Archives par mot-clé : Backstop

Comprendre la désignation du futur leader des conservateurs (et Premier ministre), par Marie-Claire Considère-Charon

media

Le 24 mai 2019 Theresa May annonçait qu’elle quittait officiellement le 7 juin son poste de chef du parti conservateur et unioniste, tout en continuant à assumer ses fonctions de Premier ministre jusqu’à l’élection de son successeur. Sa démission, largement anticipée, a aussitôt ouvert la course à l’investiture pour la direction du parti qui, depuis de longs mois, traverse une crise inédite.

L’annonce de Theresa May survenait trois ans après la démission de son prédécesseur, David Cameron, qui, après avoir perdu le referendum du 23 juin 2016, décida de quitter la scène politique. Theresa May, qui était alors ministre de l’Intérieur, remporta l’élection à la tête du parti après le retrait de Andrea Leadsom. Il lui incombait dès lors la lourde mission de mettre en place le processus du Brexit, mais ce n’est que le 29 mars 2017 qu’elle demandait au Président du Conseil Européen, Donald Tusk, l’application de l’article 50 qui précise les modalités de retrait d’un État membre de l’Union Européenne. Le mois suivant, elle organisait des élections anticipées dans le but de renforcer son autorité pour négocier au mieux un accord de retrait avec l’Union Européenne, pensant ainsi consolider la petite majorité du parti conservateur aux Communes. Contrairement aux pronostics, qui lui prédisaient une victoire éclatante, la perte de 12 sièges allait déboucher sur l’absence de majorité au Parlement (hung Parliament) et un gouvernement minoritaire. Cette situation critique la pousserait à signer un accord de confiance et de soutien avec le Parti unioniste démocrate d’Irlande du Nord qui devait lui fournir le renfort de dix autres élus.

Entre 2017 et 2019, son autorité n’allait toutefois pas cesser de s’éroder avec la perte de nombreux appuis au sein du gouvernement qui n’hésitaient pas à critiquer son action ouvertement et parfois même violemment. Les démissions de ministres allaient se succéder à un rythme inégalé dans l’histoire des gouvernements britanniques.

Une sorte de guerre d’usure allait se livrer entre le Parlement et le gouvernement. Les difficultés de la Première ministre s’aggravèrent en novembre 2018 lorsque quarante-huit députés conservateurs eurosceptiques se liguèrent pour déposer une motion de censure à son encontre, motion qui fut néanmoins rejetée en décembre 2018. À l’issue de bien des péripéties et de nombreux reports et contretemps, elle parvenait à négocier avec les responsables européens un accord de retrait qu’elle tenta par trois fois, en vain, de faire valider aux Communes.

Une longue suite de spéculations s’ensuivit sur son éventuel départ dû à sa gestion du Brexit que la plupart des députés à la Chambre, y compris ceux de son camp, jugèrent désastreuse. Lorsqu’elle se déclara disposée à soumettre son projet au vote des Parlementaires pour la quatrième fois, elle provoqua un tollé au sein de son cabinet. Les élections européennes du 23 mai 2019 lui donnèrent le coup de grâce en rejetant le parti conservateur en cinquième position à seulement 9 % des voix. Le 24 mai, la voix brisée par l’émotion, elle annonçait sa démission en déclarant que ce serait toujours un grand regret pour elle de n’avoir pas réussi à mettre en œuvre le Brexit.

La procédure de sélection des candidats

L’élection au poste de dirigeant est une étape essentielle dans le fonctionnement des partis de gouvernement. Le choix est crucial dans la mesure où le leader du parti qui, en général, est le chef de la formation qui remporte les élections, deviendra le prochain chef du gouvernement. L’élection de 2019, tout comme celle de 2017 qui permit à Theresa May d’accéder au pouvoir, a ceci de particulier qu’elle ne fait pas suite à des élections législatives, mais doit désigner un remplaçant au Premier ministre démissionnaire. Après la démission de Theresa May, il s’agit, avant tout, de choisir celui qui pourrait mener à bien le processus du Brexit et trouver un dénouement à la crise politique là où a échoué celle qui l’a précédé.

L’appel à candidatures était clos le 10 juin. Seuls étaient éligibles les membres du Parlement et chaque candidat devait recevoir l’appui d’au moins huit députés dès le premier vote. Les principes généraux de la procédure de sélection des candidats sont inscrits dans la constitution interne au parti. Alors que naguère le choix se faisait de façon simple, mais peu transparente, aujourd’hui le processus de désignation du cadre dirigeant du parti suit une procédure complexe en deux temps.

L’exécutif du comité 1922 (en charge de la gestion du parti) a, en effet, décidé de durcir les règles de la procédure en accord avec le conseil d’administration, de façon à éviter, selon les termes de l’ancien dirigeant du parti conservateur Ian Duncan Smith, « la charge de la brigade légère » c’est-à-dire un nombre pléthorique de postulants.

Après la clôture des candidatures, les 313 élus conservateurs, dont 13 Écossais et 8 Gallois, mais aucun Nord-Irlandais, devaient départager les candidats par une série de votes et, finalement, retenir les deux candidats qui rassembleraient le plus de suffrages. Cette première étape a donné lieu à 5 votes successifs échelonnés entre les 10 et 20 juin.

Pour continuer la course après le premier vote du 13 juin, les candidats ont dû obtenir au moins 17 voix, soit 5% des suffrages. Au second vote qui a eu lieu le 18 juin, il leur fallait franchir le seuil de 33 voix soit 10%. Un troisième tour eut lieu le 19 juin, et enfin les deux derniers tours, le 20 juin. Les candidats n’obtenant pas le seuil requis de suffrages ont été éliminés un à un jusqu’à ce qu’il n’en reste plus que deux en lice.

Une fois terminée la procédure de sélection des candidats et l’annonce officielle des deux finalistes faite, la parole est donnée aux adhérents du parti dont le nombre s’élève à environ 160 000. Ils devront voter par correspondance pour un des deux candidats. Le nom du futur Premier ministre devrait être annoncé au cours de la semaine du 22 juillet et c’est à ce moment que Theresa May remettra à la Reine sa démission. Le 26 juillet les vacances parlementaires débuteront.

Le calendrier de l’élection du chef du parti conservateur

Premier vote des députés

13 juin

Deuxième vote des députés

18 juin

Troisième vote des députés

19 juin

Quatrième vote des députés

20 juin

Cinquième vote des députés

20 juin

Annonce des deux finalistes

20 juin

Début des meetings électoraux

22 juin

Envoi des bulletins de vote aux adhérents

6-8 juillet

Annonce du vainqueur de l’élection

22 juillet

Ce sera la première fois que les adhérents du parti conservateur éliront le Premier ministre. Cette procédure sans précédent a suscité de nombreuses critiques et controverses. Le fait de déléguer le choix du futur Premier ministre à des adhérents non élus et non mandatés par la nation et d’en exclure l’électorat au sens large a été jugé anticonstitutionnel. Cela revient à confier une décision extrêmement grave à moins de 0,4% des électeurs.

Malgré un contexte très difficile lié à la crise du Brexit, on a assisté à un afflux de candidats parmi les grandes figures du parti qu’il s’agisse de ministres du gouvernement ou d’anciens ministres, à commencer par Boris Johnson.

