Le plan alternatif des hard brexiteers des conservateurs est-il crédible ?

https://s14-eu5.startpage.com/cgi-bin/serveimage?url=https%3A%2F%2Fcdn.evbuc.com%2Feventlogos%2F27395689%2Fconfbanner2018.png&sp=7051231456f95d4d0b0e7ed04ff381a2

Le débat politique sur le Brexit au Royaume-Uni occupe une bonne partie des conventions des partis politiques qui se déroulent en cet automne 2018. Celle des tories est particulièrement attendue du fait de la position de faiblesse de Mme May qui résulte d’un sommet de Salzbourg plutôt calamiteux pour elle. Un autre motif sérieux de préoccupation occupe désormais la Première ministre : les plans alternatifs des hard brexiteers. Après le projet du ERG qui n’avait pas laissé un souvenir impérissable en raison d’insuffisances peu contestables, celui de l’Institut pour les Affaires Économiques (Institute of Economic Affairs), groupe d’influence proche des conservateurs adeptes d’une régulation de la vie économique et sociale par le libre marché, était attendu. Le site l’IEA dévoile les ambitions du think tank : « Our mission is to improve understanding of the fundamental institutions of a free society by analysing and expounding the role of markets in solving economic and social problems ». Les « néo-libéraux » s’y retrouveront ; les défenseurs d’un marché encadré par l’État et de la redistribution la plus équitable des richesses beaucoup moins.

Quelles que soient les inclinations des uns et des autres, le Brexit, par sa complexité, implique de prendre en compte toutes les propositions qui sont susceptibles de contribuer à sortir de l’impasse politique et juridique dans laquelle se trouve le Royaume-Uni. La question est de savoir si le rapport publié par l’IEA y contribue de façon réaliste.

À titre liminaire, présentons, en quelques mots, les auteurs. Il s’agit d’abord de Shanker Singham. À Westminster, il est surnommé « le cerveau des Brexiteers ». Après avoir obtenu ses diplômes à Oxford (notamment en Chimie), il devient avocat d’affaires, lobbyiste à Washington, et conseil du candidat Mitt Romney lors des primaires républicaines de la présidentielle de 2008. Il est encensé par ses nouveaux amis conservateurs britanniques. À côté des figures de proue qu’étaient Boris Johnson et de Michael Gove lors de la campagne référendaire de 2016, Shanker Singham est resté dans l’ombre réservée aux éminences grises. Quant à Radomir Tylecote, l’autre contributeur du rapport, son curriculum vitae n’est pas particulièrement impressionnant, au point que son expertise relative au Brexit pourrait susciter quelques doutes. Nous l’aurons compris, il s’agit bien une commande des hard brexiteers menés par Boris Johnson pour contrecarrer les conclusions pessimistes de volumineuses études économiques, politiques, sociales et juridiques dirigées par d’éminents spécialistes sur le Brexit.

Le pedigree des auteurs n’éveille pas un sentiment d’objectivité profond en ce qui nous concerne. Ce constat ne doit pas empêcher d’aller plus avant et de nous plonger dans 150 pages d’analyses qui, selon leurs promoteurs, ont toutes les raisons de se substituer au plan de Chequers.

Malgré le fait que l’IEA soit réputé pour sa proximité avec les conservateurs, les propos introductifs surprennent en arguant d’un positionnement apolitique et objectif. La présence de Boris Johnson (qui a soumis son propre plan inspiré du texte de l’IEA afin de soutenir un « Super Canada deal »), de David Davis et de Jacob Rees-Mogg lors de la médiatisation du rapport démontre que l’exercice de style des prolégomènes ne saurait tromper qui que ce soit. Pour MM. Singham et Tylecote, le Brexit peut être un succès dès lors qu’il est fondé sur quatre piliers :

  • L’unilatéralisme, c’est-à-dire adopter des mesures encourageant la compétitivité des marchés en toute indépendance. Il s’agirait de limiter un maximum les taxes et les quotas pour les biens agricoles que le Royaume-Uni ne produit pas. En revanche, les zones de pêche territoriales doivent faire l’objet d’un contrôle strict par les autorités britanniques. L’unilatéralité se conçoit également par une coopération avec l’Union européenne, mais sans s’aligner sur la Coopération structurée permanente. Sans surprise, la liberté de circulation doit être remplacée par un dispositif de contrôle de l’immigration fondé sur ses avantages et ses inconvénients. Une espèce d’immigration choisie dans laquelle le Gouvernement s’est manifestement déjà engagée.
  • Le bilatéralisme : pour les rapporteurs, l’objectif est de conclure des accords bilatéraux avec les pays tiers pendant les négociations avec l’Union européenne, en se concentrant sur des accords commerciaux avec des pays qui n’ont pas de relation bilatérale avec l’UE. La conclusion de traités bilatéraux serait aussi l’occasion de s’extraire des réglementations européennes considérées comme « une menace majeure pour l’économie britannique ».
  • Le « plurilatéralisme » : le Royaume-Uni devrait, selon les auteurs, rechercher une participation aux autres grandes zones de libre-échange mondiales que sont l’Accord de Partenariat transpacifique progressiste et global, ainsi que l’Accord de libre-échange nord-américain. L’ambition est claire : poursuivre un abaissement massif des droits de douane avec les États tiers et entreprendre de nouvelles relations commerciales aux fins de libre-échange.
  • Le multilatéralisme : s’appuyer sur les règles de l’OMC afin de renforcer les autres piliers et profiter au maximum d’une adhésion pleine et entière à l’OMC.

En cas de no deal, les auteurs préconisent le maintien de tarifs douaniers nuls sur les produits agricoles et l’absence de contrôle sur les biens qui parviennent de la République d’Irlande. L’idée d’une « backstop » soutenu par l’UE est clairement exclue.

Le document fait parfois montre d’un ton agressif à l’égard de UE. Par exemple, il envisage que si, l’Union ne coopère pas sérieusement sur la base des propositions britanniques, le Royaume-Uni pourrait adopter une position plus combative : l’absence de reconnaissance des réglementations britanniques au jour du Brexit justifierait l’engagement d’une procédure devant les instances compétentes de l’OMC pour violations des règles du commerce international (GATT, accords sur les obstacles techniques au commerce, et accords relatifs aux mesures sanitaires et phytosanitaires). Dans la même lignée, des propos très orientés sont tenus. Le rapport contient, en effet, des assertions du type : « l’appartenance à l’Union européenne a étouffé la prospérité tout autant qu’elle a empêché le Royaume-Uni de se gouverner lui-même » ; ou encore : « nombre de réglementations européennes sont défavorables à la croissance ; le Royaume-Uni doit être plus libre pour faire mieux ».

