Archives mensuelles : avril 2020

Boris Johnson et l’exception britannique : du Brexit à la crise sanitaire, par Marie-Claire Considère-Charon

Marie-Claire Considère-Charon revient sur les dernières actualités au Royaume-Uni qui, bien que liées au Coronavirus, impactent les négociations de la phase 2 du Brexit. La gestion de la crise par Boris Johnson, très critiquée, mais finalement assez similaire à celles des autres États de l’Europe occidentale (sur ce point, nous ne partageons pas totalement l’opinion de notre collègue), obscurcit l’horizon de la conclusion d’un accord sur les relations futures avant le 31 décembre 2020.

L’exceptionnalisme britannique renvoie à l’idée que le Royaume-Uni se soit développé, au fil de son histoire, de façon distincte de celle des pays du continent. Si son insularité et sa périphéralité, en quelque sorte détachée de l’Europe, ont pu contribuer à des choix bien spécifiques, son évolution, qu’elle soit politique, juridique, ou commerciale aurait été dictée par le caractère et les valeurs du peuple britannique. Ce sentiment d’exception, qui s’appuie sur la fierté d’avoir pu construire un puissant empire ainsi qu’un modèle de système parlementaire, source d’inspiration pour de nombreux pays, notamment ceux du Commonwealth, est devenu  un argument pour les partisans du Brexit. Il a nourri une rhétorique fondée sur la revendication des valeurs de liberté, d’indépendance et aussi d’adaptabilité qui caractériseraient un peuple au destin privilégié.

Dans son livre, « Comment nous avons inventé la liberté », paru en 2013[1], l’ultra brexiteur et ancien député européen, Daniel Hannan, est revenu sur l’idée que les Anglo-saxons, épris de liberté, incarneraient l’exception parmi les peuples européens, caractérisés par un comportement servile, pour démontrer que le Brexit était un impératif pour les Britanniques. La sortie de l’Union européenne ouvrirait une nouvelle ère qui permettrait de libérer le potentiel du pays, comme l’affirmait, à son tour, Boris Johnson le 31 janvier 2020, le jour qui marquait la fin de son histoire communautaire. Il insistait dans son discours sur la spécificité de la Grande-Bretagne, à la fois une grande puissance européenne et une puissance véritablement globale par son champ d’influence et ses ambitions[2].

Un mois plus tard dans son discours de Greenwich du 3 février 2020 que l’Observatoire du Brexit a analysé en détail[3], le Premier ministre s’employait à redéfinir la nouvelle mission de son pays après la sortie de l’Union européenne. Il formulait à cet égard le grand projet d’élargir le rayonnement de l’anglosphère, et de se rapprocher, à des fins commerciales, du Commonwealth, du Japon et des autres pays de l’accord de Partenariat transpacifique, ainsi que de ses « vieux amis et partenaires », Australie, Nouvelle-Zélande, Canada et États-Unis. En se faisant le chantre du libre-échange, il attestait la capacité de son pays à devancer les autres dans de nombreux domaines, y compris sanitaire et social[4].

Mais la crise sanitaire due à l’épidémie du coronavirus allait briser l’élan du Premier ministre vers la perspective d’un avenir radieux et bouleverser le calendrier des négociations entre Européens et Britanniques sur leur future relation commerciale post-Brexit. Après un premier round de discussions, qui laissait apparaître de « graves divergences[5] », les négociations étaient suspendues suite à la contamination par le virus des négociateurs en chef, Michel Barnier et David Frost.

Dans un premier temps, Boris Johnson avait pris parti pour une stratégie de lutte contre l’épidémie, qui le plaçait à contre-courant de ses homologues européens[6].  Malgré les mises en garde de nombreux experts, le Premier ministre décidait de faire cavalier seul en optant pour le principe de l’« immunité du troupeau »  (herd immunity), qui impliquait une libre circulation du virus, au risque d’une contamination rapide de 60 % de la population[7].

Cette stratégie, visant à préserver l’économie, a été rejetée par nombre d’épidémiologistes, de chercheurs et de responsables politiques comme extrêmement funeste pour les plus vulnérables. L’épidémiologiste britannique William Hanage s’en est indigné en expliquant que c’était comme si vous refusiez d’éteindre l’incendie, qui consumerait votre maison, avec la conviction qu’il finirait par s’éteindre de lui-même.

