, 2016, compilation de plusieurs articles parus dans les revues Dalloz (disponible en ligne : http://www.editions-dalloz.fr/livre-blanc-brexit-une-sortie-aux-issues-incertaines).

F. Fabbrini (ed.), The Law and Politics of Brexit, OUP, 2017, 304 p.

O. E. Fitzgerald, E. Lein, Complexity’s Embrace: The International Law Implications of Brexit, CIGI Press, 2018, 352 p.

G. Gee, L. Rubini, M. Trybus, Leaving the EU ? The Legal Impact of « Brexit » on the United Kingdom, Institute of European Law, 2016, 76 p. (Disponible en ligne sur le site internet de l’Université de Birmingham : https://www.birmingham.ac.uk/Documents/college-artslaw/law/iel/leaving-EU-legal-impact-brexit-gee-rubini-trybus.pdf).

R. Gordon, R. Moffatt, Brexit: The Immediate Legal Consequences, The Constitution Society, 2016.

E. Guild, Brexit and its Consequences for UK and EU Citizenship or Monstrous Citizenship, Brill, 2017, 89 p.

J. Hillman, G. Horlick, Legal Aspects of Brexit: Implications of the United Kingdom’s Decision to Withdraw from the European Union, Institute of International Economic Law, 2017, 440 p.

P. Mindus, European Citizenship After Brexit: Freedom of Movement and Rights of Residence, Springer International Publishing, 2017, 76 p.

S. Peers, The Brexit: The Legal Framework for Withdrawal from the EU or Renegotiation of EU Membership, Hart Publishing, 2017, 240 p.

D. Ramiro Troitiño, T. Kerikmäe, A. Chochia, Brexit. History, Reasoning and Perspectives, Springer International Publishing, 2018, 283 p.

Revue du Droit public et de la Science politique en France et à l’Étranger, Dossier spécial Brexit, mars-avril 2017, pp. 250 et s. (ss. dir. d’A. Antoine).

Revue de l’Union européenne, Dossier spécial Brexit, oct. 2016, pp. 513 et s.

Revue trimestrielle de Droit européen, Dossier spécial Brexit, oct.-déc. 2016, pp. 687 et s.

H. Tse, Doing Business Post-Brexit. A pratical Guide to the Legal Changes, Bloomsbury Publishing PLC, 2017, 200 p.

The Modern Law Review, Legislation, Art. 50 Special Issue, vol. 79/6, pp. 1019 et s. (disponible en ligne : http://onlinelibrary.wiley.com/doi/10.1111/mlr.2016.79.issue-6/issuetoc).

Économie

K. Alexander, C. Barnard, Brexit and Financial Services: Law and Policy, Hart Publishing, 2018, 240 p.

D. Bailey, L. Budd (ed.), The Political Economy of Brexit, Colombia University Press, 2017.

R. Buckle, T. Hewish, R. Oulds, Brexit: Directions for Britain Outside the EU, Institute of Economic Affairs, 2015, (disponible en ligne : https://iea.org.uk/wp-content/uploads/2016/07/Brexit-interactive.pdf.

N. F. Campos, F. Coricelli, The Economics of UK-EU Relations: From the Treaty of Rome to the Vote for Brexit, Palgrave Macmillan, 2018, 312 p.

J. Creel (dir.), L’économie européenne, OFCE La découverte, 2017.

P. J.J. Welfens, An accidental Brexit. New EU and Transatlantic Economic Perspectives, Palgrave Macmillan, 2017, 447 p.

P. Whyman, A. I., Petrescu, The Economics of Brexit. A Cost-Benefit Analysis of the UK’s Economic Relationship with the E.U., Palgrave Macmillan, 2017, 384 p.

Histoire

J. M. Black, A History of Britain. 1945 to Brexit, Indian University Press, 2017, 276 p.

Sociologie

M. Kelly, Languages after Brexit. How the UK Speaks to the World, Palgrave Macmillan, 2018, 271 p.

A. Ridge-Newman, F. León-Solís, Hugh O’Donnell, Reporting the Road to Brexit. International Media and the EU Referendum 2016, Palgrave Macmillan, 2018, 362 p.

W. Outhwaite, Brexit. Sociological Responses, Anthem Press, 2017, 224 p.

Un site indispensable pour accéder à des rapports indépendants de haut niveau

Afficher l'image d'origine

Nous conseillons vivement les lecteurs de l’Observatoire de se rendre sur le site « The UK in a Changing Europe » (http://ukandeu.ac.uk/) qui publie régulièrement des rapports de recherche en ligne. Un onglet « analyses » revient sur l’actualité juridique, politique, économique et internationale liée au Brexit.

 

Ressources du Centre d’études de droit européen de l’Université de Cambridge

https://encrypted-tbn2.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcSNjwe6hOx7Xxw3hYZSNdgPnmvKkJyGUZUtl_AwFLBdxJ5cOJ6Lpw

Le Centre d’études de droit européen de l’Université de Cambridge publie une page internet régulièrement mise à jour sélectionnant des articles, des médias et des événements relatifs au Brexit, qu’ils concernent le droit, l’économie ou la science politique. Vous pouvez y accéder par l’adresse suivante : http://www.cels.law.cam.ac.uk/brexit

Fin de la deuxième lecture aux Communes

Afficher l'image d'origine

Au terme de la deuxième journée de débats à la Chambre des Communes, 498 MPs ont voté pour la deuxième lecture. 114 d’entre eux s’y sont opposés.