Les analyses de MM. Singham et Tylecote sont bien plus structurées que le travail du groupe des parlementaires conservateurs dévoilé dans le courant de l’été. Certaines phrases ont le mérite de l’honnêteté puisque l’IEA admet que « le Royaume-Uni a plus passé de temps à négocier avec lui-même qu’avec l’Union européenne ». L’accord commercial envisagé s’apparente au modèle de celui qui unit le Canada et l’Union européenne. Par conséquent, le rapport de l’IEA est crédible au regard de ses finalités : plus de libre-échange à l’échelle de la planète et conserver la maîtrise de la politique commerciale. Les quatre piliers évoqués s’inscrivent clairement dans une perspective d’un maintien d’une coopération avec l’UE qui serait mise au même niveau que le développement des relations avec les zones de libre-échange les plus attractives du globe (marchés nord-américain et asiatique), une participation active au sein de l’OMC, et un engagement vers de nouveaux partenariats que l’UE n’est pas parvenue à conclure (par exemple, avec les États-Unis).

Nous ne partageons pas l’opinion selon laquelle le salut du Royaume-Uni, comme de tout autre État d’ailleurs, viendrait de la poursuite du seul libre-échange et de la suppression de nombreuses réglementations sectorielles. Néanmoins, pour ceux qui soutiennent le contraire, le rapport est convaincant. Il n’en demeure pas moins qu’il recèle des carences notables, même pour un conservateur britannique hostile au plan de Chequers et à l’Union européenne :

  • conformément à la logique libre-échangiste et orthodoxe des auteurs, aucune considération n’est portée aux externalités sociales ou environnementales des mesures proposées. L’impact éventuel des recommandations en termes d’inégalités et d’appauvrissement de certaines populations n’est pas envisagé ;
  • la dimension politique et diplomatique n’est vue que selon un prisme très « britannico-britannique » qui ne tient nul compte de l’état de la politique suivie par Donald Trump aux États-Unis ou des relations actuelles entre les 27. Il est difficile de nier que ce rapport s’inscrit dans la mouvance de l’anglosphère contemporaine que nous avions évoquée il y a quelques mois sur le site ;
  • malgré ses 150 pages, l’étude s’intéresse trop rapidement à la problématique nord-irlandaise. Nous renvoyons le lecteur aux passages pertinents (pp. 110 et suivantes) pour se faire une opinion, mais l’analyse donne l’impression que cette épine majeure dans les pieds des négociateurs pourrait être facilement surmontée par les quelques mesures administratives apportées par MM. Singham et Tylecote. Nous sommes, toutefois, bien en mal de trouver une évaluation du coût et du temps de la mise en place des mécanismes envisagés. Ce n’est pas le moindre des paradoxes pour des défenseurs du « néo-libéralisme » que de faire l’économie d’une étude prospective de ce qu’ils honnissent le plus, à savoir l’effet de nouvelles normes administratives sur les échanges commerciaux…
  • sur le front juridique, les rapporteurs persistent aussi à penser que le Royaume-Uni aurait le pouvoir de conclure des accords commerciaux ou, à tout le moins, mener des négociations en matière commerciale avant le 29 mars. Il aurait été utile que MM. Singham et Tylecote se rappellent que le Royaume-Uni demeure un État membre jusqu’à cette date et qu’il est lié par le droit de l’UE qui ne lui arroge pas une telle compétence ;
  • les développements sur les aspects de sécurité et de défense sont particulièrement faibles.

Ce rapport est donc sérieux et cohérent par rapport aux objectifs fixés par les hard brexiteers. Il n’est pas certain qu’il réponde à l’intérêt général des citoyens britanniques, en particulier des plus exposés au Brexit, et ne permet pas de surmonter les blocages actuels dans les négociations avec l’Union européenne.

Le Brexit et la Culture

https://s14-eu5.startpage.com/cgi-bin/serveimage?url=http%3A%2F%2Femernestor.com%2Fwp-content%2Fuploads%2F2016%2F07%2FIMG_4264.jpg&sp=99801216b94573903753517e97b4e87b

En cette rentrée marquée par la pléthore de nouveaux ouvrages exposés sur les étals des libraires, il nous est apparu intéressant de produire quelques lignes sur l’enracinement culturel du Brexit depuis deux ans. Si le secteur des activités culturelles fait partie de ceux qui ont le plus à craindre du Brexit (voir le rapport de la Chambre des Lords sur la question et le sort de certains orchestres symphoniques), l’événement du 23 juin 2016 est devenu un sujet traité par tous les arts ainsi qu’en témoigne la programmation 2018 du Festival d’Édimbourg qui s’est achevé le 27 août.

Cette tendance permet de comprendre l’importance d’un événement qui se mesure, à l’échelle de l’histoire, par sa capacité à susciter la réalisation d’œuvres d’art. Finalement, les grands moments de l’Histoire ne sont gravés durablement dans la mémoire des peuples que s’ils ont une signification culturelle majeure.

Source d’inspiration, le Brexit inquiète par le repli du Royaume-Uni sur lui-même dont il est le révélateur. Nous proposons une sélection non exhaustive des réalisations plastiques, littéraires, dramatiques, et télévisuelles qui illustrent selon nous la dimension culturelle du Brexit. Quant à la scène musicale et aux productions de jeux vidéo (considérées depuis plusieurs années comme une pratique culturelle), le lien avec le Brexit est moins flagrant, mais il existe.

  1. Brexit et arts plastiques

En 2017, l’artiste Banksy avait peint sur un mur de Douvres une fresque directement inspirée du Brexit condamnant, par la subtilité que nous lui connaissons, les risques de démantèlement du projet européen.

https://s14-eu5.startpage.com/cgi-bin/serveimage?url=https%3A%2F%2Fmedia.koreus.com%2F201705%2Fbanksy-vs-brexit.jpg&sp=db759fc4fd1f2aadb3ee2bd53604c14a

La même année, Grayson Perry exposait à la célèbre Serpentine Gallery de Londres des céramiques produites en collaboration avec des internautes. Deux vases ont notamment été conçus, l’un comme allégorie du Remain, l’autre du Leave.

Plus récemment, au Festival d’Édimbourg de 2018, Adam Lewis Jacob, un plasticien écossais, a réalisé une œuvre visuelle mêlant vidéos, objets, interviews et narrations intitulée « No Easy Answers ». Ce travail se veut une synthèse de l’évolution économique et sociale du Royaume-Uni et intègre logiquement le Brexit.

