Le plan alternatif des hard brexiteers des conservateurs est-il crédible ?

https://s14-eu5.startpage.com/cgi-bin/serveimage?url=https%3A%2F%2Fcdn.evbuc.com%2Feventlogos%2F27395689%2Fconfbanner2018.png&sp=7051231456f95d4d0b0e7ed04ff381a2

Le débat politique sur le Brexit au Royaume-Uni occupe une bonne partie des conventions des partis politiques qui se déroulent en cet automne 2018. Celle des tories est particulièrement attendue du fait de la position de faiblesse de Mme May qui résulte d’un sommet de Salzbourg plutôt calamiteux pour elle. Un autre motif sérieux de préoccupation occupe désormais la Première ministre : les plans alternatifs des hard brexiteers. Après le projet du ERG qui n’avait pas laissé un souvenir impérissable en raison d’insuffisances peu contestables, celui de l’Institut pour les Affaires Économiques (Institute of Economic Affairs), groupe d’influence proche des conservateurs adeptes d’une régulation de la vie économique et sociale par le libre marché, était attendu. Le site l’IEA dévoile les ambitions du think tank : « Our mission is to improve understanding of the fundamental institutions of a free society by analysing and expounding the role of markets in solving economic and social problems ». Les « néo-libéraux » s’y retrouveront ; les défenseurs d’un marché encadré par l’État et de la redistribution la plus équitable des richesses beaucoup moins.

Quelles que soient les inclinations des uns et des autres, le Brexit, par sa complexité, implique de prendre en compte toutes les propositions qui sont susceptibles de contribuer à sortir de l’impasse politique et juridique dans laquelle se trouve le Royaume-Uni. La question est de savoir si le rapport publié par l’IEA y contribue de façon réaliste.

À titre liminaire, présentons, en quelques mots, les auteurs. Il s’agit d’abord de Shanker Singham. À Westminster, il est surnommé « le cerveau des Brexiteers ». Après avoir obtenu ses diplômes à Oxford (notamment en Chimie), il devient avocat d’affaires, lobbyiste à Washington, et conseil du candidat Mitt Romney lors des primaires républicaines de la présidentielle de 2008. Il est encensé par ses nouveaux amis conservateurs britanniques. À côté des figures de proue qu’étaient Boris Johnson et de Michael Gove lors de la campagne référendaire de 2016, Shanker Singham est resté dans l’ombre réservée aux éminences grises. Quant à Radomir Tylecote, l’autre contributeur du rapport, son curriculum vitae n’est pas particulièrement impressionnant, au point que son expertise relative au Brexit pourrait susciter quelques doutes. Nous l’aurons compris, il s’agit bien une commande des hard brexiteers menés par Boris Johnson pour contrecarrer les conclusions pessimistes de volumineuses études économiques, politiques, sociales et juridiques dirigées par d’éminents spécialistes sur le Brexit.

Le pedigree des auteurs n’éveille pas un sentiment d’objectivité profond en ce qui nous concerne. Ce constat ne doit pas empêcher d’aller plus avant et de nous plonger dans 150 pages d’analyses qui, selon leurs promoteurs, ont toutes les raisons de se substituer au plan de Chequers.

Malgré le fait que l’IEA soit réputé pour sa proximité avec les conservateurs, les propos introductifs surprennent en arguant d’un positionnement apolitique et objectif. La présence de Boris Johnson (qui a soumis son propre plan inspiré du texte de l’IEA afin de soutenir un « Super Canada deal »), de David Davis et de Jacob Rees-Mogg lors de la médiatisation du rapport démontre que l’exercice de style des prolégomènes ne saurait tromper qui que ce soit. Pour MM. Singham et Tylecote, le Brexit peut être un succès dès lors qu’il est fondé sur quatre piliers :