Après le retrait volontaire d’un certain nombre de candidats, avant même le départ de la course, le nombre de concurrents s’élevait à dix : Boris Johnson, Jeremy Hunt, Michael Gove, Sajid Javid, Dominic Raab, Matt Hancock, Rory Stewart, Andrea Leadsom, Mark Harper et Esther Mc Vey.

Le Brexit au cœur du débat

Les dix concurrents sont des partisans du Brexit, même si certains ont pu voter pour le maintien dans l’Union Européenne comme Rory Stewart et Jeremy Hunt, ou hésiter entre les deux options proposées par le referendum du 23 juin 2016 comme Boris Johnson. Si leur approche peut diverger sur la méthode, on constate un consensus sur le fond. Parmi eux, il y existe une quasi-unanimité contre l’accord signé par Theresa May qui leur apparaît comme une cote mal taillée, préjudiciable à la volonté d’indépendance commerciale du pays. Lors du débat télévisé à la BBC le 18 juin

tous, sauf Rory Stewart, ont exprimé leur rejet dispositif du backstop, c’est-à-dire une union douanière qui lierait provisoirement le Royaume-Uni à l’Union Européenne dans l’attente d’une autre solution, et souhaitent le remplacer par des dispositions alternatives jugées suffisantes pour maintenir une circulation fluide à la frontière irlandaise.

Interrogé sur la façon d’y parvenir, Jeremy Hunt a répondu qu’une frontière soft était tout à fait possible grâce à la technologie. Sajid Javid s’est dit prêt à assumer le coût des installations requises, tout en demandant que le backstop ait une durée qui soit définie au préalable. Boris Johnson, sans vraiment répondre à la question, s’est contenté de dire que les problèmes posés par les échanges entre les deux Irlande pouvaient très bien être résolus pendant la période de transition.

À l’exception de Rory Stewart, tous se déclaraient partisans d’une reprise des négociations malgré les refus réitérés des responsables européens de revenir sur l’Accord de retrait.

Rory Stewart était également le seul à s’opposer formellement à une sortie sans accord (no deal) que tous ses concurrents n’ont pas écartée en cas de blocage persistant. Un certain nombre de candidats, comme Boris Johnson et Dominic Raab, se sont engagés à sortir leur pays de l’Union Européenne, quoi qu’il arrive, à la date du 31 octobre 2019.

L’idée de proroger le Parlement au-delà des vacances parlementaires – ce qui s’apparenterait à une atteinte grave à l’autorité du Parlement – dans le but de garantir la mise en œuvre du Brexit a été avancée par Dominic Raab et envisagée par Boris Johnson.

D’autres sujets furent abordés au cours des deux débats télévisés des 16 et 18 juin. Ils ont permis aux candidats de marquer leur différence ou d’afficher leur désaccord avec les rivaux. Ce fut le cas de la politique fiscale de Boris Johnson que Michael Gove jugeait beaucoup trop avantageuse pour les riches. Lorsque l’Imam Abdullah Patel a demandé aux candidats ce qu’ils pensaient de la rhétorique islamophobe dont étaient victimes les membres de sa communauté, le ministre de l’Intérieur Sajid Javid a saisi l’occasion de proposer la mise en place d’une commission d’investigation sur l’islamophobie au sein du parti. Il a ensuite demandé à ses collègues de dire s’ils étaient d’accord, ce qu’ils firent avec plus ou moins d’empressement. La question de l’environnement et du changement climatique a été soulevée par un jeune interlocuteur de Glasgow qui, après les réponses qui lui furent données, s’est déclaré peu impressionné. Jeremy Hunt a surpris son auditoire lorsqu’il a déclaré que les coupes claires dans les budgets de la santé et des affaires sociales effectuées sous son ministère avaient été trop importantes.

Le favori et ses concurrents au fil des votes

Dès le premier vote des parlementaires conservateurs, celui que l’on a surnommé « Bojo » se positionnait en favori, avec 114 voix sur 313. Suivaient notamment l’actuel chef de la diplomatie, Jeremy Hunt (43 voix), le Secrétaire d’État à l’Environnement Michael Gove (37), et le ministre de l’Intérieur Sajid Javid (23).

À en croire les commentaires, on pouvait supposer que la partie était gagnée d’avance. L’élection tournerait à la compétition entre Boris Johnson et les autres ou plus précisément parmi lesquels figurerait le meilleur « challenger ».

Premier tour de scrutin : jeudi 13 juin

Boris Johnson

114

Jeremy Hunt MP

43

Michael Gove MP

37

Dominic Raab MP

27

Sajid Javid

23

Matt Hancock

20

Rory Stewart MP

19

Andrea Leadsom

11 éliminée

Mark Harper

10 éliminé

Esther McVey

9 éliminée

À l’issue de ce premier tour de scrutin, trois prétendants au poste de Theresa May furent éliminés : Marc Harper, en charge de la discipline du parti, Andrea Leadsom, leader de la Chambre des Communes, et Esther McVey, ancienne secrétaire d’État à l’Emploi et aux Retraites. Ils n’étaient plus que sept hommes à concourir. Le ministre de la Santé et des Affaires sociales, Matt Hancock, quant à lui, décidait de se retirer de la course en déclarant qu’il continuerait à défendre ses positions centristes et les intérêts des entreprises.

Le candidat modéré, Rory Stewart, secrétaire d’État au Développement international, se démarquait des autres par sa vision claire et réaliste de la façon de mettre en œuvre le Brexit. Très actif sur les réseaux sociaux, il paraissait convaincant lors du premier débat télévisé et bien placé pour accéder à la deuxième place sur le podium. Cet ancien diplomate, poète à ses heures, se déclarait convaincu qu’une sortie sans accord serait un désastre pour le Royaume-Uni.

Deuxième tour : mardi 18 juin

Boris Johnson MP

126

Jeremy Hunt MP

46

Michael Gove MP

41

Rory Stewart MP

37

Sajid Javid MP

33

Dominic Raab MP

30 éliminé

Les six candidats étaient réduits au nombre de cinq après la sortie de Dominic Raab, ancien ministre du Brexit qui ne réussit pas à réaliser le score minimal de 30 voix. Partisan d’un Brexit dur tout comme Boris Johnson et Michael Gove qui restaient en lice, il s’était déclaré prêt à passer outre la volonté du Parlement pour le mettre en œuvre.

Troisième tour : mercredi 19 juin

Candidat

Nombre de voix

Boris Johnson

143

Jeremy Hunt

54

Michael Gove

51

Sajid Javid

38

Rory Stewart

27 éliminé

Le retournement que certains espéraient et qui aurait arrêté la progression de Boris Johnson ne s’est pas produit. Tandis que le favori confortait son score avec 143 suffrages, Rory Stewart était éliminé de la course avec dix points de moins qu’au vote précédent. Il paraissait pourtant certain d’être un des deux finalistes, mais sa prestation au deuxième débat dans les studios de la BBC, où il s’est révélé nerveux et même impatient, a semble-t-il déçu. On a pu être surpris toutefois de son piètre score, inférieur de 10 points à celui du tour précédent.