Dans sa résolution à ne pas vouloir se ranger aux côtés des pays du continent européen dans le traitement de la crise, Boris Johnson écartait les mesures drastiques de confinement de la population prises par la grande majorité des chefs de gouvernement, car, selon lui, l’idée de réprimer la liberté des Britanniques d’aller et venir à leur gré ne pouvait être envisagée, quelles que fussent les circonstances.

Il importe de souligner que cette stratégie occultait le fait que le système de santé n’était pas une abstraction, mais une réalité complexe et que les ressources du NHS en moyens et en personnel avaient déjà montré leurs limites et leurs défaillances. L’idée qu’un pourcentage d’au moins 20% puissent développer des formes graves de la maladie, et de ce fait nécessiter des soins hospitaliers intensifs, représentait une lourde menace pour un système hospitalier qui fonctionnait déjà à flux tendus.

Lors de sa conférence de presse du 19 mars accompagné du Directeur de la santé, Chris Whitty et de son principal conseiller scientifique, Patrick Vallance, Boris Johnson affichait une assurance déroutante en déclarant qu’un vaccin était à l’étude et que le problème serait résolu d’ici 12 semaines, grâce à des tests quotidiens au rythme de de 2500 000 par jour. Cette posture, qui a gravement retardé la mise en place de mesures visant à contenir l’épidémie a fait dire à certains qu’il se livrait à une expérimentation darwinienne pour la survie des plus forts.

Ce n’est que dans un deuxième temps, sous la pression des faits et des mises en garde, que Boris Johnson se rangeait aux mesures prises par la grande majorité des États frappés par la pandémie. Le vendredi 20 mars, il décidait la fermeture des pubs, des clubs et des restaurants en soulignant toutefois que c’était une atteinte au « droit ancien et inaliénable des Britanniques, nés libres au Royaume-Uni de se rendre au pub » et ajoutait qu’il savait combien c’était difficile d’aller à l’encontre de leur « amour instinctif de la liberté[8] ». Puis le lundi 23 mars, il ordonnait un confinement très strict avec l’interdiction de tout rassemblement important et des déplacements non essentiels.

S’il a été accusé de vouloir jouer avec la santé des citoyens, pour avoir tardé à prendre conscience de la réalité de la menace,  et à prendre les bonnes décisions, son insistance à vouloir continuer à serrer les mains a démontré qu’il avait délibérément mis la sienne en péril. Le 27 mars il éprouvait les premiers symptômes du coronavirus et s’isolait au 11 Downing street.

Le lundi 6 avril, il était admis à l’unité de soins intensifs de Saint -Thomas pour difficultés respiratoires. L’hospitalisation de Boris Johnson allait amener le rédacteur en chef du Spectator,  Toby Young,  à publier un article intitulé « La Grande-Bretagne a besoin de Boris, l’homme extraordinaire que je connais depuis 35 ans » . Il évoquait une sorte de croyance mystique dans la grandeur de la Grande-Bretagne et sa capacité à produire des individus hors du commun comme Winston Churchill (auquel Johnson a certainement été tenté de s’identifier) qui pouvaient servir leur pays à des moments critiques. Il déclarait : « J’ai toujours pensé que Boris était l’un de ceux-là – ce n’était pas juste une intuition, mais j’en étais persuadé au plus profond de moi ».Pour l’auteur, il ne faisait donc aucun doute que Boris Johnson saurait se hisser à la hauteur des circonstances pour triompher du virus et sauver son pays.

Avant l’hospitalisation du Premier ministre, le gouvernement s’était vu proposer la participation à un projet, à l’échelle européenne, de mutualisation des achats d’équipements, en particulier de respirateurs artificiels, pour lutter contre la pandémie.  Le 27 mars, le gouvernement britannique expliquait qu’en raison d’un problème de messagerie il n’avait pu répondre à la proposition des Européens[9]. Mais la veille, le porte-parole du Premier ministre déclarait que le Royaume-Uni ne participait pas parce qu’il n’était plus membre et que le pays faisait ses propres efforts. La Commission européenne insistait toutefois sur le fait que le Royaume-Uni  était encore habilité à participer aux projets européens jusqu’à la fin de la période de transition, le 31 décembre[10]. Cette confusion donna lieu à de vives criques et le gouvernement fut accusé de placer le Brexit avant la santé des citoyens britanniques.