  • L’unilatéralisme, c’est-à-dire adopter des mesures encourageant la compétitivité des marchés en toute indépendance. Il s’agirait de limiter un maximum les taxes et les quotas pour les biens agricoles que le Royaume-Uni ne produit pas. En revanche, les zones de pêche territoriales doivent faire l’objet d’un contrôle strict par les autorités britanniques. L’unilatéralité se conçoit également par une coopération avec l’Union européenne, mais sans s’aligner sur la Coopération structurée permanente. Sans surprise, la liberté de circulation doit être remplacée par un dispositif de contrôle de l’immigration fondé sur ses avantages et ses inconvénients. Une espèce d’immigration choisie dans laquelle le Gouvernement s’est manifestement déjà engagée.
  • Le bilatéralisme : pour les rapporteurs, l’objectif est de conclure des accords bilatéraux avec les pays tiers pendant les négociations avec l’Union européenne, en se concentrant sur des accords commerciaux avec des pays qui n’ont pas de relation bilatérale avec l’UE. La conclusion de traités bilatéraux serait aussi l’occasion de s’extraire des réglementations européennes considérées comme « une menace majeure pour l’économie britannique ».
  • Le « plurilatéralisme » : le Royaume-Uni devrait, selon les auteurs, rechercher une participation aux autres grandes zones de libre-échange mondiales que sont l’Accord de Partenariat transpacifique progressiste et global, ainsi que l’Accord de libre-échange nord-américain. L’ambition est claire : poursuivre un abaissement massif des droits de douane avec les États tiers et entreprendre de nouvelles relations commerciales aux fins de libre-échange.
  • Le multilatéralisme : s’appuyer sur les règles de l’OMC afin de renforcer les autres piliers et profiter au maximum d’une adhésion pleine et entière à l’OMC.

En cas de no deal, les auteurs préconisent le maintien de tarifs douaniers nuls sur les produits agricoles et l’absence de contrôle sur les biens qui parviennent de la République d’Irlande. L’idée d’une « backstop » soutenu par l’UE est clairement exclue.

Le document fait parfois montre d’un ton agressif à l’égard de UE. Par exemple, il envisage que si, l’Union ne coopère pas sérieusement sur la base des propositions britanniques, le Royaume-Uni pourrait adopter une position plus combative : l’absence de reconnaissance des réglementations britanniques au jour du Brexit justifierait l’engagement d’une procédure devant les instances compétentes de l’OMC pour violations des règles du commerce international (GATT, accords sur les obstacles techniques au commerce, et accords relatifs aux mesures sanitaires et phytosanitaires). Dans la même lignée, des propos très orientés sont tenus. Le rapport contient, en effet, des assertions du type : « l’appartenance à l’Union européenne a étouffé la prospérité tout autant qu’elle a empêché le Royaume-Uni de se gouverner lui-même » ; ou encore : « nombre de réglementations européennes sont défavorables à la croissance ; le Royaume-Uni doit être plus libre pour faire mieux ».

Les analyses de MM. Singham et Tylecote sont bien plus structurées que le travail du groupe des parlementaires conservateurs dévoilé dans le courant de l’été. Certaines phrases ont le mérite de l’honnêteté puisque l’IEA admet que « le Royaume-Uni a plus passé de temps à négocier avec lui-même qu’avec l’Union européenne ». L’accord commercial envisagé s’apparente au modèle de celui qui unit le Canada et l’Union européenne. Par conséquent, le rapport de l’IEA est crédible au regard de ses finalités : plus de libre-échange à l’échelle de la planète et conserver la maîtrise de la politique commerciale. Les quatre piliers évoqués s’inscrivent clairement dans une perspective d’un maintien d’une coopération avec l’UE qui serait mise au même niveau que le développement des relations avec les zones de libre-échange les plus attractives du globe (marchés nord-américain et asiatique), une participation active au sein de l’OMC, et un engagement vers de nouveaux partenariats que l’UE n’est pas parvenue à conclure (par exemple, avec les États-Unis).