Quatrième tour : jeudi 20 juin

Candidat

Nombre de voix

Boris Johnson

157

Michael Gove

61

Jeremy Hunt

59

Sajid Javid

34 éliminé

Au quatrième tour de scrutin, Michael Gove, dont la réputation a été ternie par son aveu d’avoir consommé de l’héroïne dans sa jeunesse, avait dépassé de deux voix Jeremy Hunt dans la course à la présidence du parti, ce qui laissait supposer qu’on assisterait à un duel entre les deux champions d’un Brexit dur qui risquait de tourner à un affrontement dur. L’amitié entre les deux responsables politiques aurait en effet brutalement pris fin en 2016 lorsqu’il s’agissait de pourvoir au poste de Premier ministre laissé vacant par la démission de David Cameron. Au moment où Boris Johnson allait se déclarer candidat, Michael Gove lui avait retiré son soutien pour se présenter lui-même.

Le ministre de l’Intérieur, Sajid Javid, qui terminait dernier, devait abandonner la course. Il se déclarait toutefois satisfait d’avoir eu l’occasion de défendre sa vision d’un parti qui surmonte ses divisions, protège l’Union et s’ouvre à la modernité en transmettant les valeurs conservatrices aux jeunes générations. Il soulignait que son équipe avait participé à la campagne de façon honnête et franche.

Cinquième tour : jeudi 20 juin

Boris Johnson

160

Jeremy Hunt

77

Michael Gove

75 éliminé

Le jeudi 20 juin à 18h, le résultat final de la sélection des candidats était annoncé. Comme prévu, Boris Johnson avait conservé son avance très large sur celui qui serait appelé à l’affronter devant les adhérents. Le ministre de l’Environnement, Michael Gove, qui semblait bien positionné pour accéder au rang de second, s’est retrouvé en 3e position derrière Jeremy Hunt qui l’emportait de 2 voix seulement.

La large victoire de Boris Johnson tient essentiellement à l’idée communément répandue au sein de l’électorat conservateur qu’il sera le meilleur rempart contre le retour des travaillistes et le meilleur rival de Nigel Farage.

Certains doutes pèsent toutefois sur le comportement du vainqueur accusé de faire des promesses contradictoires aux parlementaires dans le seul but de gagner des voix, la course aux portefeuilles étant également ouverte à condition de miser sur le bon candidat.

Lui sont également reprochées des déclarations et des promesses vagues ainsi que des réponses évasives. Les parlementaires les plus hostiles à l’Union Européenne attendent des gages, et qu’il déchire purement et simplement l’accord signé avec les responsables européens.

Le moins que l’on puisse dire du vainqueur du scrutin est qu’il soit un homme de peu de convictions. Imprévisible, inconstant et souvent brutal dans ses propos. Il a multiplié les volte-face, les déclarations contradictoires ou inexactes.

Si l’on observe de près le report des voix au cours des votes successifs, on constate quelques anomalies qui peuvent justifier les rumeurs selon lesquelles les disciples de Boris Johnson auraient été chargés de voter pour un concurrent de leur mentor afin d’éliminer un autre jugé plus dangereux. L’hypothèse selon laquelle l’équipe de Boris Johnson aurait décidé de venger l’affront infligé par Michael Gove circule chez les parlementaires qui ont soutenu le ministre de l’Environnement.

La personnalité du ministre des Affaires étrangères, Jeremy Hunt, qui a remplacé Boris Johnson à la tête de la diplomatie britannique, est manifestement très différente. Poli, discret et tempéré, cet ancien entrepreneur talentueux est davantage un homme de compromis qui n’a pas toujours été clair sur les choix qu’il ferait une fois Premier ministre. Il ne désespère pas de revenir sur la question de la frontière irlandaise avec les Européens et envisage d’intégrer les Unionistes du DUP dans les négociations du Brexit.

Étant celui qui devra affronter le favori, après avoir devancé Michael Gove de deux voix seulement au dernier tour de scrutin, il a récemment durci le ton pour tenter de reprendre peu à peu l’avantage auprès des militants les plus radicaux.

Les deux finalistes devront s’expliquer devant les militants du parti à l’occasion de 16 meetings électoraux à travers le pays qui ont débuté à Birmingham le samedi 22 juin. Un débat télévisé sera également organisé le 9 juillet.

Une voie étroite et semée d’écueils

Les enjeux qui attendent le futur Premier ministre sont considérables et de diverse nature, politiques, économiques et sociétaux. Ils concernent l’avenir du parti conservateur, celui du pays et celui de l’Union.

Le défi majeur pour Boris Johnson et Jeremy Hunt sera de rassembler une majorité de députés. Il incombera d’abord au Premier ministre de reconduire le pacte signé avec le Parti unioniste Démocrate, dont le soutien est essentiel pour le maintenir à son poste, la seule alternative étant d’organiser de nouvelles élections. Mais la grande crainte des candidats à la succession de Theresa May est de permettre le retour au pouvoir des travaillistes. D’après le secrétaire d’État à la Santé, Matt Hancock, les élections seraient désastreuses pour le pays avec l’arrivée au pouvoir de Jeremy Corbyn avant Noël.

N’étant pas un unioniste aussi convaincu que Michael Gove (qui avait déclaré, dans un pamphlet intitulé le Prix de la Paix, que l’Accord du Vendredi Saint était la faute la plus grave du New Labour), Boris Johnson sait se montrer plus souple sur la question de la frontière irlandaise. Il s’est souvent voulu rassurant en affirmant dès février 2016 que rien ne changerait en cas de victoire du Brexit et qu’il n’y avait aucune raison que la zone commune de voyage qui fonctionne depuis un siècle ne cesse d’exister. Invité d’honneur au Congrès annuel du DUP en novembre 2018, Boris Johnson, après s’être livré à une attaque en règle contre l’accord de Theresa May, a toutefois déclaré que le Royaume-Uni commettrait une erreur historique s’il ne s’affranchissait pas du backstop. Il ajoutait que, si les Britanniques voulaient signer des accords de libre-échange, diminuer les tarifs douaniers et moduler leurs réglementations, il leur faudrait laisser l’Irlande du Nord devenir une semi-colonie économique de l’Union Européenne.

La promesse que tout reste comme avant, comme Theresa May et lui-même s’y sont engagés, bute inévitablement sur le refus d’une Union douanière. La version du Brexit que semble proposer Boris Johnson impose le choix – que les brexiteurs ont toujours refusé d’admettre – d’un aménagement de nouvelles infrastructures à la frontière et des contrôles sur les marchandises, les produits alimentaires et le bétail effectués entre la Grande-Bretagne et l’Irlande. Cette dernière option est inacceptable aux yeux des Unionistes qui composent la majorité au Parlement de Westminster aux côtés des Conservateurs. À l’occasion du Congrès du Parti unioniste démocrate, le 24 novembre 2018, la dirigeante Arlene Foster, proposait son soutien à Boris Johnson pour le poste de Premier ministre en échange de l’assurance qu’il ne laisserait pas tomber l’Irlande du Nord en sortant la Grande-Bretagne du backstop et créant, de ce fait, une frontière au milieu de la mer. La question de la frontière irlandaise est une source de frustration et d’agacement pour de nombreux Anglais. Elle empêche un retrait net et complet de l’Union Européenne et complique toutes les autres options. Selon un sondage récent réalisé par YouGov[1], une majorité de députés conservateurs préféreraient abandonner l’Irlande du Nord plutôt que de renoncer au Brexit. 63% d’entre eux seraient également prêts à sortir de l’Union Européenne en acceptant que l’Écosse quitte aussi le Royaume-Uni. Cela explique la grande crainte des Unionistes de voir le gouvernement britannique sacrifier l’Irlande du Nord au profit du Brexit.