* * *

À son arrivée au pouvoir, le Premier ministre s’est engagé à en finir avec le Brexit pour pouvoir se consacrer aux problèmes qui sont prioritaires pour les Britanniques et en particulier celui de la santé. La crise sanitaire a montré à quel point il était urgent de restaurer un système qui se révélait dramatiquement insuffisant pour faire face à la pandémie.

Le refus de s’aligner sur les mesures prises par le continent a motivé les premières réactions du Premier ministre à la crise du coronavirus tout comme elle a inspiré la démarche du Brexit qui manifestement était relégué au second plan. Le 15 avril, on apprenait toutefois que les négociateurs britanniques et européens étaient convenus de reprendre les négociations post Brexit par visioconférence la semaine suivante, avec la volonté apparemment partagée de progresser rapidement. Il y aurait trois séries de discussions d’une semaine chacune, jusqu’en juin. Une réunion cruciale aura lieu à l’issue des pourparlers pour évaluer les progrès réalisés qui puissent garantir un accord d’ici la fin de l’année 2020. Nombre de responsables politiques se sont déclarés très sceptiques quant à la faisabilité d’un tel projet dans de si courts délais, sachant que des centaines d’accords doivent se substituer à tous ceux qui ont été négociés au titre de l’Union européenne. Le Royaume-Uni peut demander une prolongation des pourparlers, mais Boris Johnson continue à exclure cette éventualité. Au cas où il maintiendrait sa position, la menace d’un no deal serait de retour. Dans le contexte d’urgence sanitaire qui préfigure une grave crise économique et sociale,  il est difficile d’envisager que le Royaume-Uni, qui a déjà dépensé en amont du Brexit 4 milliards de livres,  selon le Contrôleur des comptes publics,  prenne le risque de se placer sous les règles de l’OMC.

[1] Daniel Hannan, How we invented freedom and why it matters, Head of Zeus, novembre 2013, 416 p.

[2] “We want this to be the beginning of a new era of friendly cooperation between the EU and an energetic Britain, a Britain that is simultaneously a great European power and truly global in our range and ambitions”.Discours de Boris Johnson le 31 janvier 2020. https://www.gov.uk/government/speeches/pm-address-to-the-nation-31-january-2020

[3] Discours de Greenwich, 3 février 2020. https://www.gov.uk/government/speeches/pm-speech-in-greenwich-3-february-2020

[4] Voir l’article très éclairant d’Aurélien Antoine dans l’Observatoire du brexit, « Le début des négociations sur la relation future : l’affirmation d’une doctrine politique et d’une stratégie de négociation par les Britanniques », 10 mars 2020.

[5] C’est avec ces mots que Michel Barnier s’exprimait le jeudi 5 à l’issue d’une première série de discussions sur le cadre des futures relations entre le Royaume-Uni et l’Union Européenne.

[6] Cette première approche a également été retenue temporairement par les Pays-Bas et la Suède.

[7] Si cette approche a pu être retenue par le passé c’est parce qu’elle s’est appuyée sur des campagnes massives de vaccination contre des maladies telles que les oreillons ou la rubéole.  Mais chacun sait qu’il faudra attendre de longs mois avant qu’un vaccin contre le Covid 19 ne soit mis au point.

[8] Ces propos ont été diversement interprétés. Si certains y ont vu une décision prise à contrecœur qui serait en réalité contre nature ,  d’autres l’ont perçue comme un droit qui serait l’apanage anglo-saxon du peuple des Anglais de souche non pas les Britanniques  qui les distinguerait de ceux qui ne sont pas nés sur le sol britannique, un droit qui serait donc un marqueur de l’identité ethnique.

[9] Entre-temps, le gouvernement du Royaume-Uni est en pourparlers avec des fabricants pour acquérir 8 000 ventilateurs, dans le but de doubler le nombre disponible pour le National Health Service du Royaume-Uni.

[10] Trois programmes en cours permettront aux Etats membres d’acheter conjointement des ventilateurs, des équipements de protection et des équipements de test – avec l’idée que les commandes groupées signifieraient que les pays pourraient acheter des équipements à un prix inférieur.