Nous ne partageons pas l’opinion selon laquelle le salut du Royaume-Uni, comme de tout autre État d’ailleurs, viendrait de la poursuite du seul libre-échange et de la suppression de nombreuses réglementations sectorielles. Néanmoins, pour ceux qui soutiennent le contraire, le rapport est convaincant. Il n’en demeure pas moins qu’il recèle des carences notables, même pour un conservateur britannique hostile au plan de Chequers et à l’Union européenne :

  • conformément à la logique libre-échangiste et orthodoxe des auteurs, aucune considération n’est portée aux externalités sociales ou environnementales des mesures proposées. L’impact éventuel des recommandations en termes d’inégalités et d’appauvrissement de certaines populations n’est pas envisagé ;
  • la dimension politique et diplomatique n’est vue que selon un prisme très « britannico-britannique » qui ne tient nul compte de l’état de la politique suivie par Donald Trump aux États-Unis ou des relations actuelles entre les 27. Il est difficile de nier que ce rapport s’inscrit dans la mouvance de l’anglosphère contemporaine que nous avions évoquée il y a quelques mois sur le site ;
  • malgré ses 150 pages, l’étude s’intéresse trop rapidement à la problématique nord-irlandaise. Nous renvoyons le lecteur aux passages pertinents (pp. 110 et suivantes) pour se faire une opinion, mais l’analyse donne l’impression que cette épine majeure dans les pieds des négociateurs pourrait être facilement surmontée par les quelques mesures administratives apportées par MM. Singham et Tylecote. Nous sommes, toutefois, bien en mal de trouver une évaluation du coût et du temps de la mise en place des mécanismes envisagés. Ce n’est pas le moindre des paradoxes pour des défenseurs du « néo-libéralisme » que de faire l’économie d’une étude prospective de ce qu’ils honnissent le plus, à savoir l’effet de nouvelles normes administratives sur les échanges commerciaux…
  • sur le front juridique, les rapporteurs persistent aussi à penser que le Royaume-Uni aurait le pouvoir de conclure des accords commerciaux ou, à tout le moins, mener des négociations en matière commerciale avant le 29 mars. Il aurait été utile que MM. Singham et Tylecote se rappellent que le Royaume-Uni demeure un État membre jusqu’à cette date et qu’il est lié par le droit de l’UE qui ne lui arroge pas une telle compétence ;
  • les développements sur les aspects de sécurité et de défense sont particulièrement faibles.

Ce rapport est donc sérieux et cohérent par rapport aux objectifs fixés par les hard brexiteers. Il n’est pas certain qu’il réponde à l’intérêt général des citoyens britanniques, en particulier des plus exposés au Brexit, et ne permet pas de surmonter les blocages actuels dans les négociations avec l’Union européenne.

La situation est grave mais… pas désespérée

https://s14-eu5.startpage.com/cgi-bin/serveimage?url=https%3A%2F%2Fbody2coach.nl%2Fwp-content%2Fuploads%2F2018%2F03%2Fzen-meditatie.jpg&sp=89bb37077bbbb41ac0898cb348888583

En cette fin d’été calendaire, le Brexit connaît une phase de cristallisation qui s’est formée autour de deux débats centraux au Royaume-Uni. La classe politique et les commentateurs s’écharpent sur la pertinence d’un second référendum et l’avenir de l’Irlande. À l’échelon européen, le Brexit semble être le seul dossier fédérateur qui ne saurait cacher les profondes divisions entre les États membres relatives à la gestion de la crise migratoire et l’orientation politique de l’Union sur le long terme (résumée en une opposition un peu rapide par les médias entre Emmanuel Macron et Victor Orban).

L’idée d’un second référendum est évoquée depuis longtemps, mais connaît un regain d’intérêt aussi bien de la part des soft brexiteers que des hard brexiteers. Des sondages récents laisseraient penser que l’hostilité au Brexit serait désormais acquise, de même que le souhait qu’un second référendum soit organisé. Pour le camp des remainers, il faut saisir cette occasion pour solliciter le peuple qui peut vouloir revenir en arrière. Pour les leavers, c’est le futur accord qui devra être approuvé par les citoyens, car il pourrait receler un faux Brexit en maintenant la soumission du Royaume-Uni aux réglementations européennes. Pour concilier ces mouvements contradictoires, une nouvelle consultation populaire comprenant trois questions a fait son chemin. Selon ses promoteurs, il s’agirait de demander aux Britanniques s’ils acceptent l’accord conclu (1) ; s’ils le rejettent (2) ; si, en l’absence d’accord, ils souhaitent que leur pays reste membre de l’Union européenne (3). Outre le fait qu’une telle formulation est peu commune pour un référendum et difficile à mettre en œuvre, nous maintenons notre position exprimée dans les colonnes de la revue Esprit : un second référendum nous paraît hautement improbable et contre-productif, quel que soit le choix défendu.