Conclusion

Au cours des trois dernières années, la question du retrait de l’Union Européenne a bouleversé le système politique britannique et compromis gravement le fonctionnement des institutions. Le blocage persistant qui entrave toute avancée du pays vers une solution concertée et ordonnée paralyse de nombreux aspects de la vie économique et sociale. Le parti conservateur, miné par ses divisions, incapable d’afficher une vision cohérente et rationnelle, vit une véritable crise existentielle. Il a déjà fait les frais de deux Premiers ministres. À la faveur des élections européennes, le Parti du Brexit a réalisé une performance spectaculaire et a considérablement affaibli le camp tory. Le choix d’un troisième Premier ministre sera déterminant pour l’avenir de la nation et la survie du parti conservateur. Le futur chef du gouvernement ne disposera que de six semaines pour sortir le pays de l’impasse et sa marge de manœuvre sera très étroite. On peut s’interroger sur les capacités des deux concurrents à relever de tels défis. Le coordonnateur de la campagne du parti travailliste a affirmé que l’Angleterre avait besoin d’une nouvelle élection plutôt que de choisir entre celui qui avait cassé le système national de santé (Jeremy Hunt) et celui qui voulait le vendre à Donald Trump (Boris Johnson).

Un bon nombre de députés et militants conservateurs semblent vouloir faire du parti conservateur un parti du « Brexit bis » sous la férule de Boris Johnson. L’altercation qui a eu lieu au domicile de sa compagne le 21 juin au petit matin, et qui a provoqué l’intervention de la police, est un nouvel épisode funeste qui s’ajoute aux nombreuses charges qui pèsent sur celui qui est souvent perçu comme un opportuniste sans scrupules. Il y a lieu de se demander si ce fait divers incitera ou non les militants conservateurs à reconsidérer l’image qu’il se sont construite de leur « sauveur », celui qui saura tenir tête aux Européens et fera enfin aboutir le processus de sortie.

 

 

 

 

[1] https://yougov.co.uk/topics/politics/articles-reports/2019/06/18/most-conse, accessed 20 June 2019.

Le baroud d’honneur et le crépuscule de Mme May

https://s14-eu5.startpage.com/cgi-bin/serveimage?url=http%3A%2F%2Ft0.gstatic.com%2Fimages%3Fq%3Dtbn%3AANd9GcS95SzfKqTbQySPODhHnbYxHqqHKMTZJvAia1-IPHPaN5MBl3ICNA&sp=d1f5e9997224aaf720a0347ddb6770df&anticache=754688

À défaut de percevoir comment le Brexit va finalement s’achever dans les prochains mois, une certitude a fini par s’imposer : Mme May ne passera pas l’été. Alors même qu’elle avait sauvé sa place à la veille de l’hiver devant la Commission 1922, puis devant la Chambre des Communes en janvier 2019, la Première ministre a dû se résoudre à convenir d’un accord avec les membres de son parti afin de fixer un agenda à son départ. Après avoir présenté son dernier texte sur le Brexit aux députés début juin, elle rencontrera à nouveau Graham Brady, le président de la Commission 1922, pour évoquer les échéances futures. En cas de succès aux Communes, Mme May démissionnera immédiatement. Dans le cas contraire, ils détermineront les modalités de l’élection d’un nouveau leader du parti durant l’été qui, par convention, deviendra ensuite le nouveau Premier ministre. Tout dépend donc de l’adoption ou non du projet de loi ayant pour objet d’introduire en droit interne l’accord de retrait conclu en novembre 2018 (Withdrawal Agreement Bill ou WAB).

Dans un discours du 21 mai, Mme May a présenté les grandes lignes du texte (voir aussi la synthèse de l’Institute for Government). Elle a surtout insisté sur les concessions qu’elle a faites pour tenter de rallier un maximum de MPs à sa croisade en faveur de son deal, en particulier les travaillistes :

  • Garantir les droits des travailleurs par le dépôt d’un projet de loi dédié (Workers’ Rights Bill).
  • Assurer le maintien des standards environnementaux.
  • Établir un régime douanier le moins contraignant possible, sans pour autant adhérer à une union douanière et accepter la libre circulation des personnes.
  • Le Parlement aura le loisir de déterminer, après l’adoption de l’accord de retrait, le régime douanier qu’il souhaite à partir des deux options suivantes : (1) l’union douanière défendue jusqu’ici par le Gouvernement qui suppose une relation commerciale originale avec l’Union préservant le contrôle des Britanniques sur leur politique commerciale ; (2) le maintien temporaire de l’Union douanière actuelle, mais limitée à la circulation des marchandises et permettant au Royaume-Uni d’avoir son mot à dire sur la politique commerciale avec des États tiers.
  • Le choix qui sera fait entraînera une modification de la déclaration politique qui accompagne l’accord de retrait.
  • Le Parlement devra approuver les objectifs de négociations du futur traité commercial entre le Royaume-Uni et l’UE.
  • Le Gouvernement a l’obligation de trouver une alternative au backstop avant avant la fin du mois de décembre 2020.
  • Toutefois, au cas où le filet de sécurité devait être mis en œuvre, le Gouvernement devra assurer que le régime juridique de l’Irlande du Nord soit aligné sur celui du reste du Royaume-Uni.
  • Le Parlement, s’il adopte le WAB, aura le choix de décider s’il souhaite soumettre au peuple par référendum le traité de sortie de l’Union européenne.

Comme toujours avec Mme May, la proposition conciliatrice reprend une bonne part de ce qui était acquis depuis longtemps, mais en le formulant différemment. Il en va particulièrement de la préservation des droits des travailleurs ou du maintien des standards environnementaux, présentés comme une innovation, voire une concession aux travaillistes, alors même que ce sujet (qui n’a pas grand-chose à voir avec les modalités de retrait d’une organisation supranationale) fait l’objet d’un consensus depuis plusieurs mois.

En ce qui concerne le backstop, l’engagement de Mme May est purement politique : il ne remet pas en cause ce qui était connu depuis novembre 2018. Il ne s’agit, là aussi, que de la reprise de promesses au DUP et aux tories du European Research Group.

Il n’y a, en réalité, que deux originalités : la formalisation du renforcement du rôle du Parlement pour déterminer le régime douanier et contrôler les négociations sur la future relation commerciale avec l’Union. La Première ministre n’a fait qu’une demi-concession aux travaillistes en ne retenant le maintien de l’actuelle union douanière que temporairement et limitée à la libre circulation des marchandises. La seconde innovation est la possibilité offerte aux députés de solliciter à nouveau les électeurs pour valider l’accord de retrait, mais à condition que le WAB soit adopté.