Adam Lewis Jacob: No Easy Answers

Avec un ton plus humoristique, les sérigraphes Chris Hopewell et Stanley Donwood ont créé des affiches mettant en scène un couple au style années 1950 qui se déchire sur fond de Brexit.

https://cdn.shopify.com/s/files/1/1600/9283/products/Europhobic_Framed_2200x2829_0f3fe24a-f3b1-4aec-91f9-29e527c23319_1024x1024.jpg?v=1527271049

  1. Brexit, littérature et théâtre

https://uploads-ssl.webflow.com/572381d040b996734889db80/59397f82593dbd3b0cd12710_Screen%20Shot%202017-06-08%20at%2017.44.26.pngSur le front littéraire, le superbe texte d’Ali Smith, « Autumn », fut l’un des premiers romans à s’inscrire dans un paysage post-Brexit désolant. Plus sombre, le roman policier de Mark Billingham, « Love Like Blood », retient comme arrière-plan de son intrigue des crimes xénophobes qui explosent après le référendum du 23 juin 2016. Sa fiction a, depuis lors, été malheureusement rattrapée par les faits. Amanda Craig confronte, quant à elle, dans une satire réussie, le Brexit à la réalité de la fracture sociale britannique. Enfin, le récit politique ne pouvait pas ne pas se saisir du référendum du 23 juin 2016. Douglas Board déploie son thriller politique quatre ans après, lors d’élections générales dont le résultat porte des populistes pouvoir. Dans la même veine, Stanley Johnson suggère dans Kompromatt que les leavers l’ont emporté en raison de l’influence russe. Là encore, son argument a été confirmé par les conclusions de plusieurs enquêtes bien réelles.

Les dramaturges ont, pour leur part, plutôt insisté sur la dimension sociale du Brexit et le fait qu’il est un révélateur des divisions au sein de la société britannique (« My Country: A Work in Progress » de Carole Ann Duffy ; « Brexit Shorts: Dramas from a Divided Nation », pièces montées par neuf écrivains sur la demande du Guardian).

La publication de fictions et de drames en lien avec le Brexit est désormais telle au Royaume-Uni que l’expression « Brexit Literature » est de plus en plus usitée par les libraires et les critiques. Couplé à l’élection de Donald Trump, ce nouveau genre est manifestement dominé par le style apocalyptique et dystopique.

La sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne n’a pas intéressé que les auteurs britanniques. En France, une bluette assez déjantée sur fond de Brexit a été écrite par Clémentine Beauvais (« Brexit Romance »). L’ouvrage est en apparence sans prétention puisque l’auteure est plus connue pour ses réalisations réussies dans la littérature jeunesse. Pourtant, son roman est loin de négliger les problèmes économico-sociaux ainsi que les destinées individuelles bouleversées par le Brexit. Le ton parfois vaudevillesque – proche d’un surréalisme à la Lewis Carrol auquel la romancière n’hésite pas à se référer – fait de ce livre un bon exercice de style. À côté des livres noirs, le comique a aussi sa place.

  1. Brexit et productions télévisuelles

https://s14-eu5.startpage.com/cgi-bin/serveimage?url=https%3A%2F%2Fstatic.independent.co.uk%2Fs3fs-public%2Fthumbnails%2Fimage%2F2018%2F06%2F06%2F09%2Fbenedict-cumberbatch.jpg&sp=45315b27168b80345c330095cdcf7bd0Si la longueur de la production cinématographique explique qu’aucun film d’importance sur le Brexit ne soit encore sorti en salles, le format télévisuel a favorisé dans un premier temps la diffusion de nombreux documentaires à la réalisation léchée. Il faudra attendre quelques mois pour que le premier film d’envergure sur le Brexit réalisé par Toby Haynnes soit diffusé sur Channel 4 en 2019. Le metteur en scène remarqué pour ses excellentes séries Sherlock et Black Mirror prépare une fiction retraçant la campagne de Vote Leave. Benedict Cumberbatch, l’un des meilleurs acteurs actuels du Royaume-Uni, jouera le rôle de Dominic Cummings, le spin doctor manipulateur et cynique des futurs vainqueurs du référendum.

  1. Brexit et univers musical

En juillet 2017, Mick Jagger s’était appuyé sur le contexte actuel au Royaume-Uni pour écrire la chanson « England Lost » dont le clip met en scène l’acteur gallois Luke Evans. Sur les scènes des festivals d’été de Lyon ou Nice notamment, les spectateurs ont pu apprécier l’engagement de certains groupes contre le Brexit. Le duo Trip Hop originaire de Bristol, Massive Attack, a adopté lors d’une récente tournée en Europe une scénographie qui dénonçait le repli et la xénophobie des grandes puissances occidentales. Des écrans géants faisaient ainsi passer des messages à plusieurs reprises se référant au Brexit et à ses acteurs dont Nigel Farage et Boris Johnson.

http://www.musicforthemasses.co.uk/wp-content/uploads/2016/07/26-247b6af678.jpg

En revanche, bien que le milieu de la musique classique soit fortement mobilisé contre le Brexit comme l’a illustré la dernière soirée des mythiques Prom’s de Londres le 8 septembre, l’événement attend toujours son opéra…

  1. Le Brexit saisi par les jeux vidéo

Notons, pour être tout à fait complet dans notre panorama culturel, que le monde des jeux vidéo a commencé à intégrer le Brexit comme variable quant à ses effets sur la libre circulation des joueurs. Tel est le cas de Football Manager 2018 qui envisage (sur un mode aléatoire) les effets d’un hard ou d’un soft Brexit. Les acteurs du football outre-Manche sont effectivement inquiets de l’impact de la fin de la libre circulation pour l’accès de joueurs étrangers aux championnats britanniques. En effet, c’est sur la fameuse jurisprudence Bosman de la Cour de Justice que le marché des transferts s’est libéralisé massivement. La Cour de Justice avait considéré que les quotas de joueurs communautaires – au sens large – imposés aux clubs évoluant dans un championnat d’un État membre étaient contraires à la libre circulation. Cette digression relative au Brexit et au sport nous permet de lancer un appel à contribution pour ceux qui souhaiteraient publier un article sur le sujet. Car le sport aussi est un vecteur de culture.

Éditorial de rentrée : le Brexit favoriserait-il un nouveau clivage droite/gauche ?