La problématique nord-irlandaise est un sujet bien moins spéculatif. Le Guardian et Libération en France ont consacré des études intéressantes sur la situation actuelle sur l’île auxquelles nous renvoyons. Retenons notamment qu’une réunification n’est pas inenvisageable. Hormis l’adhésion d’une majorité de Nord-Irlandais à la construction communautaire, l’équilibre démographique entre protestants et catholiques dans le nord de l’île relègue au second plan les antagonismes religieux à l’origine des troubles du XXe siècle. Mme May ne peut ignorer ce risque qui se double de celui d’une explosion de sa majorité formée avec le DUP si un statut distinct est accordé à l’Irlande du Nord par rapport au reste du Royaume-Uni.

L’Union européenne demeure insensible à la précarité de la position de Mme May au sein de sa majorité. Lors du sommet de Salzbourg, Donald Tusk et les représentants des États membres (notamment Emmanuel Macron) ont confirmé, non sans sévérité, que la lettre de cadrage de la task force dirigée par Michel Barnier ne sera pas amendée pour assouplir les régimes des libertés fondamentales des traités. Un accord commercial « sur-mesure » au bénéfice du Royaume-Uni est pour l’heure exclu, de même qu’un traité sui generis qui existe pourtant entre l’UE et des États tiers. Cette intransigeance se comprend aisément : divisée sur les sujets que nous avons mentionnés plus haut, ouvrir le débat sur de nouvelles modalités de conduite des négociations avec les Britanniques serait une erreur politique.

Ce blocage est-il si gravissime ? Nous ne le pensons pas. Michel Barnier a, en cette fin d’été, rappelé à plusieurs reprises que 80 à 85 % de l’accord faisaient consensus. N’oublions pas non plus que nous sommes toujours en phase de négociation et qu’il convient de ne pas « surinterpréter » les positions des uns et des autres. Enfin, deux données juridiques doivent être rappelées. La situation de l’Irlande du Nord est censée être réglée dans le cadre d’une annexe au futur traité de retrait dont le contenu peut demeurer relativement flou. Il peut se cantonner à préciser des objectifs communs dont les conditions pour les atteindre pourraient être fixées pendant la période de transition. Quant à la future relation commerciale, fortement imbriquée au règlement de la problématique irlandaise, elle fera l’objet d’une déclaration politique qui, elle aussi, pourrait receler des termes très généraux. Il paraît donc présomptueux d’affirmer avec une quasi-certitude et un goût pour les scénarii apocalyptiques toujours aguicheurs que le no deal est presque acquis.

Allons plus loin : cessons de prétendre que, au lendemain du 29 mars 2019, l’absence d’accord conduira à un cataclysme pour l’Europe. Il y aura indubitablement une forte imprévisibilité économique qui suscitera des tensions et portera atteinte à la croissance. Les États membres de l’Union et le Royaume-Uni pourraient aussi décider, le 30 mars, de rétablir des droits de douane élevés dans les limites du droit de l’OMC et des contrôles draconiens aux frontières. Mais les deux parties auront-elles intérêt à le faire ? Par ailleurs, l’absence d’accord ne provoquera pas automatiquement l’expulsion, dès le 29 mars à 24 h, des Britanniques des États membres (et inversement, les continentaux du Royaume-Uni). De même, les entreprises britanniques établies sur le Continent ne baisseront pas leur rideau du jour au lendemain. Une phase de transition juridique se mettra en place par la force des choses. Le no deal est d’abord un danger économique, car il conduira à un Brexit moins ordonné que si accord en établissait les bases. En revanche, la nature ayant horreur du vide juridique, le no deal sera forcément temporaire. L’Union européenne et le Royaume-Uni seront, bon an mal an, contraints de trouver des accords. Le Brexit se fera et il finira ordonné juridiquement. La question qui demeure est de savoir quand et selon quelles modalités précises. Pour les juristes et les politiques, une telle perspective n’a rien d’inédit dans l’histoire des relations internationales. Pour les économistes orthodoxes, elle a de quoi inquiéter, car l’insécurité, l’imprévisibilité, les défauts d’informations et de transparence qui en résultent, et enfin une confiance ébranlée entre acteurs des marchés sont les vecteurs principaux des crises du capitalisme contemporain.