Le projet d’accord sur les relations futures : constance sur la méthode, incompatibilités majeures avec les lignes directrices britanniques

Pour l’Union européenne, la seconde phase des négociations qui s’est ouverte avec la nouvelle année suit la même trajectoire que la première. Après avoir souligné les imprécisions et les incohérences des orientations britanniques, la task force (toujours dirigée par Michel Barnier) a une fois de plus dégainé la première en publiant le 18 mars un premier projet de traité sur les relations futures. Nous en présenterons la structure et les principaux apports, ce qui permettra d’identifier les aspects les moins conformes aux lignes directrices fixées par Boris Johnson et son négociateur en chef, David Frost.

  1. La structure du projet

L’accord élaboré par les négociateurs européens est un texte de 450 pages environ. À titre de comparaison, le traité de sortie en fait 600 et l’accord de libre-échange conclu avec le Canada (le célèbre CETA) contient près de 1600 pages.

La première partie est consacrée aux dispositions communes à tous les secteurs abordés dans la proposition. C’est évidemment la plus importante (avec le cadre institutionnel déterminé par la partie 5) car elle formalise l’approche retenue par l’UE pour la future relation avec le Royaume-Uni.

Le reste du document est logiquement structuré en fonction des règles générales applicables à :

  • L’économie et le commerce (partie 2 qui prend près de la moitié des 450 pages).
  • Le partenariat en matière de sécurité.
  • La participation aux programmes européens et les conditions budgétaires afférentes.
  • Le cadre institutionnel.
  • Les dispositions finales.

Il convient de ne pas négliger les annexes pour qui souhaite avoir plus de détails quant à l’application concrète de certains aspects de l’accord. Par exemple, les conditions de l’accès aux eaux territoriales de chacune des parties ne peuvent être matériellement comprises qu’à la lecture des annexes qui sont consacrées au tonnage des engins de pêches, aux lignes de démarcation des zones de pêches, aux types de pêche, etc.

  1. La philosophie générale du projet

Sur le fond, la task force soumet aux Britanniques une proposition guidée par le « level playing field » qui recèle les conditions d’un partenariat juste et équitable entre les deux parties. Ce LPF se déploie principalement dans la partie relative à la relation économique et commerciale. Sans surprise au regard des déclarations préalables aux négociations de Michel Barnier et de la lettre de mission du Conseil européen, l’établissement de rapports étroits et avantageux pour le Royaume-Uni n’est envisageable qui si le Royaume-Uni respecte une forme de convergence normative avec l’UE.

Le projet de traité est, dès lors, un moyen de maintenir le Royaume-Uni dans l’orbite de l’UE. À l’article LPFS (pour Level playing field and sustainability) 1.1 de la deuxième partie, nous lisons que « les parties reconnaissent que l’établissement du LPF nécessaire au commerce et aux investissements entre l’Union et le Royaume-Uni doit être réalisé dans le cadre d’un environnement de concurrence ouverte et non faussée propice au développement durable. » Or ce LPFS doit se décliner normativement et institutionnellement. Tout le projet reprend bien des pans des conceptions communautaires en matière de règles économiques et commerciales : conceptions de la politique de la concurrence, monopoles, traitement des aides d’État, accès à la commande publique, et mesures d’effet équivalent. S’y ajoute l’énumération d’objectifs communs visant à éviter la concurrence sociale et environnementale entre les deux partenaires.

Concrètement, le LPFS doit permettre à chaque partie de tenir informer l’autre de ses évolutions normatives. La communication constante a pour but de vérifier que les modalités d’application de l’accord sont respectées dans le temps. En cas de doute ou de mésentente, le projet prévoit la création d’un conseil de partenariat chargé d’assurer l’entrée en vigueur, l’application et l’interprétation des dispositions du traité. Ce conseil sera épaulé par des commissions spécialisées (pour l’instant au nombre de 15) dont l’une est dédiée au suivi du LPFS.

Le projet s’appuie finalement sur la proclamation de principes généraux qui guideront le travail d’un conseil et de commissions mixtes paritaires. Notons que les orientations générales retenues pour l’instant par l’Union, y compris pour chaque secteur de coopération abordé par le projet, font régulièrement référence au droit international (règles de l’OMC et conventions internationales sur le climat par exemple). En parallèle, le Royaume-Uni sera contraint de maintenir un alignement sur les standards européens dans bien des domaines.

Afin d’illustrer la méthode retenue, nous proposons trois illustrations : le droit de la concurrence, les aides d’État et la protection sociale.