Lloyd George appointed to solve Irish questionHerbert H. Asquith (à gauche) ; David Lloyd George (à droite)

La culture britannique a ceci d’unique qu’elle parvient à concilier par une alchimie paradoxale l’excentricité et le classicisme, la modernité et le conservatisme. Parmi les traditions les plus anciennes, l’organisation de la vie politique figure en bonne place. De l’avènement du parlementarisme contemporain à la fin du XVIIe siècle jusqu’aux grandes lois d’élargissement du droit de suffrage à partir du deuxième tiers du XIXe siècle, whigs et tories auront régné sans partage sur Westminster et Whitehall. L’apparition d’une classe laborieuse et les méfaits de l’industrialisation auront eu raison des libéraux au profit de l’expansion d’un parti travailliste issu des syndicats d’ouvriers. Cette rupture, consacrée par l’accession du Labour comme deuxième parti du pays dans les années 1920, trouve ainsi ses racines dans les transformations économiques et sociales. Le Brexit serait-il l’événement susceptible de provoquer une évolution similaire ? Des éléments conjoncturels et structurels pourraient conduire à répondre positivement à cette interrogation, bien qu’il faille demeurer prudent dans un pays qui est marqué par une stabilité partisane notable.

Sur le plan conjoncturel, les divisions actuelles au sein du parti conservateur ne sont pas sans rappeler l’affrontement historique entre Lloyd George et Asquith au début du XXe. Ce conflit larvé a précipité la chute des libéraux. La Première Guerre mondiale, événement autrement plus tragique que le Brexit, avait révélé une opposition entre un Asquith appréhendant le rôle militaire du Royaume-Uni dans la continuité des guerres napoléoniennes, tandis que Lloyd George souhaitait une mobilisation inédite de toute la société dans l’effort de guerre. Asquith affichait à l’époque un pragmatisme attentiste et un désir de consensus qui ne sont pas sans rappeler l’attitude actuelle de Mme May. En 1916, Asquith dut se résoudre à la démission au profit de Lloyd George, plus dynamique et volontariste quant au cap politique à adopter. Sans procéder à une assimilation douteuse entre Lloyd George et Boris Johnson, il est indéniable que ce dernier présente une opinion bien plus claire sur l’issue du Brexit que la Première ministre – à défaut d’être réaliste.

Notons aussi qu’en 1918, du fait d’accusations proférées par l’état-major contre ses choix militaires, Lloyd George surmonta un vote de défiance dont l’initiateur n’était autre qu’Asquith. Si le Premier ministre put s’extirper de cette chausse-trappe, 98 libéraux s’étaient néanmoins désolidarisés du Gouvernement. Un siècle plus tard, en additionnant les MPs pro-européens et les hard brexiteers du parti conservateur, il est possible de parvenir à un chiffre assez proche de la centaine. Quand bien même l’opposition à Mme May est divisée (ce qui lui permet de se maintenir pour l’instant au pouvoir), les méfaits ne sont pas sans similitudes avec ceux que les libéraux ont connus à l’issue de la Première Guerre mondiale : une profonde crise de parti. Les élections générales de 1918 se soldèrent par la défaite d’Asquith et la victoire de l’alliance conservatrice-libérale soutenue par Lloyd George. Pourtant, quatre ans plus tard, la coalition volera en éclats et les libéraux ne seront plus jamais l’une des deux grandes formations du « two-party system ».

Sous un angle plus structurel, la crise que subit la société britannique puise ses sources dans le déclin de l’ancienne puissance coloniale depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, et les échecs, sur le plan économique et social, des politiques tant travaillistes que conservatrices. En recherche d’identité et victime de profondes fractures sociales et territoriales, la société britannique du Brexit est l’issue presque logique de décennies d’errances dont la seule parenthèse, assez artificielle, aura été la Cool Britannia de Tony Blair. Le choc violent de la Première Guerre mondiale auquel succéda la crise économique des années 1930 forme selon nous la première séquence du « déclin de l’Empire britannique », la seconde s’étalant des années 1950 à aujourd’hui. Seuls la langue anglaise et le capitalisme financier permettent à Albion de se maintenir parmi les grandes puissances mondiales, mais les limites sociales et environnementales de ce mode de développement économique pourraient sonner définitivement le glas de ce statut déjà fortement menacé au mitan des années 1970 (en 1976, le FMI s’était porté au chevet d’une économie britannique en décrépitude). À ce moment-là, l’adhésion aux Communautés européennes avait grandement contribué à ce que le Royaume-Uni préserve son influence. Le Brexit, en renvoyant à une période des plus difficiles pour le peuple britannique, est de nature à déstructurer profondément la vie politique. Il est vrai qu’aucun parti politique ne semble, pour l’heure, prendre la mesure des risques encourus. Sur les problématiques sociales, environnementales et européennes, le Labour aurait pu s’ériger en véritable force de proposition. Si certaines idées de Jeremy Corbyn ne sont pas dénuées d’intérêt, il peine à les concrétiser par de solides actions. Son euroscepticisme le rend peu audible sur les sujets européens, les travaillistes étant d’ailleurs aussi divisés que les conservateurs sur le Brexit. L’implosion au sein du parti n’est pas impossible.

Les arguments ne manquent donc pas pour convenir de l’avènement imminent d’un redécoupage politique inédit qui verrait le two party system se reconstruire autour d’une nouvelle ligne de fracture. Par exemple, pourraient apparaître, d’une part, un parti anti-européen mû par un néo-impérialisme britannique dont les caractéristiques seraient le soutien au libre-échange lié à une restriction de l’immigration (voy. les discours de Boris Johnson) ; et d’autre part une formation pro-européenne consciente des enjeux sociaux et environnementaux.

Le cas britannique n’est pas isolé. L’ensemble des démocraties européennes subissent un déplacement tectonique majeur des plaques partisanes. Les tremblements de terre politiques qu’ont connus notamment la France et l’Italie en sont des manifestations. Reste à savoir si ces événements vont favoriser l’apparition de nouveaux courants politiques capables d’embrasser les deux enjeux cruciaux pour l’Europe : la réforme de l’Union européenne et la transformation de notre modèle économique afin qu’il soit moins pourvoyeur d’inégalités et qu’il soit plus respectueux de notre environnement. Le reformatage du logiciel doctrinal des partis britanniques comme européens autour de ces défis est souhaitable, car il sera alors la preuve que la classe politique en aura pris conscience de leur priorité.

****

Synthèse des événements qui se sont déroulés au mois d’août.