À l’issue du sommet de Salzbourg, le calendrier reste le même (voir infra) et les options de sortie de crise au Royaume-Uni identiques. Des propositions plus crédibles de la part des Britanniques doivent être mises sur la table en octobre, au risque que les négociations en vue d’un traité en bonne et due forme s’arrêtent. Quant aux choix offerts à Mme May pour se sortir de l’impasse dans laquelle elle se trouve, Heather Stewart, dans son article paru dans le Guardian du 21 septembre, les résume fort bien : s’arc-bouter sur son plan de Chequers en vitupérant contre la rigidité de mauvais aloi de l’Union européenne (cette orientation apporterait sans doute un no deal) ; prendre des risques avec sa majorité et suivre désormais l’option norvégienne ; ou accepter une proposition de longue date en faveur d’un accord de libre-échange comme celui du Canada. À la veille de la conférence d’automne du parti conservateur qui promet d’être encore plus houleuse que prévu, les termes du débat n’ont, finalement, rien d’inédit. Droite dans ses bottes, l’Union européenne et Emmanuel Macron en tête sont peut-être persuadés que seul un accord a minima satisfera tout le monde dans un premier temps et dans l’attente de discussions plus précises durant la phase de transition. Le mois prochain, nous serons fixés.

Calendrier commenté jusqu’au 29 mars 2019

23 – 26 septembre

Conférence annuelle du Labour. Guère plus uni que les conservateurs sur le sujet du Brexit, le parti pourrait choisir de soutenir l’organisation d’un second référendum. Jeremy Corbyn a, néanmoins, toujours exclu une telle possibilité en considérant que le peuple avait fait son choix et qu’il était hors de question de revenir dessus. Bien souvent, les parlementaires et membres de la société civile qui soutiennent, en Angleterre, le retour en arrière appartiennent à une certaine élite londonienne coupée d’une base populaire qui est loin d’être convaincue par l’idée d’un second référendum (les sondages You Gov du 4-5 septembre démontrent, une fois de plus, la difficulté d’identifier un mouvement de fond dans l’opinion en faveur d’un retour en arrière).

30 septembre – 3 octobre

Le Parti conservateur tient sa conférence annuelle. Le Brexit sera au cœur des échanges entre tories. Le groupe pro « hard Brexit » dirigé par Jacob Rees-Mogg (le European Research Group) compte avancer ses pions et convaincre de la validité du rapport qu’il a rédigé cet été. Favorables à un traité commercial type CETA, ses solutions pour l’Irlande du Nord semblent peu crédibles.

Octobre

Conseil européen. Selon les propos de Donald Tusk, il s’agira de la dernière chance pour Mme May de présenter un plan viable pour régler le sort de la frontière nord-irlandaise et de soumettre une option conforme à la lettre de cadrage de la task force afin de parvenir à une déclaration commune sur la future relation avec l’Union européenne.

Novembre

Si Mme May a réussi à convaincre ses partenaires européens, un sommet spécialement dédié au Brexit sera organisé pour signer l’accord.

Avant février 2019

Le Parlement britannique doit approuver le traité conclu avant que le Parlement européen ne se prononce à son tour. Aucun agenda précis ne peut, à ce stade, être envisagé.

29 mars 2019

Sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne

Le Brexit et la Culture

https://s14-eu5.startpage.com/cgi-bin/serveimage?url=http%3A%2F%2Femernestor.com%2Fwp-content%2Fuploads%2F2016%2F07%2FIMG_4264.jpg&sp=99801216b94573903753517e97b4e87b

En cette rentrée marquée par la pléthore de nouveaux ouvrages exposés sur les étals des libraires, il nous est apparu intéressant de produire quelques lignes sur l’enracinement culturel du Brexit depuis deux ans. Si le secteur des activités culturelles fait partie de ceux qui ont le plus à craindre du Brexit (voir le rapport de la Chambre des Lords sur la question et le sort de certains orchestres symphoniques), l’événement du 23 juin 2016 est devenu un sujet traité par tous les arts ainsi qu’en témoigne la programmation 2018 du Festival d’Édimbourg qui s’est achevé le 27 août.

