La démission de Mme May : un événement attendu qui ne résout rien

https://s14-eu5.startpage.com/cgi-bin/serveimage?url=https%3A%2F%2Fstatic.standard.co.uk%2Fs3fs-public%2Fthumbnails%2Fimage%2F2019%2F05%2F24%2F12%2Ftheresa-may-getty-1.jpg%3Fw968&sp=e7b33c6f555066100114c7f6f98033dc

Le propre de la quadrature du cercle est qu’il est impossible d’en sortir. Mme May a pensé le contraire. Depuis juin 2017, nous avons été particulièrement critiques à l’égard de son obstination à croire qu’elle serait capable de « délivrer » son Brexit. Pourtant, aucun signe politique à quelque moment que ce soit ne permettait d’affirmer qu’elle pouvait le faire. La raison en est simple : la composition actuelle du Parlement britannique par rapport aux orientations possibles du Brexit rendait (et rend encore) tout consensus inenvisageable. Les votes indicatifs, venus tardivement, étaient prévisibles depuis des mois. Or nous ne rappellerons jamais assez que le facteur essentiel des blocages à Westminster demeure la présence de dix parlementaires du DUP. Et c’est bien Mme May qui leur a consenti le rôle de faiseur de roi pour qu’elle puisse se maintenir au pouvoir après les élections catastrophiques de juin 2017. Durant trois ans, Mme May aura donné l’impression d’avoir toujours un coup de retard, qu’il s’agisse de la dissolution qu’elle a provoquée, l’engagement de négociations avec les travaillistes, la sollicitation des députés pour connaître leur opinion sur la nature de la relation future ou la nécessité de désolidariser le traité de sortie de la fameuse déclaration politique.

Ce constat ne saurait exonérer les autres acteurs qui ont participé à l’impasse, notamment les travaillistes par leur indécision et les membres du parti conservateur qui auraient dû tirer bien plus tôt les conséquences de leurs divisions. Néanmoins, en écartant Mme May (ce qu’ils avaient refusé de faire il y a seulement six mois), ils sont loin d’apporter une solution. Si l’élection d’un nouveau leader aboutit à désigner une personnalité sans réelle conviction sur le Brexit comme Mme May, aucun progrès n’aura été fait. L’actuel favori pour occuper le 10 Downing Street, Boris Johnson, amènera peut-être un hard Brexit. Le résultat des élections européennes, particulièrement favorables au Brexit Party, rendent l’hypothèse BoJo des plus plausibles. Elle n’est pas réjouissante, surtout pour Bruxelles où l’ancien ministre des Affaires étrangères laisse un triste souvenir.

Le charisme et la conviction prétendument claire de Boris Johnson crédibilisent-ils juridiquement et politiquement un no deal ? Les observateurs se déchirent légitimement sur la faisabilité du no deal alors que Westminster, que ce soit par l’adoption du EU (Withdrawal) Act 2019 (issu de la proposition Cooper) ou les votes indicatifs, s’est déjà exprimé résolument contre cette hypothèse. Juridiquement, le no deal est toujours possible (1). Le Parlement ne pourra même pas s’y opposer en application des précédents des mois de mars et avril (2). En revanche, politiquement, Boris Johnson, s’il maintenait l’idée d’un no deal, devra affronter des contraintes tout à fait similaires à celles qu’a connues Mme May (3).

1/ Les règles parlementaires classiques rendent difficile, en l’état, le blocage du no deal.

Pour comprendre les tenants et les aboutissants du débat sur ce point, Maddy Thimont Jack de Institute for Governement a répertorié les moyens dont disposeraient les MPs pour exprimer leur objection à un no deal :

– une motion parlementaire des backbenchers ou de l’Opposition. Elle n’aurait qu’une portée politique et non contraignante. Plus encore, la discussion de telles motions est fixée discrétionnairement par le Gouvernement à l’ordre du jour.

– un débat sur une motion en termes neutres. Elle ne peut être amendée et n’a pas de portée contraignante.