Malgré l’urgence de la situation, les négociations de la mi-août et de la fin du mois n’ont pas permis de progresser sur les sujets irlandais et de la future relation commerciale entre l’Union européenne et le Royaume-Uni. Le Gouvernement britannique a publié plusieurs synthèses résumant ses positions sur tel ou tel point abordé lors des négociations (documents accessibles ci-dessous). Le fait le plus marquant est toutefois le fait que les différentes parties se préparent publiquement à l’absence d’accord avant le 29 mars 2019, date prévue du Brexit. Dominic Raab, le nouveau secrétaire d’État chargé du dossier, a publié une notice envisageant un no deal. Au début de l’été, la Commission avait également diffusé des recommandations aux gouvernements, aux entreprises et aux citoyens en vue d’un tel scénario. Le 27 août, c’est le Gouvernement français qui a annoncé travailler sur ce risque.

Les négociateurs restent, toutefois, optimistes. La lecture des documents mentionnés démontre le péril majeur que l’absence de traité constituerait pour le commerce, les services financiers, et l’attractivité du pays (le solde migratoire est au plus bas depuis 2012). Les hard Brexiteers, rassérénés par le retour de Nigel Farage, en ont d’ailleurs profité pour accuser leurs adversaires et le Gouvernement d’agiter une fois encore le chiffon rouge du cataclysme économique en cas de sortie dure du Royaume-Uni de l’UE. Cette ligne politique avait, il est vrai, bien peu servi le camp du remain lors du référendum de 2016. Il n’en demeure pas moins que l’opinion publique s’inquiète toujours plus d’un retrait sans accord. Les prochaines semaines seront cruciales. Nous convions le lecteur à conserver à l’esprit deux points dans le suivi des discussions à venir. Primo, 80 % du traité de retrait est abouti. Secundo, la future relation commerciale, si elle doit être prise en compte par les négociateurs dans l’élaboration du traité en vertu de l’article 50, 2. du TUE, ne fera l’objet que d’une déclaration politique. Autrement dit, il n’est pas impossible que, si l’imbroglio nord-irlandais parvient à être réglé par une ultime concession britannique, cette déclaration politique soit suffisamment vague pour laisser une large marge de manœuvre aux négociateurs durant la période de transition qui s’ouvrira au 29 mars 2019.

Documents publiés par le Gouvernement britannique en août sur les sujets clefs :

Accès aux marchandises

Irlande du Nord

Note sur la procédure d’adoption de l’accord de retrait

Sûreté nucléaire

Note sur la procédure d’adoption de l’accord de retrait

Les 24 guides en cas d’absence d’accord sont disponibles à l’adresse suivante : https://www.gov.uk/government/collections/how-to-prepare-if-the-uk-leaves-the-eu-with-no-deal

Inquiétudes sur le front économique et financier à la veille du sommet européen

https://insights.abnamro.nl/app/uploads/2016/06/Beeldbank_Economy_Euro_Brexit_290672309.jpg

Alors que le vote en faveur du Brexit « fête » sa deuxième année, les nouvelles venant du front économique et financier s’avèrent de plus en plus préoccupantes. Jusqu’à présent, deux indicateurs, l’un monétaire, l’autre économique, avaient pâti de la décision historique du peuple britannique de sortir de l’Union européenne : la chute brutale de la Livre sterling et un ralentissement de la croissance somme toute modéré au regard des prédictions faites par les remainers. D’ailleurs, si l’opinion publique demeure partagée sur le Brexit, c’est bien parce que ses conséquences économiques sont, pour l’instant, concrètement limitées, notamment sur l’emploi. Cependant, à l’instar des effets d’une nouvelle politique économique qui ne saurait produire ses effets de façon immédiate, ceux du résultat du référendum doivent être évalués sur le temps long. Or plusieurs signes tangibles indiquent que, deux ans après le 23 juin 2018, les signaux macro et micro-économiques passent progressivement au rouge. La publication de nouvelles études et les annonces de plusieurs grands groupes industriels ont renforcé les tensions au sein du Gouvernement de Theresa May.

Le premier signe d’alarme de ces derniers jours est venu du régulateur bancaire européen. L’Autorité bancaire européenne, qui partira de Londres pour s’installer à Paris à la suite du Brexit, s’est inquiétée de l’impréparation des banques britanniques si aucun accord n’était obtenu du Royaume-Uni dans le cadre de ses négociations avec l’UE. Dans une note de 9 pages, l’institution insiste sur cinq points qui nécessiteraient une vigilance particulière des organismes financiers outre-Manche (risques financiers, sort des contrats, avenir des liens structurels avec les institutions européennes, le FMI ou encore les 27 États membres, l’accès aux données, avenir des dispositifs de résolution bancaire). La Banque d’Angleterre a toutefois tenté de rassurer les spécialistes en arguant du fait que la note de l’ABE n’était pas complète et que de nombreux mécanismes étaient en cours de mise en œuvre pour affronter le Brexit. Quant à la solidité du système bancaire britannique, il ne laisse pas de doute sur sa capacité de résistance selon le gouverneur de la banque centrale britannique, Mark Carney. En revanche, ce dernier a évoqué ses préoccupations quant aux tensions et aux risques qui pèsent sur l’économie britannique dans son ensemble.

La commission des Comptes publics de la Chambre des Communes tient un discours tout à fait similaire. Reprenant les conclusions d’un rapport du Bureau de l’Audit national, le président de la Commission a indiqué que le monde des affaires a besoin de certitudes sur la façon dont les systèmes douaniers vont fonctionner après le retrait de l’UE. De nombreux risques demeurent, l’administration ne parvenant pas à délivrer sa politique en la matière, et ne laissant pas suffisamment de temps aux traders pour s’adapter. Il a conclu en soulignant que le Gouvernement avait une montagne devant lui à gravir pour parvenir dans les temps à un régime douanier sûr et sécurisé pour tous les acteurs. Plus précisément, la lecture du rapport montre que le coût de mise à jour du système douanier britannique sera élevé. Or le Gouvernement ne semble pas avoir pris en compte la contrainte budgétaire découlant de la remise à plat de l’organisation de l’administration des douanes. En outre, ce surcoût risque fort d’être répercuté sur les contribuables. Au-delà de la question douanière, la Commission, dans un rapport sur le futur accord financier avec l’UE, exhorte donc légitimement le Gouvernement à mieux évaluer la facture réelle du Brexit dans sa globalité.