Cette tendance permet de comprendre l’importance d’un événement qui se mesure, à l’échelle de l’histoire, par sa capacité à susciter la réalisation d’œuvres d’art. Finalement, les grands moments de l’Histoire ne sont gravés durablement dans la mémoire des peuples que s’ils ont une signification culturelle majeure.

Source d’inspiration, le Brexit inquiète par le repli du Royaume-Uni sur lui-même dont il est le révélateur. Nous proposons une sélection non exhaustive des réalisations plastiques, littéraires, dramatiques, et télévisuelles qui illustrent selon nous la dimension culturelle du Brexit. Quant à la scène musicale et aux productions de jeux vidéo (considérées depuis plusieurs années comme une pratique culturelle), le lien avec le Brexit est moins flagrant, mais il existe.

  1. Brexit et arts plastiques

En 2017, l’artiste Banksy avait peint sur un mur de Douvres une fresque directement inspirée du Brexit condamnant, par la subtilité que nous lui connaissons, les risques de démantèlement du projet européen.

https://s14-eu5.startpage.com/cgi-bin/serveimage?url=https%3A%2F%2Fmedia.koreus.com%2F201705%2Fbanksy-vs-brexit.jpg&sp=db759fc4fd1f2aadb3ee2bd53604c14a

La même année, Grayson Perry exposait à la célèbre Serpentine Gallery de Londres des céramiques produites en collaboration avec des internautes. Deux vases ont notamment été conçus, l’un comme allégorie du Remain, l’autre du Leave.

Plus récemment, au Festival d’Édimbourg de 2018, Adam Lewis Jacob, un plasticien écossais, a réalisé une œuvre visuelle mêlant vidéos, objets, interviews et narrations intitulée « No Easy Answers ». Ce travail se veut une synthèse de l’évolution économique et sociale du Royaume-Uni et intègre logiquement le Brexit.

Adam Lewis Jacob: No Easy Answers

Avec un ton plus humoristique, les sérigraphes Chris Hopewell et Stanley Donwood ont créé des affiches mettant en scène un couple au style années 1950 qui se déchire sur fond de Brexit.

https://cdn.shopify.com/s/files/1/1600/9283/products/Europhobic_Framed_2200x2829_0f3fe24a-f3b1-4aec-91f9-29e527c23319_1024x1024.jpg?v=1527271049

  1. Brexit, littérature et théâtre

https://uploads-ssl.webflow.com/572381d040b996734889db80/59397f82593dbd3b0cd12710_Screen%20Shot%202017-06-08%20at%2017.44.26.pngSur le front littéraire, le superbe texte d’Ali Smith, « Autumn », fut l’un des premiers romans à s’inscrire dans un paysage post-Brexit désolant. Plus sombre, le roman policier de Mark Billingham, « Love Like Blood », retient comme arrière-plan de son intrigue des crimes xénophobes qui explosent après le référendum du 23 juin 2016. Sa fiction a, depuis lors, été malheureusement rattrapée par les faits. Amanda Craig confronte, quant à elle, dans une satire réussie, le Brexit à la réalité de la fracture sociale britannique. Enfin, le récit politique ne pouvait pas ne pas se saisir du référendum du 23 juin 2016. Douglas Board déploie son thriller politique quatre ans après, lors d’élections générales dont le résultat porte des populistes pouvoir. Dans la même veine, Stanley Johnson suggère dans Kompromatt que les leavers l’ont emporté en raison de l’influence russe. Là encore, son argument a été confirmé par les conclusions de plusieurs enquêtes bien réelles.

Les dramaturges ont, pour leur part, plutôt insisté sur la dimension sociale du Brexit et le fait qu’il est un révélateur des divisions au sein de la société britannique (« My Country: A Work in Progress » de Carole Ann Duffy ; « Brexit Shorts: Dramas from a Divided Nation », pièces montées par neuf écrivains sur la demande du Guardian).