– les parlementaires pourraient alors décider d’engager la responsabilité du Gouvernement qui s’orienterait vers un no deal. Dans un précédent post, nous avions expliqué les conditions pour qu’une telle responsabilité soit engagée, ainsi que ses conséquences. Véritable « arme nucléaire », cette éventualité doit être privilégiée si la crise gouvernementale se prolonge, c’est-à-dire si le futur Premier ministre échoue à trouver une issue au Brexit.

2/ L’hypothèse d’une prise en main par le Parlement en s’appuyant sur les précédents de mars et avril

Devant l’horizon du no deal, les parlementaires pourraient chercher à faire en sorte d’éviter le no deal, voire donner des directives au Gouvernement pour parvenir à un accord. On se souvient que tel avait été l’objet au début de l’année de la proposition de loi d’Yvette Cooper qui, une fois adoptée, est devenue le EU (Withdrawal) Act de 2019. Celui de 2018 laissait ouverte la possibilité de l’absence d’accord (sect. 13 (10)). Le processus prévu par loi Cooper a permis de l’exclure temporairement. En effet, en cas de rejet de l’accord par le Parlement, la loi modifiée conduisait, le cas échéant, à déterminer les étapes à venir en imposant au Gouvernement de solliciter du Conseil européen un report de la date du Brexit. C’est ce qui s’est déroulé pour aboutir à un renvoi de la sortie le 31 octobre au plus tard.

Le cadre évoqué est-il encore applicable ? La loi imposait au Gouvernement de déposer une motion au jour de l’apposition du sceau royal pour que le Gouvernement soumette une demande de report à l’UE (soit le 8 avril). Cette contextualisation temporelle empêche donc que le EU (W) A de 2019 soit de nouveau mobilisable. De surcroît, si le nouveau Premier ministre exclut tout accord, la partie de la loi relative à la procédure parlementaire relative au consentement du Parlement tombe. C’est logique : s’il n’y a pas d’accord, il n’y a pas de consentement nécessaire. La législation actuelle ne permet donc pas d’empêcher un no deal.

Les MPs pourraient alors décider de renouveler le tour de passe-passe juridique pour modifier une nouvelle fois le EU (W) Act ou en élaborer un troisième en obligeant, par exemple, le Gouvernement à soumettre au Parlement son intention de sortir de l’Union européenne sans traité. Il y a de sérieux obstacles à cette idée selon le raisonnement suivant.

  • Le Gouvernement maîtrise l’ordre du jour.
  • Les MPs peuvent tenter néanmoins de reprendre la main de façon exceptionnelle en amendant l’agenda gouvernemental prévu spécialement pour débattre du Brexit. C’est ce qui avait permis de parvenir aux procédures de votes indicatifs, puis à l’adoption de la proposition de loi d’Yvette Cooper.
  • En raison de ces précédents des 25-27 mars et du 1er avril, l’intervention des MPs n’est envisageable que si, préalablement, le Gouvernement a déterminé un ordre du jour relatif aux modalités de sortie de l’UE.
  • Par conséquent, si le Gouvernement ne prévoit aucun débat sur ces modalités et attend le 31 octobre, le Brexit se fera sans traité de sortie.

D’un strict point de vue juridique, les parlementaires n’ont donc plus les moyens de parvenir à empêcher le no deal. D’ailleurs, au lendemain de l’adoption de la proposition de loi d’Yvette Cooper, plusieurs experts avaient souligné que cette issue ne devait pas être totalement exclue. Rappelons enfin que les votes indicatifs (qui ont confirmé le rejet des MPs de l’absence d’accord) ne liaient pas le Gouvernement.

Boris Johnson aura-t-il pour autant les mains libres ? Rien n’est moins sûr.