Sur le front micro-économique, le journal Le Monde révèle que Airbus réfléchit à rapatrier ses entreprises du Royaume-Uni vers le Continent. Environ 14500 emplois sont en jeu. Ses investissements sur les sites britanniques devraient, en outre, être gelés jusqu’à ce que les termes du Brexit soient connus. BMW est sur la même longueur d’onde. Les données économiques publiées fin mai traduisent la grande inquiétude des chefs d’entreprises de certains secteurs. Le déficit de la balance commerciale s’accentue, et la production de produits manufacturés diminue dans des proportions inquiétantes, quand bien même la consommation nationale se maintient à des niveaux satisfaisants.

Si les perturbations économiques se précisent, elles n’ont pas encore amené la tempête. Elles sont toutefois suffisantes pour approfondir les dissensions au sein de l’équipe de Mme May qui se présente au sommet européen de la fin juin sans réelle marge de manœuvre. Bien que rassurée par l’adoption du EU (Withdrawal) Act qui a reçu l’assentiment royal le 26 juin, la Première ministre est plus que jamais affaiblie politiquement. Le livre blanc sur la relation future est attendu avec impatience. Il s’agira sans doute d’un document qui révélera une fois de plus l’immense capacité de Mme May et de sa garde rapprochée à faire la synthèse pour ne froisser aucun conservateur, mais au risque de mettre les nerfs des Européens une nouvelle fois à l’épreuve en raison de l’indécision durable du Gouvernement britannique.

Mieux comprendre le contexte économique et industriel du Royaume-Uni

https://i.guim.co.uk/img/media/22e3a05884522c03fb6e3d13d7136ed23f2c95f4/0_427_5315_3189/master/5315.jpg?w=620&q=20&auto=format&usm=12&fit=max&dpr=2&s=5855f928da090545ad1c8393a3a02504

Il y a deux semaines, France Culture diffusait quatre émissions de son magazine « Entendez-vous l’éco ». Les trois premiers thèmes abordés permettaient, à travers les œuvres de fiction, de mieux comprendre la réalité de l’Angleterre industrielle. La quatrième émission, plus ancrée dans l’actualité, portait sur le Brexit (dimensions politiques, juridiques et économiques). Vous trouverez ci-dessous les liens vers les trois premières émissions. La quatrième qui intéresse nos lecteurs plus particulièrement n’a pu être diffusée sur la plateforme de podcast de Radio France pour des raisons techniques. Nous en assurons la diffusion sur notre chaîne Youtube :

Dickens et le capitalisme naissant

« Peaky Blinders », gang industrie

Le monde ouvrier de Ken Loach

Bloody Brexit !

Toujours en lien avec l’économie, notons que la Banque d’Angleterre et la Banque centrale européenne vont créer un groupe de travail pour suivre les effets du Brexit. Lors d’une intervention conjointe, Mario Draghi (président de la BCE) et Mark Carney (président de la Banque d’Angleterre) ont souligné les grands dangers de l’absence d’accord sur le retrait du Royaume-Uni de l’Union européenne pour le secteur bancaire et financier. Pour l’heure, les Européens semblent opter pour le régime de l’équivalence pour les services financiers, régime qui permettrait aux établissements financiers d’un pays extérieur à l’UE soumis à une législation similaire de conserver leur accès au marché unique européen.

Pour sa part, l‘institut national de statistiques souligne la faible croissance que connaît le pays entre janvier et mars 2018. Le PIB n’a ainsi crû que de 0,1 %, soit la performance la plus faible depuis le 4e trimestre 2012. Cette contre-performance est notamment due à un net recul de l’activité de la construction outre-Manche. Des signes plus encourageants sont néanmoins perceptibles : baisse de l’inflation, stabilisation de la Livre favorisant une hausse du pouvoir d’achat, mais surtout un niveau de chômage au plus bas depuis 1975 (environ 4 % de la population active). Trois remarques à cet égard : ces données chiffrées n’indiquent pas la qualité de l’emploi outre-Manche fortement marqué par la précarisation. Quant à la hausse du revenu disponible, elle permet de revenir à des niveaux acceptables après une baisse notable due à la faiblesse de la Livre. Enfin, les conséquences du Brexit ne seront réellement appréciables qu’à partir du retrait effectif. Il convient donc d’être prudent quant à l’avenir de l’économie britannique. Tout dépendra de la teneur de l’accord d’octobre et des perspectives d’un traité commercial ambitieux.

L’article de Kalypso Nicolaïdis : The Mantra: ‘Taking Back Control’

Kalypso NicolaïdisSignalé dans notre précédent article relatif à plusieurs ouvrages parus sur le Brexit, la professeure Kalypso Nicolaïdis de St Antony’s College de l’Université d’Oxford nous a aimablement donné l’autorisation de reproduire son excellent article sur le site de l’Observatoire. Nos lecteurs pourront ainsi directement apprécier une mise en perspective historique et politique d’une très grande richesse qui nous semble indispensable à la maîtrise des tenants et des aboutissants du Brexit.

Nous indiquons également que Kalypso Nicoalïdis est en train de rédiger un ouvrage court intitulé “Exodus, Reckoning, Sacrifice: Three Meanings of Brexit“ qui fait l’objet d’un financement participatif.

Lire la suite

L’impact d’un hard Brexit : l’avertissement de l’OCDE

http://www.cyberelles.com/wp-content/uploads/2016/02/OCDE.jpg

Dans un rapport relatif à la situation économique et sociale du Royaume-Uni, l’OCDE souligne les réelles faiblesses actuelles de l’économie britannique. Bien que les premiers effets conjoncturels du Brexit ne soient pour l’instant guère violents (si la baisse de la livre sterling a augmenté le coût de la vie pour les Britanniques, elle a aussi favorisé le chiffre d’affaires des entreprises du secteur touristique), les perspectives pour les mois à venir sont bien moins positives. L’OCDE en conclut qu’un hard Brexit serait un risque majeur pour l’économie et insiste sur la nécessité de maintenir les liens les plus étroits possibles avec l’Union européenne. Les lecteurs de l’Observatoire peuvent accéder au rapport ici pour en apprécier les conclusions, par ailleurs très instructives sur les aspects sociaux. Nous retranscrivons ci-dessous le discours de présentation du rapport prononcé à Londres par Angel Gurria, devant le Chancelier de l’Échiquier notamment.