Les articles LPFS 2.10 et suivants du projet lancent les bases d’un droit de la concurrence commun afin de lutter contre les pratiques anticoncurrentielles. Les stipulations identifient des objectifs et des prohibitions classiques en droit de la concurrence (ententes, pratiques abusives, abus de position dominante). S’y ajoute la régulation des concentrations.

En matière d’aides d’État, l’article LPFS 2.1 stipule que « pour ce qui est des mesures britanniques qui auront un impact sur les échanges entre l’Union et le Royaume-Uni, ce dernier devra donner effet aux actes et aux dispositions listés dans l’annexe LPFS-X de l’accord. Cependant, dans ce cas, les références à la Commission européenne devront être remplacées par la mention de l’autorité nationale compétente. » L’annexe n’est pas encore complétée, mais il est probable que des textes de droit de l’Union européenne y figureront, ce qui conduirait le Royaume-Uni à devoir maintenir quelques pans de la législation d’origine communautaire dans son ordre juridique.

Pour la protection sociale, il est indiqué que « chaque partie ne saurait adopter ou maintenir des mesures qui affaibliraient ou réduiraient le niveau de protection sociale et de ses salariés, prévu par sa législation (…) et en dessous du niveau de standards communs applicables au sein de l’Union et du Royaume-Uni au terme de la période de transition ». La formation passablement alambiquée de cet article LPFS 2.27 conduit clairement à ce que le Royaume-Uni maintienne les standards européens dans son droit interne en vertu de ce que le projet qualifie de principe de « non régression ». En effet, la période de transition ne sera pas suffisante pour remettre en cause fondamentalement les pans de la législation britannique dans le domaine du droit du travail et de la protection sociale issus du droit de l’Union européenne. La même méthode est retenue pour le droit de l’environnement (art. LPFS 2.30).

Notons que, pour certains secteurs, il est envisagé de recourir à des négociations périodiques entre les deux parties. Tel est le cas en matière de pêche pour laquelle les quotas et les conditions d’accès aux eaux territoriales des deux parties seront négociés chaque année (art. Fish 10 et 11, et annexes Fish 3 et 11).

Au-delà du LPFS, l’accord reconnaît dès son article 4 (1) que les parties « devront continuer à maintenir les valeurs et les principes communs de démocratie, de règne du droit, et de respect des droits humains qui innervent leurs politiques nationales et internationales. À cette fin, les parties réaffirment leur attachement à la Déclaration universelle des Droits de l’Homme et des traités internationaux relatifs aux droits humains auxquels ils adhèrent, tout comme elles s’engagent à respecter la Convention de sauvegarde des droits de l’Homme et de libertés fondamentales et les protocoles 1, 6 et 13 qui y sont attachés ».

Enfin, dès lors que l’accord mettra en cause l’interprétation du droit de l’Union européenne, la compétence de la Cour de Justice est reconnue (art. Comprov. 14). Il est subséquemment prévu que le tribunal arbitral créé par le traité afin de trancher les litiges relatifs à son application devra renvoyer à la Cour de Justice toute question qui poserait une difficulté d’interprétation du droit de l’Union (art. Inst. 16). En matière d’aides d’État, les juridictions nationales du Royaume-Uni devront renvoyer à la Cour de Justice dès qu’un problème d’interprétation du droit de l’Union est en cause (art. LPFS 2.6).

La synthèse et les illustrations que nous proposons sont, à bien des égards, très ambitieuses par rapport à ce que soutient le Royaume-Uni qui ne peut adhérer à un tel texte.

  1. L’incompatibilité du projet avec les lignes rouges fixées par le gouvernement britannique

Ayant échoué à mettre les jalons d’un soft Brexit à l’occasion de la première phase, l’Union européenne tente de l’imposer par le LPFS et le cadre institutionnel. Il ne fait guère de doute que, si le projet publié le 18 mars était accepté par les Britanniques, il aurait pour effet de maintenir l’harmonisation des législations entre le Royaume-Uni et l’UE en de nombreux domaines. L’Union campe sur ses positions et s’engage dans un bras de fer avec les diplomates britanniques qui préfèrent un accord plus général, moins contraignant et valorisant la méthode intergouvernementale plutôt que la méthode communautaire qui s’appuie sur l’acquis juridico-institutionnel de l’Union. De cet accord doit découlera ensuite un ensemble de traités sectoriels.