3/ La contrainte de la Constitution politique et du rapport de force au Parlement

Bien que le Parlement n’ait pas adopté de texte ou de motion contraignante à l’encontre du Gouvernement pour prévenir un no deal, des principes de nature plus politique s’imposeront au prochain Premier ministre. En premier lieu, l’actuelle majorité a été constituée à partir de programmes électoraux promettant un accord. En deuxième lieu, les votes significatifs permettent d’identifier une majorité en défaveur d’un no deal. En troisième et dernier lieu, l’adoption de la proposition Cooper a clairement poursuivi cette finalité. Par suite, en soutenant explicitement le rejet d’un accord, Boris Johnson s’opposerait à la volonté du Parlement et violerait l’usage selon lequel le parti au pouvoir doit respecter ses principaux engagements électoraux. Or le Gouvernement ne peut exister s’il mène une politique qui ne serait pas appuyée par une majorité à la Chambre des Communes. Dans la configuration actuelle, Boris Johnson n’a donc pas d’autre choix que de demander au Parlement l’approbation de sa politique[1], au risque de porter clairement atteinte à la logique de la Constitution britannique. L’adoption d’un vote de défiance serait hautement probable, à moins que BoJo ne rallie étonnamment une majorité sur le no deal. N’oublions pas qu’il avait lui-même fini par s’exprimer en faveur de l’accord de novembre lors du scrutin du 29 mars après que Mme May avait promis sa démission en cas de vote positif.

Le changement de Premier ministre ne modifiera finalement sans doute rien au contexte actuel tant que les rapports de force au sein de la Chambre des Communes n’évolueront pas. Après le discours de Mme May, Dominic Grieve a souligné très justement que désormais une alternative domine : des élections générales ou un nouveau référendum (dont le sujet précis reste à déterminer). Un troisième scénario peut-être rapidement évoqué : Boris Johnson demande la réouverture des négociations avec les Européens. Soit ces derniers acceptent des modifications substantielles, soit ils les refusent. Dans le premier cas, Westminster disposera d’une seconde mouture du traité auquel il pourrait se rallier. Dans le second, le futur Premier ministre pourrait considérer que l’UE fait preuve de mauvaise volonté. Le no deal s’imposera alors à tous si l’UE exclut un troisième report au-delà du 31 octobre.

Conclusion

L’horizon d’un no deal n’a rien de très engageant et pose de sérieuses difficultés juridiques et politiques. Il aurait un seul mérite : mettre fin à la quadrature du cercle et à une situation de plus en plus ubuesque. Nous en voulons pour preuve que la nomination du prochain Premier ministre devrait intervenir dans la seconde moitié du mois de juillet, ce qui impliquera que les députés européens britanniques siégeront pour désigner le nouveau président du Parlement (le 2 juillet), puis de la Commission (à partir des 15-19 juillet). Avant cela, l’organisation précipitée des élections européennes au Royaume-Uni a entraîné des atteintes de fait au droit de certains citoyens européens de participer au scrutin, suscitant toujours plus d’actions en justice.

Cette participation a surtout permis de renforcer les rangs populistes au Parlement européen. L’extrême droite de l’hémicycle, bien que divisée, en forme l’une des forces principales. Le net recul du PPE et l’érosion des sociaux-démocrates au profit du renforcement des écologistes et des libéraux démocrates apportent un autre enseignement. Les partis dont le message politique est fort et moins marqué par l’emprise gestionnaire tirent leur épingle du jeu. C’est exactement ce qu’il ressort de l’élection au Royaume-Uni. Le Brexit Party atteint le score qui lui était prédit (plus de 31 % des voix exprimées et 29 sièges, soit 7 points de plus qu’en 2015 et 5 sièges supplémentaires par rapport au UKIP), tandis que les libéraux démocrates arrivent en deuxième position (avec 20 % des suffrages et 16 sièges). Cette transformation du paysage partisan, liée à la participation en hausse des citoyens européens au scrutin, démontre qu’une vision plus politique de l’Europe sur des thèmes cruciaux (environnement, inégalités et immigration) est plébiscitée. Le Brexit en est aussi une illustration. Son appréhension très technocratique par le Gouvernement de Mme May comme par l’Union européenne d’ailleurs (tous deux omettant un peu vite les logiques institutionnelles britanniques et les effets politiques des reports du Brexit) est selon nous l’une des raisons principales de son embourbement.