« It is a great pleasure to present the OECD’s 2017 Economic Survey of the United Kingdom

The United Kingdom is facing challenging times

When I presented our last Survey of the UK in 2015, the UK’s annual GDP growth was, at 2.3%, the strongest among G7 countries.
In April 2016, I presented our study on the economic impact of Brexit. An impact which is materialising gradually: GDP growth stood at 1.8% in 2016, and in the first half of this year annualised growth fell to only 1%, making it the weakest in the G7. Our Survey predicts a similar rate of growth in 2018.
The UK’s preparation for Brexit in 2019 is creating big uncertainties, and will continue to weigh on the economy, at least until those uncertainties are resolved.
It will be crucial that the UK and the EU maintain the closest economic relationship possible. This applies to the trade of goods and services, but also to the movement of labour, from which the UK has benefitted so much.
Despite this slowdown, the UK’s labour market has performed remarkably well. Unemployment is now lower than before the crisis, and the employment rate is the highest on record. Real wages, however, are on a downward trend.
Macroeconomic policies should continue to support the economy during this difficult period of negotiations. So far, monetary and fiscal policies have done a good job in countering headwinds.
Fiscal policy has been very flexible. Automatic stabilisers have continued to operate in full, the fiscal stance has been relaxed, and new buffers have been created to absorb future shocks. Fiscal policy should remain pro-active and the UK should implement productivity-enhancing initiatives on investment should growth weaken significantly in the run-up to Brexit.

Efforts are also needed to revive UK labour productivity

Brexit is consuming a lot of energy, but it should not distract attention from long-standing challenges faced by the UK, such as sluggish labour productivity. Labour productivity growth has underperformed across the OECD for more than a decade. But there is also a large gap in the UK relative to other countries.
Chancellor, as you pointed out in your Autumn Statement last year, I quote: “it takes a German worker 4 days to produce what we make in 5”. A similar statement could also be made about Dutch, Danish, French, or American workers, who are also more productive.
The UK faces important regional differences. The South, and in particular London, is very productive, while the North lags behind. While many people have jobs, over one quarter of them have low skills, which holds back their productivity, and in turn their wage growth.

Supporting less productive regions and workers

I am pleased that the UK government is working to develop a modern industrial strategy. This is timely, and should help tackle the North-South productivity divide that I have just described.
We need to find ways of boosting local and regional transport infrastructure, research and development, housing and skills. Devolution will also continue to play a role in tailoring policies and creating larger economic hubs, such as the Northern Powerhouse or the Midlands Engine.
Investment in education and skills is essential to help the poorest households and promote social mobility. Improving job quality is another challenge. Job security needs to be enhanced for workers on zero-hours contracts, and self-employment should be limited to truly independent entrepreneurs.

Chancellor, dear colleagues,

The UK will face challenging times ahead. But we should not lose sight of the tremendous progress that it has made in the aftermath of the world’s economic crisis. The UK economy has shown resilience and an underlying dynamism, and the UK has shown itself capable of adapting and innovating. Looking ahead, count on the OECD to continue to work with the UK, and for the UK as it designs, develops and delivers Better Policies for Better Lives.

Thank you. »

Le projet de loi de retrait du Royaume-Uni de l’Union européenne vu par John Bell

 

https://www.law.cam.ac.uk/sites/www.law.cam.ac.uk/files/styles/medium/public/images/all-domains/uploads/pictures/profiles/jsb48.jpg?itok=CnUVuUHH

John Bell, célèbre professeur de Droit à Cambridge et bien connu en France en raison de ses études de droit comparé franco-britannique, nous donne son point de vue critique sur le projet de loi de retrait du Royaume-Uni de l’Union européenne. Nous sommes particulièrement heureux de pouvoir l’accueillir parmi les contributeurs du site. Rappelons qu’il a déjà publié à la Revue française de Droit administratif une étude remarquable sur le jugement Miller de la Cour suprême.

Lire la suite

Quelques conseils documentaires pour la pause estivale

Avant que l’Observatoire ne suspende ses travaux jusqu’au 31 août, nous proposons à nos lecteurs de profiter de la plateforme You Tube de notre site pour visionner les dernières vidéos publiées, notamment un conférence du Pr Vernon Bogdanor. Il fait le bilan et l’analyse des événements qui se sont écoulés un an après le vote des Britanniques en faveur du Brexit.

Nous renvoyons également à l’interview de Me David Chijner sur la reconnaissance en France des jugements rendus par les juridictions du Royaume-Uni après le Brexit (interview du Club des Juristes).

Nous recommandons enfin, sur les conseils Mathieu Combet, l’écoute de l’émission de France Culture « Brexit : Qui va récupérer la City ? » qui revient sur la bataille discrète que se livrent les capitales financières pour concurrencer une capitale londonienne affaiblie par la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne.

Publication d’un rapport universitaire relatif au Brexit et l’alimentation

Résultat de recherche d'images pour "food brexit"

Presque chaque jour désormais un rapport d’experts souligne les dangers majeurs que fait courir le Brexit sur tel ou tel domaine d’activité. Une étude écrite par trois professeurs des universités du Sussex, de Londres et de Cardiff alerte le Gouvernement sur les « énormes implications » du Brexit sur l’alimentation, qu’il soit hard ou soft. Nous reproduisons ci-dessous la synthèse du rapport qui identifie seize problèmes majeurs et formule huit recommandations (extraits des pp. 3-5 ; l’intégralité du rapport est disponible ici) :

« This paper summarises 16 major issues on which Food Brexit has the potential to threaten UK food resilience and security:

