Le Brexit et la Culture

https://s14-eu5.startpage.com/cgi-bin/serveimage?url=http%3A%2F%2Femernestor.com%2Fwp-content%2Fuploads%2F2016%2F07%2FIMG_4264.jpg&sp=99801216b94573903753517e97b4e87b

En cette rentrée marquée par la pléthore de nouveaux ouvrages exposés sur les étals des libraires, il nous est apparu intéressant de produire quelques lignes sur l’enracinement culturel du Brexit depuis deux ans. Si le secteur des activités culturelles fait partie de ceux qui ont le plus à craindre du Brexit (voir le rapport de la Chambre des Lords sur la question et le sort de certains orchestres symphoniques), l’événement du 23 juin 2016 est devenu un sujet traité par tous les arts ainsi qu’en témoigne la programmation 2018 du Festival d’Édimbourg qui s’est achevé le 27 août.

Cette tendance permet de comprendre l’importance d’un événement qui se mesure, à l’échelle de l’histoire, par sa capacité à susciter la réalisation d’œuvres d’art. Finalement, les grands moments de l’Histoire ne sont gravés durablement dans la mémoire des peuples que s’ils ont une signification culturelle majeure.

Source d’inspiration, le Brexit inquiète par le repli du Royaume-Uni sur lui-même dont il est le révélateur. Nous proposons une sélection non exhaustive des réalisations plastiques, littéraires, dramatiques, et télévisuelles qui illustrent selon nous la dimension culturelle du Brexit. Quant à la scène musicale et aux productions de jeux vidéo (considérées depuis plusieurs années comme une pratique culturelle), le lien avec le Brexit est moins flagrant, mais il existe.

  1. Brexit et arts plastiques

En 2017, l’artiste Banksy avait peint sur un mur de Douvres une fresque directement inspirée du Brexit condamnant, par la subtilité que nous lui connaissons, les risques de démantèlement du projet européen.

https://s14-eu5.startpage.com/cgi-bin/serveimage?url=https%3A%2F%2Fmedia.koreus.com%2F201705%2Fbanksy-vs-brexit.jpg&sp=db759fc4fd1f2aadb3ee2bd53604c14a

La même année, Grayson Perry exposait à la célèbre Serpentine Gallery de Londres des céramiques produites en collaboration avec des internautes. Deux vases ont notamment été conçus, l’un comme allégorie du Remain, l’autre du Leave.

Plus récemment, au Festival d’Édimbourg de 2018, Adam Lewis Jacob, un plasticien écossais, a réalisé une œuvre visuelle mêlant vidéos, objets, interviews et narrations intitulée « No Easy Answers ». Ce travail se veut une synthèse de l’évolution économique et sociale du Royaume-Uni et intègre logiquement le Brexit.

Adam Lewis Jacob: No Easy Answers

Avec un ton plus humoristique, les sérigraphes Chris Hopewell et Stanley Donwood ont créé des affiches mettant en scène un couple au style années 1950 qui se déchire sur fond de Brexit.

https://cdn.shopify.com/s/files/1/1600/9283/products/Europhobic_Framed_2200x2829_0f3fe24a-f3b1-4aec-91f9-29e527c23319_1024x1024.jpg?v=1527271049

  1. Brexit, littérature et théâtre

https://uploads-ssl.webflow.com/572381d040b996734889db80/59397f82593dbd3b0cd12710_Screen%20Shot%202017-06-08%20at%2017.44.26.pngSur le front littéraire, le superbe texte d’Ali Smith, « Autumn », fut l’un des premiers romans à s’inscrire dans un paysage post-Brexit désolant. Plus sombre, le roman policier de Mark Billingham, « Love Like Blood », retient comme arrière-plan de son intrigue des crimes xénophobes qui explosent après le référendum du 23 juin 2016. Sa fiction a, depuis lors, été malheureusement rattrapée par les faits. Amanda Craig confronte, quant à elle, dans une satire réussie, le Brexit à la réalité de la fracture sociale britannique. Enfin, le récit politique ne pouvait pas ne pas se saisir du référendum du 23 juin 2016. Douglas Board déploie son thriller politique quatre ans après, lors d’élections générales dont le résultat porte des populistes pouvoir. Dans la même veine, Stanley Johnson suggère dans Kompromatt que les leavers l’ont emporté en raison de l’influence russe. Là encore, son argument a été confirmé par les conclusions de plusieurs enquêtes bien réelles.