[1] À l’occasion du prochain Queen’s Speech par exemple, mais encore faut-il que le Parlement soit prorogé, c’est-à-dire qu’un terme à l’actuelle session soit décidé par le Gouvernement (et ce, de façon totalement libre dans la mesure où cette décision relève de la prérogative royale). Une nouvelle session débuterait, entraînant un discours de la Reine. Rédigé par le Gouvernement, il devrait forcément évoquer la stratégie relative au Brexit. Les MPs pourront alors le discuter et en profiter pour mettre en cause la responsabilité du Gouvernement.

Le baroud d’honneur et le crépuscule de Mme May

https://s14-eu5.startpage.com/cgi-bin/serveimage?url=http%3A%2F%2Ft0.gstatic.com%2Fimages%3Fq%3Dtbn%3AANd9GcS95SzfKqTbQySPODhHnbYxHqqHKMTZJvAia1-IPHPaN5MBl3ICNA&sp=d1f5e9997224aaf720a0347ddb6770df&anticache=754688

À défaut de percevoir comment le Brexit va finalement s’achever dans les prochains mois, une certitude a fini par s’imposer : Mme May ne passera pas l’été. Alors même qu’elle avait sauvé sa place à la veille de l’hiver devant la Commission 1922, puis devant la Chambre des Communes en janvier 2019, la Première ministre a dû se résoudre à convenir d’un accord avec les membres de son parti afin de fixer un agenda à son départ. Après avoir présenté son dernier texte sur le Brexit aux députés début juin, elle rencontrera à nouveau Graham Brady, le président de la Commission 1922, pour évoquer les échéances futures. En cas de succès aux Communes, Mme May démissionnera immédiatement. Dans le cas contraire, ils détermineront les modalités de l’élection d’un nouveau leader du parti durant l’été qui, par convention, deviendra ensuite le nouveau Premier ministre. Tout dépend donc de l’adoption ou non du projet de loi ayant pour objet d’introduire en droit interne l’accord de retrait conclu en novembre 2018 (Withdrawal Agreement Bill ou WAB).

Dans un discours du 21 mai, Mme May a présenté les grandes lignes du texte (voir aussi la synthèse de l’Institute for Government). Elle a surtout insisté sur les concessions qu’elle a faites pour tenter de rallier un maximum de MPs à sa croisade en faveur de son deal, en particulier les travaillistes :

  • Garantir les droits des travailleurs par le dépôt d’un projet de loi dédié (Workers’ Rights Bill).
  • Assurer le maintien des standards environnementaux.
  • Établir un régime douanier le moins contraignant possible, sans pour autant adhérer à une union douanière et accepter la libre circulation des personnes.
  • Le Parlement aura le loisir de déterminer, après l’adoption de l’accord de retrait, le régime douanier qu’il souhaite à partir des deux options suivantes : (1) l’union douanière défendue jusqu’ici par le Gouvernement qui suppose une relation commerciale originale avec l’Union préservant le contrôle des Britanniques sur leur politique commerciale ; (2) le maintien temporaire de l’Union douanière actuelle, mais limitée à la circulation des marchandises et permettant au Royaume-Uni d’avoir son mot à dire sur la politique commerciale avec des États tiers.
  • Le choix qui sera fait entraînera une modification de la déclaration politique qui accompagne l’accord de retrait.
  • Le Parlement devra approuver les objectifs de négociations du futur traité commercial entre le Royaume-Uni et l’UE.
  • Le Gouvernement a l’obligation de trouver une alternative au backstop avant avant la fin du mois de décembre 2020.
  • Toutefois, au cas où le filet de sécurité devait être mis en œuvre, le Gouvernement devra assurer que le régime juridique de l’Irlande du Nord soit aligné sur celui du reste du Royaume-Uni.
  • Le Parlement, s’il adopte le WAB, aura le choix de décider s’il souhaite soumettre au peuple par référendum le traité de sortie de l’Union européenne.