Ainsi que nous l’avons montré, le LPFS détermine des objectifs qui, potentiellement, peuvent être approuvés par les Britanniques. En revanche, il n’en sera pas de même en ce qui concerne le gel de la législation au terme de la période de transition puisque cela conduira à la préservation de la retained EU law couverte par le LPFS dans l’ordre juridique britannique. Quant au maintien de l’autorité de la Cour de Justice pour interpréter des clauses qui mettraient en cause le droit de l’Union européenne, elle n’a rien d’étonnant pour un spécialiste de droit de l’UE. En revanche, elle est exclue si l’on se place de l’autre côté de la Manche. Quant à la préservation d’un renvoi préjudiciel obligatoire en matière d’aides d’État, elle paraît utopique. Il est fort peu probable que Boris Johnson accepte que les juridictions nationales soient soumises à l’autorité de la Cour.

Les dispositions communes peuvent aussi braquer Downing Street. L’article 4 (1) que nous avons retranscrit impose aux Britanniques de continuer d’adhérer à des conventions internationales. Outre le fait que la stipulation inclut la Convention européenne des droits de l’Homme à l’égard de laquelle certains conservateurs (dont Dominic Cummings et la nouvelle Attorney General) entretiennent une réelle hostilité, cela revient, une fois de plus, à limiter la souveraineté du Royaume-Uni. La proposition de la task force heurte ici de front la logique poursuivie par l’actuel gouvernement de Boris Johnson.

Seul point sur lequel la task force semble avoir cédé : celui de la pêche. Il s’agit d’une concession importante qui retient ce que Boris Johnson souhaiterait sans doute généraliser : un arrangement sectoriel qui laisse une place importante aux discussions intergouvernementale dans l’élaboration de la relation future.

****

La task force feint d’ignorer les desiderata des Britanniques. En tirant la première, elle pense être en position de force et mettre au pied du mur le gouvernement britannique qui n’a toujours pas réagi à ce texte à l’heure où nous écrivons. Le problème est que Boris Johnson n’a pas peur du no deal. Il est convaincu que, si la méthode globale et diplomatique ne parvient pas à s’imposer dans le futur accord, il l’obtiendra au fil de l’eau en cas de no deal au 31 décembre 2020.

Le rapport de force s’est installé depuis longtemps et la publication du projet le 18 mars dernier ne change finalement pas grand-chose. La crise sanitaire qui frappe l’Europe et le Royaume-Uni avec une particulière violence pourrait modifier l’avenir des négociations sur la relation future. Deux rounds de discussion ont été annulés, ce qui remet sérieusement en cause le refus de toute extension de la période de transition au-delà du 31 décembre 2020. Rappelons qu’elle doit être sollicitée en amont, au plus tard le 1er juillet. La pandémie a aussi révélé à quel point les Britanniques sont isolés en ne pouvant plus compter sur la solidarité européenne des 27 qui, si elle est loin d’être satisfaisante en l’espèce, n’est pas totalement absente.

Directement touché par le Covid-19, Boris Johnson reverra peut-être l’ordre de ses priorités politiques pour envisager plus sereinement l’avenir de la relation avec l’Union européenne en acceptant une prorogation de la transition. Les gouvernements dévolus et l’opposition travailliste désormais conduite par Keir Starmer la demandent. Nul ne lui en fera le reproche, à l’exception des hard brexiters qui refusent une prolongation qui entraînerait la poursuite de la participation britannique au budget européen (ce que Boris Johnson exclut également). Juridiquement, un report nécessiterait la modification de la loi de transposition de l’accord de retrait, mais ce n’est pas insurmontable. Du côté de l’UE, il serait bon de réfléchir à un assouplissement de certaines stipulations du projet d’accord. Le rigorisme dont elle avait fait preuve face à Theresa May n’avait pas été très productif puisqu’il n’avait pas empêché un recul indéniable sur le backstop nord-irlandais. La route est encore longue avant d’atteindre un retrait ordonné.

Éditorial : Le Brexit et le Coronavirus

John Martin, The Pandemonium, 1841, Paris, Musée du Louvre
Inspiré du Paradise Lost de John Milton

C’était le 10 mars dernier. Nous donnions une ultime conférence sur le Brexit à l’antenne de Science-Po Paris à Dijon. Nous concluions notre propos devant l’auditoire en soutenant que l’avenir des négociations sur les relations futures entre l’Union européenne et le Royaume-Uni pourrait bien être bouleversé par l’épidémie du Covid-19. Encore à l’époque, nombre de gouvernements européens pensaient qu’ils allaient la surmonter en quelques semaines. La France organisa son premier tour des élections municipales, tandis que le Premier ministre britannique serrait les mains de personnes infectées, considérant sans doute que le seul flegme britannique viendrait à bout d’un virus inconnu.