  • Vision. What goals would any new post-EU food system have? Will these address the looming sustainability challenge which is a mix of ecosystems, social and public health challenges?
    – New food legislation will be needed. Will this be a transfer of EU legislation followed by the Secretary of State sitting with his or her ‘delete’ button?
  • Food security. The UK’s home production has been steadily declining. The UK food system ought to be improving its resilience. It isn’t. It’s like the rabbit caught in the headlights – with no goals, no leadership, and eviscerated key ministries.
  • Sourcing. The UK derives much of the food vital for health – fruit and veg – from within the EU. The pound sterling has been dropping. Food price inflation is rising.
  • Public support. Clarifying and then aligning what British consumers say they want with what is negotiated by March 2019.
  • Food quality and standards. Brexit campaigners ignored the inbuilt reliance the UK has on pan-European institutions, to which we contribute. A vast array of institutions and scientific infrastructure keeps UK food fit to eat. Brexit campaigners did not inform consumers/voters that US agribusiness is salivating at the prospect of selling foods which have weaker standards, nor that foods derived on world markets use standards which are weaker than the EU’s and those of the USA.
  • Replacing the Common Agricultural Policy and Common Fisheries Policy. The CAP and CFP are core and old EU policies. They have been much attacked in the UK, often for good reason. Leaving CAP and the CFP exposes a vast policy vacuum. The new Secretary of State has made a statement about even tearing up the CFP predecessor the London Fisheries Convention from 1964! The Coalition and subsequent Conservative Governments provided no policy vision other than a belief that Agri-technology and an export drive will suffice for farming, and that reasserting a 200-mile exclusion will resolve unsustainable fish sourcing. They will not. What’s the point of farming and fishing? How can they mix food production and ecosystems services? These are vital issues for the era of climate change and ecosystem stresses.
  • Food labour. The entire UK food system is dependent on migrant labour. UK food manufacturing is our largest manufacturing sector but one third of its workforce is migrant. UK horticulture has massive dependency on migrants to pick ‘British’ food UK consumers say they want. Technology will not replace the vast army of migrant labour who work in food service.
  • Subsidies. HM Treasury and Defra have long been ideologically opposed to subsidies for farmers yet CAP/EU subsidies provide about half of UK farm incomes. The Conservative manifesto talked of maintaining subsidies until 2022. Then what? Defra and HM Treasury are committed to cutting ‘Pillar 1’, implying that if there are to be any subsidies, the base line for them would be the existing 20% that goes to Pillar 2. The subsidy questionexposes the shameful inequalities within the UK food system. Primary growers get a tiny percentage of what consumers spend on food.
  • National and regional food policy. The UK has no food policy. Scotland and Wales have been developing their own visions; England is the problem. Seen collectively, the UK will have a dwindling mishmash of policies, once EU frameworks are removed. The UK has fairly consistently failed to contribute positively in EU debates, playing to the corporate gallery at home, arguing for cutting subsidies, rather than working hard inside for progressive policies. The world’s food system faces immense challenges. The drift in and after a Brexit is the worst policy situation imaginable. We have options. This paper explores some options mooted within and beyond government circles: a new imperialism (expecting others to feed us); reinvigorating UK food systems; commitment to sustainability; and more.
  • Relationships with neighbours. The wild talk before, during and since the Referendum ignores geography. The EU 27 member states are our neighbours. They are incredulous at the hostile, stupid talk from leading politicians. British negotiators must build bridges. Or does the UK really want hostility? This would be madness for a country which does not feed itself.
  • Divided Food Britain. The UK is a food divided country. The health gap between rich and poor is heavily associated with diet and food costs. Recent events underline how important it is to tackle these divisions. Merely promising ever cheaper prices or more food banks is not a reasoned policy response.
  • Institutions and infrastructure. The UK enters Brexit negotiations in a weak situation. The Food Standards Agency is a shadow of its former self. Defra has had years of cuts and suffers a serious staff shortage, just when the UK needs many of the best and brightest civil servants to negotiate the most important element of Europeanisation – our food. To leave the EU would sever the UK from many bodies which underpin food – from scientific advisory bodies to regulators, from research programmes to subsidies to regions. What is going to replace these? There is silence from Defra and the Government.
  • The negotiations. In 18 months or so, the most complex reconfiguration of the UK food system is to be completed. Analysts now realise that this is at best folly or at worst a recipe for chaos. Never has there been such a large body of thinking within the food system, from outside critics to inside track policy cognoscenti, that the UK ought to take a deep breath, reconsider and pursue a well-thought-out strategy.
  • The role of Big Food. The food system is already dominated by huge food companies. Brexit must not be an opportunity for further corporate capture of market power. The good news is that increasing numbers of food companies now recognise the seriousness of impending crises from health, ecosystems and social divisions. The UK public must ensure that what emerges ahead – whether the UK leaves or stays – the food.

The realities of a Food Brexit are awesome. The British public has not been informed about its implications. Many people who voted for Brexit will be hardest hit by a ‘hard’ Brexit – people on low incomes, the elderly, farmers, people in the North of England. This paper urges politicians, civil society and academics who understand the food system to speak up and speak out. Brexit is a political construct. It should not be a recipe for food insecurity.

The paper gives specific recommendations in each section, centred on how to enhance food security in the UK. Our overall view is that this will require HM Government to:

  • give a policy commitment to a modern, low-impact, health-oriented UK food system, and set out how that will be achieved, with or without Food Brexit;
  • create a new statutory framework for UK food, which we term ‘One Nation Food’;
  • link this new statutory UK food framework to the UN Sustainable Development Goals and the 2015 Paris Climate Change agreements (known as COP21);
  • set new clear targets for UK food security (food supply, quality, health and consumption) which go beyond mere quantity of supply by addressing ecosystems and social systems resilience;
  • create a new National Commission on Food and Agricultural Policy to provide oversight and review, and to be a source of advice trusted by the public;
  • to make a clear and explicit commitment to address food matters in the Brexit negotiations which (bizarrely) has not been given;
  • include in the above a continued but reconstituted, co-operative set of arrangements with the EU food agencies with regard to regulatory synergies in food trade and standards;
  • develop an approach to food policy which is politically open and socially inclusive. »

Quand la qualification du Brexit révèle les tergiversations du Gouvernement de Mme May

https://encrypted-tbn0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcTKRP3QRHf7K9HfZsaQKipmRCEb_D3JBhim6b-pt0h3AjYbmhtRdQ

Christian Auer nous fait part de ses réflexions sur les qualificatifs qui accompagnent le mot « Brexit » dans la classe politique britannique, en particulier chez les conservateurs du Gouvernement. Une fois de plus, les mots utilisés révèlent une réalité politique instable dont l’issue est peut-être moins incertaine qu’il n’y paraît.

Lire la suite

Une analyse de Tom Kibasi, Directeur de l’Institut de Recherche pour les Politiques Publiques, sur les défis qui attendent la société britannique en raison du Brexit

https://www.ippr.org/files/people/kibasi-t_2.jpg

Directeur de l’Institut de Recherche pour les Politiques Publiques, think tank progressiste outre-Manche, Tom Kibasi a travaillé une dizaine d’années dans le cabinet de conseil McKinsey and Company à Londres et à New-York dans le domaine de la santé publique. Défenseur du NHS (National Health Service, le système de protection sociale du Royaume-Uni), il se concentre sur les moyens de le préserver alors qu’il est de plus en plus menacé par la volonté de libéralisation du parti conservateur. Dans le même esprit, il a soutenu la mise en place de l’Obamacare aux États-Unis. Il est ancien lecturer à l’Imperial College de Londres.

Tom Kibasi a publié cet article dans The Observer du 11 mars 2017. Nous le remercions d’avoir collaboré avec nous pour reproduire cet article sur notre site.
Lire la suite