Comme toujours avec Mme May, la proposition conciliatrice reprend une bonne part de ce qui était acquis depuis longtemps, mais en le formulant différemment. Il en va particulièrement de la préservation des droits des travailleurs ou du maintien des standards environnementaux, présentés comme une innovation, voire une concession aux travaillistes, alors même que ce sujet (qui n’a pas grand-chose à voir avec les modalités de retrait d’une organisation supranationale) fait l’objet d’un consensus depuis plusieurs mois.

En ce qui concerne le backstop, l’engagement de Mme May est purement politique : il ne remet pas en cause ce qui était connu depuis novembre 2018. Il ne s’agit, là aussi, que de la reprise de promesses au DUP et aux tories du European Research Group.

Il n’y a, en réalité, que deux originalités : la formalisation du renforcement du rôle du Parlement pour déterminer le régime douanier et contrôler les négociations sur la future relation commerciale avec l’Union. La Première ministre n’a fait qu’une demi-concession aux travaillistes en ne retenant le maintien de l’actuelle union douanière que temporairement et limitée à la libre circulation des marchandises. La seconde innovation est la possibilité offerte aux députés de solliciter à nouveau les électeurs pour valider l’accord de retrait, mais à condition que le WAB soit adopté.

Cette énième proposition de Mme May, qu’elle a véritablement dû « arracher » à ses ministres lors d’une réunion houleuse du Cabinet, est sans doute sa dernière tentative de sortir par le haut du Brexit. Il faut attendre la publication du projet de loi, mais à ce stade, il a peu de chances d’être approuvé par une majorité de MPs, et ce, pour plusieurs motifs.

Primo, et comme nous l’avons souligné, le texte révèle que le Gouvernement n’est pas parvenu à un consensus avec le Labour. Les négociations engagées depuis la fin du mois de mars 2019 n’ont pas abouti. Dès lors, et ainsi que Jeremy Corbyn l’a indiqué, les travaillistes ne voteront pas en faveur de ce projet.

Secundo, plusieurs orientations du WAB ne peuvent être suivies sans l’accord de l’Union européenne. Mme May peut soumettre autant de modèles d’union douanière qu’elle veut ou d’alternatives au backstop, tout cela n’a aucune valeur juridique tant que l’UE n’y aura pas consenti. Il en va de même de la promesse de modifier la déclaration politique.

Tertio, le revirement de Mme May sur le recours au référendum a immédiatement suscité l’ire de ses opposants au sein du parti conservateur. À ce propos, et contrairement à ce que des commentateurs français un peu pressés ont pu écrire, cette consultation ne porterait que sur l’accord de retrait, non pas sur le maintien ou pas du pays dans l’Union européenne. Rappelons que la Chambre des Communes avait écarté par deux fois un scrutin sur le traité lors des votes indicatifs – par 295 voix contre 268 fin mars, puis par 292 voix contre 280 au début du mois d’avril.

Le WAB de Mme May apparaît finalement comme une espèce de patchwork qui combine une transposition d’un texte de droit international, une forme de troisième meaningful vote, et un vote de confiance déguisé. Celle qui prétend avoir fait tout ce qu’elle a pu pour trouver une issue aux blocages démontre une fois de plus son incapacité à suivre un cap déterminé (si ce n’est se maintenir au pouvoir et croire que le temps joue en sa faveur). La classe politique britannique n’est évidemment pas dupe, tandis que le contexte institutionnel, à Westminster, comme à Bruxelles n’a pas changé depuis avril. Mme May est désormais usée. Quoi qu’elle propose, sa crédibilité est trop entamée pour que ses concessions, trop tardives, emportent un soutien par une majorité de parlementaires. Par conséquent, à quoi faut-il s’attendre une fois que Mme May aura quitté le pouvoir ?