Un mois après, les dirigeants du monde occidental ont une fois de plus montré leur capacité à nier l’inéluctable dans une espèce d’esprit de Munich sanitaire dont il faudra tirer les conséquences lorsque le confinement sera passé et que la violence du choc économique sera absorbé (ou pas). Au Royaume-Uni, Boris Johnson n’a évidemment pas fait mieux (ni pire) que ses homologues. En revanche, il est désormais atteint personnellement par le Coronavirus au point qu’il a dû laisser les rênes du gouvernement à Dominic Raab, le First Secretary of State. S’il n’existe pas de règles tout à fait précises relatives à l’empêchement du Premier ministre (qui n’est cependant pas une première), il est acquis que Dominic Raab n’a pas le pouvoir de prendre des décisions majeures au nom du Premier ministre. S’il doit le faire, ce doit être en accord avec le Cabinet. Dit autrement, son rôle revient principalement à traiter des affaires courantes qui, en l’espèce, se résument à la gestion des plus complexes de la pandémie.

Quid alors du Brexit ? Le 18 mars, deux jours après que le président de la République française avait pris la parole pour annoncer le confinement, Bruxelles publiait officiellement son projet d’accord sur la relation future. Évidemment, le texte est passé inaperçu en France. Nous en ferons une synthèse dans un prochain billet, mais précisons d’emblée qu’il n’est pas de nature à satisfaire les attentes des Britanniques. Parangon de la méthode et de la rigueur communautaires, le draft agreement démontre que la task force toujours dirigée par Michel Barnier reproduit la même stratégie que lors de la première phase ayant abouti à la conclusion de l’accord de sortie. Il n’est pas certain que l’application et la productivité textuelle européennes soient des moyens complètement efficaces afin d’effacer les lignes rouges tracées par Boris Johnson. Quoi qu’il en soit, ce dernier, avant qu’il ne se retrouve en soins intensifs à l’hôpital Saint Thomas du quartier de Westminster, a réaffirmé qu’un accord serait trouvé avant la fin de l’année, Covid-19 ou pas. Alors que Michel Barnier et David Frost ont aussi été touchés par le virus, le confinement de plusieurs diplomates et l’aggravation de la santé du Premier ministre posent légitimement la question de savoir si la conclusion d’un traité sur les relations futures avant la fin de l’année est bien réaliste. Avant même le mois de mars, les juristes et les politologues avaient déjà exprimé leur scepticisme quant à la pertinence d’une telle éventualité. La survenance d’un fait qui constitue incontestablement un cas de force majeure libère Boris Johnson de sa promesse. Pourtant, son gouvernement continue de soutenir que l’objectif est inchangé. Les négociations ne sont d’ailleurs pas interrompues.

Il n’en demeure pas moins que Whitehall n’a toujours pas réagi formellement et concrètement à la diffusion du projet du 18 mars. Nous attendons encore les propositions de l’administration britannique en ce qui concerne la mise en musique du backstop. Le rythme des propositions et des échanges a donc diminué, n’en déplaise à Boris Johnson.

Les Britanniques sont désormais durement atteints par la pandémie. Plusieurs études soutiennent que leur pays sera, avec l’Italie et l’Espagne, le plus touché en Europe. Cette tragédie s’ajoute à la gestion d’un Brexit qui, bien que secondaire, est un défi qui reste tout entier à relever. Rarement le Royaume-Uni ne fut aussi meurtri qu’en ce printemps 2020. À l’image de son Premier ministre malade, son avenir suscite la plus grande inquiétude. Seul phare dans cette obscurité des temps présents, la reine Élisabeth est venue rassurer son peuple dans une allocution pleine de dignité et pétrie d’un espoir que son ensemble vert symbolisait. Son intervention ne sera évidemment pas suffisante. Nous ne pouvons que souhaiter que nos voisins d’outre-Manche et son Premier ministre trouvent les ressources pour faire face, comme nous tous, à une crise sanitaire dont les conséquences funestes n’en sont qu’à leurs prémices.