La publication de fictions et de drames en lien avec le Brexit est désormais telle au Royaume-Uni que l’expression « Brexit Literature » est de plus en plus usitée par les libraires et les critiques. Couplé à l’élection de Donald Trump, ce nouveau genre est manifestement dominé par le style apocalyptique et dystopique.

La sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne n’a pas intéressé que les auteurs britanniques. En France, une bluette assez déjantée sur fond de Brexit a été écrite par Clémentine Beauvais (« Brexit Romance »). L’ouvrage est en apparence sans prétention puisque l’auteure est plus connue pour ses réalisations réussies dans la littérature jeunesse. Pourtant, son roman est loin de négliger les problèmes économico-sociaux ainsi que les destinées individuelles bouleversées par le Brexit. Le ton parfois vaudevillesque – proche d’un surréalisme à la Lewis Carrol auquel la romancière n’hésite pas à se référer – fait de ce livre un bon exercice de style. À côté des livres noirs, le comique a aussi sa place.

  1. Brexit et productions télévisuelles

https://s14-eu5.startpage.com/cgi-bin/serveimage?url=https%3A%2F%2Fstatic.independent.co.uk%2Fs3fs-public%2Fthumbnails%2Fimage%2F2018%2F06%2F06%2F09%2Fbenedict-cumberbatch.jpg&sp=45315b27168b80345c330095cdcf7bd0Si la longueur de la production cinématographique explique qu’aucun film d’importance sur le Brexit ne soit encore sorti en salles, le format télévisuel a favorisé dans un premier temps la diffusion de nombreux documentaires à la réalisation léchée. Il faudra attendre quelques mois pour que le premier film d’envergure sur le Brexit réalisé par Toby Haynnes soit diffusé sur Channel 4 en 2019. Le metteur en scène remarqué pour ses excellentes séries Sherlock et Black Mirror prépare une fiction retraçant la campagne de Vote Leave. Benedict Cumberbatch, l’un des meilleurs acteurs actuels du Royaume-Uni, jouera le rôle de Dominic Cummings, le spin doctor manipulateur et cynique des futurs vainqueurs du référendum.

  1. Brexit et univers musical

En juillet 2017, Mick Jagger s’était appuyé sur le contexte actuel au Royaume-Uni pour écrire la chanson « England Lost » dont le clip met en scène l’acteur gallois Luke Evans. Sur les scènes des festivals d’été de Lyon ou Nice notamment, les spectateurs ont pu apprécier l’engagement de certains groupes contre le Brexit. Le duo Trip Hop originaire de Bristol, Massive Attack, a adopté lors d’une récente tournée en Europe une scénographie qui dénonçait le repli et la xénophobie des grandes puissances occidentales. Des écrans géants faisaient ainsi passer des messages à plusieurs reprises se référant au Brexit et à ses acteurs dont Nigel Farage et Boris Johnson.

http://www.musicforthemasses.co.uk/wp-content/uploads/2016/07/26-247b6af678.jpg

En revanche, bien que le milieu de la musique classique soit fortement mobilisé contre le Brexit comme l’a illustré la dernière soirée des mythiques Prom’s de Londres le 8 septembre, l’événement attend toujours son opéra…

  1. Le Brexit saisi par les jeux vidéo

Notons, pour être tout à fait complet dans notre panorama culturel, que le monde des jeux vidéo a commencé à intégrer le Brexit comme variable quant à ses effets sur la libre circulation des joueurs. Tel est le cas de Football Manager 2018 qui envisage (sur un mode aléatoire) les effets d’un hard ou d’un soft Brexit. Les acteurs du football outre-Manche sont effectivement inquiets de l’impact de la fin de la libre circulation pour l’accès de joueurs étrangers aux championnats britanniques. En effet, c’est sur la fameuse jurisprudence Bosman de la Cour de Justice que le marché des transferts s’est libéralisé massivement. La Cour de Justice avait considéré que les quotas de joueurs communautaires – au sens large – imposés aux clubs évoluant dans un championnat d’un État membre étaient contraires à la libre circulation. Cette digression relative au Brexit et au sport nous permet de lancer un appel à contribution pour ceux qui souhaiteraient publier un article sur le sujet. Car le sport aussi est un vecteur de culture.