Les dramaturges ont, pour leur part, plutôt insisté sur la dimension sociale du Brexit et le fait qu’il est un révélateur des divisions au sein de la société britannique (« My Country: A Work in Progress » de Carole Ann Duffy ; « Brexit Shorts: Dramas from a Divided Nation », pièces montées par neuf écrivains sur la demande du Guardian).

La publication de fictions et de drames en lien avec le Brexit est désormais telle au Royaume-Uni que l’expression « Brexit Literature » est de plus en plus usitée par les libraires et les critiques. Couplé à l’élection de Donald Trump, ce nouveau genre est manifestement dominé par le style apocalyptique et dystopique.

La sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne n’a pas intéressé que les auteurs britanniques. En France, une bluette assez déjantée sur fond de Brexit a été écrite par Clémentine Beauvais (« Brexit Romance »). L’ouvrage est en apparence sans prétention puisque l’auteure est plus connue pour ses réalisations réussies dans la littérature jeunesse. Pourtant, son roman est loin de négliger les problèmes économico-sociaux ainsi que les destinées individuelles bouleversées par le Brexit. Le ton parfois vaudevillesque – proche d’un surréalisme à la Lewis Carrol auquel la romancière n’hésite pas à se référer – fait de ce livre un bon exercice de style. À côté des livres noirs, le comique a aussi sa place.

  1. Brexit et productions télévisuelles

https://s14-eu5.startpage.com/cgi-bin/serveimage?url=https%3A%2F%2Fstatic.independent.co.uk%2Fs3fs-public%2Fthumbnails%2Fimage%2F2018%2F06%2F06%2F09%2Fbenedict-cumberbatch.jpg&sp=45315b27168b80345c330095cdcf7bd0Si la longueur de la production cinématographique explique qu’aucun film d’importance sur le Brexit ne soit encore sorti en salles, le format télévisuel a favorisé dans un premier temps la diffusion de nombreux documentaires à la réalisation léchée. Il faudra attendre quelques mois pour que le premier film d’envergure sur le Brexit réalisé par Toby Haynnes soit diffusé sur Channel 4 en 2019. Le metteur en scène remarqué pour ses excellentes séries Sherlock et Black Mirror prépare une fiction retraçant la campagne de Vote Leave. Benedict Cumberbatch, l’un des meilleurs acteurs actuels du Royaume-Uni, jouera le rôle de Dominic Cummings, le spin doctor manipulateur et cynique des futurs vainqueurs du référendum.

  1. Brexit et univers musical

En juillet 2017, Mick Jagger s’était appuyé sur le contexte actuel au Royaume-Uni pour écrire la chanson « England Lost » dont le clip met en scène l’acteur gallois Luke Evans. Sur les scènes des festivals d’été de Lyon ou Nice notamment, les spectateurs ont pu apprécier l’engagement de certains groupes contre le Brexit. Le duo Trip Hop originaire de Bristol, Massive Attack, a adopté lors d’une récente tournée en Europe une scénographie qui dénonçait le repli et la xénophobie des grandes puissances occidentales. Des écrans géants faisaient ainsi passer des messages à plusieurs reprises se référant au Brexit et à ses acteurs dont Nigel Farage et Boris Johnson.

http://www.musicforthemasses.co.uk/wp-content/uploads/2016/07/26-247b6af678.jpg

En revanche, bien que le milieu de la musique classique soit fortement mobilisé contre le Brexit comme l’a illustré la dernière soirée des mythiques Prom’s de Londres le 8 septembre, l’événement attend toujours son opéra…

  1. Le Brexit saisi par les jeux vidéo

Notons, pour être tout à fait complet dans notre panorama culturel, que le monde des jeux vidéo a commencé à intégrer le Brexit comme variable quant à ses effets sur la libre circulation des joueurs. Tel est le cas de Football Manager 2018 qui envisage (sur un mode aléatoire) les effets d’un hard ou d’un soft Brexit. Les acteurs du football outre-Manche sont effectivement inquiets de l’impact de la fin de la libre circulation pour l’accès de joueurs étrangers aux championnats britanniques. En effet, c’est sur la fameuse jurisprudence Bosman de la Cour de Justice que le marché des transferts s’est libéralisé massivement. La Cour de Justice avait considéré que les quotas de joueurs communautaires – au sens large – imposés aux clubs évoluant dans un championnat d’un État membre étaient contraires à la libre circulation. Cette digression relative au Brexit et au sport nous permet de lancer un appel à contribution pour ceux qui souhaiteraient publier un article sur le sujet. Car le sport aussi est un vecteur de culture.