Cette énième proposition de Mme May, qu’elle a véritablement dû « arracher » à ses ministres lors d’une réunion houleuse du Cabinet, est sans doute sa dernière tentative de sortir par le haut du Brexit. Il faut attendre la publication du projet de loi, mais à ce stade, il a peu de chances d’être approuvé par une majorité de MPs, et ce, pour plusieurs motifs.

Primo, et comme nous l’avons souligné, le texte révèle que le Gouvernement n’est pas parvenu à un consensus avec le Labour. Les négociations engagées depuis la fin du mois de mars 2019 n’ont pas abouti. Dès lors, et ainsi que Jeremy Corbyn l’a indiqué, les travaillistes ne voteront pas en faveur de ce projet.

Secundo, plusieurs orientations du WAB ne peuvent être suivies sans l’accord de l’Union européenne. Mme May peut soumettre autant de modèles d’union douanière qu’elle veut ou d’alternatives au backstop, tout cela n’a aucune valeur juridique tant que l’UE n’y aura pas consenti. Il en va de même de la promesse de modifier la déclaration politique.

Tertio, le revirement de Mme May sur le recours au référendum a immédiatement suscité l’ire de ses opposants au sein du parti conservateur. À ce propos, et contrairement à ce que des commentateurs français un peu pressés ont pu écrire, cette consultation ne porterait que sur l’accord de retrait, non pas sur le maintien ou pas du pays dans l’Union européenne. Rappelons que la Chambre des Communes avait écarté par deux fois un scrutin sur le traité lors des votes indicatifs – par 295 voix contre 268 fin mars, puis par 292 voix contre 280 au début du mois d’avril.

Le WAB de Mme May apparaît finalement comme une espèce de patchwork qui combine une transposition d’un texte de droit international, une forme de troisième meaningful vote, et un vote de confiance déguisé. Celle qui prétend avoir fait tout ce qu’elle a pu pour trouver une issue aux blocages démontre une fois de plus son incapacité à suivre un cap déterminé (si ce n’est se maintenir au pouvoir et croire que le temps joue en sa faveur). La classe politique britannique n’est évidemment pas dupe, tandis que le contexte institutionnel, à Westminster, comme à Bruxelles n’a pas changé depuis avril. Mme May est désormais usée. Quoi qu’elle propose, sa crédibilité est trop entamée pour que ses concessions, trop tardives, emportent un soutien par une majorité de parlementaires. Par conséquent, à quoi faut-il s’attendre une fois que Mme May aura quitté le pouvoir ?

De nouveau, la machine à pronostics peut fonctionner à plein régime. Nous ne prétendons pas ici lancer les paris, mais simplement souligner que le remplacement de la Première ministre, auquel s’ajoutera celui des équipes à la tête de l’Union après les élections européennes, modifiera la donne. La question qui se pose est de savoir si les chefs du Gouvernement britannique ou des institutions européennes exprimeront une volonté ferme d’en finir plutôt que de poursuivre un consensus impossible à obtenir ou de tenter de maintenir le Royaume-Uni dans l’UE.

Les Britanniques seront les premiers à participer au scrutin européen ce jeudi. Le résultat issu des urnes indiquera sans doute que les électeurs en ont assez de ce Brexit. Nous sommes convaincus que ce ras-le-bol profitera au parti de Nigel Farage et aux libéraux démocrates : autrement dit, ceux qui ont les idées claires sur le retrait du Royaume-Uni depuis trois ans. Tout le contraire de Mme May, en somme…

Retour sur la question nord-irlandaise : un article de la Professeure Marie-Claire Considère-Charon

Marie-Claire Considère-Charon, Professeure émérite de l’Université de Franche-Comté et auteure de l’ouvrage « Irlande. Une singulière intégration européenne » aux éditions Economica, revient sur le backstop et son histoire dans un article d’une grande pédagogie. Il n’est pas inutile de revenir sur ce sujet qui demeure la problématique majeure du Brexit, sous-estimée par les Anglais et, dans une certaine mesure, par les Européens lors de la campagne électorale de 2016 et au début des négociations. À la lecture de cet article très complet, nous constatons que les deux parties sont restées arc-boutées sur leurs positions, rejetant souvent rapidement les solutions proposées (union douanière, arrangements technologiques, par exemple). Les alternatives au backstop n’ont donc guère prospéré pour l’heure et il paraît désormais difficile de l’éviter, sauf à soutenir une sortie sans accord ou à assurer un maintien du Royaume-Uni dans une union douanière (voire au sein de l’UE).

Nous profitons de la publication de ce billet pour indiquer qu’il est désormais presque acquis que les Britanniques participeront aux élections européennes. Notons que les élections locales ont été particulièrement défavorables aux deux grands partis (conservateur et travailliste). Les citoyens ont vraisemblablement sanctionné l’indétermination qui anime leurs dirigeants actuels. Les négociations entre Theresa May et Jeremy Corbyn sont d’ailleurs toujours au point mort. La prochaine date clef, après celle des résultats des élections, sera le 2 juillet, jour de la première réunion du nouveau Parlement.

Continuer la lecture de Retour sur la question nord-irlandaise : un article de la Professeure Marie-Claire Considère-Charon

Un Brexit en voie de pourrissement

Dessin de Chapatte (https://www.chappatte.com/gctheme/angleterre/)

Il a quelque chose de pourri au Royaume de sa Gracieuse Majesté depuis le Brexit, mais cela, nous le savons. En face d’Albion, le Continent paraissait enfin uni pour dicter une ligne claire incarnée par une équipe de négociateurs plutôt bien préparés. Une fois n’était pas coutume, les Britanniques n’ont pu que constater leur insuffisance et leurs carences diplomatiques. À en croire les médias, le Brexit apparaissait (et apparaît encore) depuis le 23 juin 2016 comme un drame presque exclusivement britannique.

La Tribune ayant été publiée dans l’édition du Monde du 9 avril, nous y renvoyons nos lecteurs. Le post sera de nouveau accessible en intégralité dans quelques jours.

À savoir avant les prochains débats aux Communes

https://s14-eu5.startpage.com/cgi-bin/serveimage?url=https%3A%2F%2Fichef.bbci.co.uk%2Flive-experience%2Fcps%2F1024%2Fcpsprodpb%2F5B40%2Fproduction%2F_105206332_3_pmqs_hero_live_16th.jpg&sp=2128e068624dc1d05fbe5ee88506be94

À un mois du Brexit tel qu’il est prévu, plusieurs problématiques occupent l’essentiel des discussions à Londres et à Bruxelles. Nous nous proposons d’en faire la synthèse avant les débats de la semaine à la Chambre des Communes.

En quoi vont consister les débats du 27 février ? Après avoir écouté Mme May qui doit présenter l’évolution des discussions avec l’Union européenne le 26 février, les membres du Parlement pourront discuter à nouveau de possibles amendements ayant pour objet de préciser la suite du processus. Il est probable que les MPs discutent de la possibilité de débattre avant les 12-13 mars de la proposition de loi d’Yvette Cooper (voir ci-dessous). D’autres amendements pourraient être adoptés, mais les enjeux semblent se focaliser sur la proposition de loi évoquée.