De nouveau, la machine à pronostics peut fonctionner à plein régime. Nous ne prétendons pas ici lancer les paris, mais simplement souligner que le remplacement de la Première ministre, auquel s’ajoutera celui des équipes à la tête de l’Union après les élections européennes, modifiera la donne. La question qui se pose est de savoir si les chefs du Gouvernement britannique ou des institutions européennes exprimeront une volonté ferme d’en finir plutôt que de poursuivre un consensus impossible à obtenir ou de tenter de maintenir le Royaume-Uni dans l’UE.

Les Britanniques seront les premiers à participer au scrutin européen ce jeudi. Le résultat issu des urnes indiquera sans doute que les électeurs en ont assez de ce Brexit. Nous sommes convaincus que ce ras-le-bol profitera au parti de Nigel Farage et aux libéraux démocrates : autrement dit, ceux qui ont les idées claires sur le retrait du Royaume-Uni depuis trois ans. Tout le contraire de Mme May, en somme…

De la perversité du report du Brexit : quelques réflexions à propos d’un sondage alarmant (mais prévisible) publié outre-Manche

Un sondage publié par le Guardian ce week-end vient confirmer en tout point les inquiétudes que nous avions émises ces dernières semaines liées à un nouveau report du Brexit. Nous avions souligné que leur multiplication pouvait se révéler, à terme, tout aussi préoccupante qu’un no deal et que, surtout, elle favoriserait une forme de pourrissement d’une situation qui dépasserait les seules frontières britanniques.

Le sondage du 11 mai concerne les intentions de votes des citoyens britanniques aux prochaines élections au Parlement européen. Le mouvement pro hard Brexit mené par Nigel Farage réunit 34 % des intentions de vote. Le UKIP, son ancien parti, obtient 4 %. Les conservateurs, qui sont très largement en faveur du Brexit, peinent à atteindre les 11 %. Les travaillistes plafonnent à 21 %. Quels enseignements rapides tirer de ces chiffres ?

Premier constat : ce sondage révèle que les partisans d’un Brexit dur sont soutenus au moins par 40 % des électeurs en cumulant le Brexit Party, le UKIP et une faible partie des conservateurs. Il s’agit donc de l’option qui a le plus fort soutien des citoyens, dans la mesure où les membres du Labour sont majoritairement favorables à un Brexit soft (21 %) et que les listes explicitement hostiles au Brexit réunissent 27 % des intentions de vote (Libéraux démocrates, SNP, Verts, Change UK). Quant à la part des électeurs conservateurs qui appuierait l’orientation de Mme May, il est vraisemblable qu’elle se limite à 8-10 % des intentions de vote.

Deuxième constat : le parti conservateur est en complète déperdition, ce que les élections locales du début du mois de mai avaient déjà démontré. Les travaillistes, dont le leader Jeremy Corbyn, a déclaré qu’il ne ferait pas campagne sur le Brexit, peinent toujours à convaincre. En évitant ce sujet, Jeremy Corbyn espère sans doute réaliser le même coup politique que lors des élections générales de juin 2017. C’est évidemment bien moins pertinent dans la mesure où il s’agit d’élections européennes et que les hésitations des travaillistes sur la stratégie à mener sur le front du Brexit ne peuvent avoir qu’un effet direct sur les intentions de vote.

Troisième constat : le nouveau parti (Change UK) qui réunit des parlementaires travaillistes et conservateurs n’est pas en mesure de faire valoir une alternative crédible. En revanche, les libéraux démocrates profitent de la cohérence de la ligne politique qu’ils affichent depuis de nombreux mois sur le Brexit. Il faut en déduire que les formations qui sont claires et unies sur les modalités du Brexit ou sur son rejet bénéficient d’un réel engouement.

Quatrième constat : le SNP n’a guère d’influence dans ce type de scrutin de liste unique qui se déroule à l’échelon national. Sa voix pro-européenne se fait donc bien moins entendre qu’à la Chambre des Communes où il constitue la troisième force politique.