Plus précisément, 47 travaillistes n’ont pas suivi la ligne du leader du parti, Jeremy Corbyn – dont la position ambiguë sur le Brexit a grandement contribué à la victoire du Leave. Il est intéressant de noter que, dans le cadre des discussions parlementaires sur le projet autorisant le Gouvernement à actionner l’article 50, Jeremy Corbyn a imposé la discipline la plus dure pour ses troupes, le « three-line whip » qui peut être traduit comme un contrôle à triple détente impliquant la présence aux débats, la discipline de vote et la possibilité d’exclusion du ou des récalcitrants du groupe parlementaire, voire du parti en cas de non respect de la ligne fixée par le whip en chef. Cette ligne « dure » a déjà entrainé la démission de plusieurs membres du cabinet fantôme. La crise que connaît le parti travailliste depuis le 23 juin 2016 se prolonge donc et ne cesse d’entamer sa crédibilité auprès des électeurs.

Par ailleurs, 50 nationalistes écossais, 7 libéraux-démocrates, l’élu vert et 8 membres des partis gallois et nord-irlandais ont voté contre la deuxième lecture. Kenneth Clarke (photo en une) est le seul conservateur à avoir adopté l’amendement. Grande figure du parti, progressiste et pro-européen, il avait contribué à la chute de Margaret Thatcher et fut l’un des piliers de l’équipe de John Major. Lors de sa prise de parole à la Chambre des Communes, son analyse de l’évolution de la mentalité de ses collègues Tories sur les questions européennes et migratoires a été l’un de moments mémorables du débat qui s’est achevé par des applaudissements en principe interdits aux Communes. Pour conclure, nous relèverons ce trait d’humour de ce parlementaire chevronné sur l’optimisme béat des brexiteers : « des hommes très sympathiques comme le Président Trump et le Président Edorgan sont extrêmement impatients d’abandonner leur protectionnisme pour nous donner accès à leur marché. »

Début des débats au Parlement sur le projet de loi de retrait

https://hansard.parliament.uk/assets/img/homebooksimage.png

La première lecture du projet de loi prévoyant la mise en œuvre de l’article 50 du TUE a eu lieu le 26 janvier. Cette première lecture est fort brève, puisqu’il ne s’agit que de la présentation générale du projet, sans débat. La deuxième lecture a débuté le 31 janvier. Les premiers débats entre les MPs (Members of Parliament) et le Gouvernement se déroulent à ce stade. Au préalable, le Speaker de la Chambre des Communes a retenu un amendement s’opposant à la deuxième lecture (amendement appelé « reasoned amendment »). Déposé par Angus Robertson, membre du parti nationaliste écossais, il précise notamment que le projet de loi ne saurait être examiné dans la mesure où le Gouvernement n’a pas prévu de consulter les administrations dévolues pour la mise en oeuvre de l’article 50. Plus largement, l’amendement conteste le fait que le projet de loi soit débattu avant la publication d’un livre blanc gouvernemental explicitant le processus et les conséquences du Brexit. En voici le texte complet :

« That this House declines to give a Second Reading to the European Union (Notification of Withdrawal) Bill as the Government has set out no provision for effective consultation with the devolved administrations on implementing article 50, has yet to publish a White Paper detailing the Government’s policy proposals, has refused to give a guarantee on the position of EU nationals in the UK, has left unanswered a range of detailed questions covering many policy areas about the full implications of withdrawal from the single market and has provided no assurance that a future parliamentary vote will be anything other than irrelevant, as withdrawal from the European Union followed two years after the invoking of Article 50 if agreement is not reached in the forthcoming negotiations unless they are prolonged by unanimity. »

Cet amendement ne devrait pas être adopté. Néanmoins, la première journée de débat s’est révélée particulièrement riche (voy. le recueil des débats, Hansard, vol. 620, clm. 818 et s., accessible sur le site du Parlement britannique, http://www.parliament.uk/). Nous noterons les interventions pro-européennes et fort bien argumentées des députés Gethins (SNP), Clegg (Lib-dem. et ancien vice-Premier ministre de D. Cameron durant la coalition de 2010-2015), et Efford (Travailliste). À l’opposé, l’argumentaire du député Rees-Mogg marque par son conservatisme, faisant de la période antérieure à 1972, date de l’adoption de la loi relative aux Communautés européennes, un « âge d’or » de la Constitution britannique où la souveraineté du Parlement était incontestable. Rappelons que son père, W. Rees-Mogg, avait échoué à remettre en cause la compétence du gouvernement de John Major en 1993 pour ratifier le traité de Maastricht en invoquant (déjà à l’époque) la souveraineté du Parlement (R v Secretary of State for Foreign and Commonwealth Affairs ex p. Rees-Mogg [1994] QB 552). Cette jurisprudence avait été invoquée par le Gouvernement conservateur, que soutient naturellement le député Rees-Mogg, afin de justifier la compétence de l’Exécutif pour actionner l’article 50.

Au terme de cette lecture, l’amendement sera mis au vote. Par ailleurs, le Gouvernement a prévu la publication d’un livre blanc au terme de cette deuxième lecture qui devrait s’achever le 1er février.