Quid du meaningful vote ? Le vote significatif est, une fois de plus, reporté. Il est désormais fixé à la mi-mars. Il s’agit de la limite extrême pour que les instruments législatifs nécessaires à un Brexit ordonné soient adoptés dans les temps. Ils le seront inévitablement dans le cadre de procédures d’urgence (qu’il s’agisse de l’incorporation de l’accord en droit interne, comme de sa ratification).

Quel est l’objet de la proposition de loi déposée par Yvette Cooper ? Pour la députée travailliste et ceux qui ont soutenu l’introduction du texte le 13 février dernier, il s’agit d’éviter le no deal au 29 mars. Selon la proposition, à la date du 13 mars, la Première ministre devra choisir entre deux options à présenter à la Chambre : le no deal ou l’extension des négociations. Les députés devront se prononcer sur le choix de la Première ministre. Ainsi, en cas de rejet du no deal, les Communes devront obligatoirement se prononcer sur l’extension des négociations. Trois possibilités sont alors envisageables : (i) l’extension est approuvée, et dans ce cas le Royaume-Uni pourra notifier au Conseil son souhait ; (ii) la motion est amendée afin de modifier la date du terme de l’extension ; (iii) la motion est rejetée, auquel cas le Brexit sans accord sera acté. La proposition n’empêche pas Mme May de solliciter une extension en-dehors de tout cadre législatif en vertu de la prérogative royale

Quel est l’état des forces au sein de la Chambre des Communes ? Mme May n’a toujours pas de majorité sur les textes conclus avec les négociateurs européens en janvier. Trois députés ont annoncé leur démission du parti tory et plusieurs membres de l’équipe gouvernementale pourraient soutenir l’amendement de Yvette Cooper pour que sa proposition soit discutée. Ceci explique qu’il semble que Yvette Cooper ait plus de chances de faire passer son texte qu’en janvier. Les travaillistes sont aussi très divisés. Plusieurs MPs ont également quitté le parti. Face à la pression, Jeremy Corbyn a accepté de soutenir la tenue d’un second référendum si le projet de Mme May n’était pas conforme aux exigences de Labour. Un amendement reprenant les cinq tests nécessaires à un soutien des travaillistes sera déposé le 27 février. La probabilité qu’il soit adopté est, toutefois, assez faible.

Mme May peut-elle être conduite à la démission ? Mme May n’a pas souhaité répondre aux questions qui évoquaient son avenir, y compris si elle perdait un second vote significatif. Officiellement, elle est toujours hostile à un prolongement des négociations au-delà du 29 mars. Quoi qu’il en soit, les députés peuvent toujours lancer une motion de défiance dans les mêmes conditions qu’au début du mois de janvier.

La position des Européens a-t-elle évolué sur le backstop ? Pas vraiment. Pour l’heure, seule un évolution de la déclaration politique sur les relations futures entre le Royaume-Uni et l’Union européenne est envisagée.

Soutiendront-ils un prolongement des négociations ? Donald Tusk a confirmé qu’une extension des négociations pour trois mois est plus probable que jamais. Après avoir exclu une telle possibilité sans qu’il y ait un réel changement de circonstances côté britannique, les Européens apparaissent moins exigeants sur ce point. Toutefois, l’unanimité des 27 n’est pas encore totalement acquise. La prorogation des négociations n’est pas sans poser des difficultés, notamment par rapport aux élections européennes qui pourraient bien se dérouler au Royaume-Uni s’il est toujours un État membre au mois de mai. Il faudra, en ce cas, revoir toute la réglementation qui prévoyait l’absence de parlementaires européens britanniques dans la prochaine législature – et quand bien même leur présence au sein de l’institution ne serait effective que quelques semaines.

Pour approfondir ces sujets, nous renvoyons aux pages suivantes de la Chambre des Communes :

Sur la proposition de loi de Yvette Cooper : https://researchbriefings.parliament.uk/ResearchBriefing/Summary/CBP-8502

Sur les aspects procéduraux : https://commonslibrary.parliament.uk/brexit/the-eu/yvette-coopers-private-members-bill-explained/

Sur les conséquences d’une extension pour les élections européennes : https://commonslibrary.parliament.uk/brexit/the-eu/extending-article-50-and-european-parliament-elections/




Un plan B comme… Brouillard

London Fog

Parmi les particularités qui font le charme de Londres, le « fog » est l’une des plus connues. Si, ce 21 janvier, ce ne fut pas un « foggy day in London town », ce fut indéniablement un nouvel épisode brumeux à la Chambre des Communes après l’intervention de Mme May à la Chambre pour convaincre de sa démarche vers un plan B. Moins poétiques, certains ne se priveront pas de juger ce énième grand oral de la Première ministre comme un exercice d’enfumage.

L’exposé de Mme May était structuré autour de six propositions :

  • La volonté d’éviter le no deal, sans l’exclure. La seule alternative est l’accord négocié en novembre.
  • Malgré le soutien de tous les partis d’opposition, un second référendum est écarté, tout comme la révocation unilatérale du Brexit.
  • Le rejet de toute remise en cause des accords du Vendredi Saint de 1998 et l’engagement de nouvelles négociations avec l’Union européenne sur le filet de sécurité pour éviter le rétablissement d’une frontière dure entre les deux Irlande (backstop).
  • Inclure les parlementaires dans le futur processus de négociation de l’accord commercial (et dont les grandes lignes sont tracées dans la déclaration politique de la fin novembre 2018).
  • La préservation des standards en matière de législation sociale et environnementale.
  • La garantie que les citoyens européens installés au Royaume-Uni verront leur situation préservée, y compris en cas de no deal. En signe de bonne volonté, Mme May a indiquéque les frais de 65 £ exigés des citoyens européens établis au Royaume-Uni pour obtenir le statut de résident étaient écartés.

Ces précisions n’ont rien d’inédit et ne sont que la compilation des positions récentes de la Première ministre. Si rien ne bouge lors du débat parlementaire à venir, Mme May pourrait donc présenter une motion identique à celle qui l’a été le 15 janvier. Or, selon le traité d’Erskine May, le Gouvernement ne saurait présenter à deux reprises le même texte au Parlement. Ce n’est pas une règle absolue et elle pourrait être aisément contournée en modifiant à la marge la motion ou en arguant d’un changement de circonstances. C’est d’ailleurs sans doute ce sur quoi table la Première ministre : mettre au pied du mur les tories pour aboutir, finalement, à l’adoption du deal arraché durant l’automne 2018. Elle continue de jouer la montre en renvoyant dos à dos les MPs de la majorité et ceux de l’Opposition. Aux conservateurs, elle explique que le rejet de l’accord signifierait ne jamais sortir de l’UE. À l’opposition, elle soutient que son hostilité provoquerait le no deal.