Cinquième constat : ceux qui prétendaient que le Brexit, en étant repoussé, rendait plus crédible l’idée d’un maintien du Royaume-Uni au sein de l’UE ou affaiblirait les pro-Brexit en sont une fois de plus pour leurs frais. Nous avons continuellement soutenu que le résultat du référendum de 2016 n’était pas purement conjoncturel. Il y aura toujours une frange irréductible et notable de citoyens britanniques hostiles à l’UE. Les divisions profondes de ceux qui y sont plutôt favorables empêchent l’élaboration d’un discours clair opposable à la cohérence des brexiteers. Finalement, le contexte de 2019 n’est pas si éloigné de celui de 2016.

Pour conclure, il est acquis que plus le Brexit sera long à achever, plus les partis minoritaires adoptant un discours cohérent susciteront l’adhésion des électeurs. Dans l’ambiance politique actuelle, il est évident que ce sont les brexiteers qui en profitent le plus, ce que confirme un autre sondage du Sunday Telegraph portant sur les intentions de vote en cas d’élections générales. Si, au soir du 26 mai, Nigel Farage ressort encore plus fort que lors des précédentes élections européennes, la pilule sera dure à avaler, non pas seulement pour Mme May, mais également pour les Européens. Alors que les adversaires les plus durs de l’UE ne se faisaient plus guère entendre, ils retrouveraient une place centrale dans le débat politique au Royaume-Uni comme au sein de l’UE. Cette dernière, en acceptant que les Britanniques participent aux élections au Parlement européen, risque ainsi de connaître l’un des premiers effets délétères du report : le renforcement des rangs des populistes et des europhobes. Un enseignement doit aussi être tiré pour les Européens : cesser de croire que le Brexit ne se fera pas et qu’un second référendum est l’horizon le plus crédible pour sortir de l’ornière à force de prolongements répétés. Il ne s’agit encore que d’un sondage, mais il est tout à fait plausible dans la mesure où il est difficile d’envisager un changement majeur du contexte politique d’ici le 26 mai. Le manque d’autorité dont ont fait preuve les 27, et plus particulièrement l’Allemagne, face aux Britanniques à l’occasion des négociations sur le deuxième report pourrait se solder par un nouvel affaiblissement de l’UE par elle-même. Il y a de quoi désespérer les plus europhiles d’entre nous tant tout cela aura été prévisible.

Retour sur la question nord-irlandaise : un article de la Professeure Marie-Claire Considère-Charon

Marie-Claire Considère-Charon, Professeure émérite de l’Université de Franche-Comté et auteure de l’ouvrage “Irlande. Une singulière intégration européenne” aux éditions Economica, revient sur le backstop et son histoire dans un article d’une grande pédagogie. Il n’est pas inutile de revenir sur ce sujet qui demeure la problématique majeure du Brexit, sous-estimée par les Anglais et, dans une certaine mesure, par les Européens lors de la campagne électorale de 2016 et au début des négociations. À la lecture de cet article très complet, nous constatons que les deux parties sont restées arc-boutées sur leurs positions, rejetant souvent rapidement les solutions proposées (union douanière, arrangements technologiques, par exemple). Les alternatives au backstop n’ont donc guère prospéré pour l’heure et il paraît désormais difficile de l’éviter, sauf à soutenir une sortie sans accord ou à assurer un maintien du Royaume-Uni dans une union douanière (voire au sein de l’UE).

Nous profitons de la publication de ce billet pour indiquer qu’il est désormais presque acquis que les Britanniques participeront aux élections européennes. Notons que les élections locales ont été particulièrement défavorables aux deux grands partis (conservateur et travailliste). Les citoyens ont vraisemblablement sanctionné l’indétermination qui anime leurs dirigeants actuels. Les négociations entre Theresa May et Jeremy Corbyn sont d’ailleurs toujours au point mort. La prochaine date clef, après celle des résultats des élections, sera le 2 juillet, jour de la première réunion du nouveau Parlement.

Continuer la lecture