Une fois révélé le contenu relativement limité du propos de la Première ministre et sa tactique désormais bien connue, quelques rappels procéduraux ne sont pas inutiles pour appréhender les prochaines étapes du Brexit. La nature des échanges du 21 janvier était passablement floue, notamment sur le point de savoir s’ils devaient déboucher sur un second « meaningful vote ». Durant le week-end, le Gouvernement a éclairci ce point en indiquant que tel ne serait pas le cas. Mme May a évité tout nouveau vote significatif sur l’avenir de projet d’accord qui avait été négocié au terme de 18 mois de discussions en jouant des marges de manœuvre qui résultent de l’application de la section 13 de la loi de sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne de 2018. En effet, le texte se contente d’imposer à l’Exécutif de revenir devant le Parlement pour expliquer sa stratégie en cas d’échec du meaningful vote (section 13, §§ 4 à 6), ou en cas de no deal avéré au 21 janvier (section 13, §§ 7 à 12). La situation actuelle relève de la première hypothèse, la seconde étant désormais inapplicable puisqu’il y a bien eu un deal présenté au Parlement avant le 21 janvier. Qu’impose la loi en cas de rejet du vote significatif ? Que le Gouvernement présente dans un délai de 21 jours (ramené à trois jours sous l’effet d’un amendement de Dominic Grieve) suivant le rejet une déclaration expliquant comment il compte procéder pour mener à bien le Brexit. S’en suit le dépôt d’une motion en termes neutres dans les sept jours de session parlementaire suivant la publication de ladite déclaration. La déclaration est ensuite « examinée » par la Chambre des Communes (section 13, § 6). Il y a ici un glissement par rapport aux conditions fixées par la section 13, § 1, qui a été appliquée le 15 janvier dernier. Ce paragraphe indiquait explicitement que « l’accord négocié et la déclaration politique sur la relation future » sont « approuvés par une résolution de la Chambre des Communes sur la base de la motion déposée par un ministre de la Couronne ». La section 13, § 6 paraît plus souple que le § 4. Il ne s’agit que d’une apparence, car en droit parlementaire britannique, les motions sont systématiquement suivies d’un vote (cette implication découle de l’expression « to move a motion »). Le calendrier sera le suivant : la déclaration écrite ayant été actée le 21 janvier, la discussion parlementaire se tiendra le 29 janvier. Le vote sur l’ensemble devrait suivre dans la foulée. L’agenda précis des débats n’est pas connu, ni les amendements qui seront retenus.

Qu’en est-il, justement, des amendements à la motion ? Depuis les débats du premier « meaningful vote » et l’amendement de Dominic Grieve relatif à son déroulement, les motions dont il s’agit peuvent être modifiées en fonction des amendements que le Speaker aura retenus. Il n’en demeure pas moins que, juridiquement, le Gouvernement peut ne pas en tenir compte même s’ils sont adoptés par les MPs. Une telle manœuvre serait risquée politiquement.

Le principal débat qui anime désormais Westminster est le suivant : les MPs peuvent-ils contraindre le Gouvernement d’éviter le no deal en exigeant la mise aux voix d’une nouvelle loi qui modifierait le EU (W) Act de 2018 ? Un amendement a été proposé par plusieurs parlementaires visant à permettre à la Chambre de maîtriser temporairement l’ordre du jour en suspendant certains standing orders (qui font office de règlement de l’assemblée). En évinçant le Gouvernement pour un jour, les députés espèrent pouvoir soumettre une loi obligeant le Premier ministre à solliciter une extension de l’article 50 pour neuf mois au cas où aucun accord n’est approuvé par la Chambre le 11 février.

D’autres amendements suivront. Parmi ceux qui sont attendus, certains viseront à discuter des solutions alternatives en cas de rejet définitif du projet d’accord de novembre 2018, et ce, dans le cadre d’un calendrier précis – no deal, soutenir un accord sur le modèle canadien ou norvégien pour évacuer la question du backstop dans le projet de traité -, à déterminer une limite temporelle à l’application du backstop qui ne liera pas l’UE, ou à prévoir l’organisation d’un second référendum. Ces amendements doivent passer les fourches caudines du Speaker qui, s’il considère qu’ils n’ont aucune chance d’être adoptés, ne les retiendra pas pour le débat.

L’Exécutif pourrait, toutefois, avoir le dernier mot. Si le Parlement venait à adopter un texte qu’il n’aurait pas souhaité inscrire à l’ordre du jour (c’est-à-dire à l’égard duquel il est hostile), le Gouvernement pourrait conseiller à la Reine de ne pas apposer le sceau royal à ladite loi. Selon les conventions de la Constitution, le monarque n’intervient que sur les recommandations du Cabinet, et non en vertu d’une prescription parlementaire. Cet argumentaire, proposé par Stephen Law, est discuté (notamment par Mark Elliott), mais semble susciter l’adhésion d’une majorité de constitutionnalistes (voy. l’analyse de Robert Craig). Dans tous les cas, une telle extrémité n’est pas souhaitable pour de multiples motifs. Tout d’abord, elle conduirait à impliquer la Reine qui, à l’heure actuelle, est peut-être la seule institution qui suscite une adhésion massive au Royaume-Uni. Ensuite, passer outre la volonté du Parlement serait non conforme à la pratique constitutionnelle qui prévaut depuis plus de 300 ans (le dernier refus date de 1708 sous le règne d’Anne). Enfin, elle pose un problème démocratique. Quand bien même le Cabinet est composé de MPs, l’opposition de l’Exécutif au Parlement, par l’intervention médiate de la Reine non élue, serait hautement problématique. Nous pourrions alors imaginer que le monarque passe outre le conseil de son Gouvernement afin de confirmer l’adoption de la loi. Là encore, une telle immixtion dans la procédure législative est critiquable, car la Reine userait d’une prérogative dont il ne lui revient plus de disposer depuis des siècles. L’enchaînement de ces événements est encore largement théorique, mais le fait qu’il soit évoqué démontre à quel point la crise du Brexit atteint à l’heure actuelle une espèce de paroxysme.

Et à la fin, c’est toujours Mme May qui gagne… jusqu’à quand ?

En collaboration avec le Club des Juristes auquel nous participons régulièrement, nous proposons notre analyse synthétique de la semaine du 14 janvier qui a été, comme chacun le sait, cruciale sans pour autant permettre d’y voir plus clair sur la façon dont l’aventure du Brexit s’achèvera. Une seule certitude : Mme May est, pour l’heure, indétrônable. Pour les uns, son entêtement empêche tout déblocage de la situation, d’autant que c’est elle qui, en provoquant des élections anticipées à un mauvais moment en 2017, est à l’origine de ses déboires et de ceux du pays qu’elle dirige. Pour les autres, bien moins nombreux, elle impressionne par sa résilience et son attitude serait aujourd’hui un gage de stabilité dans ce contexte de violentes secousses politiques. Pour notre part, nous aurions tendance à considérer que sa résistance n’est due qu’au fait que ses remplaçants potentiels au sein du parti conservateur sont encore plus médiocres qu’elle. Quant à Jérémy Corbyn, critiquable en raison de son attitude lors de la campagne de 2016, il a joué le jeu des institutions à la suite du meaningful vote. Lui reprocher de ne pas soutenir un second référendum est injuste : une telle perspective est périlleuse démocratiquement et, à ce titre, ne résoudrait vraisemblablement pas les problèmes liés au Brexit, surtout si le résultat le confirmait. Nous en convenons avec Gina Miller : « un second référendum ne peut être que la dernière des options ».

En quoi consistent les votes des 15 et 16 janvier à la Chambre des Communes ?

Le premier scrutin (le meaningful vote), était prévu par le EU (Withdrawal) Act de 2018. Expression de la volonté du Parlement de jouer un rôle de premier plan dans le processus du Brexit, le meaningful vote devait valider ou rejeter le projet d’accord auquel étaient parvenus les négociateurs britanniques et européens en novembre 2018. Par 432 voix contre 202, les membres des Communes ont écarté le deal. Cette défaite est inédite dans l’histoire parlementaire britannique. Il faut remonter à 1924 pour trouver un échec équivalent, sous le Gouvernement travailliste minoritaire dirigé par Macdonald. À l’époque, une élection générale avait permis de surmonter la crise et d’assurer le retour d’une majorité stable à la Chambre basse. Face à l’ampleur du naufrage, Mme May aurait dû présenter sa démission à la Reine. Tel n’a pas été le cas et c’est la raison pour laquelle le leader du parti travailliste, J. Corbyn, a proposé une motion de défiance en application du Fixed-term Parliaments Act de 2011.

Le second vote crucial pour la survie de Mme May à la tête du Gouvernement s’est donc tenu le 16 janvier au soir. La Première ministre est parvenue à se maintenir à son poste, mais en dépit de la logique institutionnelle. En effet, la débâcle de la veille sur un texte essentiel de sa politique et la motion de défiance soutenue au sein de son propre parti par une centaine de députés conservateurs qui avaient déjà souhaité son départ il y a un mois, auraient laissé penser qu’une majorité de MPs se serait rangée derrière les travaillistes. Tel ne fut pas le cas. Cette issue est dommageable, car elle affaiblit la cohérence constitutionnelle et révèle l’attitude politicienne délétère de quelques MPs, en particulier des hard brexiters du parti conservateur et des unionistes irlandais, et ce, afin de préserver leur place au Parlement.

Quelles sont les suites possibles de ces deux votes parlementaires ?

Les scénarios sont nombreux. Il est difficile d’affirmer lequel d’entre eux se réalisera. Deux hypothèses principales sont évoquées dont la seconde se décline en de multiples sous-hypothèses :

  • Mme May finit par obtenir, à la date butoir du 21 janvier, une majorité en faveur de l’accord, éventuellement avec des concessions de l’Union européenne. Il s’agit de la perspective la plus optimiste. L’Union a néanmoins rappelé qu’elle n’amenderait pas un accord pour le rendre plus favorable aux Britanniques. Le « filet de sécurité » censé prévenir le rétablissement d’une frontière dure entre les deux Irlande ne saurait être remis en cause.
  • Mme May ne parvient pas à susciter l’adhésion d’une majorité de MPs à son projet. Le no deal pourrait alors s’imposer de facto au 29 mars, bien qu’il soit rejeté par une large majorité de parlementaires. Pour l’éviter, les députés devront se résoudre à demander à la Première ministre de prolonger la durée des négociations en application de l’article 50, 3 du TUE (1). Cette perspective est la seule crédible si le Gouvernement s’engage finalement dans la voie d’un accord plus intégrateur (comme l’adhésion à l’Espace Économique Européen), si des élections anticipées se dessinent ou si un nouveau référendum est organisé (dans ces deux derniers cas, le résultat est incertain et risqué). Rappelons que la mise en œuvre de l’article 50, 3 doit être acceptée par les 27 États membres. Ils ne feront cet effort que s’ils ont la garantie d’une sortie de la crise. Seconde précision : aucune des solutions mentionnées (EEE, élections anticipées ou second référendum) n’avait le soutien d’une majorité de MPs au soir du 16 janvier. Une ultime échappatoire – dangereuse politiquement – serait que le Parlement décidé de révoquer unilatéralement le Brexit.

Qu’en est-il d’un no deal et de ses conséquences ?

Le no deal est concevable, mais il n’est pas inéluctable. S’il survenait, il aurait des répercussions économiques majeures par l’insécurité juridique qu’il ferait naître. Toutefois, des amortisseurs existent. En premier lieu, la loi de retrait de l’Union européenne de 2018 maintient en droit britannique l’ensemble des règles européennes adoptées avant le 29 mars. À titre d’illustration, ceci signifie que les normes sanitaires et environnementales issues de l’Union européenne continueront de s’appliquer. Nous pouvons penser que le Royaume-Uni ne modifiera pas ces législations tant que des accords commerciaux sectoriels n’auront pas été conclus. Dans le même esprit, le Gouvernement britannique a aussi régulièrement soutenu que la situation des citoyens européens résidant au Royaume-Uni ne serait pas immédiatement altérée en cas de no deal. En deuxième lieu, dans le champ des droits de douane, une loi a également été votée pour déterminer le régime juridique de certaines taxes comme la TVA (sect. 42 du Taxation (Cross-border Trade) Act 2018). Or plusieurs principes du droit de l’Union en ce domaine continueront d’avoir des implications en droit interne, y compris après le 29 mars. Le Royaume-Uni s’est également engagé à adhérer à la convention de transit commun permettant de transporter des marchandises en suspension des droits de douanes et de taxes (les formalités sont réglées à destination des biens et non pas à l’entrée du pays pour éviter les blocages à la frontière). En troisième lieu, l’UE et les États membres, par de nombreuses recommandations ou l’adoption de textes, envisagent de « geler » des situations juridiques (notamment celles des résidents britanniques sur le sol européen) ou de soumettre à des procédures spécifiques telle ou telle structure pour assurer la continuité de leur activité. Sur le fondement de la réciprocité, l’Union européenne a d’ailleurs rappelé que les États membres doivent tout faire pour faciliter la préservation des situations acquises (plan d’action de la Commission publié le 19 décembre 2018). Le Portugal a, par exemple, prévu un accès rapide réservé aux voyageurs britanniques au sein de ses aéroports. En quatrième lieu, le Royaume-Uni et l’UE pourront s’appuyer sur les règles de l’OMC. Il est a noté que les Britanniques ont ainsi obtenu en novembre 2018 que les règles de l’Accord de 2012 sur les Marchés Publics s’imposeraient après le Brexit. En dernier lieu, en cas de no deal, le projet du 13 novembre 2018 formera indéniablement une base utile pour traiter promptement des sujets qui ne suscitent pas de résistances entre les deux partenaires. Les propos d’É. Philippe lors de la présentation de la stratégie de la France face au risque d’un no deal résument bien la philosophie commune aux Britannique et Européens : « faire en sorte qu’il n’y ait pas d’interruption de droits et que les droits de nos concitoyens ou de nos entreprises soient effectivement protégés. »

(1) La question se pose de savoir si l’extension peut être décidée unilatéralement par le Gouvernement en vertu de la prérogative royale. Le sujet fait l’objet de débats. Voy. l’article de R. Craig : Can the Government Use the Royal Prerogative to Extend Article 50? (https://ukconstitutionallaw.org/2019/01/09/robert-craig-can-the-government-use-the-royal-prerogative-to-extend-article-50/).

).